Rémunération / Carrière

LE VOTE CGT LA FORCE QUI VOUS BOOSTE !

Du 5 au 8 décembre 2022, vous allez voter pour vos représentants aux Commissions Consultatives Paritaires (CCP).

Créés suite à la privatisation de France Télécom, les CCP ont été conçus commme le copier/coller des CAP destinées aux fonctionnaires. Leur rôle initial était la défense des intérêts des personnels tout au long de leur carrière. Les recours devraient donc pouvoir porter sur le déroulement de carrière, la mutation, le temps partiel, ou toute autre question d’ordre individuel.
Aujourd’hui, Orange conçoit les CAP et CCP comme des organes disciplinaires. Cerise sur le gâteau pour les salariés de droit privé : la CCP ne siège plus que pour les licenciements et les valide dans la plupart des cas ! Cette situation n’est pas acceptable !

FONCTIONNAIRES ET SALARIÉS DE DROIT PRIVÉ
UN MÊME COMBAT ET DES RÈGLES DE GESTION DIFFÉRENTES

Aujourd’hui à Orange, les deux tiers du personnel sont de droit privé. La CGT se bat et s’est toujours battue pour que CCP et CAP servent l’intérêt des personnels, même si les uns sont régis par le Code du travail quand les autres sont régis par celui de la Fonction Publique. Pour la CGT, il ne s’agit pas de monter les statuts les uns contre les autres comme le fait l’employeur. Au contraire, il faut permettre à chacun de bénéficier du meilleur inhérent à son statut en harmonisant par le haut. C’est pourquoi la CGT porte une vision de la CCP ne siégeant pas exclusivement sur les licenciements et une vison des CAP-CCP ne siégeant pas exclusivement sur du disciplinaire.

ARCQ : LA DOUBLE PEINE ANTISOCIALE AU NOM DE LA DESTRUCTION DE NOS METIERS
En 2017, la CGT n’a pas signé l’Accord Reconnaissance des Compétences et Qualifications (ARCQ). Les métiers n’ayant pas été classifiés au moment de la signature, la CGT a refusé de donner un chèque en blanc à la Direction. Le sous-positionnement des métiers qui s’en est suivi lui a hélas donné raison !
L’accord a conduit à une diminution du nombre global de promotions : troquées officiellement contre des augmentations de salaire pour les non promus depuis plus de 10 ans, cette mesure ne permet pas d’avancer réellement puisque, année après année, nous restons à 20 000 salariés sans mesure de reconnaisance (ni promotion ni mesure salariale spécifique) pour les non promus depuis plus de 10 ans.
ARCQ s’avère doublement discriminant puisque son objet initial était « la refonte des métiers » visant à passer de 400 à 130 métiers environ. La direction a commencé par caser chaque salarié sur l’un des « nouveaux » métiers, puis a imaginé pour chacun d’entre eux 4 niveaux : base, opérationnel, avancé et référent. En conséquence, un nombre non négligeable de salariés s’est vu rétrogradé depuis « expert » sur son ancien métier vers « base » ou « opérationnel », reculant d’autant toute perspective de promotion.
Même si l’accord a pris fin au 31/12/2021, les organisations syndicales signataires portent toujours une lourde responsabilité sur la situation actuelle. La décision unilatérale en vigueur s’inspire très largement de l’ARCQ !

NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES :
TROIS ECHECS CONSECUTIFS INHERENTS A UNE DIRECTION AUTISTE !
Chez Orange, après 3 échecs consécutifs sur les négociations salariales, la direction affichait en mai dernier une nouvelle décision unilatérale comprenant un « taux directeur » de 3 %.
C’était un trompe l’œil pour beaucoup d’entre vous. Mais même si vous faites partie des heureux élus pour lesquels ce fut le cas, avec une inflation de 6,3%, votre revenu aura diminué de 3,3%. C’est pourquoi seul le « salaire réel » (différentiel entre salaire et inflation) permet de mesurer le pouvoir d’achat.
Or, Orange a encore diminué les budgets alors même que ceux des années précédentes étaient déjà très insuffisants pour couvrir les non promus depuis plus de 10 ans. La liste va donc s’allonger et le salaire réel des salariés d’Orange va nettement diminuer en 2023 avec une inflation mécaniquement boostée par l’allègement du bouclier énergétique gouvernemental.
C’est pourquoi la CGT, a demandé la réouverture des négociations salariales 2022 afin de prendre en compte ces évolutions. La prime de partage de la valeur est loin de répondre aux attentes, d’autant que seuls 50% des effectifs en bénéfiecieront.
Cette fin de non recevoir de la direction n’est pas une fatalité.

DES LUTTES GAGNANTES AVEC LA CGT !
Par exemple dans la supervision réseau à DTSI Vision 360 où une réorganisation allait détruire de nouveaux emplois sur un service national déjà lourdement en sous effectif. La CGT a agit aux côtés des salariés avec l’élaboration d’une pétition, puis des mouvements de grève coordonnés sur les sites V360 sur la France entière avec rassemblements sur sites, et avec présence de la presse à Alleray et Bridge.
Au final les suppressions de poste ont été annulées, la direction étudie des possibilités de recrutements, des augmentations de salaire et des promotions ont été gagnées !

AU NIVEAU NATIONAL LA CGT REVENDIQUE

-Le retour à des CCP de proximité utiles aux salariés, et non plus une CCP nationale réservée aux sanctions disciplinaires.
-La fin des suppressions d’emploi et la réinternalisation des activités participant à la chaine de création de valeur d’Orange.
-Une promotion pour les plus de 20 000 salariés non promus depuis plus de 10 ans, des promotions de fin de carrière.
-Une suppression des écarts salariaux entre hommes et femmes avec un budget égalité professionnelle à 2% par an (0,2% actuellement)
-Un 13ème mois pour tous
Ces 3 dernières revendications salariales représentent un total de 375 millions d’euros. Pour les financer il suffirait de 11,5 centimes d’euros de dividendes.

VOTEZ CGT FAPT
LE SYNDICAT QUI VOUS BOOSTE ET QUI NE VOUS LACHERA PAS !

En complément…

Lire la suite

FONCTIONNAIRES D’ORANGE : « LES SACRIFIÉS »

Du 5 au 8 décembre 2022, vous allez voter pour vos représentants aux Commissions Adminitratives Paritaires (CAP).

Depuis toujours, la CGT se bat pour que les CAP reprennent leur rôle initial de défense des intérêts des fonctionnaires tout au long de leur carrière. Les recours devraient pouvoir porter sur le déroulement de carrière, la mutation, le temps partiel, ou toute autre question d’ordre individuel. Pourtant, afin de dissuader tous recours, Orange attribue des avis négatifs sans même étudier les dossiers !
Orange ne conçoit les CAP que comme un organe disciplinaire ! Cette situation n’est pas acceptable !
Depuis toujours, l’entreprise joue sur les deux statuts des salariés !

FONCTIONNAIRES ET SALARIÉS DE DROIT PRIVÉ
MÊME COMBAT : MAIS RÈGLES DE GESTION DIFFÉRENTES !
Aujourd’hui à Orange, un tiers du personnel est fonctionnaire. Il n’est pas question de négliger leurs spécificités au prétexte qu’Orange soit une entreprise privée.
La CGT se bat et s’est toujours battue dans les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) pour une reconnaissance générale des salariés quel que soit leur statut. Tous créent les richesses et doivent bénéficier d’augmentations de salaires et de promotions. Il est cependant indispensable de tenir compte des spécificités des fonctionnaires. La structure du salaire et le calcul des droits des pensions sont différents de ceux des contractuels. C’est pour cela que les revendications portées par la CGT sont différentes selon les statuts.

