Rémunération / Carrière

En direct des Négociations Salariales (NAO) : Toujours très loin du compte !

Lors de la 2è séance, la direction n’a rajouté que des miettes pour faire croire qu’elle améliorait ses
propositions.

Pour les employés et agents de maîtrise fonctionnaires : 200 € annuel en plus des 5 points d’indice sur décret
et applicable en janvier, 295 € brut annuel, soit au total 41,25€ brut/mois.
Pour tous les autres (ensemble des salariés de droit privé et cadres fonctionnaires), en fonction de leur salaire :

SGB ≤ 33 000 € 900 € :  brut annuel, soit 75 € brut/mois

33 000 € < SGB ≤ 46 000 :  € 500 € brut annuel, soit 41,67 € brut/mois

SGB > 46 000 € : 0 €/mois, pas d’augmentation collective garantie

Face à ces propositions qui sont très loin des besoins, l’ensemble des organisations syndicales a quitté la séance
en demandant à la direction de revenir avec des propositions à la hauteur du nécessaire

L’ensemble des Organisations Syndicales Représentatives organise une Heure d’Information
Syndicale le 15 février de 14h à 15h sur le site d’Alleray et en teams (invitation à venir)

Ce sera le jour de la présentation des résultats financiers 2023 d’Orange. Cela posera autrement la question du
partage de la richesse créée. Ce sont les salariés qui par leur travail ont créé les résultats que la direction va
annoncer, un partage plus équitable est nécessaire car il est inacceptable que les salariés aient perdu du
pouvoir d’achat depuis 2022 alors que le dividende augmente lui !!!

Pour peser sur la réunion NAO du 16 février, la CGT appelle à des rassemblements
le 16 février à 9h à Alleray et sur tous les sites pour exprimer votre mécontentement

La CGT s’appuie sur la consultation menée auprès des salariés et revendique :
– l’égalité salariale femmes / hommes
– des promotions pour les 20 000 salariés non promus depuis plus de 10 ans.
– à minima les augmentations collectives suivantes :

SGB ≤ 40 000 € :  4 000 € brut annuel, soit 333,33 € brut/mois
40 000 € < SGB ≤ 55 000 € : 3 500 € brut annuel, soit 291,60 € brut/mois
SGB > 55 000 € :  3 000 € bruts annuels, soit 250 € brut/mois

Ces mesures nécessitent un budget de 260 millions d’euros, équivalent à 10 centimes de
dividende. Nous demandons que l’entreprise récompense le travail avant d’alimenter le capital.

En complément…

Lire la suite 

En direct des Négociations Salariales (NAO) : Des propositions inacceptables !

Voici les propositions d’augmentations collectives faites par la direction le 24 janvier 2024.

Pour les employés et agents de maîtrise fonctionnaires : les 5 points d’indice de janvier, et c’est tout.

Pour tous les autres :

SGB ≤ 32 000 € 800 € brut annuel, soit 66 € brut/mois, 10% des salariés concernés
32 000 € < SGB ≤ 45 000 € 300 € brut annuel, soit 25 € brut/mois, 40% des salariés concernés
SGB > 45 000 € 0 €/mois, 50% des salariés concernés
Augmentation collective, en moyenne
Employés agents de maîtrise fonctionnaires +0,75%
Employés agents de maîtrise de droit privé +1,6%
Cadres +0,1%

Le coût de la vie a beaucoup augmenté ces dernières années, bien au-delà de l’inflation. Nous nous en rendons toutes et tous compte en faisant nos courses, en payant nos factures. Par exemple, l’alimentation a augmenté de 25% sur les 2 dernières années, l’électricité va faire un bond de 20% en 2023 et 2024.

Orange est une entreprise qui va bien. Le bénéfice net escompté pour 2023 sera proche de 3 milliards. La direction s’engage à affecter seulement 90 millions d’euros en 2024 pour augmenter les salaires de celles et ceux qui produisent la richesse de l’entreprise.

Une goutte d’eau si on le compare aux 1,8 milliards versés en dividende aux actionnaires en moyenne chaque année. La direction a d’ailleurs eu l’indécence de prévoir en 2024 une augmentation de 2 centimes de dividende, soit un budget supplémentaire de 53,2 millions d’€ qui échappe aux salariés.

La CGT exige un autre partage de la richesse. Personne ne doit perdre de pouvoir d’achat, les évolutions de compétences doivent être mieux reconnues, les femmes doivent avoir des salaires à la hauteur de ceux des hommes.

Pour que les propositions de la direction soient à la hauteur, il faudra que les salariés se mobilisent. La CGT fera des propositions d’action lors de la prochaine intersyndicale le 30 janvier.

Consultation sur les salaires, donne ton avis  :               L’analyse des négociateurs CGT en vidéo :

 

En complément…

Lire la suite

Négociations Salariales (NAO) 2024 : Bilan 2023 : un budget trop insuffisant

Les augmentations collectives ont représenté en moyenne :

  • 4,75% du SGB pour les employés et agents de maîtrise de droit privé.
  • 3,5% pour les employés et agents de maîtrise fonctionnaires (en intégrant l’augmentation du point d’indice).
  • 2,3% pour les cadres

 

Les augmentations individuelles ont été attribuées à la moitié des employés et agents de maîtrise de droit privé, pour un montant en moyenne représentant un peu plus de 1% du SGB, et à 74% des cadres à hauteur d’au moins 2%.

La forte proportion d’augmentations individuelles aux cadres montre l’insuffisance des mesures collectives attribuées. Pour que personne ne soit laissé pour compte il serait plus juste de donner une augmentation collective à la hauteur des besoins. Elle doit permettre de gagner du pouvoir d’achat.

La CGT avait raison d’insister sur les augmentations collectives. Surtout dans un contexte de forte augmentation du coût de la vie.

Cela renforce la volonté de la CGT d’obtenir des augmentations collectives, qui font gagner du pouvoir d’achat à TOUS les salariés d’Orange

Les employés et agents de maîtrise fonctionnaires sont les oubliés des mesures.

Correction des inégalités salariales des femmes

Quoi qu’en dise la direction, il reste un problème non résolu sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

De nombreuses salariées ont dû réclamer leur nuage de points pour être reconnues en dépositionnement et obtenir une régularisation de leur situation. Notre constat est que la direction ne rattrape pas d’elle-même toutes les situations de dépositionnement.

Promotions : une dérive inacceptable 

 

En 2023 il y avait 20 260 salariés non promus depuis plus de 10 ans contre 18 385 en 2022, soit 2 000 de plus. C’est 1 salarié d’Orange sur 3 qui n’est pas reconnu depuis plus de 10 ans.

C’est le signe d’un budget promotion très insuffisant.

 

En complément…

Lire la suite

Négociations Salariales (NAO) 2024

Nouvelle représentativité syndicale nationale chez Orange…

Chaque année, les Négociations Annuelles Obligatoires-NAO, aussi appelées négociations salariales concernent tes augmentations de salaires, tes promotions et les corrections salariales comme les inégalités entre les femmes et hommes. Suite aux récentes élections CSE, ces négociations vont se dérouler de mi- janvier à février 2024 entre la direction et trois organisations syndicales représentatives : la CGT FAPT, la CFDT et la CFE-CGC.

La direction d’Orange privilégie les intérêts des actionnaires à ceux des salariés…

Une enveloppe de 800 millions d’euros vient d’être débloquée le 6 décembre pour satisfaire l’appétit insatiable des actionnaires d’Orange (acompte de dividendes). Sachant que les salariés représentent seulement 6% de l’actionnariat d’Orange, 94% de cette somme, fruit du travail des salariés, va remplir les poches de l’état et des fonds de pension qui ont investi chez Orange.

Chaque salarié apporte 318 422 € au chiffre d’affaires et 15 730 € de bénéfice net

Un autre partage de la richesse s’impose…

Pourtant, la direction d’Orange privilégie depuis des années la rémunération des actionnaires à la juste rémunération des salariés (97% des bénéfices vont en dividendes).
Pire, depuis quelques années, les augmentations restent inferieure à la hausse du coût de la vie qui perdure (alimentation : +25% en 2 ans, gaz : +10% en 1 an, …). Elles entrainent une perte significative
de pouvoir d’achat.
La CGT FAPT s’efforcera d’améliorer le pouvoir d’achat et la juste reconnaissance des compétences des salariés.

Il n’y a pas de fatalité. Comment faire changer les choses ?
La direction fait le choix de privilégier la rémunération des actionnaires. Les arguments des négociateurs CGT FAPT ne suffisent pas. Seul le rapport de force avec l’intervention des
salariés changera la donne.
Dans un premier temps, la CGT FAPT vous met à disposition un questionnaire pour affiner vos attentes et vos revendications qu’elle portera lors des négociations.

Cet article est lié à l'action : « Pour une autre répartition des richesses »

Lire la suite

Pour une autre répartition des primes et des parts variables

Depuis toujours à Orange la CGT revendique l’augmentation des salaires fixes et l’obtention d’un 13ème mois pour tous (8,33% du salaire annuel).

Ce que nous vivons dans l’entreprise depuis plusieurs années est une politique salariale injuste qui conduit à une perte de pouvoir d’achat, d’autant plus qu’elle comprend un système de primes variables excluant de nombreux salariés. Si les primes dont les
PVC et les PVM ne sont pas dans le logiciel de la CGT, force est de constater qu’elles existent.
Rééquilibrer leurs effets pervers est un premier pas vers un 13ème mois pour tous !
A travail égal, salaire égal :
Mettons fin aux injustices de la PVM !
Le système de la PVM est inique par nature. Pas tant par son lien à la performance (les « différences de performances » entrainant des écarts minimes de gratification) mais surtout par le fait que les taux de prime varient en fonction des classifications. Pour des objectifs atteints à 100%, le taux est pour un D-bis à 7,5% ; un E à 11,5% ; un F à 16% ; un G à 24%.
A cela s’ajoute le fait que les salaires qui servent de base au calcul comportent eux aussi des écarts significatifs. Ainsi un salarié D-bis aura un montant de PVM 4 fois inférieur à celui d’un salarié F quelque soit leurs atteintes d’objectif.
Sachant que la majorité des métiers sont sur deux niveaux de classifications (merci ARCQ !), il est fréquent que deux collègues exerçant la même activité et ayant une évaluation équivalente, aient des parts variables singulièrement différentes.
Nous revendiquons donc un taux unique de 14 % pour tous les cadres qui, à
défaut de régler les écarts de salaires, permettrait d’éviter que la part
variable creuse encore l’écart de rémunération

De la carotte au bâton :
Sécurisons la PVC !
Depuis plusieurs années, les conditions d’obtention des primes variables liées aux ventes sont de plus en plus contraignantes. Les items quantitatifs ou qualitatifs ont en effet été doublés, certains sont croisés, tout ceci complexifiant l’atteinte des objectifs.

Par conséquent, il est impossible pour un salarié de s’investir pleinement dans chaque élément imposé. L’effet pervers amène le vendeur à choisir soit la qualité au détriment de la productivité, soit l’inverse.
Il s’agit de l’institution « d’une qualité empêchée ».

Sachant que depuis 2017 le budget national consacré à la PVC est réduit en moyenne de 15% par an et que la tendance ne s’inversera pas, il devient donc impossible de maintenir sa rémunération au même niveau d’une année sur l’autre.

La PVC représente en moyenne 20% du revenu d’un vendeur et pour quelques-uns ce pourcentage peut atteindre les 50%. La course aux objectifs devenant de plus en plus exigeante, certains ne comptent plus leurs heures de travail quand vient le temps des challenges. Ces conditions de rythme soutenu et d’énergie nécessaire ne peuvent plus correspondre à tous les salariés concernés.

Il devient impératif de créer un dispositif juste intégrant la PVC dans le salaire
fixe mensuel lorsqu’un vendeur souhaite quitter le domaine commercial.
La Prime la plus injuste est celle qui n’existe pas :
Obtenons une Prime Non-Cadre !

Le dispositif de parts variables chez Orange s’applique aux salariés sur des activités
commerciales et à tous les cadres.
Ainsi, la grande majorité des non-cadres ne bénéficient d’aucun régime de prime alors qu’ils sont précisément les moins bien rémunérés de
l’entreprise.
Cela représente une injustice majeure et une rupture d’égalité de traitement entre les salariés.
La CGT revendique une prime fixe annuelle Non-Cadre de 3 000€

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

Seuls les salariés créent les richesses par leur travail dans les entreprises. Ces dernières doivent être répartie autrement notamment pour la juste rémunération de la force de travail par :

  • La mise en place d’un 13e mois
  • La revalorisation du complément Orange pour les fonctionnaires
  • La prise en compte de l’évolution des métiers dans les qualifications
  • La suppression des inégalités de traitement entre les femmes et les hommes
  • La revalorisation de toutes les grilles indiciaires et salariales sur la base d’un smic à 1 800 € mensuel brut, et sur la base du plafond de la sécurité sociale (3 269 €) pour les cadres,
  • De nouvelles grilles  de salaire basée sur une progression régulière et garantie, la reconnaissance des qualifications et des diplômes avec pour minimum le smic à 1 800 € brut mensuel à l’embauche :
    • Sans qualification : 1 800 €
    • BEP/CAP : 2 160 €
    • BAC : 2 520 €
    • BTS/DEUG/DUT : 2 880 €
    • Licence/Maitrise : 3 240 €
    • BAC+5/ingénieur : 3 600 €
    • Doctorat : 4 140 €
  • Une progression tous les 2 ans d’ancienneté afin de garantir un véritable déroulement de carrière.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange