ACTUALITÉS

Inter-générationnel

Accord Intergénérationnel

En direct avec les négociations

Après 5 séances de «promenade» la CGT rappelle que les salariés veulent du factuel, pas d’un accord basé que sur des intentions.

Pour mémoire, au départ la direction souhaitait une négociation uniquement sur le départ des séniors. Nous avons obtenu que l’accord englobe l’ensemble des chapitres de l’intergénérationnel : « intégration, embauche des jeunes, fin de carrière et transmission des savoirs ». Lors de la séance du 26 octobre, nous avancions enfin dans le concret !

Où en sommes-nous fin octobre?

L’aménagement des fins de carrière :
Un accord pour 3 ans embarquant les départs en retraite jusqu’au 1er janvier 2025 :

● La reconduction du TPA
● La reconduction du TPS 3 ans (1 an travaillé à 50%) payé 65% pour des périodes de 18 à 36 mois
● La reconduction du TPS 3 ans (2 ans travaillés à 50%) payé 75% pour des périodes de 18 à 36 mois
● Un TPS mécénat dédié, payé 80% sur 2 ans à 50% et sans temps libéré
● L’accessibilité de l’ensemble des TPS au travers du mécénat
● Reconduction de l’ensemble des conditions du précédent accord (possibilité de surcote de 4 trimestres, souplesse pour le télétravail, engagement en faveur de la parentalité, sécurisation du dispositif en cas d’évolution défavorable des conditions de départ en retraite…..)

La CGT revendique pour les séniors:

● Une prime à l’entrée du TPS 3 65% de 4 mois de SGB
● Un relèvement du minima à 1950€ pour les non-cadres et à 2800 € pour les cadres
● L’attribution systèmatique de la DG 51 avec un minimum de 6 mois de SGB et des conditions d’attributions homogènes pour tous.
● Plus de sécurisation du parcours professionnel en cas de réorganisation des services pour les salariés à moins de 5 ans de la retraite.

Engagements insertion des jeunes
Pour être en phase avec les déclarations de Stéphane Richard, la direction impose dans cet accord un autre rythme calendrier pour ce chapitre, en particulier pour chiffrer les recrutements sur 2 ans.

Le Groupe s’engage à réaliser 7 500 recrutements externes en CDI sur la période 2018, 2019, 2020.
Sur ces 7500 nouveaux-nouvelles embauché-e-s en CDI, a minima 1 700 alternants et stagiaires du Groupe seront recrutés-e-s à l’issue de leur formation.
Le Groupe s’engage, pour la période 2018-2019-2020, à poursuivre sa politique au bénéfice de l’alternance en accueillant un nombre de salariés en alternance fixé a minima à 5% de l’effectif global CDI du Groupe en France.
Toujours pour la période 2018, 2019, 2020, le Groupe s’engage à accueillir au moins 2 400 stagiaires chaque année.

Pour la CGT une telle proposition reviendrait à borner l’accord par 2 dates (3 ans pour les mesures séniors et un engagement sur 2 ans pour les jeunes). Nous dénonçons cette cavalerie car les engagements en matière d’embauche pour l’année 2018 sont déjà inscrits dans l’accord 2015 à savoir a minima 2200 recrutements !!
Cette méthode prouve qu’Orange n’a qu’une vision à très court terme de l’emploi.

Le tutorat :
Les salarié-e-s non cadres exerçant une activité tutorale pour des jeunes en contrats d’ alternance, bénéficient d’une prime fixe de 375€/an pour leur accompagnement. Cette prime sera abondée de 150 € en cas d’accompagnement de 2 alternants/stagiaires.

La CGT revendique la même prime pour les cadres.
Prochain rendez-vous le 7 novembre
La CGT consciente des attentes des salariés, met toute l’énergie nécessaire pour tirer cet accord vers le haut.

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications en AD à Orange : Quelle ARCQ…naque !

L’Accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications (ARCQ) a été signé le 20 janvier 2017 par la CFDT, la CFE-CGC et FO. Les évaluations ont quasiment toutes été réalisées et les retours du personnel confortent la CGT FAPT dans sa décision de ne pas avoir signé cet accord.

Les signataires ont accepté de faire un chèque en blanc à la direction et lui donner les pleins pouvoirs. Ainsi, elle a pu décider seule de la refonte des métiers et des nouvelles règles de reconnaissance professionnelle.

Dès le départ, la CGT a dénoncé les conséquences néfastes du contenu de l’accord, éloigné des attentes des salariés.

(…)

La CGT n’a pas signé cet accord !
Sa mise en œuvre confirme qu’il ne répond pas aux attentes du personnel d’Orange

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°809

Urgence sociale et environnementale, même combat !

Au cours de la semaine internationale pour le climat, du 20 au 27 septembre, la CGT s’est mobilisée aux côtés des mouvements de jeunesse, des ONG et des autres syndicats, pour un développement humain durable. Plutôt que de culpabiliser les individus, c’est une réponse collective qui est attendue face à la crise sociale et climatique, sans précédent, que traverse la planète. Nous avons besoin d’une nouvelle politique qui engage la responsabilité des pouvoirs publics et du patronat, qui conjugue justice sociale et justice écologique.
De fait, on ne peut pas dissocier ces deux urgences.
La fermeture d’un bureau de Poste, d’une école ou encore d’un service de santé en zone rurale, contribue à l’exclusion sociale des usagers les plus fragiles et contraint les autres à utiliser leurs automobiles. La délocalisation d’une usine, non seulement, appauvrit un bassin de vie en France, au profit de régions où la main-d’oeuvre est exploitée, mais elle contribue aussi à la hausse du transport mondial de marchandises. Des entreprises qui privilégient le rendement minimisent les dépenses (investissements) en matière de sécurité environnementale et des personnes.
Dans un communiqué commun, les organisations de jeunesse et de salariés ont appelé à la mobilisation en faveur de « l’amélioration des conditions de vie et de travail, dans le respect de l’environnement ».
Développer des services publics de proximité, relocaliser la production, conditionner les aides publiques aux entreprises, stopper les projets écologiquement et socialement rétrogrades sont quelques unes des revendications.

 

Philippe Martinez à Orange Village

Le 3 octobre, la section CGT-FAPT d’Orange villa-ge, plus gros site d’île de France, accueillait Philippe Martinez, Secrétaire Général de la CGT.
Un événement qui a mobilisé une soixantaine de militants CGT permettant ainsi de couvrir 6 bâtiments regroupant plus de 5000 salariés.
Philippe Martinez a rencontré les salariés sur un plateau « Agile » et un espace « dynamique » (Flexdesk), puis il a eu un échange avec la direction sur « l’Agilité » et l’emploi.
Le midi, les salariés ont rejoint l’auditorium pour débattre de « l’Agilité », de la reconnaissance, de l’emploi, de l’intégration des prestataires, des retraites, ou encore de l’avenir du statut cadre.
Un succès qui démontre que la CGT est bien perçue par des salariés majoritairement cadres qui souhaitent s’exprimer sur leur désir de faire un travail de qualité.

(…)

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

Crise sociale 2007/2010 à France Télécom : Orange met en place un fond d’indemnisation.

La direction d’Orange a décidé, à la demande des organisations syndicales dont la CGT, de mettre en place un fond d’indemnisations pour les salariés de l’entreprise et leurs ayants droits qui s’estiment victime d’un préjudice pendant la période dite « de la crise sociale » de 2007 à 2010 à France Télécom. Tout en sachant que les personnes qui auraient aussi eu des préjudices avant ou après la période 2007/2010 peuvent aussi saisir la commission d’indemnisation.

Qui peut saisir cette commission ?

Tous les salariés de France Télécom/ Orange encore en activité ou en retraite ou leurs ayants droits. C’est une démarche individuelle, les sollicitations collectives ne seront pas étudier.

Comment saisir cette commission ?

Chaque personne concernée peut saisir cette commission
-soit directement en allant sur le site : https://portailrh.sso.infra.ftgroup/comite-de-suivi-et-de-reparation1
-soit en en se faisant accompagné par une organisation syndicale via un Délégué Syndical Central.

(…)

En complément…

Lire la suite

Le statut fonctionnaire

PPCR, revalorisation des grilles indiciaires: des avancées, mais...

Alors que la phase 2 du PPCR (Parcours Professionnel des Carrières et des Rémunérations) avait été annoncée pour une application au T1 2018 lors du Conseil Paritaire du 8 Septembre 2016, il aura fallu attendre septembre 2019 pour que le Conseil des Questions Statutaire (ex-Conseil Paritaire) soit réuni pour une présentation des décrets relatifs à la revalorisation des grilles indiciaires.

La CGT a en permanence aiguillonné la Direction d’Orange pour qu’enfin les fonctionnaires d’Orange bénéficient, comme tous les autres fonctionnaires d’Etat, de la revalorisation des grilles indiciaires embarquée dans la phase 2 du PPCR.
La CGT a été la seule Organisation syndicale à vous proposer la signature d’une pétition pour pousser la Direction, à tous les niveaux, pour qu’elle pèse de toute son influence auprès des services du ministère de tutelle (et jusqu’au ministre DUSSOP) et qu’enfin les fonctionnaires puissent bénéficier de grilles indiciaires revalorisées.

 

En complément…

Lire la suite

Actions

Élections CSE 2019 à Orange

Exit résignation et fatalisme ! Je suis cadre, je me syndique, je candidate aux IRP !

Dans un contexte marqué par la révolution numérique et les bouleversements de l’organisation du travail et du management, les relations professionnelles sont malmenées. Nous sommes souvent contraints d’appliquer des décisions qui entrent en conflit avec nos valeurs et notre éthique. Parallèlement, nos qualifications sont de moins en moins reconnues. Notre sur-implication est jugée « naturelle », laissant peu de place à l’équilibre vie privée-vie professionnelle. Enfin le déroulement de carrière se dessine comme une perspective aléatoire.

Qu’est-ce que l’Union Fédérale des Cadres de la CGT ?

Afin de rassembler les cadres syndiqué.e.s la CGT-FAPT s’est dotée, en 1975, de l’Union Fédérale des Cadres. Dans chaque département une section spécifique permet aux cadres d’échanger, de débattre, de définir des revendications et des formes d’actions en phase avec les réalités. C’est le lien de proximité où les enjeux du monde du travail de demain se discutent, souvent avec l’apport d’intervenants externes.

Se syndiquer à la CGT c’est ?

  • Refuser l’isolement ;
  • Participer à ouvrir des perspectives de progrès social, économique et environnemental pour mieux vivre et mieux vivre son travail ;
  • Bénéficier de l’accompagnement et de la solidarité ;
  • Participer aux prises de décision ;
  • Faire valoir ses idées et opinions dans le débat et participer à la démocratie syndicale en fonction de sa disponibilité et de ses envies ;
  • Recevoir toutes les informations utiles (presse syndicale, newsletters,…)

Est-ce que mon employeur sera informé ?

En aucun cas, la CGT ne communique ni ne transmet d’informations sur ses adhérents.

Se syndiquer, c’est cotiser ?

Le système de cotisations repose sur un principe de financement nécessaire pour se donner les moyens de l’action collective. 66 % du montant annuel des cotisations versées donne lieu à un crédit d’impôt. La cotisation sert à l’expression et au fonctionnement de l’organisation (tracts, affiches, formations syndicales, réunions…) Elle contribue au financement solidaire de la CGT à travers ses organisations ainsi qu’à la solidarité avec des secteurs en lutte. Enfin elle participe de l’indépendance de la CGT vis-à-vis des entreprises des partis politiques, de l’Etat et de groupes de pression.

Candidat·e CGT c’est ?

  • Plus d’implication pour le respect de chacune et chacun dans les choix de l’entreprise ;
  • Porter et défendre les réclamations individuelles et collectives de ses collègues de travail ;
  • Pouvoir devenir l’élu de proximité en m’appuyant sur l’expérience et le collectif de la CGT, une organisation solide et reconnue ;
  • Agir pour le respect des textes et accords existants et pour l’obtention de nouveaux droits dans l’intéret collectif.

Cet article est lié à l'action : « Élections professionnelles à Orange du 19 au 21 novembre 2019 »

Lire la suite

PUBLICATIONS

Livrets

Septembre 2019

Édito: Cadres à Orange, rien n’est écrit d’avance !

Le 19 novembre, vont débuter les élections professionnelles à Orange. Ces élections revêtent un caractère particulier, car c’est la première mise en place du Comité Social d’Entreprise.

Il n’y aura plus qu’un seul vote : le CSE. Les membres élus désigneront ensuite les Représentants de Proximité (RP) sur les différents sites en tenant compte de la représentativité. Ils désigneront également les participants aux différentes commissions, dont la Santé et les Conditions de Travail.Si ces Instances Représentatives du Personnel changent tant sur la forme que sur le fond, la CGT, reste fidèle à ses valeurs et continuera de se battre avec vous, au quotidien, pour que vos revendications soient prises en compte auprès des directions.

Ainsi notre campagne revendicative sur les PPCR et la revalorisation des grilles indiciaires, s’inscrit dans les attentes de nos collègues fonctionnaires en termes de parcours professionnel et de revalorisation de leur rémunération. Notre campagne sur la reconnaissance, en lien avec ce que nous avons obtenu dans le cadre de l’accord salarial de 2019. Une grande majorité des salariés sont très mécontents de l’accord ARCQ. En cela nous nous démarquons des autres organisations syndicales qui ont signé cet accord. Pour autant nous avons gagné le doublement du budget permettant de régulariser la situation des salariés qui n’ont pas eu de promotion depuis plus de 10 ans, nous avons gagné 900 promotions supplémentaires dans le cadre du budget spécifique égalité Pro et enfin un complément au budget ARCQ (1 000 promotions en plus).

Au niveau du Groupe, nous avons une initiative mondiale sur l’emploi, la rémunération, la reconnaissance, les conditions de travail et l’arrêt des projets de restructuration/externalisation. Ce sont autant de sujets qui sont dans les préoccupations des salariés d’Orange et des entreprises sous-traitantes, dans les services en France comme à l’étranger. Dans l’accord mondial égalité professionnelle, nous avons gagné la suppression des écarts salariaux au plus tard en 2025, ainsi que la prise en compte des violences au quotidien et au travail.

Vous le constatez, dans chaque négociation, chaque instance IRP, la CGT est force de propositions. Que ce soit sur l’emploi et l’insertion des jeunes dans le cadre de l’accord intergénérationnel, le droit à la déconnexion ou encore sur la vision des gains de productivité dans l’accord numérique… Nous militons pour construire le numérique autrement afin qu’il soit synonyme de réels progrès sur le plan humain, économique, social, et environnemental, et ne détériore pas les conditions de vie et de travail.

Nous revendiquons la reconnaissance de notre professionnalisme afin d’exercer pleinement nos métiers et nos responsabilités, en prenant toute notre place dans la construction des orientations et des décisions, y compris dans la conception de projets alternatifs. Nous revendiquons, enfin, de manière interprofessionnelle un statut de l’encadrement qui reconnaisse l’expertise et la technicité, qui légitime son rôle au sein du collectif de travail et qui permette de tirer les grilles de salaires vers le haut.

Nous sommes actuellement en pleine bataille contre la réforme des retraites. Ce que nous portons permet de faire la différence avec les autres organisations : les citoyens et les salariés sont au coeur de nos préoccupations.

Voter CGT, c’est aussi avoir la volonté d’une autre répartition des richesses pour le progrès social !

 

Autres publications 

VIDÉOS

Animation CGT FAPT Salaire

Pourquoi faut-il augmenter les salaires? Contrairement aux idées reçus, il est possible de reconnaitre le travail des salariés. La CGT FATP fait des propositions.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange