ÉTABLISSEMENT DTSI

Echo CE DTSI Mars 2018

Edito : Les miettes pour les salariés

La négociation salariale 2018 s’est terminée en queue de poisson le 20 mars avec la suppression d’une dernière séance pourtant prévue. Orange propose donc à ses salariés, couverts d’éloges dans leur participation aux bons résultats, 1,4% en augmentation collective, ceci représentant peu ou prou entre 25 et 30 € nets par mois. Le taux directeur total, incluant ces mesures collectives, les mesures de reconnaissance et les mesures spécifiques, est de 2,5%, soit 0,2 points au-dessus de celui de 2017.

Etant donné l’inflation prévisible en 2018, supérieure de 0,5 point à celle de 2017, les salariés d’Orange n’auront même pas obtenu le maintien de leur pouvoir d’achat !

Pour rappel, les mesures de reconnaissance concernent seulement 20% d’entre eux. C’est-à-dire que 80% des salariés devront se contenter de ces miettes comme remerciement !

Enfin, concernant l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, et après la signature unanime d’un accord, Orange propose de doubler le budget et le ramène au même niveau qu’en 2016 ! Et le budget consacré à la promotion des femmes n’est qu’un trompe-l’œil car il ne concernera de fait que 1100 salariées soit 3,75% des femmes à Orange. L’égalité professionnelle à Orange est une grande priorité, mais seulement dans la communication pas en espèces sonnantes et trébuchantes.

Ces propositions ne sont pas à la hauteur des enjeux. 5% d’augmentation de la productivité des salariés en 2017, des résultats financiers salués par la presse spécialisée, tout çà pour quoi ? Des remerciements, de notre Président ? De qui se moque-t-on ?

 

En complément…

Lire la suite

L'écho du CE DTSI Février 2018

Edito : Les prestations ASC pour 2018

 

Le CE DTSI a voté le programme des ASC 2018 et le budget correspondant de façon majoritaire par les élus CFDT, CFTC, CGT et FO.

Sud a présenté un programme ASC sans budget correspondant ce qui rendait difficile l’évaluation des prestations.

La CGC n’a rien proposé et n’a pas pris part au vote.

La CGT a voté pour ce projet car il reprend en grande partie ce qui existait les années précédentes et qui satisfont les salariés.

Les modalités d’application devraient être mises en ligne dans les semaines qui viennent.

De plus les offres de séjours vont perdurer, au bénéfice des familles qui pourront partir en vacances à des coûts défiant toute concurrence.

La bibliothèque numérique est maintenue et son budget est augmenté de façon à pouvoir offrir gratuitement à la lecture des salariés de plus en plus de titres.

Il y a quelques nouveautés par rapport à l’an passé.

Tout d’abord le minimum de participation du salarié sur les prestations du Pack Liberté passe de 20% à 10%.

Ensuite les prestations de rentrée scolaire sont élargies aux enfants de maternelle, sous réserve d’un justificatif de scolarité.

Enfin une possibilité sera donnée, sous conditions, de bénéficier de chèques vacances sans épargne préalable.

 

 

Lire la suite

L'écho CGT du CE DTSI de janvier 2018

Extrait de la déclaration préalable : Le lion sochalien dévore les salariés !

Sans aucun motif sérieux, et alors que le groupe PSA a un bénéfice net en 2015, de 1,2 milliard d’euros, il s’est fixé pour objectif de supprimer 1 300 emplois en rupture conventionnelle collective et 900 «congés seniors» (départs anticipés) tout en prévoyant d’embaucher 1 300 CDI en 2018. Mais les 1 300 licenciés vont se retrouver au chômage sans accompagnement en formation et sans priorité de réembauche, c’est cela la rupture conventionnelle collective.

D’aucuns disent qu’il ne s’agit pas de licenciement mais d’une rupture conventionnelle ! A ces commentateurs qui n’ont connu la misère et le dénuement qu’à travers le petit écran, nous tenons à préciser que si la rupture conventionnelle émanait du salarié qui souhaitait quitter l’entreprise, la rupture conventionnelle collective émane du patron qui choisit ceux avec qui il souhaite rompre le contrat de travail. La différence est de taille pour les salariés concernés et leurs familles!

Pour la CGT, le développement de l’emploi devra passer par une réduction du temps de travail, avec des investissements massifs pour améliorer les conditions de travail, mais aussi développer les nouvelles technologies et non pas pour dégager plus de profits pour les actionnaires. La politique de PSA est indécente, l’attitude des organisations syndicales signataires est condamnable et le comportement du gouvernement, qui laisse faire, est inadmissible !

D’autant que, moins d’un mois après la parution du décret, plusieurs entreprises se laissent tenter. Nous avons toujours dit qu’à partir du moment où on mettait dans les mains des patrons des outils simples pour licencier le personnel sans risque, il n’y avait aucune raison qu’ils ne s’en servent pas. Et certains salariés à Orange devraient se méfier aujourd’hui. Comment pourraient-ils être sûrs que des organisations syndicales réformistes, qu’ils ont élus, ne signeront pas ce genre de programme ? Seule la vigilance et la mobilisation peuvent empêcher ces coup bas.

La CGT sera à leurs côtés, soyez-en certains !

En complément…

Lire la suite

Tenaces et Efficaces Décembre 2017

EDITORIAL : Besoin d’une remise en perspective

Les élections professionnelles à Orange qui se sont tenues du 7 au 9 novembre dernier, ont vu la progression de la CGC et de la CFDT sur le périmètre de l’UES Orange.

Ce constat nous pouvons aussi le faire sur notre périmètre DTSI puisque la CGC y progresse de 5,81% sur le vote CE, la CFDT  progresse de 2,58%, tandis que notre Organisation Syndicale perd 2,07%.

Bien entendu nous devons analyser, mais avant tout nous devons nous poser la question, sur ce qui amène les salariés d’Orange à autant de défiance envers des syndicats comme la CGT alors qu’au niveau national les salariés lui ont fait confiance pour défendre leurs intérêts à plus de 60% contre les lois Macron/ El Khomri en 2016.

Le matraquage et la communication de l’entreprise n’y sont probablement pas pour rien. Là aussi, les supposés cadeaux faits aux salariés comme les actions gratuites d’ici 2020, Orange Bank maintenant font partie d’une stratégie pour tenir les salariés en haleine. Mais il ne faut pas oublier que c’est bien le fruit du travail de ses salariés qui finance ces largesses.

Pour notre part nous défendons depuis longtemps un treizième mois qui permettrait d’augmenter bien plus sensiblement le pouvoir d’achat des salariés.

Le travail effectué par de nombreux militants entre 2010 et 2015 pour les sous-positionnements, les accompagnements de salariés lors des changements d’organisation, et des déménagements de service (SDIT) qui ont permis de dédommager substantiellement ces salariés ont-ils été déjà oubliés ?

Et sur les Activités Sociales et Culturelles, l’accord de gestion passé avec la CFDT, qui d’après les remarques de nombreux salariés plaisait beaucoup quant aux choix donnés aux salariés, est-il aussi oublié ?

 

En complément…

Lire la suite

L'écho CGT du CE DTSI

Agiles, plus vite … et dans le mur?

Aujourd’hui dans le SI le DevOps et la méthode Agile prennent de plus en plus de place. Dans le SI, traditionnellement on conçoit, développe et qualifie des applications avant leur mise en production dans les services dits d’exploitation. Mais dans la course à l’échalote où tout doit aller plus vite, pour simplifier on fait tout à la fois : on développe et on met en exploitation dans la foulée, en s’assurant, en théorie, que tout va bien se dérouler. On connait cela toutes et tous, qui n’a pas pesté contre une nouvelle version d’un logiciel ou d’un OS avec le sentiment de faire le travail de débogage ? C’est la nouvelle doxa dans le SI, ça permet d’aller plus vite. Tout va plus vite, on ne sait pas où, mais on y va plus vite, même si c’est dans un mur.

A Orange, dans notre communication interne, on cite en exemple une autre entreprise qui serait en avance dans ce domaine, la SNCF.  Or elle a fait la une de l’actualité il y a peu : panne générale à côté de Marseille, gare Saint Lazare arrêtée, gare Montparnasse arrêtée pendant une grosse journée. Les raisons sont multiples mais issues d’une mise en production en mode … DevOps. Est-ce là l’exemple à suivre pour le SI d’Orange ? On a déjà des difficultés avec Come, avec un SI d’Orange Bank très perfectible, est-ce bien utile de continuer ainsi ?

Il faudrait peut-être au contraire se poser et prendre le temps de la réflexion, on gagnerait en qualité et aussi en rapidité. La CGT est bien consciente que ces projets sont imposés par la baisse des effectifs et les prochaines années, avec la mise en application d’Explore 2020 et Essentiel 2020 ne laissent pas présager l’arrêt des restructurations mais plutôt une accélération.

D’ailleurs, l’un des enjeux de DevOps réside dans l’accompagnement de la transformation des équipes. Tout cela nous rappelle une période pas si lointaine avec le programme NEXT.

 

En complément…

Lire la suite