MÉTIERS Technique

Les 8 Métiers de technicien d'intervention fusionnés en UN SEUL !

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications, le 25 septembre dernier s’est tenu le 2e Comité Technique d’Évolution des Métiers où la direction a présenté la méthodologie sur l’étude du métier de Technicien d’Intervention tant au niveau de la simplification du référentiel Métier qu’au niveau des éléments de compétences et des différents paliers qui les composent ainsi qu’une visibilité sur les évolutions professionnelles possibles. Les nouvelles définitions de compétences permettront les attributions des Mesures Emploi Compétences (MEC) et Promotions (contenu enrichi).

Et le moins que l’on puisse dire c’est que la filière métier de l’Intervention ne fait pas dans le détail en terme de simplification du référentiel métier puisqu’elle propose de passer de 8 métiers de Technicien d’Intervention (TNE42A à TNE42D, TNE52A, TNE52C, TNE52G, TNE71B) à un seul métier Technicien d’Intervention bande C et D. Quel que soit le domaine : Grand Public, BL, Entreprise, RS, réseau mobile, etc. tout est mélangé. La direction considérant que le socle commun est le domaine de l’intervention et donc qu’un seul métier est suffisant.

Pour la CGT, le message est clair : l’accord Reconnaissance est une opportunité pour l’entreprise de revoir l’ensemble des compétences des différents métiers en serrant la vis sur la polyvalence et poly compétences. En fusionnant l’ensemble des métiers de technicien, non seulement il y a risque de perdre les compétences clés puisqu’elles ne seront plus mises en exergue dans un référentiel métier mais le niveau d’exigence sur les compétences techniques sera accru puisqu’elles seront regroupées derrière un seul métier : la montée en compétences risque alors d’être permanente.
Ce que la CGT revendique :

  • l’ouverture d’une négociation nationale et locale sur l’étude du métier de Technicien d’Intervention,
  • le positionnement du métier de Technicien a minima en D vu l’importante évolution et complexification du métier ces 10 dernières années et l’évolution à venir,
  • le positionnement du métier d’expert en D-Bis,
  • de réelles perspectives d’évolution de carrière dans les métiers techniques,
  • une reconnaissance collective pour tous compte tenu des efforts passés et demandés,
  • l’application de l’article 1.3 de l’accord avec passage à un niveau supérieur pour tous les Techniciens d’Intervention qui n’ont pas bénéficié d’une promotion depuis plus de 10 ans,
  • la reconnaissance des formations qualifiantes,
  • une reconnaissance collective systématique à chaque évolution du métier,
  • le doublement du salaire garanti sur une carrière et la reconnaissance de l’ancienneté.

Pour la CGT, le compte n’y est pas et les premières propositions de l’entreprise sont loin de répondre à l’attente des salariés en terme de reconnaissance, de salaire et d’évolution de carrière sur le métier de Technicien d’Intervention.

La CGT vous invite à signer la pétition « Pour une autre reconnaissance de mon métier » et vous inscrire à la journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre 2017 !

Lire la suite

BOITIERS DE GEOLOCALISATION SUR LES VEHICULES ORANGE

NOUS VOULONS LE RETRAIT!

Suite au courrier de notre avocat sur les boîtiers de géolocalisation, la direction nous à répondu :

« Concernant le dispositif des boîtiers électronique « Fleet Performance », nous n’entendons pas donner satisfaction à la sommation de faire à laquelle vous faites référence.

Une réponse positive à cette sommation est d’autant moins envisageable qu’ORANGE et la Fédération SUD PTT se sont entendues sur les modalités d’exécution de l’arrêt du 29 septembre 2016 et en particulier sur le maintien des boîtiers électroniques « Fleet Performance ». »

L’accord avec SUD n’a aucune valeur juridique !
ORANGE ne respecte pas l’application de l’arrêt de la cour d’appel de Paris du 29 septembre 2016 qui pourtant exige sous astreinte la dépose des boîtiers de géolocalisation.

La CGT va attaquer ORANGE au tribunal Administratif.
Les boîtiers doivent être retirés des véhicules ORANGE !
Y’a pas d’arrangement !

En complément…

Lire la suite

UI Affaire : Rien ne va plus !

Avec la forte baisse des effectifs, plus de 18% en 3 ans dans les DO, les conditions de travail n’ont fait que se dégrader.

  • Le retour fréquent des tours d’astreinte.
  • L’élargissement des zones d’astreinte.
  • La difficulté de joindre les GSR avec les bonnes compétences.
  • La multi-compétence sans une véritable formation.
  • Utilisation de l’astreinte pour des travaux de production. A ces contraintes s’ajoute un manque de considération sans aucune augmentation des indemnités.

Les forfaits n’ont pas bougé depuis 2008 ! Si les forfaits avaient suivi le coût de la vie, la semaine d’astreinte serait de 420 euros.

C’est un véritable manque à gagner pour les salariés. Mais pour la Direction, une véritable aubaine : avoir des techniciens 24/7 à moindre coût.

La CGT exige : Un rattrapage immédiat des différents forfaits d’astreinte, des indemnités indexées sur l’inflation et revalorisées chaque année, des créations d’emplois, l’ouverture de négociations pour toute modification.

En complément…

Lire la suite

Géolocalisation des véhicules, Orange est hors la loi !

La direction d’Orange en infraction depuis le 9 février 2017 !

L’arrêt du 29 septembre 2016 de la cour d’appel, confirmant le jugement rendu du 15 juillet 2015 du TGI de Paris et signifié par voie d’huissier de justice à Paris le 08 novembre 2016 au siège social d’Orange stipule : « L’annulation de la mise en place du dispositif de boîtier électronique des véhicules fleet performance et ce, sous astreinte provisoire de 250 € par jour de retard et par infraction constatée une fois expiré le délai de trois mois à compter de la signification du jugement… ». C’est à dire le 8 Février 2017. Mais la Direction d’Orange persiste et signe, et ne retire pas les boîtiers.

Plus qu’une transaction juridique, c’est la véritable dépose des boîtiers qu’il faut pour le bien-être des salariés!

Alors qu’une négociation se réalise avec les syndicats représentatifs, la direction a fait le choix de discuter de l’application de la décision de justice avec une seule organisation syndicale. Une « transaction » juridique a été signée le 16 mars entre ce Syndicat et la direction, qui fait soi-disant force de loi sans limite de temps. Elle interdit à l’employeur de croiser les données « d’info véhicule » et les autres systèmes d’information. Mais les boîtiers sont toujours sur les véhicules. Les données kilométriques et de consommation journalières relevées sur les boîtiers électroniques sont toujours effectives à ce jour et peuvent être utilisées à tout moment contre un conducteur. Que peut-on attendre d’une telle transaction juridique ? On peut craindre que la direction tente de contourner ou de ne pas appliquer les contraintes qui lui sont imposées.

Le personnel avec la CGT doit imposer la dépose des boîtiers de géolocalisation

Dans un 1er temps, la CGT FAPT a écrit au DRH Groupe d’Orange pour demander l’application du jugement. les boîtiers de géolocalisation. La plupart des salariés sont concernés concernant l’utilisation des 20500 véhicules d’Orange France.

La CGT FAPT saisi un huissier de justice

Faute de réponse, la CGT FAPT a saisi un huissier de justice. Une « sommation de faire » a été envoyée à la Direction Générale, le 20 mars 2017 pour le périmètre d’Orange France, pour faire appliquer la décision de justice de dépose des boîtiers de géolocalisation. 20 500 véhicules d’Orange France sont concernés ainsi que plusieurs métiers.

ORANGE est prête à respecter la loi pour dénoncer le salarié conducteur d’un véhicule ayant fait l’objet d’une contravention avec retrait de point au permis de conduire, mais pas de retirer les boîtiers de géolocalisation. C’est inadmissible !

Tous et toutes ensemble, exigeons le retrait des boîtiers des véhicules ORANGE ! La CGT combattra tous les outils de contrôle des salariés, quelle que soit leur activité !

En complément…

Lire la suite

Pour des UI de proximité

La DO NORD met en pratique la stratégie d’Orange de fusion les UI. Celles du Nord Pas de Calais, de Picardie, de Champagne/Ardennes deviendraient l’UI du Nord de France….. tout un programme qui est sans nous rappeler la réforme territoriale avec la fusion des régions.

L’emploi

En allant directement à l’annexe du dossier, le constat est sans appel sur les trois UI actuelles, de cette DO, au 31 décembre 2016, l’effectif est de 2378 salariés, et si on inclut OWF (ex DTRN), il se monte à 2469.
Le budget initial de 2017 démontre une déflation d’emplois de – 194 et si on intègre OWF – 189.
Déjà, les suppressions d’emplois dans les UI sont un sujet récurrent : 1284 entre 2012 et 2016 au plan national. Le phénomène va s’accroître. Orange parle d’érosion de ses effectifs, à qui la responsabilité à la sous-traitance et le dumping social augmentent.
Ce manque d’effectifs criant est ressenti aussi bien chez les encadrants que chez les employés, dû aux TPS et aux départs non remplacés. L’enquête SECAFI démontre que ;
64% des salariés d’Orange considèrent ne pas être assez nombreux pour le travail à effectuer.
53% des managers d’Orange pensent ne pas avoir les effectifs nécessaires pour leurs missions.

Des réorganisions incessantes

Ces dernières provoquent une instabilité de l’organisation du travail dans les UI.
C’est la cause d’une grande inquiétude face à l’augmentation de la charge de travail, la poly compétence perçue comme importante en volume et en intensité. Ce qui engendre une augmentation du stress.
Dans tous les UI, la mobilisation s’impose !

A l’UI Aquitaine, le 10 février, le personnel a été massivement en grève pour la défense des métiers, l’amélioration de leurs conditions de travail, la création d’emploi, la formation.
Comme eux, mobilisons-nous pour la satisfaction de nos revendications.

La CGT demande :

  • L’arrêt des fusions d’UI et le retour à des UI de proximité,
  • Des embauches massives pour travailler dans de bonnes conditions,
  • L’arrêt de la sous-traitance et la ré-internalisation des activités et des emplois,
  • Le passage aux 32 heures/semaine avec créations d’emplois,
  • L’octroi d’un 13ème mois de salaire.

C’est en ce sens que la CGT appelle le personnel à être dans l’action le 21 mars 2017

En complément…

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

  • L’emploi :
    • Remplacement de tous les départs : 1 départ = 1 embauche,
    • Embauche des apprentis, des CDD, Intérimaires, des salariés précaires en général et alternants qui le souhaitent,
    • Ré internalisation de toutes les activités et les emplois partis à la sous-traitance.
  • La reconnaissance des qualifications et des acquis de l’expérience :
    • Promotions de tous les salariés des UI en D ou 2.3,
    • Ouverture de promotion en 3.2 ou Dbis  dans les métiers de l’intervention sans changement de postes,
    • Harmonisation des grades pour l’ensemble des salariés exerçant le même travail,
    • Reconnaissance de la Multi-compétence.
  • Les conditions de travail :
    • Revalorisation des forfaits d’astreinte qui n’ont pas évolué depuis 10 ans,
    • Reconnaissance, prévention et réparation de la pénibilité pour l’ensemble des métiers,
    • Travail du samedi valorisé (en temps ou salaire)  et sur volontariat quelque soit son contrat ou date d’embauche,
    • Arrêt des restructurations et regroupement des UIs (Ile de France, Haut de France…),
    • Pour un véritable droit à la déconnection,
    • Une formation en adéquation avec le métier avant la pratique et non l’inverse.
  • Le Réseau :
    • Investir plus pour l’entretenir et le moderniser (FTTH, 4G, 5G…),
    • Accélérer le déploiement de la fibre optique sur tout le territoire et pas seulement en zone urbaine dense et en finir avec la fracture numérique,
    • L’appropriation publique demandée par la CGT afin d’assurer l’accès pour tous aux services et contenus du futur dans le respect de la péréquation tarifaire.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange