MÉTIERS Relation client

Accord sur l’accompagnement des ambassadeurs AT Demain dans les UAT : Pourquoi la CGT n’a pas signé ?

La CGT a participé à la première réunion de négociations avec une revendication forte : Un accompagnement pour tous les salariés entrant dans AT Demain. Pas seulement pour quelques « ambassadeurs » choisis par la ligne managériale. La Direction refusant d’élargir la négociation à tous les salariés (ce qui nous semblait indispensable à la réussite de l’ambitieux projet AT Demain) la CGT s’est retirée de la négociation.
L’accord signé par 2 organisations syndicales n’a pas été validé faute de représentativité suffisante. C’est une décision unilatérale de l’entreprise qui s’applique octroyant une prime de 400 euros pour les ambassadeurs 1er niveau et 800 euros pour les ambassadeurs 2éme niveau. Si l’accord avait été validé, les primes auraient été de 500 euros et 900 euros. Les organisations syndicales signataires font porter la responsabilité de cette baisse sur les organisations syndicales non signataires.

Pour la CGT, c’est bien l’entreprise la seule responsable

Pourquoi la CGT demande l’accompagnement pour tous les conseillers entrant dans AT Demain ?

Les Directions des UAT nous renvoient sur l Accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications pour obtenir une promo ou une mesure financière pour les salariés non ambassadeurs.
Il est vrai que tous les salariés rentrant dans AT Demain élargiront leur compétences et seront donc, selon ARCQ, éligibles a une reconnaissance. Mais, avec un budget très restreint, et l’ampleur du projet AT Demain, très peu de salariés pourront être reconnus et beaucoup devront patienter
L’attente pour obtenir une promotion ou une mesure financière risque d’être longue ! TRES LONGUE !

Avec ORANGE, vous entrez dans la zone négative !
Après l’échec des négociations salariales (aucune organisation syndicale n’avait voulu signer l’accord), la Direction avait aussi pris une décision unilatérale à la baisse par rapport à l’accord proposé à la signature. C’est donc bien la volonté d’Orange de ne pas octroyer d’augmentations de salaire malgré les efforts consentis par les salariés des UAT qui doivent s’adapter en permanence aux restructurations de l’entreprise, aux nouveaux produits et nouvelles offres.
Vu les excellents résultats financiers du 1er semestre, exigez avec la CGT :
• Une mesure financière pour tous les salariés entrant dans le dispositif AT DEMAIN : conseillers, soutiens, EPAC, formateurs.
• La mise en place d’un 13eme mois en complément des éléments de rémunération existant.
• L’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes.
• Des augmentations de salaire collectives de 5% minimum.

En complément…

Lire la suite

UAT : Projet AT demain

Les organisations syndicales étaient conviées à une séance de négociation portant sur l’accompagnement des Conseillers clients « ambassadeurs » dans le cadre de la mise en oeuvre de l’AT Demain. La CGT a profité de cette négociation pour réaffirmer sa position : l’accompagnement financier ne peut se limiter au seul périmètre des « ambassadeurs » mais doit bien concerner tous les salariés des UAT entrant dans le dispositif.

Refus de la Direction…
la CGT ne participera donc pas à la 2éme séance de négociation dont le seul objet sera de fixer le montant de l’accompagnement financier pour les seuls « ambassadeurs ».

Les conseillers qui vont entrer dans AT Demain, sont bien évidemment, eux aussi, demandeur d’une telle reconnaissance. Leurs compétences ne cessent de s’accumuler, téléphonie, internet, tv, fibre et aujourd’hui AT Demain.

Cette évolution de l’organisation va impacter une énième fois les salariés des UAT. Et ce ne sera pas seulement un changement de posture pour le conseiller comme la Direction essaye de nous le vendre. Le traitement des appels en réitération concentre des cas difficiles à traiter de par la complexité des dossiers ou de par l’insatisfaction qu’expriment les clients vis-à-vis des offres et produits d’Orange et de son SAV. L’expertise requise de la part des salariés est de ce fait plus importante, les temps de traitements des cas clients sont aussi plus longs et nécessitent une charge mentale plus forte. Le niveau de stress est également plus important car les conseillers doivent gérer beaucoup plus de situations conflictuelles. Le suivi des dossiers clients avec programmation des rappels est aussi une nouveauté pour la plupart des conseillers et demande une organisation différente de son travail.
UN ACCOMPAGNEMENT FINANCIER ET DES PROMOTIONS POUR TOUS LES SALARIES ENTRANT DANS AT DEMAIN

La nécessité d’avoir un collectif soudé est indispensable à la réussite de ce projet.
C’est pourquoi la CG T demande un accompagnement pour tous les salariés entrant dans l’AT Demain.
Ne reconnaitre que les ambassadeurs en ignorant les autres conseillers risque de mettre serieusement en peril ce collectif et donc la mise en place de l’AT Demain dans de bonnes conditions.
A l’heure où l’entreprise nous vante l’Accord Reconnaissance Compétences et Qualifications, c’est bien le souhait de tous les salariés entrant dans AT Demain de voir la Direction reconnaitre l’élargissement, une nouvelle fois de leurs compétences et de leurs qualifications.

Exigeons ensemble une mesure d’accompagnement financier et des promotions pour tous les salaries integrant le dispositif AT Demain

Lire la suite

Maintien du site de Pontarlier UAT grâce à la CGT !

Sur la DO Est, grâce à la ténacité de la CGT (élus CE, DS d’UAT et OWF, DS DO, syndicat départemental, militants, élus et mandatés locaux), les 4 salariés du site de Pontarlier sont maintenus sur leur site.

La direction voulait les envoyer travailler sur le site de Besançon qui est à 1H de route aller. C’est la récompense de plusieurs mois d’investissement, de luttes ( pétition, préavis locaux, interpellation d’élus et du ministre) qui ont permis le maintien de l’emploi sur le site de Pontarlier.

Lire notre tract

Lire la suite

CHSCT Agence Pro Ile de France : quelques mises au point.

Demande d’expertise concernant le déménagement de l’ADCP de Boissy

L’ordre du jour du CHSCT du 27 mars 2018 comprenait une « Information préalable à une consultation : projet de déménagement de l’équipe ADCP de Boissy sur les autres sites Ile de France. »

Suite à l’importance de ce projet, à la présentation par la direction, d’un document totalement inadapté à l’instance CHSCT et au manque d’éléments fournis aux élus du CHSCT, ceux-ci ont fait valoir leur droit, conformément aux dispositions de l’article L 4614-12 § 2 du code du travail, de recourir à une expertise extérieure et indépendante. Cette expertise leur permettra de s’appuyer sur l’étude et l’analyse des risques psychosociaux afin qu’ils puissent rendre un avis éclairé sur ce projet.

Les élus du CHSCT ont rédigé tous ensemble une délibération. Un vote s’en est suivi avec une majorité pour : 4 élus (2 CGT, 1 SUD, 1 CFDT) et 2 abstentions, les 2 élus FO s’étant rétractés au dernier moment.

Comme lui permet le code du travail, la direction conteste le bien-fondé de cette expertise et a assigné le CHSCT devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. La comparution aura lieu le 19 juin à 9h30 devant un juge qui validera ou invalidera la demande d’expertise votée par le CHSCT.

Même si une majorité d’élus a voté pour l’expertise, il est  regrettable que les 2 élus FO se soient in fine abstenus au moment du vote, mais chaque organisation syndicale est libre de ses choix et nous les respectons.

Ce qui est beaucoup plus regrettable, c’est de ne pas assumer ses choix jusqu’au bout et de communiquer par un tract qui met en cause le choix des autres élus avec des motifs tout à fait contestables… voire faux !

Pour une information complète téléchargez notre tract ci-dessous.

Lire la suite

Flash AD - Février 2018

Régimes de travail

La direction les passe tous à la moulinette !

Les salariés des agences de distribution ne supportent plus de subir des contraintes telles que les fermetures de boutiques, les mobilités forcées, les nouvelles organisations du travail, les conditions de travail qui se dégradent,
la diminution de la part variable….

La coupe semblait pleine. Or, il n’en est rien. Guidée par la réduction des coûts, la direction poursuit sa stratégie de rentabilité sans se soucier des salariés et de leur bien-être.

Pour s’affranchir d’embaucher, l’entreprise passe outre l’accord sur l’équilibre vie privée-vie professionnelle par le biais de son projet « adhérence ». La direction modifie le régime de travail de tous les salariés en les passant sur des cycles de 4 semaines avec 3 samedis sur 4 travaillés.

La CGT réclame :

 l’arrêt immédiat de tous les changements des régimes de travail,
 le respect de l’accord portant sur l’équilibre vie privée-vie professionnelle,
 l’embauche immédiate de personnel afin de répondre aux besoins des boutiques.

Conseiller technique

Vers une disparition progressive du métier.

Depuis la création des espaces services, les clients et les salariés ont toujours été satisfaits par un service que seul Orange proposait.

Avec le développement des nouvelles technologies dans notre secteur, le service aux usagers (SAU) et le service après-vente (SAV) sont devenus un levier différenciant, et répondent aux besoins des usagers.

Alors, l’entreprise axe sa stratégie sur l’accompagnement client avec la promesse « d’une prise en charge exemplaire ». Force est de constater que de la parole à l’acte, il y a bien des écarts. En effet, la direction veut fermer progressivement l’ensemble des espaces services.

Pour la CGT, les espaces services ont un avenir !

Au lieu de transférer l’activité aux
conseillers clients, sans formation, nous exigeons que l’entreprise renforce les espaces services.

De plus, compte tenu des qualifications des personnels techniciens, la CGT réclame une réelle reconnaissance du métier de Conseiller Technique au travers d’un vrai plan d’accompagnement d’évolution de carrière qui doit notamment se traduite par des promotions ou augmentations.

En complément…

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

  • L’emploi :
    • Remplacement de tous les départs.
    • Embauche des apprentis, des CDD, Intérimaires, des salariés précaires en général et alternants qui le souhaitent.
    • Ré internalisation de toutes les activités et les emplois partis à la sous-traitance.
  • La reconnaissance des qualifications et des acquis de l’expérience :
    • Harmonisation des grades pour l’ensemble des salariés exerçant le même travail.
    • Reconnaissance de la Poly-compétence par la promotion.
    • Des parcours d’évolution et de changement de métiers au sein des services.
    • Respect des temps de pause.
    • Prise en compte de l’évolution des métiers dans les qualifications.
  • Les conditions de travail :
    • Utilisation des gains de productivité pour abaisser la durée légale de travail à 32h avec le maintien du salaire.
    • Respect des accords équilibre vie privée / vie professionnelle.
    • Arrêt des restructurations et regroupement de services.
    • Pour un véritable droit à la déconnection.
    • Un plan de formation en adéquation avec les métiers et leurs évolutions.
    • Une formation en présentiel répondant aux besoins des salariés.
  • Rémunération :
    • Intégration d’une partie de la part variable (300 € minimum).
    • Mise en place d’un 13e mois.
  • Le Réseau distribution :
    • Maintien d’un réseau de distribution de proximité.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange