ÉTABLISSEMENT DO Est

Journal des élus CGT au CE de la DO Est - Octobre 2019

EDITO

La raison d’être d’Orange ?

Pour la Direction, la raison d’être d’Orange ne se résume-t-elle pas tout simplement à générer des bénéfices au profit des actionnaires et, pour ce faire, à supprimer massivement des emplois ?

Pour la CGT, la raison d’être d’Orange est tout autre et a été développée tout au long de la mandature, à travers ses déclarations et ses tracts, depuis l’épanouissement de son personnel dans son activité professionnelle jusqu’à sa contribution à l’aménagement du territoire, en passant, notamment, par sa contribution à l’intégration des jeunes dans le monde du travail, au-delà des contrats d’alternance.

Au Sommaire :

  • Edito
  • Dans nos boutiques
  • Activités Sociales et culturelles
  • GPEC

En complément…

Lire la suite

Grève très suivie dans les AD Grand Est

Boutiques Orange : STOP !

L’ensemble des Organisations Syndicales appellent les salariés des boutiques Orange (Alsace, Lorraine, Bourgogne, Franche Comté) à se mobiliser ce Samedi 2 Novembre 2019.
Pour les salariés et pour les clients, les organisations syndicales disent STOP !

 

Lire la suite

Journal des élus CGT au CE de la DO Est – juillet 2019

EDITO

Le projet gouvernemental sur la réforme des retraites prend forme. Après un simulacre de concertations avec les syndicats pour afficher un pseudo dialogue social, ce projet est présenté au cœur de la période estivale pour détourner l’attention de la population sur les vraies raisons de cette nouvelle réforme régressive. Au nom de « l’équité », personne ne sera épargné, actifs comme retraités toutes et tous seront perdants !
Chez Orange, en 25 ans, les effectifs ont été divisés par 2 en France. Sur notre territoire, à la création du CE DT Est, reprenant les Directions Régionales Alsace, Bourgogne, Lorraine et Franche-Comté en 2007, nous étions près de 10 000. Aujourd’hui, au moment de la création du CSE Grand Nord Est, nous sommes à peine à ce chiffre. Cela signifie qu’en 12 ans, la DO Est a vu ses effectifs fondre de près de la moitié.
L’ambition de l’entreprise avec le projet  « nouveau Nancy » est encore de diminuer par 2 les effectifs travaillant actuellement sur Vandoeuvre, St Georges et St Max afin de les faire rentrer au chausse-pied dans le nouveau site. Voilà de quoi susciter de l’enthousiasme chez nos collègues, qui voient leurs conditions de travail se dégrader et leur activité reprise par la sous-traitance, pressurée par Orange !
Pourtant le constat est fait que la qualité produite par nos « partenaires » est loin d’être celle attendue par nos clients. Peu importe, la stratégie d’Orange est de vider l’entreprise de ses salariés et de sous-traiter toujours plus, que ce soit en unités d’intervention, en prises d’appel tous marchés confondus ou en pilotage de livraison de commandes, comme DELIVERY avec les piètres résultats que l’on connait.
La CGT considère qu’une entreprise qui n’offre pas de perspectives à ceux qui produisent les richesses par leur travail, ni à la jeunesse pas plus qu’aux salariés séniors, est une entreprise sans avenir !   … lire la suite dans le fichier pdf

En complément…

Lire la suite

Journal des élus CGT au CE de la DO Est – juin 2019

Edito

La parole de nos dirigeants est trop souvent contredite par leurs actes.
Stéphane Richard affirme : «  il faut lâcher du lest » puis il maintient un versement de 2 milliards aux actionnaires. M Macron dénonce à l’OIT les dérives d’un « capitalisme devenu fou » ou les « captations des richesses par quelques-uns » et supprime l’ISF…
Les deux mondes se côtoient, mais ne se rencontrent pas. Il y a d’un côté, les dirigeants, les possédants, ils nous parlent d’effort, d’efficacité économique, d’évolutions technologiques et ne sont jamais responsables  de la souffrance des salariés …Ils en appellent au renoncement collectif pour maintenir et accroitre la situation de leurs intérêts singulier De l’autre, des salariés, une majorité de la population, ils triment et témoignent de leur souffrance au travail ou de celles leurs proches.
L’actualité judicaire nous rappelle les risques sociaux liés à la cupidité patronale.
Lors du procès France Telecom nous écoutons les témoignages avec un sentiment ambigu, mélange de satisfaction et de désespoir : satisfaction d’être à côté de nos collègues mais désespoir de toujours voir de la souffrance au travail chez Orange en 2019.
Les  rapports des médecins en 2017 et 2018, et à la dernière enquête SECAFI 2019 confirment l’alourdissement de la charge de travail et la dégradation des conditions de travail La situation est préoccupante notamment les Agences Distribution, les Agences Entreprises et les Agences Pro-PME.
La Direction va-t-elle enfin prendre conscience du mal-être qui perdure et écouter les salariés qui demandent une autre répartition  de la richesse ?
La CGT demande plus de justice sociale à Orange et moins de souffrance.La CGT revendique des embauches massives et une augmentation généralisée des salaires de 6%, en lieu et place du versement de dividendes aux actionnaires

 

Un salarié ne doit pas perdre sa vie à simplement vouloir la gagner.

En complément…

Lire la suite

Journal des élus CGT au CE de la DO Est - mai 2019

Edito

En ce mois de mai 2019 débute enfin le procès pour harcèlement moral intenté contre les anciens dirigeants de France Télécom et contre la personne morale de France Télécom.

Le fait qu’il se tienne est donc en soi, une première victoire qui montre la solidité du dossier à charge, mettant à jour des pratiques managériales inacceptables.

Il s’agit également d’une première victoire pour les familles des victimes d’abord et tous ceux qui ont perdu un proche.

Ici aujourd’hui, nous pensons plus particulièrement à la famille Perrin, nos collègues Monique et  son mari Jean, dont le frère, Robert, travaillant comme lui au sein du CSC de Strasbourg-Schiltigheim s’est suicidé le 18 mai 2008.

Ce procès doit être celui du « Plus jamais ça ! ». On ne doit pas perdre sa vie à la gagner. Ce n’est pas seulement le procès du passé, c’est aussi celui pour l’avenir. Ce procès doit conduire, bien au-delà de l’entreprise concernée, à rendre dorénavant possible la responsabilité pénale des employeurs, donneurs d’ordre et sous-traitants, qui font des salariés la variable d’ajustement, au nom de la course au profit.

Jamais la fin ne justifie les moyens ! 

Car c’est bien au nom de la guerre économique du secteur des télécoms, d’une recherche de rentabilité financière en opposition au service public, dont France Télécom était l’opérateur avant d’être privatisé, que cette catastrophe a eu lieu.

La CGT voit l’entreprise autrement. Il est urgent que dans l’entreprise, ceux qui font le travail aient voix au chapitre. Aujourd’hui, la CGT l’affirme, il faut remettre le travail et les salariés au cœur de l’entreprise. 

 

En complément…

Lire la suite