ACTUALITÉS

Emploi

Accord GPEC à Orange :

Les négociations reprennent !

Pour la CGT, cette négociation GPEC doit permettre l’appropriation et le développement territorial des activités et des emplois nécessaires à Orange et non la gestion de la décroissance des effectifs comme le fait l’entreprise.
C’est localement que les besoins sont à définir, au plus près des Établissements secondaires avec des données et des prévisions d’emplois, site par site, service par service qui correspondent à la réalité.
En effet pour le moment l’entreprise ne donne que des chiffres trop globaux ne nous permettant pas de comprendre la GPEC par site et par service. Les prévisions sont toujours basées sur la baisse des effectifs quelles que soient les nécessités.

Nouveaux métiers, transformation des métiers, plan très haut débit, besoins d’internalisation des activités pour en maitriser la qualité, amélioration des conditions de travail, charge de travail y compris celle des cadres, numérisation qui permettrait de diminuer le temps de travail, tous ces sujets méritent d’être pris en compte dans la stratégie et donc la GPEC. On a aussi besoin d’un nouveau plan FTTH, pourquoi pas une école de la fibre pour que le déploiement devienne une réalité rapidement.

Cette négociation doit être aussi l’occasion pour la direction de tenir ses engagements en matière d’accessibilité des métiers aux femmes : en ouvrant notamment aux recrutements des
métiers où des femmes attendent des emplois sur le marché du travail (exemple: filière RH), où l’entreprise a des besoins au lieu de se limiter aux recrutements dans l’intervention et la prestation informatique, secteur d’activités où
peu de femmes sont candidates.

C’est pour ces raisons que la CGT demande que la direction s’engage dans un plan de recrutement ambitieux que nous évaluons à 5 000 embauches sans attendre, à répartir de manière équilibrée par bassin d’emploi pour maintenir les activités et l’emploi. Nous invitons l’entreprise à partir cette fois ci sur des estimations plus en phase avec les besoins dans les services.

La CGT demande des données GPEC détaillées SERVICE PAR SERVICE et SITE PAR SITE qui répondent aux besoins et non au pilotage de la baisse des coûts.

Les salariés d’Orange ne doivent pas être soumis aux dictats de la direction de l’entreprise sur leur évolution professionnelle par manque d’information anticipatrice sur les évolutions des métiers sur leur site. Les salariés sous-traitants ne doivent pas dépendre du bon vouloir des services de marché, plus attachés aux coûts qu’aux conditions de travail, du fait des contraintes imposées par la direction.

La CGT réclame que l’évaluation des emplois en sous-traitance se fasse sur la base d’un travail réalisé dans chaque unité. Les critères de choix de sous-traitance de telle ou telle activité doivent être explicités, voire négociés, unité par unité, territoire par territoire avant d’être décidés.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°777 : Le ton monte et l'exécutif chute !

Du plus pour les salariés
Chez Orange, c’est l’heure des négociations sala-riales annuelles (NAO).
Depuis 3 ans, notre entreprise a retrouvé le che-min de la croissance, un chiffre d’affaires et des bénéfices grandissants. Ces bons chiffres sont le fruit du travail et des sacrifices des salariés qui réclament une meilleure répartition des richesses.
En 2016, 1,6 milliard revenait aux actionnaires alors que seulement 56 millions étaient consacrés aux augmentations. La CGT lance donc une gran-de campagne auprès de tous, avec affiches tracts et pétitions. Cette campagne a pour but de collec-ter les revendications de tous pour les faire porter par nos négociateurs.
Seule une forte implication des salariés permettra des augmentations de salaires significatives pour tous.

Electeurs bafoués
Après d’interminables tergiversations, le bureau du CE IMTW est enfin constitué. Enfin, ce Comité d’Etablissement, pour lequel les salariés ont voté en novembre, est en place.
C’est la CGT qui a permis de débloquer la situa-tion, en acceptant de prendre des responsabilités, pour que le CE puisse fonctionner.
En effet la CFE-CGC a refusé d’entrer au bureau du CE, alors que le siège de trésorier lui revenait de droit !
Détail croustillant pour les électeurs de FO et CFDT : l’heureuse élue au secrétariat du CE, l’est sous l’étiquette CFDT, mais elle avait été élue en novembre sur la liste FO, après avoir fait quelques mandats sous la bannière CFE-CGC !
Contrairement à la CGT, le respect du vote des électeurs n’est pas la priorité de ces organisations syndicales.

En complément…

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Augmenter les salaires : la priorité !

Avec plus de 3 Mds€ de bénéfices, la direction continue de réaliser d’importantes économies sur le dos du personnel caractérisées par des suppressions d’emplois, une dégradation des conditions de travail,une baisse du pouvoir d’achat…

Les ordonnances du gouvernement, vont permettre de nouveaux gains tout en organisant la casse du travail. À cela s’ajoutent les importantes aides publiques octroyées à l’entreprise sans aucune contrepartie : 400 M€ de CICE depuis 2013, le CIR et autres cadeaux.

Il est bon de rappeler que depuis 2008, sur les 27 Mds € de bénéfices, Orange en a redistribué 26 Mds € en dividendes.
Et pendant ce temps-là, le pouvoir d’achat n’a cessé de baisser. En 2017, le coût de la vie explose avec notamment l’augmentation de la CSG (+1,7%), du carburant (+ 8,6 %), du gaz de ville (+ 8 %), du tabac (+10%), de l’électricité (+15 %).…
Alors que la direction se félicite des bons résultats financiers de l’entreprise, force est de constater que les salaires sont une nouvelle fois laissés pour compte. Quelle injustice! Le travail fournit par les salariés créé les richesses d’une entreprise, il n’est pas un coût. Nous ne voulons pas que la finance s’accapare le fruit de notre travail.

Nous vous invitons à vous exprimer et à débattre avec vos représentants CGT, pour porter vos  revendications lors cette négociation salariale. Pour être écouté, faites-vous entendre !

Pour cela, la CGT met à votre disposition plusieurs moyens d’expression par le biais d’une pétition, d’une carte d’invitation, des HIS.

Avec la CGT, les salariés sont les acteurs de la négociation salariale!

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°776 : Vite, exprimons nos attentes !

Salaires à Orange, que voulez-vous ?
Alors que la direction d’Orange se félicite des bons résultats financiers de l’entreprise, force est de constater que les salaires risquent d’être une nou-velle fois laissés pour compte.
Quelle injustice ! Il est inadmissible que la finance s’accapare le fruit de notre travail.
A l’occasion du démarrage des négociations sala-riales à Orange, nous invitons les cadres, et l’en-semble des salariés, à s’exprimer pour porter leurs revendications. Pour être écoutés, faites-vous en-tendre !
Pour cela, la CGT met à votre disposition plusieurs moyens d’expression par le biais d’une pétition, d’une carte d’invitation et bien sûr des Heures d’In-formations Syndicales dans vos services.
Avec la CGT, les salariés sont les acteurs de la négociation salariale !

Egalité pro à Orange
Le dernier accord Egalité Professionnelle signé par la CGT date de 2007. En effet, si la CGT a pesé dans les négociations des accords de 2011 et 2014, nous n’y trouvions pas une position volonta-riste de la direction pour éradiquer, par exemple, les écarts de rémunération Femmes/Hommes. Ce qui s’est révélé vrai puisqu’en 2016 les écarts sala-riaux étaient toujours de 7,9% et les promotions aux postes de cadres supérieures souffraient tou-jours d’un plafond de verre incassable.
Dans ce nouvel accord, La CGT a arraché, entre autres, qu’il y ait, comme en 2007, un budget spé-cifique pour éradiquer les différences salariales, l’engagement de la direction d’atteindre un taux de féminisation des promotions en bande E équiva-lent au taux de féminisation de la bande source Dbis et l’étude de création de crèches sur tous les nouveaux sites.
La CGT a signé l’accord du 29 janvier 2018, une signature synonyme d’exigence !

En complément…

Lire la suite

Égalité professionnelle

Égalité professionnelle : La CGT signe l’accord !

Alors que les négociations étaient très mal parties, et avaient abouti à l’absence de signature du premier projet d’accord, l’unité syndicale a contraint l’entreprise à poursuivre des négociations. Elles ont conduit à des avancées significatives et à la signature de toutes les organisations syndicales représentatives.

Une signature, pas un chèque en blanc !

Le dernier accord Égalité Professionnelle signé par la CGT date du 24 octobre 2007, cela fait plus de 10 ans. Même si la CGT n’était pas signataire, elle a toujours été force de propositions. Ainsi on peut retrouver dans chacun des accords des avancées  » labellisées  » CGT comme :

  • l’obligation, lors des négociations salariales annuelles, d’avoir des budgets dédiés aux écarts salariaux et aux promotions des femmes,
  • l’attribution d’ASA hospitalisation pour un proche sans obligation de nuitée,
  • le remboursement des gardes pour les ascendants et descendants lors des formations,
  • un(e) référent(e) égalité dans chaque établissement secondaire,
  • une étude sur l’opportunité de la mise en place d’une crèche ou toute autre solution de garde sur tous les nouveaux sites,
  • une augmentation du taux de féminisation qui doit passer à 37,5 % (28,3%) en recrutant parmi les CDD (majoritairement des femmes) et les apprenti(e)s déjà présent-e-s et formé(e)s dans l’entreprise.

Des propositions concrètes sur la promotion ont été collectivement portées par toutes les organisations. L’entreprise a refusé de s’engager prétextant qu’aller plus loin était incompatible avec l’application de l’accord emploi et
compétence ! Néanmoins la CGT a obtenu que l’entreprise s’engage à atteindre un taux de féminisation des promotions en Dbis équivalent aux taux de féminisation de la bande source D ainsi que pour la bande E (bande source Dbis).

Pour la CGT, une signature est synonyme d’exigence et de responsabilité. C’est pourquoi elle n’a pas remis un chèque en blanc à la direction mais a déjà annoncé qu’elle ferait en interne un point d’étape dans 18 mois et quelle ne s’interdit rien au cas où la direction ne tiendrait pas ses engagements.

La CGT participera activement à la commission de suivi nationale et à celles au niveau local.

L’égalité professionnelle, nous avons tous et toutes à y gagner !

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Notre santé avant les profits

Dans un contexte de crise sanitaire, la CGT FAPT se mobilise pour la santé du personnel d'Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange