ACTUALITÉS

International

CGE/CGM : Les élus à l’unanimité demandent une prime monde

En communiquant sur les résultats financiers de l’année 2016, la Direction valorise explicitement le travail de l’ensemble des salariés du groupe Orange. Mais ils sont aussi la conséquence de choix stratégiques désastreux, où les salariés et le service rendu sont sacrifiés sur l’autel de la finance.

Ainsi les dossiers présentés dans les différentes instances ont pour objet, restructurations, externalisations, rachat, vente, comme l’entreprise était un jeu de Monopoly, où les salariés sont la variable d’ajustement, et le dumping social le modèle de gestion.

Effectivement c’est notre travail qui crée les richesses de l’entreprise ! C’est pourquoi nous considérons que ce travail doit être reconnu à sa juste valeur.

Les salariés ne sauraient se satisfaire, en guise de reconnaissance de leur travail, de déclarations élogieuses, et encore moins de l’auto congratulation de leurs dirigeants sous forme de trophée ou de distinction type « Top Employeur ». Distinction monnayée par les directions qui les reçoivent. Ils attendent des engagements concrets en termes de reconnaissance du travail, d’amélioration de ses conditions d’exercice, et de création d’emplois. Aujourd’hui nous sommes loin du compte.

Les principaux indicateurs comptables passent « au vert » : le Chiffre d’Affaire renoue avec la croissance, l’EBITDA ajusté progresse, la dette nette passe sous la barre de deux fois l’ EBITDA ajusté

Augmenter le dividende est une décision nocive, qui ne profitera à personne d’autres qu’aux spéculateurs.
Ce dont on besoin les salariés c’est d’une reconnaissance immédiate en termes de rémunérations.

La CGT, suivie par les représentants des salariés dans les instances de groupe CGE et CGM, réitère sa demande d’une redistribution des richesses dès le début 2017 à l’ensemble des salariés du groupe au travers d’une « prime monde » en contrepartie de leur participation aux résultats.

Les membres du CGE et du CGM dans leur ensemble ont fait la demande suivante :

La direction lors de sa communication récente sur les résultats valorise le travail de l’ensemble des salariés du groupe Orange.
Effectivement c’est notre travail qui crée les richesses de l’entreprise. Comme vous, nous pensons que c’est bien l’humain qui est au cœur de l’entreprise Orange. C’est pourquoi nous considérons que ce travail doit être reconnu à sa juste valeur.
Nous réitérons la demande d’une redistribution solidaire à l’ensemble des salariés du groupe au travers d’une prime en contrepartie de leur participation aux résultats. Les membres du CGE dans leur ensemble souhaitent une redistribution de ces richesses qui garantissent une réelle augmentation du pouvoir d’achat pour tous.
C’est pourquoi nous demandons une redistribution dès le début 2017, sur la base des résultats financiers 2016, par une prime qui doit être payée par le Groupe sur le budget du Groupe et non être à la charge des filiales ou entités locales.
Cette prime, demandée conjointement par le CGE et le CGM, se doit d’être juste et équitable afin que l’ensemble des salariés dans le monde bénéficient de la reconnaissance de leur travail et de leur implication.

Lire la suite

Emploi

Orange Porte à Porte : Externalisation, le mauvais choix !

Orange Porte à Porte est une filiale qui vend le FTTH, activité prioritaire, et qui se porte bien.
Pourtant la direction a décidé de sous traiter l’activité au prétexte que les salariés d’Orange Porte à Porte représentent un coût supérieur à ceux de la sous-traitance.
Pour un nombre de vente de 42 628 à Orange Porte à Porte, le coût unitaire moyen est de 260 €.
Pour un nombre de vente de 131 890 fait en externe, le coût unitaire moyen est de 126 €.

Au CCUES, la CGT a demandé à connaître le nombre de salariés externes pris dans l’estimation du coût. De même une véritable comparaison pose la question des conditions de travail, de la prise en charge des frais pour ces salariés.
Une véritable responsabilité sociale pour l’employeur qui est le donneur d’ordre.
La CGT ne partage pas la décision de la direction.

Depuis plusieurs années déjà elle demande l’intégration de ces derniers et de l’activité au sein d’Orange; c’était la meilleure solution pour tous.

Quid des salariés :

La direction propose de reprendre en mobilité les salariés. La CGT a demandé l’ouverture de négociations pour que personne ne soit laissé sur le bord du chemin et pour que personne ne soit perdant, ni par rapport au poste et ni sur le salaire.
La présentation du dossier a été faite au CCUES et a eu lieu au CE de Porte à Porte le 30 Mars pour avis en Juin.

Pour la CGT la mise en concurrence des salariés est inadmissible. Nous devons la combattre tous ensemble.

Négociation, la CGT soutiendra vos revendications :

Volet financier :

  • Intégration des frais de vie dans le SGB,
  • Intégration de la part variable,
  • Les mesures d’indemnisation liées à l’aggravation du temps de trajet,
  • Reconnaissance de l’effort d’adaptation des salariés dans leur nouveau contexte professionnel.

Volet RH :

  • Promotions sortantes en adéquation avec projet Pro,
  • Parcours qualifiant en adéquation avec le projet Pro,
  • Accompagnement pour les métiers futuro.

    Contacter votre DS CGT et élu Ruddy Gravelot

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

Delivery

Delivery à Orange: Insatisfaction grandissante

La direction a mis en place à marche forcée son programme DELIVERY. La CGT demandait l’application de l’accord expérimentation. La direction a refusé. Aujourd’hui, la situation se dégrade dans les UI, les CSE, les AE et aussi à SCE.

Organisation du travail : tout fout le camp !

Quelque soit le service concerné par delivery, l’organisation du travail pose problème.

  • Elle se heurte à une formation souvent insuffisante et à la baisse constante des effectifs.

Comment faire face à l’augmentation de l’activité, quand les hypothèses de dimensionnement des équipes étaient basées sur un niveau constant ? De nombreux collègues s’inquiètent du volume et de la qualité de l’activité en sous-traitance.

Contact entre la vente et les UI en baisse : les UI se plaignent de ne plus pouvoir joindre les vendeurs ou les RAI ; pour cause, tout passe par le RAC, lui-même débordé. Idem les RAC ne peuvent plus contacter les techniciens.
De l’activité est transférée des RAC1 vers les équipes ARC des AE ou
CSE.

Au final, la sous-traitance remporte le jackpot, ce que la CGT a toujours dénoncé. Le plafond de 25% de sous-traitance est largement dépassé dans certaines Agences. Nous arrivons jusqu’à 60% sur les RAC1.

De l’aveu de la direction, l’état d’esprit est tel que la proportion de salariés inquiets augmente de 24%, 15% chez les soutiens et managers.
Le stress est également grandissant.

Un SI : à la traîne

Les salariés attendent toujours l’arrivée du nouveau poste de travail, baptisé « NEW DELI », EPAT ou SAMARAI et de nombreuses évolutions d’applications annoncées, mais qui tardent !

EMPLOI : Le Compte n’y est pas.

Comme nous l’avions dénoncé, Delivery est bien un plan de suppression d’emplois. La direction vise toujours l’objectif de 30% de gain de productivité malgré sa promesse d’un taux de renouvellement des effectifs de 50%.
En 2016 : 154 départs pour 30 recrutements externes. Pour arriver au taux de 50%, la direction prend en compte les mobilités internes, qui créent des trous dans les services cédants. On ne fait que déplacer « le trou dans la raquette »
En 2017 : Même constat et même entourloupe.

Pour la CGT, La direction doit revoir la copie.

Il devient urgent de répondre aux revendications posées par les salariés dans les différents services :

  • 1 recrutement externe pour 1 départ (CDI),
  • Recrutement d’apprentis pour préparer les départs futurs, dans le respect des engagements pris par l’entreprise,
  • D niveau minimum pour RAC 1, Dbis minimum pour les RAC2 et SAME, E pour les RAC 3
  • Amélioration des conditions de travail et la réduction du temps de travail. Les gains de productivité doivent aussi servir à cela.

La CGT vous appelle à faire remonter vos revendications. Contactez la CGT

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociation Salariale 2017 : Suspension de la négociation !

La séance de négociation salariale de ce jour a tourné court. L’ensemble des organisations syndicales a demandé à la direction de revoir ses propositions à la hausse, compte tenu du très faible niveau des mesures. Face au maintien de la position de l’entreprise, les syndicats ont quitté la séance.

Vers une épreuve de force ?

La direction persiste dans ses choix de privilégier les actionnaires au détriment des salariés. Aujourd’hui, elle est isolée, tant ses propositions sont faibles.

Le budget est à peine équivalent à celui de l’année dernière.
Au vu des résultats de l’entreprise, 3,4 milliards d’€ de bénéfices, fruit du seul travail des salariés, une autre répartition des richesses est possible et nécessaire.

L’attitude de la direction est inacceptable !

La mobilisation des salariés est urgente !

Pour peser sur l’issue de la négociation, l’initiative de ce jour doit rapidement trouver des prolongements dans les services. Rien ne pourra se gagner sans la mobilisation des salariés. La CGT va tout mettre en œuvre pour y parvenir. D’ores et déjà, elle vous invite à répondre à la consultation.

Ensemble exigeons :

  • Des augmentations collectives,
  • Des mesures corrigeant réellement les inégalités salariales entre les femmes et les hommes,
  • La revalorisation de toutes les grilles indiciaires et salariales sur la base d’un smic à
    1 800 € et pour les cadre sur la base du plafond de la sécu (3 269 € brut mensuel),
  • La mise en place d’un 13ème mois,
  • La reconnaissance des qualifications,
  • La revalorisation du complément Orange pour les fonctionnaires.

La CGT FAPT lance une consultation sur la reconnaissance et les salaires :

Les résultats de l’enquête CNPS montrent que 61% des salariés expriment un manque de reconnaissance. Les richesses créées par le travail sont de plus en plus accaparées par la finance au détriment des salaires, de l’emploi, de l’investissement et du service rendu.
Les négociations salariales ont débuté à Orange, la CGT vous propose de vous exprimer et de peser dans ces négociations.

Répondre à la consultation

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

UAT/ SCO, quel avenir pour les salariés ?

Alors que la Direction ne cesse de justifier les pertes d’emplois dans les SCO et UAT par une décroissance des flux d’appels plus importante que celle des conseillers, les chiffres annoncés au CCUES nous interrogent : entre 2015 et 2016, baisse de 12% des Forces Au travail et baisse des appels de 2,78%. Et pour compléter le tableau la direction annonce une prévision de la baisse des appels de 18% en 2017.

La digitalisation ne va pas aussi vite que le souhaiterait l’entreprise

L’externalisation du 118712, l’externalisation du « tchat », la mise en place du numéro unique, l’accroissement de la polycompétence pour les conseillers, l’appel aux heures supplémentaires démontrent bien que les activités existent, mais la stratégie d’Orange privilégie la sous-traitance plutôt que le traitement en interne.

La Prise En Charge Exemplaire du client, mise en place pour pallier au manque d’effectifs, se traduit dans les faits par des délais d’attente et de traitement plus longs qui détériorent la qualité de service et génèrent de l’ insatisfaction chez nos clients.

Pendant ce temps les conditions de travail se dégradent

Pour les salariés, cela dégrade encore plus les conditions de travail, avec une charge de travail et une polycompétence qui ne cessent de croître. Les tests pullulent, sans tenir compte de l’accord sur les expérimentations, les métiers se complexifient et les Risques Psycho Sociaux sont permanents. Les doubles écoutes, les challenges et les pressions managériales infantilisent les conseillers.  L’utilisation intensive et permanente des contrats de professionnalisation permet à nos directions d’intensifier la précarité sans réelles perspectives pour l’avenir de nos métiers et de nos sites. L’avenir pour les conseillers est-il de travailler sur des plateaux de plus en plus désertiques, avec des compétences qui ne cessent de s’élargir, une charge de travail en constante augmentation et sans aucunes reconnaissances pour les salariés ?

La CGT FAPT a demandé une audience à la Direction de la Relation Client Grand Public, et sera reçu très rapidement pour évoquer :

  • La stratégie de la relation client grand public et ses activités
  • L’emploi
  • La reconnaissance

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange