ÉTABLISSEMENT DO Sud Est

Unité d’Intervention Marseille - CHSCT

Déclaration préalable au CHSCT du 13 juillet 2017 :

Push mail du DRH groupe d’Orange le 11 juillet aux salariés pour les élections professionnelles de novembre chez Orange :

Représentant du personnel : Pourquoi la direction s’occupe des candidatures ?

Devrions-nous penser que la direction d’Orange est déjà « En Marche » vers la loi travail XXL qui souhaite supprimer les organisations syndicales aux profits de candidatures individuelles ?

En effet dans votre push mail du 11 juillet aux salariés, vous semblez réécrire les prérogatives des instances (et non des organes) de représentation du personnel. En aucun cas les élus DP, CE et CHSCT ne sont des partenaires sur les performances des enjeux économiques.

Dans notre entreprise comme dans beaucoup d’autres, faire état de son engament syndical lors d’un entretien d’embauche ou de promotion, par exemple, n’est surement pas « un atout […] dans un parcours professionnel » ! Sauf à accompagner l’ensemble de vos projets même si c’est à contre sens des intérêts et conditions de travail des salarié-e-s.

C’est aux organisations syndicales de construire leurs listes, de définir le rôle de leurs élus et mandatés en lien permanent avec leurs syndiqués et les salariés.

S’il y a des difficultés à construire des listes, c’est plus du fait de la discrimination syndicale, de l’absence complète d’une génération de salariés car l’entreprise n’a pas embauché et nous nous retrouvons avec des jeunes recrutés d’un côté et des futurs retraitables de l’autre.

Le TPS, le télétravail à domicile, le temps partiel subi notamment par les femmes pour concilier vie professionnelle et vie privé, l’incertitude face à la perte d’activités et/ou transférées, les sous effectifs, sont autant de barrières pour devenir un candidat-e aux élections professionnelles.

Pour la CGT, l’organisation du travail, les répressions syndicales, les vagues de licenciements massives, la loi « Travail » d’hier et de demain sont des coups durs portés contre les syndicats et les dialogues sociaux dans les entreprises.

Sachez que nous ne resterons pas sans rien faire durant l’été pour alerter les salariés sur les dangers à venir de la casse du code du travail, qui est le seul rempart pour leur garantir un minimum de droits et d’accès, mais surtout pour porter nos revendications comme les 32h, le nouveau statut du salarié ou encore le 13ème mois dans notre entreprise.

Il aurait été plus efficace de faire un push mail : « Me syndiquer : pourquoi pas moi ? ».

Merci pour votre attention

Les élu-e-s CGT du CHSCT UIM : Jean Michel SCOTTO, Dalila HAMACHE, Marie Ange LLEDO, Guillaume LAMOURETTE, Robert LAURENT.

Le RS CGT du CHSCT UIM : Patrick CABEDO

Lire la suite

Par nos luttes et par nos votes, gagnons le progrès social !

Journal LDAJ Mai 2017 N°14

Les électeurs ont donc choisi massivement de barrer la route au Front National.

L’élection d’Emmanuel MACRON pour beaucoup par défaut et par crainte du pire, c’est le changement dans la continuité.

Si la forme change, c’est pour mieux continuer et amplifier les politiques libérales au service des actionnaires et du capital, en toute complicité avec l’Union Européenne.

Ce sont les politiques d’austérité, de casse des droits et garanties collectives, le chômage, qui entraînent la misère, la précarité, nourrissent la désespérance sociale et l’extrême droite. .

Les salariés et les citoyens devront être particulièrement vigilants sur 4 propositions du programme d’Emmanuel Macron :

  1. La réforme du code du travail par ordonnance (plafonnement des condamnations prudhommales, accord d’entreprise prévalant sur la loi ou les accords de branche, référendum pouvant être déclenché par l’Employeur, suppression de la prévention et du contrôle de la santé)
  2. La réforme de l’assurance chômage et de la formation professionnelle (Financement non plus par les cotisations sociales mais par la CSG qui augmenterait)
  3. La remise en cause de la fonction publique (Suppression de 120 000 Emplois en 5 ans et recrutement de contractuels de droit privé, disparition du point d’indice et salaire au profil)
  4. La réforme du système de retraites (La retraite à points qui casse notre système et qui porte de forts dangers sur le niveau des retraites

D’où toute l’importance de voter en Juin pour des candidats de progrès social qui lui refuseront de gouverner par ordonnances.

C’est aussi de voter CGT pour le progrès social aux prochaines élections DP et CE à Orange fin 2017.

La CGT avec ses propositions revendicatives alternatives n’aura de cesse d’œuvrer à l’unité de celles et ceux qui ont intérêt à ce que les choses changent car, tous ensembles, nous pouvons imposer une politique de justice sociale.

Le Pire a été évité …. Pour le Meilleur, il va falloir Mobiliser par la Lutte et les Votes !

LIRE LA SUITE

Lire la suite

Boitiers de géolocalisation : Orange toujours hors la loi !

Depuis le 8 février 2017, malgré l’accord avec SUD, Orange est toujours hors la loi…

En effet, la fédération SUD a négocié un accord avec ORANGE qui ne demande pas le retrait des boitiers de Géolocalisation !

ORANGE ne respecte pas l’application de l’arrêt de la cour d’appel de Paris du 29 septembre 2016 qui pourtant exige sous astreinte la dépose des boitiers de géolocalisation.

L’accord avec SUD n’a aucune valeur juridique ! L’expertise du CHSCT de l’UIRD confirme d’ailleurs que persiste la possibilité de géolocalisation avec ces boitiers

La Fédération CGT a mandaté en Février un huissier de justice pour sommer la Direction Générale de les retirer.

L’Avocat de la CGT des Télécoms 13 a écrit en Mai à la Direction d’Orange Sud Est pour que le rendu de justice soit respecté.

Faute de réponse  d’ici la fin du mois, la CGT attaquera ORANGE en tribunal Administratif.

Les boitiers doivent être retirés des véhicules  ORANGE !

Y’a pas d’arrangement !

La CGT sera vigilante pour  que cette décision soit respectée et appelle le personnel à l’être aussi.

Lire la suite