ACTUALITÉS Communiqués de presse

Communiqués de presse

Baisse du dividende : Encore loin du compte

Orange a annoncé ce matin la baisse du solde du dividende au titre de l’exercice 2019. Au lieu des 40 centimes par action qui étaient envisagés, ce sont 20 centimes qui seront versés aux actionnaires en Juin 2020, soit plus de 530 millions d’euros.

La CGT prend acte de cette décision qui constitue un premier pas pour répondre à l’exigence de justice, de décence et de solidarité nationale dans le contexte sanitaire actuel et ses conséquences économiques et sociales.

L’utilisation des 530 millions d’euros ainsi récupérés par l’entreprise doit être orienté afin de garantir l’emploi, les salaires, de reconnaitre le travail et d’annuler la confiscation des JTL décidée unilatéralement par l’entreprise.

La CGT, qui par son intervention au conseil d’administration de Mars 2020, a permis que le sujet soit abordé et qu’un groupe de travail se crée. A cette occasion, la CGT a demandé l’annulation dans son intégralité du solde des dividendes 2019 et la suspension du dividende 2020. Ces décisions qui doivent être prises dans toutes les grandes entreprises, y compris Orange, doivent aussi permettre de préparer l’après. Il faut sans attendre aller plus loin.

Des mesures de ruptures sont indispensables.
La crise actuelle confirme que le secteur des télécoms est un secteur stratégique et vital. Dans cette période si particulière, l’engagement et le savoir-faire des salariés permettent à nos réseaux de tenir et de répondre aux besoins essentiels de la population. Pour le personnel d’Orange c’est également un sens retrouvé à leur activité au service du bien commun.

Ce secteur doit sortir de la seule logique financière qui confisque à la population la maitrise des choix essentiels notamment sur le déploiement du Très Haut Débit (fibre, 4G et 5G) permettant de lutter contre la fracture numérique.
Pour la CGT, il est impératif qu’Orange revoit dans son intégralité le plan stratégique Engage 2025 au regard des enseignements que nous tirerons de cette crise. Ce plan, qui ouvre la voie à l’externalisation des réseaux d’Orange et qui prévoit une forte contraction de l’emploi en France, ne doit plus être d’actualité.

Pour la CGT, il est essentiel de maintenir et développer les savoirs faire et l’outil industriel, dont la fiabilité et l’utilité dans la période vont durablement marquer les esprits. Il faut sortir d’une logique financière pour entrer dans une logique industrielle qui permette le développement d’emplois stables et qualifiés, de l’investissement, de la recherche et du développement et la reconnaissance des qualifications du personnel d’Orange.

Lire la suite

Inter-générationnel

Appel des organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FOCom, SUD PTT, aux salarié.e.s d’Orange

Face aux mobilisations qui, depuis le 5 décembre, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD PTT appellent les salarié.e.s d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites.

Les dernières interventions gouvernementales confirment les reculs sociaux induits par le projet de réforme et ce ne sont pas les ajustements, notamment financiers, renvoyés à un second round qui modifieront les principes fondamentaux du projet.

Comment le gouvernement peut-il déclarer une réforme plus juste alors que :
– La prise en compte de toute la carrière, au lieu des 25 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public, pénalisera toutes celles et ceux qui ont une carrière hachée ou ascendante.
– 10 % des cadres ne cotiseront plus sur l’ensemble de leur salaire et seront contraint•e•s de « jouer » une partie de leur retraite sur les marchés financiers (sans aucune garantie de restitution de leur épargne). Avec ce projet, le système de retraite par répartition sera privé de 3 milliards de cotisations par an.
– La compensation des périodes de chômage, maladie, maternité…sera renvoyée à un financement par l’impôt, avec le risque que ce soit plafonné et sous conditions de ressources… Ce qui induira l’exclusion des mécanismes de solidarité.
– Les femmes seront les grandes perdantes du projet, notamment avec la confirmation des reculs sur la réversion et les droits familiaux.

Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD PTT souhaitent pouvoir négocier une réforme des retraites qui améliore et renforce le système par répartition.
Les femmes et les hommes, fonctionnaires et de droit privé, de l’entreprise Orange ne seront pas épargnés-es, l’heure est à la mobilisation.

Les organisations syndicales CFE-CGC, CGT, FOCom, SUD PTT appellent les salarié.e.s d’Orange à la grève et aux manifestations le jeudi 9 janvier et à faire du samedi 11 janvier une journée de manifestation dans tout le pays.

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

Procès France Télécom-Orange: un procès pour l'avenir

Le tribunal vient de condamner les principaux protagonistes du dossier France Télécom Orange pour harcèlement moral et complicité. L’entreprise France Télécom -aujourd’hui Orange- est aussi condamnée.
C’est un jugement important pour les victimes de cette période à France Télécom qui voient leurs souffrances, leur désespoir reconnus et certains coupables condamnés.
C’est un jour important pour tous nos collègues qui ont perdu la vie à cause de leur travail, à leurs familles et à celles et ceux qui étaient et sont encore meurtris par les conséquences et la brutalité d’une politique managériale de harcèlement. Mais aussi à tous nos collègues encore en activité ou en retraites aujourd’hui, touchés eux aussi, et qui ont participé aux luttes et aux nombreux débrayages au cœur de la crise pour dire stop à ce qui était en train de se passer, et pour que s’ouvrent des négociations.
Ce jugement fait date, car il est le premier de ce genre et ouvre des perceptives pour tous et toutes celles qui sont victimes de ce même types de harcèlement dans de nombreuses entreprises encore aujourd’hui.
C’est un point d’appui également pour gagner la ratification de la convention et sa transcription dans la loi française qui condamne toute forme de violence et de harcèlement au travail. La CGT, comme d’autres organisations, l’a exigé dans le cadre des 100 ans de l’OIT à Genève.
« La raison d’être » des entreprises, introduite par la loi PACTE, sensée intégrer les enjeux sociétaux dans les stratégies d’entreprise, apparaît en l’état comme un leurre visant à améliorer l’image détériorée des entreprises dans l’opinion. La direction d’Orange utilise ce sujet dans sa stratégie de communication afin de masquer sa politique destructrice d’emplois et génératrice de mal-être au travail. Ce sont malheureusement les même choix que la direction semble vouloir poursuivre dans le plan stratégique 2020-2025 qu’elle vient de présenter.
Le procès a démontré l’importance d’une démocratie sociale à l’entreprise au plus près des salariés. C’est ce que la CGT porte à travers des représentants du personnel de proximité.
Ce sont les salariés qui font l’entreprise, qui sont au cœur du travail, ce sont eux qui créent toute la richesse et personne d’autre. Ils doivent à ce titre être au cœur des choix.

Lisez également le communiqué ci-joint « Le harcèlement moral institutionnalisé
enfin reconnu et condamné: Un jugement historique »

Lire la suite

Communiqués de presse

Engage 2025 : La raison d’être d’Orange, satisfaire les marchés financiers

Orange a présenté, hier, son nouveau plan stratégique, Engage 2025. Sur certains aspects ce plan est un copié-collé des plans précédents : croissance sur OMEA (Afrique) et sur OBS (business services), plan d’économie drastique sur la zone Europe, principalement sur la France qui portera la quasi-totalité des destructions d’emplois (-3 000 à 4 000 par an).

Après des années de destruction de sa capacité d’innovation et de sa recherche et développement, Orange est en panne de nouveaux relais de croissance sur ses marchés traditionnels, ce sont donc une nouvelle fois les salariés qui vont servir de
variable d’ajustement.

Sur le volet infrastructures, ce plan marque une rupture avec la création de TowerCo (filiales où sont logées les antennes mobiles) et de FiberCo (idem sur les prises fibre optique) sur toutes ses géographies. Si Orange en garde dans un premier
temps la propriété, rien n’est à exclure quand à la future structure actionnariale de l’ensemble.

C’est l’amorce de la volonté de séparation réseau- service qui se met en œuvre et qui fait courir à terme un risque industriel immense pour l’entreprise. La force d’Orange aujourd’hui est sa capacité à délivrer des offres intégrées (réseau-service) et ainsi d’assurer une qualité de service différenciante, notamment face aux géants du numérique, les GAFAM.

Sur le plan financier, malgré la bosse d’investissement due au déploiement de la fibre et de la 5G, Orange maintient « a minima » son dividende à 70 centimes d’euros quand d’autres opérateurs européens font le choix de le diminuer. De fait, le dividende sera donc payé en partie ou totalité par l’endettement sur les deux prochaines années, ce qui obérera inévitablement les capacités du groupe à investir dans les services pour continuer à développer ses activités.

Malgré une raison d’être orientée vers les marchés financiers, le message envoyé par la bourse, hier, est clair : investissez moins, vendez encore plus vite vos actifs réseaux et réduisez encore plus vite vos coûts et vos effectifs. En clair : détruisez
l’entreprise et sa capacité de développement pour nous verser nos dividendes. Il est urgent de sortir de cette spirale infernale et de mettre en place une politique industrielle, avec une vision d’avenir sur les nouveaux réseaux et services.

Pour la CGT, la raison d’être d’Orange doit être de développer ses réseaux et services afin d’offrir une qualité de service et garantir un aménagement du territoire cohérent, permettant de satisfaire les besoins des usagers. Cela passe par une appropriation publique (par les salariés, les citoyens et les élus), démocratique, des choix stratégiques dans le secteur des télécoms.

La CGT, avec le personnel d’Orange, est mobilisée à partir aujourd’hui dans le cadre de la journée d’action interprofessionnelle qui débute, ce jeudi 5 décembre, pour défendre le système de retraite par répartition, une autre répartition des richesses produite par le travail et la mise en place d’une réelle stratégie de développement industriel.

En complément…

Lire la suite

International

La CGT-FAPT soutient les salariés d’Orange Niger en lutte !

Depuis novembre 2018 les salariés du Niger vivent dans l’incertitude quant à leur devenir en raison de la situation de l’entreprise au Niger. Cette situation est liée à un différend entre l’Etat et la direction sur le paiement d’impôts qui a entrainé 42 jours de fermeture et de cession d’activité.  Les salariés du Niger avec leur organisation syndicale n’ont eu de cesse d’interpeller la direction afin d’obtenir des engagements sur leur devenir.

Dans le cadre de l’activité internationale, l’ensemble des organisations syndicales de l’Alliance Orange-UNI ont porté les revendications des salariés. Ainsi dans la déclaration commune du 17 juin dernier, nous avons demandé que des négociations s’ouvrent avec les salariés sur la situation d’Orange Niger, et que la direction s’engage à trouver une issue favorable pour chaque salarié. Nous avons été reçu par la direction du Groupe le 17 juillet afin d’aborder l’avenir des salariés. Des engagements ont été pris par la direction afin de répondre aux revendications du personnel quelle que soit l’issue de la situation.

Depuis le 20 aout, les salariés sont à 100% en grève pour se faire entendre par la direction, qui refuse de leur octroyer une prime exceptionnelle dans le cadre de la reprise de l’entreprise par Telecel RDC. Cette dernière n’offrant, qui plus est, que 2 ans de garantis dans l’emploi aux salariés.

La CGT FAPT apporte tout son soutien à l’ensemble des salariés du Niger. Elle mettra tout en œuvre afin que les revendications des salariés soient entendues à tous les niveaux de l’entreprise et qu’ils obtiennent satisfaction.

Unis nous vaincrons.

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Notre santé avant les profits

Dans un contexte de crise sanitaire, la CGT FAPT se mobilise pour la santé du personnel d'Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange