Cadre

Flash Cadres 780 : Les Cadres au 18 ème congrès de l’Ugict-CGT

Du 20 au 23 mars derniers, cinq cent cin-quante délégués CGT ingénieurs, cadres ou techniciens étaient réunis à Perpignan pour le 18ème congrès de l’Ugict-CGT. 550 délégués issus de toute la diversité des professions et des territoires pour débattre de l’activité spécifique et décider des priorités pour les 3 pro-chaines années.
Si ce congrès n’est pas une initiative inscrite, prioritairement, dans l’actualité économique et so-ciale, ses travaux ne s’en sont pas exonérés mais au contraire nourris assez largement.
Notre Union Fédérale des Cadres a choisi de partager, au travers de ce Flash-Cadres, plusieurs regards sur des moments forts vécus et écrits par des délégués cadres issus des activités pos-tales et de télécommunication.
L’ambition d’approfondir le dialogue avec les jeunes diplômés, la nécessité de porter clairement l’égalité Femmes-Hommes au sein du salariat en responsabilité, la volonté d’aborder un lieu de mémoire, Rivesaltes, comme un moment privilégié de réflexion collective et enfin rendre compte de plusieurs contributions prononcées en séance, en notre nom, constitue l’axe rédactionnel de ce numéro spécial.
En effet, un congrès est, traditionnellement, le rendez-vous d’une organisation avec ses militants. Mais pour nous, affirmer comme cela a été fait le 22 mars qu’avec la lutte, rien n’est écrit d’avance, c’est aussi rappeler que l’Ugict-CGT porte le message d’une CGT visible et ambitieuse parmi les cadres.

En complément…

Lire la suite

Flash Cadres 779 : L’égalité femmes-hommes pour un monde plus humain

Les cadres ne demandent pas l’aumône !
Au bout de trois séances et avant les deux derniè-res, force est de constater que les négociations salariales à Orange ne sont pas à la hauteur des enjeux.
Alors qu’en 2018 Orange se félicite des bons résul-tats 2017 obtenus par les salariés dont la producti-vité a augmenté de 5%, la direction s’entête à vou-loir faire moins qu’en 2017 pour les augmentations de salaires, en prenant en compte le différentiel d’inflation prévu entre 2017 et 2018.
Pour les cadres on maintient des augmentations minimales garanties de 360 € bruts/an, soit environ 20 € mensuels nets.
Quels remerciements de la direction aux cadres qui, jour après jour, mettent en oeuvre une politique décidée sans eux ! Elle donne ainsi 15 M€ de plus, tandis que les actionnaires se partagent 400 M€ supplémentaires !

La CGT signe pour l’égalité pro à Orange
Les négociations étaient mal parties (premier projet d’accord non signé), mais l’unité syndicale a contraint la Direction à les rouvrir, permettant des avancées et la signature par toutes les organisa-tions syndicales (OS) représentatives. Le dernier accord Égalité Professionnelle signé par la CGT date du 24 octobre 2007, mais la CGT a toujours été force de propositions (chaque accord comporte des avancées « labellisées » CGT !). Si des propo-sitions concrètes sur la promotion ont été portées par toutes les OS, la CGT a obtenu que la Direction s’engage sur un taux de féminisation des promo-tions en Dbis et E équivalent à celui des bandes source D et Dbis.
Mais la CGT ne signe pas de chèque en blanc ! et participera activement aux commissions de suivi nationale et locales. L’égalité professionnelle, nous avons tou·te·s à y gagner !

En complément…

Lire la suite

Flash Cadres N°778 : Un mois de mars qui promet !

Orange et la GPEC
La Négociation sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) est ouverte à Orange. Pour la CGT cette négociation ne doit pas être synonyme de gestion de la décroissance des effectifs. Transformation et nouveaux métiers, plan très haut débit, internalisation des activités, charge et qualité du travail, digitalisation et temps de travail, tous ces sujets ont pleinement leur place dans cette négociation au risque de devenir un simple accord de mise en oeuvre de la stratégie de la direction. Cette GPEC est aussi une opportunité, pour la direction, de tenir ses engagements en matière de recrutement des femmes sur l’ensemble des métiers. La CGT évalue les besoins immédiats à 5000 embauches réparties par bassin d’emploi afin de maintenir l’activité sur l’ensemble du territoire. La GPEC, une négociation signifiante pour chaque salarié·e !

Un pont trop loin
Un projet de regroupement pour fin 2020, sur le futur site d’Issy les Moulineaux (Bridge), des AE, du CSE de l’agence Pro et de l’agence PME, soit 1321 salariés répartis sur les sites parisiens : Anjou, Villette, Poncelet, Raspail, Ph. Auguste et Gutenberg, était, pour information, à l’ordre du jour du CE de la DO Ile de France le 25 janvier dernier. L’allongement du temps de transport pose question, car seul 26% des salariés verrait une diminution ou un temps inchangé. Pour les autres c’est en moyenne 17minutes supplémentaires et 40 minutes de plus pour 390 salariés. La direction se dit en réflexion pour les autres entités de Poncelet, Raspail et Danton. Quant aux salariés qui travaillent en IdF, hors Paris, la direction reste vague mais nous savons qu’un projet de déménagement est en cours pour plusieurs entités de Boissy. La CGT recueillera vos avis lors d’heures d’information.

En complément…

Lire la suite

Flash Cadres N°777 : Le ton monte et l'exécutif chute !

Du plus pour les salariés
Chez Orange, c’est l’heure des négociations sala-riales annuelles (NAO).
Depuis 3 ans, notre entreprise a retrouvé le che-min de la croissance, un chiffre d’affaires et des bénéfices grandissants. Ces bons chiffres sont le fruit du travail et des sacrifices des salariés qui réclament une meilleure répartition des richesses.
En 2016, 1,6 milliard revenait aux actionnaires alors que seulement 56 millions étaient consacrés aux augmentations. La CGT lance donc une gran-de campagne auprès de tous, avec affiches tracts et pétitions. Cette campagne a pour but de collec-ter les revendications de tous pour les faire porter par nos négociateurs.
Seule une forte implication des salariés permettra des augmentations de salaires significatives pour tous.

Electeurs bafoués
Après d’interminables tergiversations, le bureau du CE IMTW est enfin constitué. Enfin, ce Comité d’Etablissement, pour lequel les salariés ont voté en novembre, est en place.
C’est la CGT qui a permis de débloquer la situa-tion, en acceptant de prendre des responsabilités, pour que le CE puisse fonctionner.
En effet la CFE-CGC a refusé d’entrer au bureau du CE, alors que le siège de trésorier lui revenait de droit !
Détail croustillant pour les électeurs de FO et CFDT : l’heureuse élue au secrétariat du CE, l’est sous l’étiquette CFDT, mais elle avait été élue en novembre sur la liste FO, après avoir fait quelques mandats sous la bannière CFE-CGC !
Contrairement à la CGT, le respect du vote des électeurs n’est pas la priorité de ces organisations syndicales.

En complément…

Lire la suite

Flash Cadres N°776 : Vite, exprimons nos attentes !

Salaires à Orange, que voulez-vous ?
Alors que la direction d’Orange se félicite des bons résultats financiers de l’entreprise, force est de constater que les salaires risquent d’être une nou-velle fois laissés pour compte.
Quelle injustice ! Il est inadmissible que la finance s’accapare le fruit de notre travail.
A l’occasion du démarrage des négociations sala-riales à Orange, nous invitons les cadres, et l’en-semble des salariés, à s’exprimer pour porter leurs revendications. Pour être écoutés, faites-vous en-tendre !
Pour cela, la CGT met à votre disposition plusieurs moyens d’expression par le biais d’une pétition, d’une carte d’invitation et bien sûr des Heures d’In-formations Syndicales dans vos services.
Avec la CGT, les salariés sont les acteurs de la négociation salariale !

Egalité pro à Orange
Le dernier accord Egalité Professionnelle signé par la CGT date de 2007. En effet, si la CGT a pesé dans les négociations des accords de 2011 et 2014, nous n’y trouvions pas une position volonta-riste de la direction pour éradiquer, par exemple, les écarts de rémunération Femmes/Hommes. Ce qui s’est révélé vrai puisqu’en 2016 les écarts sala-riaux étaient toujours de 7,9% et les promotions aux postes de cadres supérieures souffraient tou-jours d’un plafond de verre incassable.
Dans ce nouvel accord, La CGT a arraché, entre autres, qu’il y ait, comme en 2007, un budget spé-cifique pour éradiquer les différences salariales, l’engagement de la direction d’atteindre un taux de féminisation des promotions en bande E équiva-lent au taux de féminisation de la bande source Dbis et l’étude de création de crèches sur tous les nouveaux sites.
La CGT a signé l’accord du 29 janvier 2018, une signature synonyme d’exigence !

En complément…

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

Défendre le statut cadre et l’améliorer au moyen de 4 leviers :

  • Temps de travail

Non seulement la CGT est mobilisée pour gagner un véritable droit à la déconnexion, mais ses militants cadres estiment que les forfaits jours ont souvent pour  conséquence une augmentation de la charge de travail, ce qui ne permet pas un travail de qualité.

  • Egalité Professionnelle

Elle ne peut se résumer au nombre de femmes au Conseil d’administration. La CGT ne se résigne pas  au plafond de verre qui cantonne les femmes cadres dans les premiers niveaux de classification. Nous proposons d’agir sur  2 volets : Des mesures  de rattrapage salarial, parts variables comprises, et le déroulement de carrière.

  • Management

Pourquoi considérer la méthode agile et le management collaboratif comme les nouveaux « totems » alors que la CGT et son Ugict portent une vision alternative du management ?

  • Reconnaissance des qualifications

Pour la CGT, il s’agit d’un point essentiel qui s’appuie sur des salaires de recrutement qui reconnaissent  les diplômes, ainsi que la valorisation tout au long de la carrière des qualifications acquises notamment grâce à la formation professionnelle.  Le statut cadre est essentiel dans la portabilité des droits acquis tout au long du parcours professionnel. C’est pour ces raisons que la CGT n’a de cesse de défendre, par exemple la garantie, par une retraite complémentaire par répartition et spécifique, de percevoir un revenu de remplacement préservant le pouvoir d’achat des cadres au moment de la retraite.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange