ÉTABLISSEMENT DO Normandie Centre

journal des élus du CE de juin 2018

C’est la période des soldes ! Est-ce pour cela que les salariés n’auront que 325 € brut annuel alors que les hauts dirigeants auront 30 000 € d’actions gratuites et que les actionnaires vont se partager 1,8 milliard de dividendes soit une augmentation de 7%.

Vous l’avez compris, nous n’aurons pas toutes et tous la même capacité d’achat pour les soldes. Cette politique ne va toujours pas dans le sens d’une meilleure répartition des richesses et de justice sociale. Malheureusement quand le seul objectif de la politique d’entreprise Orange s’alimente uniquement de la pingrerie des patrons et de l’accaparation des richesses par les actionnaires :

  • Comment envisager autre chose que de « chaleureux remerciements » du PDG pour les salariés en 2018 ?
  • Comment envisager autre chose que moins d’emplois, plus de soustraitance et des rapports de médecins toujours plus alarmants sur la situation des salariés qui peut-être explosive ? Pour les UIs, la fusion ne règlera rien.
  • Comment envisager autre chose qu’un accord ARCQ sans reconnaissance ni qualification, sans argent ni négociation pour les Négociations Annuelles Obligatoires, qu’une GPEC sans emploi, qu’un accord intergénérationnel en gestation sans intergénérationnel ?
  • Comment envisager autre chose qu’une intensification de la propagande patronale sur l’instant pour valoriser l’agilité, le Flex Office, le collaboratif, les Hackathons, les Sprints, la poly polyvalence, la poly compétence … bref les outils qui servent à l’exploitation. Monsieur le Président, comment vous le faire comprendre simplement : « si on met un pognon de dingue dans les versements des dividendes, les salariés souffrent et on ne s’en sort pas ».

L’actualité de l’ex PDG de France Télécom, (renvoyé actuellement en correctionnel) ne peut que rentrer en résonnance avec cette réalité, lorsque la logique est poussée à son extrême. Si l’histoire ne se répète jamais, elle bégaie malheureusement souvent. La Direction va-t-elle enfin écouter les salariés et la CGT qui vous demandent une autre répartition et utilisation de la richesse pour moins de souffrance et plus de justice sociale à Orange ?

Au sommaire ce mois-ci :

  • P 1 Déclaration CGT
  • P 2 Fusion des UIs
  • P 3 Marché entreprise ? Production défaillante !
  • P 3 Alternance ? Danger !
  • P 4 Bilan du Service Social
  • P 4 ASC

En complément…

Lire la suite

Déclaration préalable CHSCT UI Normandie septembre 2018

Ce 20 septembre est une journée de grève dans toutes les UI de France. La CGT a pris ses responsabilités pour l’organisation de cette journée, tant les motifs sont nombreux. Les besoins sont en constante augmentation pour maintenir et exploiter les réseaux actuels, pour développer et construire les réseaux de demain. Les enjeux sont primordiaux pour l’avenir d’Orange et de ses salariés sur le THD fixe et mobile.

Pourquoi un tel acharnement d’Orange pour démanteler son domaine technique ?

Aujourd’hui avec la suppression de la moitié des UI et demain des DO, ce sont les moyens pour les salariés et les cadres de pouvoir réaliser leurs tâches et activités qui se délitent : depuis des mois, le projet de création de l’UI Normandie Centre, Unité officiellement mise en route depuis le 3 septembre a posé une chape de plombs sur notre région. Les réorganisations entrainent des pertes de repères. Tous les services sont touchés. Les salariés ne comprennent plus le sens de leur travail, ils ne comprennent plus la politique de l’entreprise. D’ailleurs force est de constaté, que le nombre de signalement de salariés en difficulté se multiplient auprès du service de médecine du travail. Nous noterons de sérieux problèmes dans l’Orne, le Calvados et au Havre. Nous ne doutons pas que l’ensemble des équipes soient impactées et pas seulement celles d’intervention. La politique de durcissement pour la prise de congé est certainement un des éléments déclencheur à ce malaise.

La centralisation de l’état-major sur Rouen et sur certaines villes qui sont moins nombreuses que les doigts d’une main, ne donne pas envie de postuler sur les postes de petits sites quand ils existent encore.

D’ailleurs, vis-à-vis de cet état-major, comment les salariés doivent-ils recevoir le fait que la sécurité ne fasse plus partie des responsabilités de l’unité. La direction de la DO aurait-elle préférée y privilégier la communication, comme cela y est écrit dans les fonctions de la DRH ?

Une réelle dynamique de recrutements est nécessaire en créant les postes utiles opérationnels (CAFs, Technicien(ne)s) et en stoppant la stigmatisation d’une forme d’inutilité des back-offices. La direction invoque systématiquement, un seuil critique de l’unité en dessous duquel, la structure ne serait pas viable. Peut-être, mais la diminution des unités au seuil critique est de la seule responsabilité de la direction qui a organisé une déflation de l’emploi sans précédent dans l’entreprise, externalisant aujourd’hui plus de 80% des activités techniques. La solution portée par la CGT se trouve dans la ré-internalisation des activités et des salariés.

Ce sera bon pour la qualité de service, pour l’emploi et les salaires !

La journée de grève d’aujourd’hui trouvera inévitablement un prolongement le 9 octobre prochain dont les revendications sont cumulatives aux questions de la protection sociale, de la retraite et bien sûr de leur financement. Pour terminer ce sujet, nous évoquerons l’agression dont a été victime la délégation CGT de la part de la direction lundi dernier. Le directeur a perdu son sang-froid et a expulsé  physiquement et par la force la délégation CGT de la salle des négociations sur les termes du préavis. Nous serons certainement amenés à nous revoir à ce sujet, dans un cadre plus approprié que le CHSCT.

Nous ne pouvions pas laisser cette séance de CHSCT sans parler de l’Avis de Danger Grave et Imminent concernant les nacelles de la marque Time / KLUBB qui font l’objet d’une très forte présomption de fraude et de falsification à la conformité CE.

Il est vrai que ce problème se résoudrait plus facilement, si la direction n’appliquait pas la politique de l’autruche !

Au CHSCT de l’UIN, la question de la dangerosité des nacelles n’est pas chose nouvelle, mais nous nous devions de rappeler quelques éléments essentiels au dossier. Les élus CGT ont découvert il y a quelques mois, une forte présomption de fraude et de falsification à la conformité CE. Ils ont alerté la direction à plusieurs reprises, aussi bien au niveau local que national. La direction a laissé pourrir pour ne pas affronter les problèmes. Des accidents graves ont eu lieu chez les sous-traitants Orange avec des nacelles de cette marque ces dernières semaines. A priori, pas de réaction de la direction, même, s’il est difficile aujourd’hui d’attribuer les causes à cette seule présomption de non-conformité. Mais si les nacelles ne sont pas certifiées, il y a fort à parier que les auteurs de la fraude et de la falsification portent une responsabilité. Responsabilité qui devra être partagée avec le donneur d’ordre « Orange » prévenus de longues dates des doutes de la CGT. La direction se mure dans la négation ! Se prendrait-elle pour les trois singes mystiques : « ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire »

La CGT a été contrainte d’alerter la direction par voie règlementaire. Une enquête a été diligentée le jeudi 13 septembre. Sans accord sur des mesures de prévention, un CHSCT a été convoqué dès le lendemain matin. La direction y a appliqué la devise des trois singes mystiques, résultat pas solutions et pas de levée de l’ADGI. Le dossier est maintenant dans les mains de l’inspection du travail qui semble avoir bien compris ce dossier et sa portée en matière de sécurité. La CGT tient aussi noter que nos craintes sont partagées unanimement par l’ensemble des organisations présentent au CHSCT vendredi dernier et nous les en remercions. Comme la délégation du personnel au CHSCT de l’UIN, au sein de l’UINC, l’action de
l’inspection du travail se porte d’abord sur la prévention et à l’élimination des risques de ces nacelles. C’est ainsi qu’il a demandé à la direction tous les documents officiels. Le dossier n’est pas clos et la CGT le suivra jusqu’au bout. Nous ne doutons pas que nos collègues chercheront eux aussi à connaître la vérité.

En plus de se murer dans la négation, la direction veut maintenant punir les salariés !

C’est ainsi qu’elle profère des menaces, par l’intermédiaire des chefs de groupes, de durcissement encore sur la prise de congé, d’externalisation complète des travaux sur le réseau BL et terminal… Elle est tellement revancharde qu’elle voudra punir tous les salariés. S’il y a quelqu’un qui doit être punis, ce ne sont certainement pas les salariés, mais les dirigeants nationaux et locaux d’Orange qui ont mis à la disposition des salariés, des nacelles dont la certification est plus que douteuse.

Nous rappellerons l’Article L4311-3 « Il est interdit d’exposer, de mettre en vente, de vendre, d’importer, de louer, de mettre à disposition ou de céder à quelque titre que ce soit des équipements de travail et des moyens de protection qui ne répondent pas aux règles techniques du chapitre II et aux procédures de certification du chapitre III. »

La CGT reste aux cotés de tous les salariés qui se sentiraient victimes ou menacés des agissements de la direction.

Lire la suite

Journal du CE DONC d'octobre 2018

La CGT a participé à un rendez-vous important avec le PDG sur les questions relatives à l’emploi.
Objectif : bilan sur les engagements de la direction dans le cadre de l’accord intergénérationnel, signé par la CGT le 23 décembre 2015. Il prévoyait sur la période 2016-2018 de recruter 6 000 salariés dont 3 500 jeunes de moins de 30 ans avec une priorité parmi les alternants et les stagiaires. La CGT a contribué à la formalisation chiffrée des emplois dans cet accord.

Grâce à notre ténacité la direction a revu ses engagements à la hausse en termes de recrutements. Nous avons obtenu 1500 embauches supplémentaires. Ce sont donc au final 7 500 recrutements qui étaient prévus entre 2016 et 2018. Les 7 500 recrutements étaient nécessaires, mais insuffisants d’après l’enquête du CNPS et les rapports de la médecine du travail. Ils mettent en avant le besoin criant d’emploi à Orange. Pour compenser la baisse drastique des effectifs, la réponse de l’entreprise est de confier bien plus encore le réseau aux sous-traitants.

La CGT défend une politique de remplacement d’au moins une embauche pour un départ et de la ré-internalisation des activités et des emplois sous-traités afin de garantir une maîtrise totale des processus et le maintien des compétences dans
l’entreprise dans une logique industrielle cohérente. La prévision des 7 500 recrutements pour 2018 / 2020, n’est pas une fin en soi pour permettre d’améliorer les conditions de travail et de répondre aux besoins des usagers. Besoin des usagers qui sont sacrifiés sur l’autel de la rentabilité par l’ADNC.

En effet la direction de l’Agence Distribution Normandie Centre nous présente le bilan 2017 du schéma directeur de la distribution. Cela concerne 6 boutiques passées à la Générale de téléphonie (Argentan, Châteaudun, Coutances, Pithiviers, Vendôme et Vierzon). Le document présenté confirme que l’AD privilégie la rentabilité à court terme (économie sur le personnel et l’immobilier) plutôt que la fidélisation et la satisfaction client. Le TEP (Taux expérience positive), tout comme le nombre d’actes, est en chute libre partout où la GDT fleurit.

La CGT ne peut accepter une telle politique destructrice d’emplois et génératrice de mal être au travail qui nous rappelle les heures sombres d’avant 2010. C’est pourquoi vous nous trouverez toujours sur votre chemin pour défendre le personnel et les conditions de travail.

Au sommaire ce mois-ci:

  • Santé au travail p2
  • Restauration p2

En complément…

Lire la suite

Journal du CE DONC de septembre

Les salariés en ont assez des mauvais coups et du mépris patronal. L’échec des négociations salariales, le refus de parler de l’emploi lors de négociations GPEC montrent cette considération placée au plus bas niveau. ARCQ est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Les salariés attendent autre chose, d’ailleurs de nombreux rapports de la médecine du travail le démontrent. Cette attitude encourage les directions sous tutelle à décliner ce dédain vis-à-vis de son personnel, Pour exemple récent la posture provocatrice, agressive et indigne de la part du directeur de la 2ème plus grosse UI de France lors la réunion de négociation dans le cadre du préavis du 20 septembre.

Ce manque de considération est perçu par tous les salariés quel que soit leur niveau hiérarchique. C’est une forme de maltraitance, qui nuit gravement à la santé physique et mentale des salariés. La CGT tient à rappeler que la direction en
est pourtant garante. Ce qui se passe chez Orange, dans notre DO n’est pas un cas isolé. Dans chaque secteur d’activité professionnelle, les méthodes d’asservissement patronales sont soutenues par un gouvernement bien plus prompt à écouter le MEDEF que les organisations syndicales de salariés.

C’est dans ce sens que la CGT appelle à la mobilisation des salariés le 9 octobre prochain pour répondre aux revendications sur les salaires, l’emploi, l’accord sénior, la charge de travail, la reconnaissance de la carrière, les qualifications, la formation professionnelle, cette liste non exhaustive est une bonne raison d’être en grève pour peser et pour faire aboutir ses revendications.

Profitons de la Journée d’action interprofessionnelle du 9 octobre pour réagir tous ensemble !!!

Au sommaire ce mois-ci :

  • P 1 Déclaration CGT
  • P 2 Formation
  • P 2 Egalité Professionnelle
  • P 3 Logement
  • P 3 Handicap
  • P 4 restauration
  • P 4 Grève du 9 octobre

En complément…

Lire la suite

Déclaration préalable CHSCT ADNC septembre 2018

À l’agence distribution, les CHSCT se suivent, mais qu’est-il fait concrètement afin d’améliorer les conditions de travail des salariés à part les mettre sur les routes et changer leur planning de travail empiétant ainsi sur leur vie privée.
Les changements de tableau de service servent à masquer la politique de non remplacement des départs au sein d’Orange et aussi à grignoter les JTL attribuées aux salariés. Une énième attaque contre les 35 heures si perturbant selon le patronat français dont Orange reste un des plus grands contributeurs.

Les médecins du travail ayant en charge des boutiques dans toutes les Agences de Distribution de métropole estiment à 80% que la situation dans les boutiques s’est dégradée au cours de l’année 2017. Ils rapportent qu’au cours des consultations au SST, les éléments suivants sont signalés :

  • Le sous-effectif dans les boutiques (systématiquement et souvent : 77,4%)
  • La problématique de l’attente des clients (systématiquement-souvent : 71%)
  • La problématique des plannings/horaires (systématiquement-souvent : 58%)
  • Un mal-être des conseillers (systématiquement-souvent : 61,3%)

Le sous-effectif, corollaire de l’augmentation du travail prescrit et donc du temps passé par client, est en fait la source de la plupart des difficultés constatées :

  • Stress des conseillers, des responsables de boutiques et des adjoints.
  • Tensions entre les personnels (avec parfois tensions entre managers et management
    « inapproprié »).
  • Augmentation du petit absentéisme.
  • Modifications des horaires/plannings.
  • Réactions des clients consécutives au temps d’attente jugé excessif.

Les médecins appellent donc avec force et vigueur l’attention de l’entreprise sur cette dégradation des conditions de travail en boutique, qui impacte de plus en plus la santé des salariés concernés. En effet, nombre de vendeurs en boutiques considèrent qu’ils sont là pour faire du chiffre mais aussi pour être la roue de secours quand les clients n’ont pas ou plus de solution, n’ont pas de réponses à leurs questions ou tout simplement veulent garder encore ce contact humain face à Orange. Les salariés se retrouvent à se tirer une balle dans les pieds car Orange leur demande de faire devenir autonome et digital le client… donc qu’il n’ait plus besoin des boutiques! Pire, ils ou elles sont objectivés pour ce travail. Comment voulez –vous que les conseillers clientèles en boutiques ne soient pas stressés ?

Mais non c’est encore la CGT qui raconte des mensonges diront certains cadres de l’Agence Distribution : tout va bien dans les boutiques, Mme la Présidente. Effectivement afin d’améliorer le confort des vendeurs, mais aussi des clients (ne les
oublions pas), Orange crée des smart stores dans les centres commerciaux afin de mieux les transmettre à la Générale de Téléphonie dans un futur peut-être plus proche que l’on pense. Et même mieux, la direction prend maintenant soin des managers en les allégeant des décisions concernant les congés. Certes, on nous dit qu’ils garderont la main sur la décision finale mais combien de managers prendront la responsabilité de contrecarrer une décision
venue d’en haut ?

Concernant ce sujet, il nous est présenté comme un projet alors que dans le calendrier prévisionnel il doit être opérationnel mi-septembre : c’est-à-dire au moment même où les élus de cette instance en sont informés. Curieuse façon de respecter la représentation du personnel, mais comme c’est la pratique au plus haut niveau de notre gouvernance, pourquoi l’Agence Distribution Normandie-Centre se gênerait-elle ?

Lire la suite