NOS ACTIONS

alternative title

Élections professionnelles à Orange du 7 au 9 novembre 2017

Du 7 au 9 novembre 2017, auront lieu les élections professionnelles à Orange. Vous allez voter afin d’élire vos représentants au Conseil d’Administration (CA), au Comité d’Établissement (CE), et vos Délégués du Personnel (DP), c’est-à-dire ceux qui vont vous représenter auprès des directions locales et nationales pour les trois prochaines années. Le scrutin se fera par vote électronique.

Ce scrutin se déroule dans un contexte où les droits et garanties collectives sont attaqués de toutes parts par les gouvernements successifs, le MEDEF et avec la bienveillance de certaines Organisations Syndicales. Nous assistons notamment à la remise en cause des droits à la négociation et à la représentation collective. La CGT s’y oppose et fait des prositions.

Avec la primauté donnée aux accords d’entreprise, l’enjeu de ces élections sera la représentativité. Renforcer le poids de la CGT à Orange est important. En votant CGT, vous soutiendrez un syndicat qui est ouvert au changement à la seule condition qu’il soit un plus pour le progrès social et les salariés.

Votez CGT, c’est :

  • La garantie pour les employés, les agents de maîtrise et les cadres que les intérêts de tout le personnel seront défendus à tous les niveaux face à la direction,
  • La garantie que seront défendus haut et fort les droits collectifs afin de renforcer les droits individuels,
  • La garantie que vos éxigences et vos revendications seront portées dans toutes les négociations pour obtenir un maximum d’acquis et de protection pour tous les salariés.

Ensemble décidons de notre avenir !

Vacances, culture, aides sociales : nos Principes et nos Valeurs

Faire du droit aux vacances, un droit au même titre que le droit au travail, à la santé, au logement c’est ce que revendique la CGT.
La CGT considère que le CE doit être un acteur décisif pour le départ en vacances du plus grand nombre. Le CE porte l’exigence d’une prise en compte plus active des vacances dans la politique de la famille à travers l’aide à la personne et en tenant compte des revenus et de la composition du foyer. Il doit redonner aux Chèques-Vacances le rôle et la place qui leurs étaient assignés lors de leur création : construire son projet de vacances par un plan d’épargne abondé par le CE.
En outre le CE doit concilier en permanence le social et l’économique. Il doit développer les conditions d’un tourisme alternatif, pour poser, à travers la problématique des vacances en France comme à l’étranger, la question du développement humain et durable.

De nombreux CE se contentent d’utiliser les budgets des activités sociales et culturelles (ASC) en distribuant directement des chèques cadeaux ou Chèques-Vacances : c’est une solution de facilité !
Pour la CGT d’autres choix doivent être faits, tels que consacrer une partie du budget pour investir dans des structures de vacances associatives, afin de favoriser le développement d’un patrimoine social et mutualisé entre CE. En effet, ce type d’investissement permettrait de bénéficier de tarifs très attractifs, atout supplémentaire pour favoriser l’accès aux vacances pour tous, à une période où les salaires ne sont pas à la hauteur des profits et des bénéfices engrangés par Orange.

Enfin les Activités Sociales et Culturelles défendues par la CGT doivent :

  •  Favoriser le développement, le partage et l’accès de tous à la culture et aux activités sportives.
  •  Tenir leur rôle social à destination des salariés et de leur famille.

Ensemble décidons de nos Activités Sociales et Culturelles : votez CGT !

Mutualisation /proximité
Un équilibre nécessaire et efficace.
La CGT défend le collectif, la solidarité, la proximité ainsi que la pérennité des prestations en direction des salariés travaillant dans une même entreprise. C’est pourquoi, en plus de proposer des ASC émancipatrices, au plus proche des salariés, les CE d’Orange doivent aussi garantir une égalité de traitement entre ouvrants droit, et peu importe le CE d’appartenance.

Poussée par la CGT, la mutualisation de certaines prestations confiées au CCUES, au travers de l’accord de gestion signé par 4 Organisations Syndicales et de la mise en place du guichet unique, présente beaucoup d’avantages :

  • La proximité : une seule porte d’entrée, votre CE,
  • La solidarité : des prestations d’action sociales (PAS, ALSH), de vacances pour les enfants et des prestations pour les retraités
  • L’égalité : les mêmes règles pour la gestion des comptes des actifs et des retraités.

Avant 2013, les CE d’Orange signataires de l’accord de gestion rétrocédaient 45% de leur subvention ASC au CCUES qui, entre autre, avait en gestion mutualisé les Vacances Adultes et la billetterie, dont les coups de coeur.
Depuis 2013, les CE d’Orange signataires du nouvel accord de gestion rétrocèdent 18,5% de leur subvention au CCUES, pour une gestion mutualisée du domaine Enfance (PAS, ALSH, garde d’enfant, Vacances Enfants), du domaine Solidarité (PAS Handicap, Devoir de Mémoire) et pour les retraités (aides à l’autonomie, chèques vacances, guichet loisirs…).

L’interlocuteur unique qu’est le CCUES, dans le cadre de la mutualisation, permet d’avoir un pouvoir de négociation plus important en termes financiers face aux différents prestataires (Vacances Enfants, Bons Plans…).
Un personnel spécialement dédié à ces activités permet d’être efficient tant sur la connaissance des prestations que sur la gestion des dossiers.
Cette mutualisation CE/CCUES permet d’optimiser l’ensemble des moyens tant financiers qu’humains, ce qui se traduit de facto par de meilleures aides en direction des ouvrants droit et des délais de gestion rapides.

En votant CGT, vous voterez pour l’égalité et la pérennité de ces prestations mutualisées.

Pour voir nos propositions sur les vacances le sport, la culture téléchargez notre tract

En complément…

Lire la suite

Élections CE/DP du 7 au 9 novembre 2017

Du 7 novembre au 9 novembre 2017, vous allez voter pour élire vos représentants au Comité d’Établissement (CE) et Délégués du Personnel (DP). C’est unn moment important d’expression démocratique, où vous allez choisir les élus au CE et les DP, c’est-à-dire ceux qui vont vous représenter auprès des directions locales et nationales.

Pourquoi faut-il que la CGT soit plus forte à Orange ?

  • Pour la défense des droits et garanties : la représentativité de la CGT, un enjeu majeur de ces élections,
  • Pour l’amélioration des conditions de travail,
  • Pour l’emploi,
  • Pour l’égalité professionnelle,
  • Pour garantir l’avenir d’Orange et de ses salariés.

Ensemble décidons de notre avenir !

Votez CGT !

Pour en savoir plus, téléchargez notre profession de foi ci-dessous.

 

En complément…

Lire la suite

Élections au Conseil d’Administration du 7 au 9 novembre 2017

L’avenir de mon entreprise et celui des salariés, ça me concerne !

Le CA : un rôle décisionnel !
Il délibère sur les grandes orientations stratégiques, économiques, financières, technologiques et sociales du Groupe. Du vote des 15 membres, découlent les décisions dans les services (recrutement, investissement, rémunération, réorganisation …)

La CGT au CA, une présence indispensable qui permet :

 

  • D’interpeller la direction sur les problèmes rencontrés dans les services (manque d’emplois,
    dysfonctionnements liés au SI, souffrance au travail…) afin de sortir de l’analyse purement
    financière du CA et de relayer les revendications des salariés.
  • D’interpeller l’État sur les choix stratégiques du gouvernement (fusion, désengagement,
    investissement, aménagement du territoire, destruction massive d’emplois …)
  • D’alerter le personnel sur des projets néfaste. Par exemple, la CGT s’est opposée avec succès
    à l’entrée au capital de Martin Bouygues qui à terme aurait pu prendre le contrôle d’Orange. Elle
    intervient contre le désengagement de l’État, ce qui fragiliserait l’entreprise et son personnel.
  • De porter des propositions alternatives, pour répartir les richesses en faveur des salariés. La CGT propose de réduire le coût du capital (les dividendes, les frais financiers, les acquisitions externes souvent achetées hors de prix et revendues au rabais…) et d’utiliser cet argent pour les salaires, le recrutement, le déploiement du Très Haut Débit et de la 5G sur tout le territoire, la recherche et le développement…
  • D’exiger de nouveaux droits: La CGT a obtenu que les élus du personnel au CA soient présents dans tous les comités. (rémunération, audit et innovation).
  • D’être informés: La tentation est forte de faire du CA une simple chambre d’enregistrement. Sous couvert de confidentialité, puis de secret des affaires, tout est organisé pour que rien ne transpire des réunions.
    Les élus CGT ne l’ont jamais accepté et ne s’y résoudront jamais. La CGT est la seule à rendre compte systématiquement de son mandat, en publiant une lettre CGT du conseil d’administration ainsi que des communiqués après chaque CA.
Lire la suite

Élections Professionnelles 2017 : Être candidat CGT

Du 7 au 9 novembre 2017 auront lieu par vote électronique, les élections pour renouveler les élus aux Comités d’Etablissements (CE) et vos Délégués du Personnel (DP) sur l’UES Orange (Orange SA, Orange PorteàPorte et Orange Caraïbes).
La CGT vous sollicite pour être candidats.
L’enjeu de ces élections est important. Après le vote de la Loi travail et ses conséquences, notamment l’abandon de la hiérarchie des normes, la CGT veut s’engager avec vous pour combattre tous les reculs sur nos droits et en conquérir de nouveaux.
Ces élections vont déterminer la représentativité de chaque organisation syndicale et donc celle de la CGT, aujourd’hui à 20,1% dans l’UES Orange.
Le poids de la CGT dans l’entreprise est essentiel pour :

 

  • rassembler tous les salariés,
  • porter des propositions alternatives aux choix stratégiques de la direction,
  • construire avec les salariés des luttes collectives qui permettent de gagner sur toutes les revendications.

Etre candidats, c’est donner plus de force à la CGT, premier syndicat de France, indépendant des directions.
Etre candidats CGT, c’est partager les valeurs de solidarité et de progrès social au service de tous les salariés quelles que soient leurs catégories, leurs métiers.
Etre candidats CGT, c’est permettre d’avoir des listes partout et donner la possibilité de voter CGT à tous les salariés.
Etre candidats CGT, c’est bénéficier du savoir-faire et de l’expérience de l’organisation syndicale, qui forme ses élus et ne les laisse pas seuls face à la direction.

Vous trouverez à la dernière page du dépliant à télécharger, un bulletin de candidature à nous retourner ou à remettre directement à un militant de la CGT.

En complément…

Lire la suite
Lire la suite et les 4 articles liés
alternative title

Pour la conquête de l’emploi stable et qualifié pour tous

Chômage, stages, emplois précaires, intérim, temps partiels imposés…

Que l’on rentre sur le marché du travail ou que l’on soit en réorientation professionnelle, le chemin qui mène à l’emploi stable et qualifié est semé d’embûches. D’ailleurs, les derniers chiffres du chômage confirment la tendance ; c’est l’explosion du nombre d’emplois précaires dans tous les secteurs d’activités. Les employeurs usent et abusent des multiples possibilités dont ils disposent pour ne pas embaucher un salarié en CDI à temps complet en favorisant les contrats courts, flexibles et à moindre « coût ».

C’est pourquoi, la CGT FAPT lance une grande campagne nationale : « pour la conquête de l’emploi stable et qualifié pour tous »

A Orange les emplois diminuent comme peau de chagrin avec les conséquences sur les conditions de travail des salariés et le développement de l’entreprise.

Des secteurs porteurs d’avenir comme la R et D sont particulièrement touchés. De même de nombreuses activités sont externalisées comme les accueils téléphoniques ou physiques mais également les activités techniques. L’emploi stable et qualifié est remplacé par des contrats  atypiques : contrats de qualifications, stagiaires…plus l’utilisation de  filiales ou prestataires.

Ainsi la direction utilise le dumping social en modèle et la mise en concurrence des salariés.

En imposant « la loi travail » par le passage du 49.3 le gouvernement répond à l’exigence du patronat de voir disparaître à terme le CDI à temps plein, avec dans un premier temps la possibilité de licencier plus facilement et de déroger à la loi, en termes de temps de travail par la mise en œuvre d’accord d’entreprise. C’est donc tous ensemble que nous devons lutter.

Sans attendre, à Orange, sur nos lieux de travail, portons haut et fort nos exigences collectives pour :

  • La requalification en CDI temps plein de tous les CDD, intérim….,
  • Le passage à temps plein de tous les salariés à temps partiel qui l’exigent,
  • L’embauche des apprentis, contrats pro….,
  • L’internalisation des activités et des emplois,
  • Des activités et des emplois de proximité pour répondre aux besoins des populations,
  • Des embauches permettant d’améliorer nos conditions de travail.

Agence Entreprise Grand Est : Avec la CGT, embaucher c’est possible !

Sur l’AE Grand Est, la CGT alerte régulièrement la direction sur la dégradation continue des conditions de travail, qui sont les conséquences des sous effectifs chroniques dans bon nombre de services.

Face au manque de personnel et au faible nombre de recrutements, la Direction a pour seule réponse l’appel à des ressources externes (sous traitance) ou temporaires (CDD, alternants). La direction nous explique sa bonne volonté en se cachant derrière des difficultés de recrutement, dont l’essentiel s’effectue en interne, dans un vivier en constante réduction.

Embaucher en externe, c’est possible ! Ne pas le faire, c’est envoyer un message négatif à tous les salariés en souffrance sur notre AE.

Le maintien du Chiffre d’Affaires, le développement de prestations de service, sans parler de l’expérience client « incomparable » ne pourront se faire qu’avec des effectifs suffisants dans chaque département, tant commerciaux ou environnement vente qu’en administration des ventes ou SAV.

Dans chaque instance, la CGT continue d’interpeller la direction de l’AE GE pour porter ses revendications en matière d’emplois et alerter sur les risques psychosociaux liés à la dégradation des conditions de travail, avec l’augmentation des TPS et des départs non remplacés.

Les salariés de l’AE GE exigent l’ouverture immédiate d’une négociation sur l’emploi et revendiquent :

  • une embauche externe pour chaque départ, afin de limiter l’appel à la sous-traitance
  • la transformation des CDD en CDI

Téléchargez ci-dessous la pétition à signer et à faire signer !

Lire la suite
Lire la suite et l'article lié
alternative title

Pour une autre répartition des richesses

Alors que le travail est le seul créateur des richesses dans l’entreprise, ces dernières sont accaparées par le capital.

À Orange entre 2008 et 2016, l’entreprise a généré 27 milliards de bénéfices et a versé 26 milliards de dividendes (96% des bénéfices).

Les salariés doivent faire face aux politiques de modération salariale alors que dans le même temps les dirigeants de l’entreprise voient leurs rémunérations et leurs bonus exploser. Ainsi le pouvoir d’achat est en baisse, ce qui n’est pas sans conséquence sur la croissance dans notre pays.

L’accord salarial de 2017 à Orange illustre bien cette modération. Avec 1,1 % d’augmentation moyenne collective, contre 8 % d’augmentation de dividendes, voilà comment se partagent les richesses à Orange : d’un côté le nectar pour les actionnaires et de l’autre les pelures pour les personnels.

La CGT exige une autre répartition des richesses pour :

  • L’emploi stable et qualifié
  • Les salaires
  • La reconnaissance des qualifications
  • L’investissement pour l’aménagement du territoire
  • La protection sociale
  • Le service public

1er Juin AG des actionnaires d’Orange : Pour une autre répartition des richesses

Tous les jours, nous est rabâché sans cesse que le travail serait un « coût », qu’il pèserait sur la compétitivité, les investissements et la rentabilité des entreprises. Ce sujet revient éternellement à la surface afin de justifier les régressions sociales et autres attaques sur le code du travail voulues par le patronat. Les politiques de l’Etat vont dans le sens de la baisse du « coût du travail » avec plus de 47 milliards d’aides versées sans aucune contre partie. Orange a perçu autour de 400 millions d’€ de CICE, Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, depuis 2013 (exonération censées favoriser les créations d’emploi) et a supprimé plus de 13 000 emplois. Mais au fond, est-ce vraiment le « coût du travail » qui est un frein pour notre économie ?

Le travail des salariés crée les richesses…

Alors que pour le capital, le travail est censé être un « coût », force est de constater, chiffres à l’appui, qu’il est essentiellement générateur de richesses. En effet, en France et en 2015, le travail a créé 1 950 milliards d’€ de richesses. A cette même période en moyenne un salarié en produit 75 000 €. Si l’on regarde à Orange, c’est près du double de richesses qui sont créées par les salariés. Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, le travail est le point central de la création des richesses en France et dans le monde. Si ce n’est pas le travail qui « coûte », alors c’est quoi ?

…La finance se les accapare !

Du côté de la finance, la grande majorité des richesses créées par le travail sont captées par les banques et les actionnaires dont l’Etat au détriment des salariés. Ainsi sur les 15 dernières années les dividendes distribués aux actionnaires ont été multipliés par deux. En 2016, ce sont 55,7 milliards d’€ de dividendes qui ont été versés par les entreprises du CAC 40. A Orange entre 2008 et 2016, l’entreprise a généré 27 milliards de bénéfices et a versé 26 milliards de dividendes (96% des bénéfices). Plus globalement le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde représente celui des 99% restant. Ce sont bien les rémunérations du « capital » qui sont un coût, pas le travail !

Les salariés : la variable d’ajustement.

Pour satisfaire aux exigences de la finance, les salariés sont la variable d’ajustement des entreprises. Etant considérés comme «une charge», les directions décident des suppressions massives d’emplois afin de diminuer les «frais de personnel», des délocalisations vers des pays où les salaires sont inférieurs. A Orange, sur une année glissante, ce sont 3 890 emplois qui ont été sacrifiés, soit une économie de 105 millions d’€ pour l’entreprise. Les salariés doivent aussi faire face aux politiques de modération salariale alors que dans le même temps les dirigeants de l’entreprise voient leurs rémunérations et leurs bonus exploser. Ainsi le pouvoir d’achat est en baisse, ce qui n’est pas sans conséquence sur la croissance dans notre pays.

Pour une autre répartition des richesses !

L’enjeu de cette bataille entre le coût du «capital» et le « travail », c’est la juste répartition des richesses créées par le travail. Malheureusement ces dernières vont dans les poches de la finance et non celles des salariés. Le compte de résultat 2016 pour Orange présente un bénéfice net de 3,2 milliards d’€, l’argent existe pour répondre aux enjeux industriels d’avenir (exemples la 5G) mais aussi aux besoins et attentes exprimés par les salariés en matières d’emploi, de reconnaissance et de rémunération.

A Orange, ensemble exigeons :

  • Des embauches immédiates,
  • La reconnaissance des qualifications,
  • L’augmentation des salaires,
  • Un 13ème mois,
  • L’investissement pour l’aménagement du territoire.

 

Lire la suite
Lire la suite et l'article lié
alternative title

Pour un Code du travail du 21e siècle

Face à la remise en cause du code du travail par le patronat, avec la complicité du gouvernement, la CGT propose aux salariés de se mobiliser afin de proposer un code du travail du 21ème siècle renforçant les droits et garanties de tous. Après la loi de sécurisation de l’emploi en 2013, la loi travail de 2016, dans son ensemble organise la régression sociale et nous fait revenir plusieurs siècles en arrière ! Depuis longtemps le MEDEF en rêvé, le gouvernement le lui a offert sur un plateau d’argent. Cette loi ne correspond pas aux aspirations fortes, exprimées par les jeunes, les salarié-es et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et sa sécurisation.

La CGT FAPT propose aux salariés d’Orange de se mobiliser dans les services afin de porter d’autres alternatives que cette loi travail et ainsi conquérir des droits nouveaux.

La CGT propose :

  • Le retrait de la loi travail et l’ouverture de négociation pour faire progresser le code du travail ;
  • D’abaisser la durée légale de travail à 32h avec le maintien du salaire ;
  • La fixation du contingent d’heures supplémentaires et de leur niveau de rémunération sans dérogation défavorable par accord collectif ;
  • Le maintien et renforcement de la hiérarchie des normes ;
  • L’instauration du principe majoritaire des accords ;
  • La mise œuvre du droit à la déconnexion ;
  • La reconnaissance des libertés syndicales ;
  • La création d’un Nouveau Statut du Salarié avec des droits attachés à la personne et transférable d’une entreprise à l’autre.

Loi travail XXL : En marche...vers la précarité

Le 12 septembre, mobilisons-nous pour un code du travail du 21ème siècle !

Le gouvernement s’est lancé, cet été, dans une nouvelle réforme du code du travail par ordonnances.

Outre le fait qu’il s’agisse ni plus ni moins d’un déni de démocratie (pas de place pour le débat), nous sommes confrontés à une réforme antisociale tant voulue par le MEDEF. On comprend pourquoi Pierre Gattaz a déclaré « être sur un nuage ».

Encore une fois ce sont les salariés qui sont sacrifiés et servent de variable d’ajustement à l’appétit sans fin de la finance. Pendant que le gouvernement s’attaque au monde du travail, les patrons s’en mettent pleins les poches. Crise ? Vous avez dit crise ? Pas pour tout le monde, les profits des entreprises du CAC 40 ont bondi de 32,6% à près de 70 milliards !

Cette nouvelle attaque XXL du code du travail va précariser les salariés et laisser une liberté d’agir, comme bon leur semble, aux employeurs. Nous nous dirigeons vers un code du travail dans chaque entreprise (primauté à l’accord d’entreprise), l’accroissement du dumping social (possibilité de choisir la branche à laquelle l’entreprise va être rattachée), la précarisation des contrats de travail (CDI de projet) et la facilité donnée aux employeurs pour licencier.

Cette loi travail XXL, tout comme la loi El Khomri, ne répond pas aux aspirations fortes exprimées par les jeunes, les salarié-es et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et à la sécurité.
Pour la CGT, cette nouvelle attaque du monde du travail est non seulement un cadeau au patronat, mais aussi un leurre qui ne résoudra pas les enjeux économiques auxquels notre pays doit faire face.

D’ailleurs d’après une étude de l’INSEE, le premier frein à l’embauche pour les entreprises n’est pas le code du travail mais l’incertitude liée au carnet de commandes.

Il est urgent d’arrêter de s’en prendre sans vergogne à ceux qui créent les richesses par leur travail, mais plutôt de se tourner vers ceux qui captent ces richesses à leur seul et unique profit.

Le gouvernement de l’ « empereur Macron », à la solde du patronat, doit immédiatement mettre un terme à sa réforme par ordonnances et enfin prendre en compte les propositions alternatives, notamment celles de la CGT.

C’est pourquoi la CGT FAPT appelle l’ensemble des personnels d’Orange à se mobiliser et agir le mardi 12 septembre 2017, sous quelques formes que ce soient afin de construire ensemble, et à partir de vos revendications, les conditions pour conquérir un code du travail du 21ème siècle offrant de nouvelles garanties et protections collectives.

Il ne peut y avoir de protections individuelles sans protections collectives.

Le mardi 12 septembre 2017, marchons…..vers le progrès social !

En complément…

Lire la suite

Loi Travail tous mobilisés pour le retrait

Depuis 3 mois les salariés se mobilisent pour le retrait du projet de Loi Travail-El Khomri. L’énorme majorité de la population rejette toujours ce texte, se confrontant à un gouvernement décidé à ne répondre qu’aux revendications des patrons.
En effet, aujourd’hui, un employeur ne peut faire appliquer un texte, quel qu’il soit (accord, convention, contrat…), qui ait pour conséquence de réduire les droits des salariés en-deçà du Code du Travail.

Avec la LOI TRAVAIL ce serait possible !

Quel que soit le sujet : salaire, horaires de travail, paiement des heures supplémentaires, congés, formation…, tous nos acquis se trouvent donc remis en question.
Chez Orange la direction reste sourde à nos revendications de remplacement de tous les départs. Avec les intempéries elle tente de faire travailler au delà des 60h de travail hebdomadaire. Elle veut remplacer la notion de durée du travail au profit de charge de travail (plus subjective). Elle refuse de mettre en place un budget pour de réelles reconnaissances des qualifications…

CETTE LOI REND LES PLEINS POUVOIRS AU PATRONAT

Quels impacts pour les salariés d’Orange ? 

  • Fin de la hiérarchie des normes et du principe de faveur : Les accords d’entreprise pourront prévoir des droits inférieurs à la loi ou aux conventions collectives de branche.
  • Autorisation des licenciements illégaux et injustifiés C’est donner le droit de procéder à des licenciements économiques abusifs même quand l’entreprise se porte bien tout en plafonnant les indemnités prud’homales. 
  • Augmentation de la durée légale de travail Un accord d’entreprise permettra de travailler 12h par jour au lieu de 10h maximum actuellement. 
  • Remise en cause du repos quotidien Les 11 heures consécutives de repos quotidien obligatoire par tranche de 24h peuvent être fractionnées.
  • Travailler plus pour gagner moins Un accord d’entreprise pourra baisser les salaires et/ou augmenter les temps de travail. C’est donner la possibilité de payer moins les heures supplémentaires pour les temps pleins en baissant la majoration de 25% à 10% (minima légal) et pour les temps partiels à 10 % leurs heures complémentaires. Un accord de branche pourra moduler le temps de travail jusqu’à 3 ans.
  • Mise en place d’un Référendum : Cela permettrait de contourner les syndicats majoritaires qui refusent un recul social en exerçant un chantage sur les salariés.
  • AstreintesLes temps d’astreintes pourront être décomptés des temps de repos.

Ne laissons pas nos dirigeants piller ce qui nous reste de droits obtenus de haute lutte

Les 23 et 28 juin on ne lâche rien !

Gagnons le retrait du projet de Loi et exigeons un Code du travail du 21e siècle !

 

Lire la suite

La mobilisation doit s’amplifier dans les UI

Après les mobilisations des 9, 17, 31 mars, celles des 5, 9, 28 avril le mois de mai n’est pas en reste au niveau des rassemblements et arrêts de travail. Le 1er mai, les 17, 19 et 26 se sont situées  dans le prolongement du NON au projet de la loi Travail, et à la casse du code du travail.

Ce texte remet en cause les fondements du code du travail appelés la hiérarchie des normes et le principe de faveur, qui garantissent l’égalité entre les salarié-e-s.

Dans de nombreux cas, l’accord d’entreprise va primer sur la loi en généralisant les logiques de dumping social. Orange ne dérogerait pas à la règle avec l’application de cette Loi.

La réforme des licenciements économiques, qui permet à une entreprise de licencier sans réels problèmes économiques, va légaliser les licenciements boursiers.

L’extension des accords de compétitivité va généraliser le chantage à l’emploi et permettre, par accord d’entreprise, de remettre en cause les clauses du contrat de travail (temps de travail, mobilité,..). Les heures supplémentaires et astreinte seront revues

En permettant de travailler plus pour gagner moins, ce texte de loi, ne créera certainement pas d’emplois. A l’inverse il générera encore plus de précarité, plus de stress, plus de chômage !

Alors que nous devrions penser le rapport au travail au 21ème siècle par la réduction du temps de travail et par l’amélioration de nos conditions de vie, ce texte va aggraver les difficultés des salariés et renvoie vers le passé.

ILS L’ONT FAIT…

Lors de sa campagne le candidat Hollande avait fustigé le 49-3. Or c’est la quatrième fois qu’il l’applique depuis son investiture à l’Elysée

C’est non seulement une atteinte à la démocratie, mais un profond mépris pour les millions de salariés, de retraités, de privés d’emploi et des jeunes en lutte pour le retrait de cette loi.

C’est aussi faire fi de l’examen des 5000 amendements déposés et balayés en 4 jours. Honte à ceux qui prône un modèle social asservi aux exigences du Capital.

Ce texte qui représente donc à la fois un non-sens économique et aussi un non-sens démocratique constitue une grave régression sociale pour toutes les générations. Car la volonté du gouvernement, c’est que cette loi soit applicable dans les six mois à venir.

Dans chaque UI mettons en débat la mobilisation, la grève, la participation à toutes les initiatives proposées par la CGT et dans l’unité la plus large.

Exigeons un code du travail du 21e siècle !

Lire la suite

UAT et SCO d’Orange mobilisons-nous !

La Loi Travail : qui en profite vraiment ?

Depuis plusieurs années, les effectifs de nos UAT et SCO fondent comme neige au soleil, Orange utilisant le prétexte de la révolution numérique pour appliquer sa stratégie du « faire plus et mieux avec moins ».

Pour les salariés le quotidien c’est  travailler, avec beaucoup de contraintes horaires, sur des plateaux qui se désertifient, de nombreux départs pas remplacés, des restructurations permanentes, toujours plus de polycompétence et très peu de reconnaissance malgré les efforts et l’investissement des salariés

La loi travail, si elle passe, va dégrader encore plus les conditions de travail. Pour coller à l’adhérence on peut imaginer des conseillers commencer la journée à 8 heures et venir faire un « retour » pour assurer la plage 18 heures-20 heures. L’activité professionnelle empiétera de plus en plus sur la vie privée.

La généralisation de la précarité pour les salaries, la casse du code du travail, la flexibilité à outrance, la facilité pour le patronat de licencier, rapprochent très fortement les salariés des conditions de travail du 19e siècle.

Ce que va aggraver la Loi dans nos UAT et SCO

Tout d’abord l’Inversion de la hiérarchie des normes et du principe de faveur permettra à l’entreprise de faire des accords moins favorables, avec des droits inférieurs par rapport à la loi (code du travail) ou aux conventions collectives de branche.

Cette inversion des normes permettra notamment à l’entreprise de :

  • pouvoir baisser les salaires,
  • d’imposer des mobilités sous peine de licenciement pour motif personnel,
  • de procéder à des licenciements économiques abusifs même si l’entreprise se porte bien tout en plafonnant les indemnités prud’hommes.

Temps de travail / de repos :

  • Pour les Temps partiels, l’entreprise pourra modifier les horaires de travail des salariés avec un délai de prévenance réduit à 3 jours. Pour les temps pleins, un accord d’entreprise permettra de moduler les temps de travail en augmentant la durée légale du travail à 12h par jour alors qu’elle est de 10h actuellement.
  • Les 11 heures consécutives de repos quotidien obligatoire par tranche de 24h pourront être remis en cause et être fractionnées.

Heures supplémentaires :

  • Un accord de branche pourra également moduler le temps de travail jusqu’à 3 ans ! Et de reculer d’autant le paiement des heures supplémentaires.
  • De plus, Orange aura la possibilité de payer moins les heures supplémentaires pour les temps plein en baissant la majoration de 25% à 10% (minima légal) et pour les temps partiel à 10 % leurs heures complémentaires.

Mise en place d’un Référendum :

Orange aura la possibilité de contourner vos syndicats majoritaires que vous avez élus. En effet, l’entreprise ou même un syndicat minoritaire (représentant seulement 30%) pourra remettre en cause un accord signé par vos syndicats représentatifs majoritaires par une simple demande de référendum.

Négociation Annuelle sur les salaires :

Elle pourra désormais se faire tous les 3 ans. Actuellement, vous avez une augmentation de salaire chaque année.

Lire la suite

Mobilisons nous dans toutes les AD !

La Loi Travail : qui en profite vraiment ?

Depuis plusieurs années, Orange démantèle méthodiquement le réseau physique de distribution en utilisant le prétexte de la révolution numérique pour appliquer sa stratégie du « faire plus et mieux avec moins ».

Le quotidien des salariés, lui, se résume à la fermeture massive des boutiques, à la destruction de milliers d’emplois, à des restructurations permanentes (multi-canalité, polyvalence, management par le client), à la dégradation des conditions de travail (sous-effectifs chroniques, précarisation des emplois, heures supplémentaires nombreuses), à la baisse de la rémunération Part Variable Commerciale pendant que la productivité, elle, augmente.

Et tout cela sans reconnaissance (ou à la marge) des efforts et de l’investissement des salariés.

La loi travail aura un impact catastrophique et les salariés en seront les grands perdants et particulièrement les femmes. La vie privée sera plus difficilement conciliable avec l’activité professionnelle.

C’est la généralisation de la précarisation des salariés en cassant le code du travail pour faciliter les licenciements. Tous les droits essentiels et protecteurs sont remis en cause et passés à la moulinette.

En effet, c’est plus de flexibilité, d’augmentation du temps de travail et de baisse des rémunérations.

La CGT propose de construire ensemble le code du travail du XXIe SIÈCLE. 
Pour aller dans le sens de l’histoire et du progrès social, il est impératif de porter d’autres choix :

  • le renforcement de ce socle commun qu’est le code du travail en faisant évoluer les droits des salariés vers moins de subordination, plus d’autonomie, tout en sécurisant leur évolution professionnelle.
  • Le rétablissement de la hiérarchie des normes et la constitutionnalisation du principe de faveur.
  • L’amélioration de la conception de la négociation collective et le renforcement des droits des Instances Représentatives du Personnel afin de consolider et d’améliorer son rôle de contre-pouvoir et de défense des intérêts des salariés au pouvoir de plus en plus puissant des patrons.

Il est essentiel d’intégrer de nouveaux droits :

  • Travailler moins, travailler mieux pour travailler tous avec une réduction du temps de travail à 32 heures sans perte de salaire. Ce qui permettra :
    • La création massive d’emplois par la sauvegarde des emplois voués à disparaitre à cause de la révolution numérique, le partage du travail, la baisse de la précarité et la relance de la croissance,
    • une meilleure santé physique et psychique des salariés, un meilleur équilibre vie privée / vie professionnelle,
    • de travailler mieux : lutter contre la pénibilité et le travail du dimanche.
  • Des droits attachés au salarié qui le protègent des aléas de son contrat de travail tout au long de sa vie : la création d’un nouveau statut du travail salarié (NSTS).
    • Transférabilité des droits d’une entreprise, d’une branche à l’autre,
    • Une garantie de continuité et progressivité des droits,
    • Droit à un contrat à durée indéterminée ou à un emploi statutaire à temps complet,
    • Droit à un salaire, au déroulement de carrière, à la formation continue,
    • Droit à une organisation du temps de travail qui respecte la vie privée et la vie professionnelle.

Mobilisons-nous le 28 avril 2016.

Exigeons un code du travail du 21e siècle !

Lire la suite

UI : Loi travail quelle Khomri

Impact sur notre quotidien dans les UI

La durée maximale de travail dépassée plus facilement
La durée maximale de travail est de 10 heures par jour. Sur la semaine, elle est de 48 heures et de 44 heures en moyenne sur 12 semaines.
Avec cette loi, la durée quotidienne de travail sera toujours de 10 heures, mais pourra monter à 12 heures par simple accord d’entreprise.
Elle sera aussi toujours de 48 heures par semaine, mais 44 heures sur 16 semaines et même 46H par accord d’entreprise. On parle aussi de pouvoir monter à 60h hebdomadaire toujours par simple accord.

Des heures supplémentaires moins payées
La durée légale est toujours à 35 heures par semaine. Mais l’entreprise par accord local pourra fixer le taux de la majoration compris entre 25% actuellement à 10% comme le permettra la loi.

Temps de repos
Les 11 heures consécutives de repos quotidien obligatoire entre 2 vacations pourront être fractionnées. Et que deviennent les 35h de repos hebdomadaires (24H + 11H de repos) ? Sans doute fractionnées aussi sur une ou plusieurs semaines.

Des Astreintes transformées en jour de repos
A ce jour, l’astreinte est une période durant laquelle le salarié a l’obligation de demeurer joignable à son domicile ou à proximité, afin d’être en mesure d’intervenir. Le temps d’attente est compensé par le forfait d’astreinte. La nouvelle loi permettrait à l’employeur de considérer l’astreinte comme un « temps de repos » dès lors que le salarié n’a pas été sollicité et donc pas compensé.
C’est le retour des permanences statistiques à une grosse nuance prêt : le salarié est obligé de répondre.
De plus, le projet de loi, supprime les délais de 3 semaines entre deux périodes. En effet, il propose que les salariés concernés par les astreintes soient informés de la programmation individuelle dans un délai raisonnable.
« Délai raisonnable » : que faut-il entendre par là ?

Remise en cause de la hiérarchie des normes
C’est le principe du plus favorable qui prévaut entre code du travail, accord de branche ou accord entreprise. C’est pour l’essentiel ce que l’on appelle la hiérarchie des normes. Avec ce projet, de loi la hiérarchie des normes est inversée, c’est l’accord d’entreprise qui prévaut sur tous autres accords même quand il est moins favorable.

Le Référendum pour contourner les syndicats
Un accord n’est valable que s’il est signé par un ou plusieurs syndicats représentatifs majoritaires. Après cette loi, un accord d’entreprise pourra toujours être conclu par les organisations syndicales mais si le patron et/ou les syndicats minoritaires le demandent, un référendum serait organisé pour contourner les syndicats majoritaires.

Le 28 AVRIL 2016 : Tous en GRÈVE !!! Et en manif pour un code du travail de 21e siècle.

 

Lire la suite

Réforme du Code du travail : pourquoi les fonctionnaires de La Poste et d’Orange sont concernés

Beaucoup de fonctionnaires s’interrogent sur la réforme du Code du travail quant à l’impact de celle-ci sur leur statut, leurs conditions de travail. A priori, on pourrait penser que le projet de loi El Khomri concerne uniquement les salariés de droit privé. Pour la CGT, ce serait une grave erreur de penser cela.

Si les fonctionnaires sont pour l’instant à l’abri du licenciement économique et ne sont pas de ce fait, éligibles aux indemnités prud’homales, il n’en va pas de mêmes pour les autres points de la loi.

Ainsi tous les aspects qui concernent l’organisation du travail, s’appliqueraient à La Poste et à Orange pour tous, quels que soient les statuts, fonctionnaires ou contractuels.

Tous les aspects qui concernent les négociations d’entreprises, c’est-à-dire l’inversion de la hiérarchie des normes ou la possibilité de recours au référendum pourrait s’appliquer à La Poste comme à Orange à tous.

Toutes ces modifications apportées par la Loi El Khomri démontrent l’utilité de la mobilisation des fonctionnaires concernés comme les salariés pour obtenir le retrait de ce projet de loi.

 Le 28 avril, journée de luttes interprofessionnelles, soyons toutes et tous en grève et en manifestations :

  • Pour le retrait du projet de loi travail,
  • Pour un code du travail du 21ème siècle,
  • Pour la satisfaction de nos revendications, quelles soient locales ou nationales.

Toutes les infos sur 21 www.decryptageloitravail.cgt.fr

Lire la suite

En grève et dans la rue le 31 mars

Le 9 mars 500 000 personnes ont défilé partout en France. Les premières mobilisations syndicales et citoyennes, avec plusieurs temps forts ce mois-ci, ont permis de faire reculer le gouvernement dans ses attaques contre le droit du travail. Les annonces du Premier ministre pour aménager la loi travail n’ont pas convaincu et ce, malgré l’offensive gouvernementale largement relayée.

Ce projet de loi dans son ensemble organise la régression sociale et voudrait nous faire revenir au 19ème siècle ! Depuis longtemps le MEDEF en rêve, le gouvernement le lui offre sur un plateau d’argent. La loi travail ne répond donc pas aux aspirations fortes, exprimées par les jeunes, les salarié-es et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et sa sécurisation. La création d’emplois de qualité ne peut pas être synonyme de la casse du code du travail mais nécessite, en revanche, un changement de politique économique et sociale.

Non le code du travail n’est pas trop volumineux. D’ailleurs la plus grande partie concerne les dérogations demandées par les employeurs et la jurisprudence. Non le code du travail n’est pas complexe. Il comporte plusieurs parties afin que tous puissent s’y retrouver (salariés de l’ensemble des secteurs, des petites et grandes entreprises).

Le gouvernement doit impérativement retirer son projet, entendre les propositions alternatives portées par les organisations de jeunesse et de salarié-es et en discuter avec elles. C’est pourquoi la CGT FAPT a déposé un préavis de grève à Orange pour la journée du 31 mars et appelle à la lutte dans toutes les entreprises de la FAPT afin d’obtenir le retrait de ce projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.

Enjeux et impacts de la loi EL KHOMRI à Orange

Voici les principales régressions sociales que nous propose ce projet de loi :

  • Remise en cause de la hiérarchie des normes : l’accord d’entreprise prévaudra sur tout accord même s’il est moins favorable aux salariés ;
  • Des accords pour contourner les syndicats : possibilité de signer des accords avec un syndicat minoritaire et organisation d’un référendum, même si les organisations majoritaires, sont contre ;
  • Généralisation du chantage à l’emploi : en cas de difficulté un accord de « maintien de l’emploi » pourra être mis en place avec augmentation du temps de travail et baisse des salaires. Si le salarié refuse il sera licencié pour cause réelle ou sérieuse ;
  • Favorisation des licenciements économiques : une baisse du chiffre d’affaire ou la perte d’un client pendant quelques mois suffira pour justifier un plan social ;
  • Dépassement de la durée légale du travail facilité : par simple accord, l’entreprise pourra passer à 46h de travail par semaine. L’amplitude horaire pourrai être de 12h/j ;
  • Remise en cause des 11 heures de repos consécutifs ;
  • Baisse de la rémunération des heures supplémentaires : un simple accord d’entreprise permettra à l’entreprise de fixer la majoration des heures supplémentaires à seulement 10%.

Ce que propose la CGT

  • Retrait du projet de loi EL KHOMRI et ouverture de négociation pour faire progresser le code du travail ;
  • Abaisser la durée légale de travail à 32h avec le maintien du salaire ;
  • Fixation du contingent d’heures supplémentaires et de leur niveau de rémunération sans dérogation défavorable par accord collectif ;
  • Maintien et renforcement de la hiérarchie des normes ;
  • Instauration du principe majoritaire des accords ;
  • Mise oeuvre du droit à la déconnexion ;
  • Reconnaissance des libertés syndicales ;
  • Création d’un Nouveau Statut du Salarié avec des droits attachés à la personne et transférable d’une entreprise à l’autre.

Tous en grève et dans la rue le jeudi 31 mars 2016 pour le retrait de la loi EL KHOMRI

Exigeons un code du travail du 21e siècle !

Lire la suite
Lire la suite et les 8 articles liés

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°23 Juillet/Août 2017

Non aux ordonnances Macron !
Non à la casse du Code du travail.

Après la mobilisation du 27 juin 2017, la CGT vous donne rendez vous le 12 septembre ! À l’appel des syndicats CGT, FO, Solidaires, Unef et FSU, plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées près de l’Assemblée Nationale et dans toute la France, le 27 juin 2017, jour de rentrée des nouveaux députés. Durant tout l’été, la CGT va aller à la rencontre des salariés pour donner les informations en notre possession et expliquer les dangers de cette loi (voir ci-dessous). Elle créera toutes les conditions pour que s’ouvre une véritable négociation à partir de ses propositions d’un Code du Travail du 21e siècle et de celles remises à la ministre du Travail le 3 juin, résolument tournées vers un nouveau progrès social pour les salariés. Dès aujourd’hui, la CGT invite tous les salariés à se mobiliser, le 12 septembre, dans l’action et la grève.

Autres publications 

VIDÉOS

Élections CE/DP/CA à Orange

Trois questions à Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, en visite à Orange Garden - Châtillon, où il a pu échanger avec les salariés sur l'actualité et l'entreprise.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange