ÉTABLISSEMENT DO Caraïbes

Pou lagwiyann déKolé / Pour une Guyane qui décolle

Intervention CGT FAPT au CCUES d’Orange

Voilà plusieurs semaines que les salariés, la population et les syndicats de Guyane dénoncent la dégradation continue de leurs conditions de vie et de travail, l’insécurité, le taux de chômage qui atteint 22%, le manque d’infrastructures, le système de santé défaillant, la misère.

C’est dans ce contexte tendu avec une paralysie de la vie quotidienne connu de tous que la Direction d’Orange Caraibes et Orange Caraibes n’a pas hésité à rajouter de l’huile sur le feu en demandant aux salariés de déposer des JTL s’ils ne pouvaient se rendre au travail, allant jusqu’à annoncer la retenue du trentième.

Pour la CGT plutôt que de faire preuve d’autoritarisme, la direction devrait entendre les revendications qui s’expriment sur l’emploi, sur la remise à niveau du réseau, sur le développement industriel, l’investissement pour la fibre, la 4G, sur la reconnaissance des qualifications. C’est la préoccupation première de nos camarades de la CGTG, CGTM et de l’UTG, c’est ce qu’ils vous ont dit par déclarations.

Il y a un avant, il y aura un après à l’issue du conflit. La négociation doit être la priorité ; la direction de la DOC doit revenir à la raison et cesser ses intimidations. Alors que vous affirmez dans toutes vos communications placer l’humain au centre de vos préoccupations, ce qui se produit en Guyane démontre l’inverse. Votre responsabilité est bien d’accorder vos écrits et vos actes et vous devez prendre toutes les mesures pour ouvrir un dialogue social à la hauteur des enjeux.

Les salariés, ne peuvent subir la triple peine : une inégalité d’équipement, des difficultés liée29s à des décennies de dénis de la part des pouvoirs publics et entreprises, des directions qui frappent à la caisse mettant encore plus à mal des populations en difficulté.

Nous vous demandons d’arrêter ces provocations et de répondre aux demandes de nos camarades concernant le retrait de la note de la DOC et d’ouvrir des négociations. Il ne peut y avoir ni retenue ni ponction sur salaire, ce ne sont pas les salariés les responsables de la crise en Guyane.

Lire la suite