CHANGEMENT D’INDICE ET AUGMENTATION DU POINT D’INDICE :
LA GRANDE ARNAQUE !
Concernant les Fonctionnaires Cadres, Orange raisonne en Salaire Global de Base que ce soit dans la mise en œuvre de l’augmentation du point d’indice en juillet 2022 ou à l’occasion d’un changement de grille indiciaire. Cela conduit à un vase communiquant entre le traitement indiciaire et le complément salarial, qui se retrouve amputé !
La conséquence est une aberration !
Cette année comme tous les ans, les Cadres fonctionnaires n’ont eu que de dérisoires augmentations individuelles dans la Décision Unilatérale d’Orange sur les mesures salariales. De plus, l’employeur, sans vergogne, leur a ponctionné sur le complément salarial la quasi-totalité des 3,5 % du déblocage du point d’indice ! Mesure de la fonction publique pour répondre à la perte constante du pouvoir d’achat des fonctionnaires !
Le calcul de la pension des fonctionnaires est basé uniquement sur le traitement indiciaire brut. Contrairement aux salariés de droit privé pour qui l’ensemble des revenus est pris en compte dans le calcul des droits à la retraite. Les primes et compléments salariaux des fonctionnaires ne sont que très faiblement pris en compte dans la retraite additionnelle fonction publique (RAFP). Cette situation conduit à des pensions pour les employés, les agents de maîtrise et les cadres de 1er niveau à moins de 2 000 euros nets pour des carrières complètes ! C’est la douche froide au moment du départ !

ARCQ : UN ACCORD LOURD DE CONSÉQUENCES SUR LES FONCTIONNAIRES
En 2017, la CGT n’a pas signé l’Accord Reconnaissance des Compétences et Qualifications (ARCQ). Les métiers n’ayant pas été classifiés au moment de la signature, la CGT a refusé de donner un chèque en blanc à la Direction. Le sous-positionnement des métiers qui s’en est suivi lui a hélas donné raison ! L’accord a conduit à ce que l’augmentation moyenne du salaire de base entre 2018 et 2021 soit de 2,08 % pour les contractuels et de 1,58 % pour les fonctionnaires ! Il a creusé les écarts salariaux entre les deux statuts. De plus, il a fait diminuer le nombre global de promotions pour les deux statuts ! Comme pour les salaires, ARCQ est discriminant pour les promotions des fonctionnaires. Les mesures qu’il contient ne leurs sont pas adaptées. Le changement de niveau (base – opérationnel – avancé – référent) entraîne une augmentation salariale de 2 % qui se retrouve sur le complément salarial Orange. Or, au moment du départ en retraite, ce complément n’est pas pris en compte dans le calcul de la pension. Le déroulement de carrière pour un fonctionnaire est aussi devenu deux fois plus long pour passer Cadre ou Cadre supérieur ! Même si l’accord a pris fin au 31/12/2021, les organisations syndicales signataires portent toujours une lourde responsabilité sur la situation actuelle. La décision unilatérale en vigueur s’inspire très largement de l’ARCQ !

NÉGOCIATIONS SALARIALES ANNUELLES
Les NAO 2022 se sont cloturées une nouvelle fois par une Décision Unilatérale de l’entreprise. Orange a encore diminué les budgets alors même que ceux des années précédentes étaient déjà largement insuffisants pour couvrir les non promus depuis plus de 10 ans. Non promus, qui pour la plupart sont fonctionnaires et partent progressivement en retraite sans rien !

 

POUR TOUTES CES RAISONS LA CGT REVENDIQUE
Au niveau Fonction Publique
• Nouvelle augmentation du point d’indice couvrant réellement la perte cumulée de pouvoir d’achat ;
• Défense et la pérennisation du système de retraite et des statuts ;
• Revalorisation immédiate des grilles indiciaires.
À Orange :
• Redonner aux CAP leur rôle de recours individuel ;
• Promouvoir au grade supérieur après 15 ans d’ancienneté sans obligation de changement de poste ;
• Fusionner les grilles indiciaires II1 avec II2, III2 avec III3, IV1 avec IV2 et IV3 avec IV4 afin qu’elles soient en adéquation avec les niveaux CCNT ;
• Promouvoir deux ans avant le départ en retraite pour compenser la faible prise en compte des primes ;
• Stopper les ponctions du complément salarial lors de chaque évolution indiciaire ou lors des augmentations du point d’indice de la fonction publique ;
• Promouvoir les salariés lors de la signature du TPS afin de compenser la perte sur la pension

 

Fonctionnaires d’Orange : défendez vos intérêts !

Votez CGT FAPT le syndicat qui tient réellement compte de votre statut et de ses différences !

En complément…

Lire la suite

Garantir le pouvoir d’achat des salariés passe par des augmentations de salaires !

Même dans cette période de vie chère, la direction d’Orange reste sourde aux revendications salariales du personnel et saisit l’opportunité de faire des économies en refusant d’augmenter les salaires. Elle préfère le versement d’une prime « one shot » défiscalisée qui ne répondra pas à la hausse du coût de la vie dans la durée.

Des critères de revenus qui excluent la moitié des salariés
En conditionnant cette prime aux revenus, la direction d’Orange s’est assurée d’écarter de cette prime dite de « partage de la valeur » la moitié des salariés.
Les nouveaux arrivants en 2022, majoritairement des alternants avec de petits salaires, ne toucheront qu’une partie de la prime (un alternant arrivé en septembre ne touchera qu’un tiers de la prime).
Les salariés qui quitteront l’entreprise avant le 20 décembre ne percevront rien. La CGT a dénoncé cette décision scandaleuse qui démontre bien le manque de reconnaissance accordé pour des salariés qui auront bien souvent passée 40 ans ou plus au sein d’Orange et France Telecom.

La loi pouvoir d’achat donnait la possibilité à la direction d’aller jusqu’à 6 000 €.
Ce sera finalement bien moins chez Orange que dans d’autres grandes entreprises !!! :
• Une prime de 900 € pour 22 000 salariés dont l’ensemble des revenus annuels est inférieur à 40 200 €
• Une prime de 400 € pour 11 000 salariés dont les revenus sont compris entre 40 200 et 50 400 €
Mais surtout, cette prime ne peut remplacer une véritable augmentation de salaire demandée depuis des mois pour compenser la flambée du coût de la vie et l’envolée des prix des produits de première nécessité qui vont se poursuivre en 2023.

Réouvrir les négociations sur les salaires, une urgence sociale !
Cela fait 3 années consécutives qu’il n’y a pas eu d’accord sur les augmentations de salaire à Orange, la faute aux propositions insuffisantes et indécentes de la Direction.
La CGT FAPT a pourtant réclamé en vain la réouverture des négociations 2022 pour compenser la perte très importante de pouvoir d’achat des salariés sur les deux dernières années.

Du respect et du pouvoir d’achat pour tous les salariés
Bien que pour les salariés qui la toucheront ce sera une bonne nouvelle, la CGT FAPT ne peut que s’opposer à ce que la moitié des salariés d’Orange soit exclus de cette prime.
Pour vraiment compenser la hausse du coût de la vie, il aurait fallu augmenter tous les salaires comme d’autres grandes entreprises l’ont fait, conscientes de cette nécessité.
La Direction d’Orange, elle, n’a pas oublié d’améliorer nettement le pouvoir d’achat de ses hauts dirigeants…
La CGT n’a pas voulu cautionner cette proposition en trompe l’oeil et en cohérence n’a pas signé cet accord, tout comme 3 autres organisations syndicales à Orange.

Satisfaire ces demandes, c’est possible… avec un partage de la valeur juste
et équitable !
Orange a versé 2,3 milliards d’euros de dividendes aux actionnaires en 2021, et seulement 50 millions d’euros pour augmenter les salariés. On est très loin d’un partage de la valeur juste et cela provoque des départs volontaires. D’autant plus que la Direction s’engage chaque année à maintenir un haut niveau de dividendes.
La CGT propose de réduire les dividendes pour satisfaire les mesures demandées et nécessaires. Elles pourraient être financées en réaffectant seulement 10 cts€ du dividende versé chaque année.

La CGT demande des négociations salariales
à la hauteur des enjeux et des besoins
Soucieuse de défendre au mieux les intérêts des salariés, et devant le refus de la direction de réouvrir la NAO 2022, la CGT a obtenu l’ouverture anticipée des négociations sur les salaires pour 2023.
La CGT FAPT revendique le provisionnement d’un budget conséquent pour les Négociations Salariales 2023 afin de permettre
• des augmentations collectives additionnées du rattrapage de la perte de pouvoir d’achat qui est de 7% sur les deux dernières années,
• la fin des inégalités salariales Femmes – Hommes,
• une réelle reconnaissance des qualifications et de l’investissement des salariés,
• des promotions pour les 20 000 salariés non promus depuis plus de 10 ans
• un 13ème mois de salaire pour tous

La CGT FAPT appelle tous les salariés à se mobiliser massivement,
notamment lors de la journée interprofessionnelle du 10 novembre
pour des augmentations de salaires pour tous

En complément…

Lire la suite

La CGT rétablit la vérité

Après un troisième échec consécutif des négociations, sanctionné d’une décision unilatérale (du jamais-vu !), la direction d’Orange voudrait faire porter le « chapeau » aux organisations syndicales non-signataires. Inadmissible ! La direction ose publier dans son intranet : « Le mandat a évolué au fil des séances de négociation : en dernière phase, dans le cadre d’un accord, la Direction était disposée à aller au-delà de ce qui sera mis en œuvre. En dépit de cela, un accord valable n’a finalement pas pu être trouvé avec une majorité d’organisations syndicales. ». La direction parle d’un écart de 0,3% soit un taux directeur de 3% décidé arbitrairement au lieu des 3,3% proposés en négociation.
Le ton est donné par la direction pour les prochaines négociations dans l’entreprise, et vous pouvez compter sur la CGT pour continuer de défendre vos intérêts.
Dans un contexte aussi compliqué, cette propagande d’Orange, comme celle du seul signataire FO, est insupportable.
La vérité, c’est que la CGT a refusé de signer pour des mesures salariales largement inférieures à l’inflation et qui donc ne préservent même pas le pouvoir d’achat des salariés. La direction fait le choix de redistribuer deux milliards d’euros de bénéfices quasi intégralement aux actionnaires chaque année via un fort dividende et d’augmenter grassement la rémunération de la nouvelle gouvernance à deux têtes, mais pas celle des salariés.
Toutes les organisations syndicales, sauf FO, ont aussi refusé de prolonger l’accord Reconnaissance des Compétences et de Qualifications et de donner carte blanche à la Direction pour distribuer à la carte des mesures de reconnaissances et de détourner aussi une partie du budget déjà insuffisant pour la mobilité forcée et de manière opaque alors qu’il devrait être traité en dehors de la négociation salariale.
La vérité, c’est que la direction d’Orange propose un taux d’affichage en trompe l’œil de 3% alors que les mesures salariales « garanties » pour tous sont d’à peine 1,6% et non de 3% comme elle tente de le faire croire. Pour les cadres qui représentent 60% du personnel, ce sera seulement 1,05% de garanti et le reste à la main des managers !

Comment la direction d’Orange peut annoncer « qu’elle s’engage en faveur du pouvoir d’achat à travers les mesures salariales 2022 » alors que l’inflation atteint 4,8% fin avril sur un an glissant et qu’elle était déjà à 4,5% en mars en pleine négociation ?

La vérité, et c’est une première, la direction a imposé une décision unilatérale inférieure aux chiffres proposés en fin de négociation, alors qu’elle avait le choix de garder la dernière proposition faite lors de la négociation. En pleine flambée du coût de la vie, chacun jugera du message envoyé par la direction à travers cette décision historique !

La vérité aussi, c’est que la nouvelle Directrice Générale, a su améliorer son pouvoir d’achat en augmentant très fortement son salaire par rapport à son prédécesseur, tout en refusant de se rendre à la négociation pour les salariés, et s’est bien gardée de donner des marges de manœuvres supplémentaires à ses négociateurs.

La vérité, c’est que la nouvelle gouvernance d’Orange accentue le mépris envers le personnel et les organisations syndicales. Elle n’hésite pas à employer d’importants moyens de communication tout en limitant ceux des Organisations Syndicales.

La vérité, c’est que la Direction d’Orange déroule sans scrupule son plan d’économie Scale-Up visant à réduire la masse salariale de 500 millions d’euros, les effectifs et les charges immobilières de 350 Millions d’euros. Elle pousse également les salariés vers un télétravail sans les indemniser à la hauteur des coûts induits pour accroître ses profits qu’elle va s’empresser de redistribuer aux actionnaires.

Pour toutes ces raisons, la CGT appelle le personnel à se mobiliser et agir dès maintenant :
• pour soutenir toutes les actions collectives visant à améliorer leurs conditions de travail et leur pouvoir d’achat
• pour réclamer une autre redistribution de la richesse produite par les salariés plus juste, et en leur faveur.
• pour exiger tous ensemble, sans plus attendre, la baisse du dividende et la hausse de nos salaires ainsi que la reconnaissance de nos qualifications.
• à s’opposer aux approbations des rémunérations des membres du COMEX et exiger une autre répartition des richesses lors de l’Assemblée Générale des actionnaires le 19 mai.

En complément…

Lire la suite

En direct des NAO : La direction impose la DU de la honte…

La direction consciente de la faiblesse de ses propositions s’est livrée à un exercice de chantage avec les organisations syndicales. Elle a annoncé que s’il n’y avait pas d’accord signé, elle imposerait une troisième Décision Unilatérale d’affilée avec des mesures à la baisse. (Historiquement la direction a souvent joué ce double jeu mais ne s’est jamais abaissée à les mettre à exécution pour réaliser des économies de bout de chandelle sous l’ère S.Richard). Les propositions d’augmentations de la direction étaient indécentes, sa façon d’imposer froidement les choses est purement scandaleuse !

(…) Lire l’intégralité du tract en le téléversant

En complément…

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

Seuls les salariés créent les richesses par leur travail dans les entreprises. Ces dernières doivent être répartie autrement notamment pour la juste rémunération de la force de travail par :

  • La mise en place d’un 13e mois
  • La revalorisation du complément Orange pour les fonctionnaires
  • La prise en compte de l’évolution des métiers dans les qualifications
  • La suppression des inégalités de traitement entre les femmes et les hommes
  • La revalorisation de toutes les grilles indiciaires et salariales sur la base d’un smic à 1 800 € mensuel brut, et sur la base du plafond de la sécurité sociale (3 269 €) pour les cadres,
  • De nouvelles grilles  de salaire basée sur une progression régulière et garantie, la reconnaissance des qualifications et des diplômes avec pour minimum le smic à 1 800 € brut mensuel à l’embauche :
    • Sans qualification : 1 800 €
    • BEP/CAP : 2 160 €
    • BAC : 2 520 €
    • BTS/DEUG/DUT : 2 880 €
    • Licence/Maitrise : 3 240 €
    • BAC+5/ingénieur : 3 600 €
    • Doctorat : 4 140 €
  • Une progression tous les 2 ans d’ancienneté afin de garantir un véritable déroulement de carrière.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange