ÉTABLISSEMENT SCE

Politique de voyage à SCE

La CGT dénonce et demande à la direction de revoir sa copie !!

Mi-juin, la direction finance de SCE a émis une mise à jour de la politique de voyage sans aucune discussion préalable avec le personnel et leurs représentants. Cette mise à jour amène plus de contraintes pour les salariés et ce quelles que soient leurs missions en imposant l’utilisation exclusive des compagnies Low Cost.

Les nouvelles règles de la politique de voyage alourdissent les processus, notamment pour la prise d’un billet d’avion moins de 9 jours avant le déplacement, avec un nouveau formulaire à remplir pour validation, comme si les salariés ainsi que leurs manageurs n’étaient pas suffisamment en surcharge avec notamment l’effet compliance, entre autres…

Notre entreprise, en réponse aux manques de ressources demande toujours plus de flexibilité aux salariés, avec des sollicitations d’entraide de plus en plus fréquentes entre services, par contre, pour nos patrons, cette flexibilité ne semble acceptable que dans un sens.

Ceux qui ont déjà voyagé avec des compagnies Low Costs comme EasyJet ont tous rencontré des difficultés, retards quasi-permanents quand ce ne sont pas des annulations de vols sans explication. EasyJet qui est préconisé par notre très chère direction est bonne dernière au niveau du respect des horaires avec plus de 13 ans de retard cumulé en 2016 contre 4 ans pour Air France… Encore une fois, seules les économies comptent pour nos dirigeants et non l’équilibre vie professionnelle vie personnelle des salariés.

De plus, économiquement, est-ce un si bon calcul ? La CGT en doute… Si tous les salariés jouent la carte du Low Cost en respectant scrupuleusement le code du travail, cela voudrait dire plus d’heures supplémentaires à rendre ou à payer ainsi qu’une augmentation forcée du nombre de nuits d’hôtel, la fréquence des vols EasyJet n’étant pas la fréquence offerte par Air France. De plus sur les compagnies Low Cost les salariés ont l’obligation de faire l’avance des frais.

Et que dire de la sécurité des salariés ?? Dans un communiqué du 11 août adressé à la direction d’EasyJet, le syndicat national des pilotes de ligne dénonce la situation alarmante dans cette compagnie en écrivant « Notre management actuel ne nous permet plus d’exercer nos métiers dans des conditions sereines et acceptables en terme de sécurité », nos dirigeants sont-ils prêts à ne pas tenir compte de cette alerte au niveau de la politique de voyage SCE?

La CGT dénonce ce nouvel effort demandé aux salariés, alors que ces voyages ne sont pas des séjours d’agrément mais bien des déplacements de travail. Pour la CGT il faut laisser le choix de la flexibilité, de la sécurité et d’un confort minimum aux salariés pour effectuer leurs trajets dans de bonnes conditions.

 La CGT demande donc à la direction de SCE de revoir ces règles qui sont une nouvelle attaque contre les salariés dans une organisation dont ils ne sont pas responsables.

Lire la suite

Les nouvelles de SCE

Quelle réorganisation la Direction d’Orange nous prépare-t-elle pour OBS à l’horizon 2018 ?

Le contexte est simple, la Direction d’Orange s’apercevrait soudain de la complexité de son organisation, notamment celle d’OBS. Voici les composantes actuelles d’OBS :

  • les filiales NRS, dépendant de l’Unité Economique et Sociale (UES) NRS, sous convention collective des Bureaux d’Etudes Techniques (dite erronément « Syntec »),
  • Equant, filiale d’Orange SA, sous Convention Collective Nationale des Télécommunications (CCNT),
  • SCE, Division Nationale d’Orange, composée de contractuels sous CCNT et de fonctionnaires,
  • des filiales ne faisant pas parti de l’UES NRS, sous convention collective des Bureaux d’Etudes Technique (exemple futur B&D).

Une organisation contre les salariés

L’ensemble est managé sur la base du mode Alliance, où le rattachement hiérarchique et le rattachement opérationnel sont très souvent différents, d’où les complications RH. Les applications informatiques sont également multiples et différentes, et la direction prend les devants pour une uniformisation de certaines d’entre elles. Ainsi la création de « O Fusion » pour une couverture complète de la finance, achats, projets et logistique, et celle de « Prime » pour la gestion des temps opérationnels.

L’organisation d’OBS ne va pas se simplifier avec des acquisitions de sociétés, telle que celle annoncée pour le 3ème trimestre de 2017, Business & Décision, composée de 2500 salariés en France et à l’international.

D’où la nomination d’un directeur de « l’efficacité de l’organisation d’OBS » en ce début d’année 2017, dont les réflexions et conclusions pourraient être lourdes de conséquences pour l’ensemble du personnel d’OBS.

Cette organisation stratégique complexe, créée et voulue par la direction, ne peut perdurer en l’état. Ainsi, depuis des années, la CGT dénonce l’incohérence à avoir des services fournis par des unités différentes, qui mettent les salariés en concurrence entre maison mère et filiales. La communication entre entités est également très compliquée, voire inexistante ! Pourtant la direction persiste dans son choix d’accentuer cette situation en rachetant des sociétés sous convention Bureau d’études techniques sans les intégrer au sein d’orange.

La direction veut accélérer le processus

A l’heure actuelle la direction transfère les salariés de SCE et Equant, vers les filiales NRS par le « gré à gré ». Les changements de convention collective s’opèrent sans que les salariés sachent réellement ce à quoi ils peuvent prétendre.

L’effet de ces transferts d’activités et de salariés se traduit par des courbes d’effectifs inversées entre SCE/Equant et NRS.

Pour aller plus vite dans le changement du modèle social et économique la direction propose de le co-construire avec les salariés. Cette méthode assez démagogique n’est qu’écran de fumée, mais elle peut tromper son monde!

Elle vise à laisser croire que l’avis de chaque individu compterait ; mais pour l’objectif bien précis de la direction : la filialisation au moins disant social.

La CGT alerte les salariés sur le marché de dupe qu’il peut s’en suivre.

Rendre la mariée encore plus belle

La direction nous amène sans nul doute vers une filialisation d’OBS. Ce serait pour la direction de la maison mère une source de profit par aspiration de la valeur ajoutée produite par les salariés (remontée de dividende interne et paiement de frais de marque Orange …), des gains de productivité (augmentation du nombre de jours travaillés par salarié), des pressions sur la masse salariale (grille salariales d’embauches inférieures, augmentations salariales moindres et fortement individualisées …). Elle prépare certainement l’attractivité du groupe en cas de sortie de l’état du capital pour des actionnaires extérieurs. Elle s’organise afin de leur garantir des augmentations de dividendes à 2 chiffres ! Pour rappel cette année l’augmentation du dividende est de 8%.

Intégrer les filiales au sein d’orange, voilà la solution !

C’est possible cela a été fait avec de filiales telles que Cofratel, Expertel, Transpac.

Pour la CGT, la seule solution est l’intégration de l’ensemble des filiales au sein d’Orange SA avec un alignement des conditions sociales par le haut. C’est la seule solution viable, socialement comme économiquement.

Tous ensembles, exigeons l’ouverture de négociations pour l’intégration des filiales dans la maison-mère.

En complément…

Lire la suite