Cadre

Flash cadres n°772 : Pour les cadres, pas de renoncement !

Lorsque les frimas de l’Automne s’installent, ils ne dessinent pas seulement des limbes autour des cortèges de manifestants dits « traditionnels », ils marquent surtout la réalité d’une continuité dans les attentes sociales insatisfaites. Nos collègues en charge de la responsabilité d‘un service le rappellent à l’envi : c’est le moment où l’on est comptable d’une communauté de travail ou d’une sphère d’autonomie au bord de la rupture. Il n’y a rien dans ce constat qui ne laisse de place aux variations saisonnières ! En effet, alors que le processus de luttes contre les ordonnances Macron vient de mar-quer une nouvelle étape ce 16 novembre, la conflictualité dans les entreprises de notre secteur reste non seulement visible mais réin-terroge les cadres sur leur perception de cet affrontement social.
Les exemples de grèves à La Poste à la distribution sont signifiants car ils placent l’encadrement de proximité dans une nécessité de dialogue sans réels moyens d’appor-ter du contenu. Pour les directions territoriales ou de métiers, laisser les cadres livrés à eux-mêmes devient la règle ! Et que dire des plans dits de « continuité de service » érigés en plans de communica-tion et d’une logique économique désastreuse ? Les cadres « désignés volontaires » se retrouvent alors dans ces circonstances aux marges de la légalité et des règles les plus élémentaires de sécurité.
La débauche de moyens utilisés dans ces exemples par La Poste ne peut qu’interroger lorsque l’on rappelle que les origines de ces conflits sont souvent liées à la difficulté des salariés à accomplir leurs missions au regard d’organisations qu’ils jugent déficientes.
Faire entendre une parole alternative, exiger la prise en compte de la part contributive des cadres, cela reste pour l’Union Fédérale des Cadres la première exigence si l’on ne veut pas se résigner à l’étau social dans lequel nous enferment nos directions.
Des élections Orangées:
Les élections professionnelles à Orange se sont tenues du 7 au 9 novembre dernier, il s’agissait d’élire à la fois les représentants des salariés du groupe Orange au Conseil d’Administration et les représentants des salariés dans les CE et en DP. Avec 8708 voix sur 47718 inscrits et 30263 exprimés dans le collège non cadre, la CGT est largement en tête et obtient un élu au Conseil d’Administration, le second siège est attribué à Sud.
Pour ce qui concerne le collège cadre un second tour est en cours.
Pour ce qui est des élections dans les CE, sur 88594 inscrits, tous collèges confondus, et 61011 exprimés, la participation s’élève à 72,30%, soit 1,31 point de moins qu’en 2014 mais avec aussi 9051 inscrits de moins.
Notons, tout de même que cette participation est différenciée d’un collège à l’autre car si les cadres se sont exprimés à 74,49%, et les agents de maîtrise à 74,25%, le collège employé n’a voté qu’à 62,76%.
Néanmoins cette participation, de bon niveau, fait mentir le patronat quant à la soit disant désaffection des salariés pour les organisations syndicales ! La CGT avec 10486 voix et 17,19% devient la 3ème organisation syndicale chez Orange, la CGT remercie les salariés qui ont voté pour ses listes. Ces résultats sont à examiner par périmètre car ils sont très nettement différenciés d’un établissement à l’autre, d’un collège à l’autre en tenant compte notamment des collèges cadres que nous n’avons pas pu monter pour les DP faute de candidats. Pour les Délégués du personnel un second tour aura lieu sur certains périmètres les 21 et 22 novembre, nous appelons les personnels à voter CGT !

 

Lire la suite 

Flash cadres n°771 : La CGT dit NON à la baisse des retraites !

Suite à l’accord du 30 octobre 2015, que la CGT a combattu, les régimes ARRCO et AGIRC vont disparaître le 1er janvier 2019 pour être remplacés par un régime unique complémentaire qui servira de référence au gouvernement pour élaborer sa réforme des régimes de base et spéciaux. En gelant définitivement les ressources financières de ce nouveau régime, le Medef veut imposer la baisse généralisée des retraites qui seraient ainsi de moins 9% dans les 15 ans. Aujourd’hui les cadres sousrémunérés ont une Garantie Minimale de 120 Points (GMP) de retraite/an. Cette disposition disparait au 01/01/2019. La CGT avait demandé le passage de la GMP à 150 points, ce qui permettait à la fois d’augmenter la pension des cadres et de renflouer les caisses. Pour liquider leur retraite avant 67 ans sans pénalité, les personnes nées après le 01/01/1957 devront travailler un an de plus, sinon 10% d’abattement seront appliqués pendant 3 ans. Toutes ces mesures sont faites pour contraindre les cadres à épargner pour leur retraite avec tous les aléas bancaires que cela comporte. La CGT a porté 2 mesures de financement qui suffiraient pour obtenir l’équilibre des comptes du futur régime unique : Créer une contribution patronale pour l’égalité salariale Femme/Homme, avec un taux initial de 1% modulé en fonction de l’amplitude des écarts et diminuant au fur et à mesure que les inégalités se réduisent. Soumettre, au taux de 10%, des éléments de rémunérations à cotisation patronale comme l’intéressement, la participation, l’épargne salariale, etc. Ces mesures permettraient d’empêcher la baisse des retraites et rétablirait un bon niveau de pension par rapport au salaire de fin de carrière.

Branche Télécoms

Orange, les salariés vont choisir leurs représentants : Du 7 au 9 novembre 2017, les salariés d’Orange vont voter pour élire leurs élus au Comité d’Établissement (CE) et leurs Délégués du Personnel (DP), qui vont les représenter auprès des directions locales et nationales. Pourquoi faut-il que la CGT soit plus forte à Orange ?

  •  Pour la défense des droits et garanties : la représentativité de la CGT est un enjeu majeur de ces élections.
  •  Pour l’amélioration des conditions de travail.
  •  Pour l’emploi Pour l’égalité professionnelle Femmes/Hommes.
  •  Pour garantir l’avenir d’Orange et de ses salariés. Ensemble décidons de notre avenir, et votons pour des candidat-e-s pleinement engagé-e-s !
Lire la suite

Flash cadres n°770 : Unis pour sauver le Service Public !

Philippe Martinez militant CGT à Orange !

Quelle surprise le 10 octobre, pour les cadres et cadres supérieurs du site Orange C5 à Chatillon, de se voir accueillir par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, tracts sous le bras, les invitant à participer à une réunion débat sur leur site !
Débattre à bâtons rompus de l’avenir de l’entreprise, des propositions CGT pour un service public de la communication, échanger librement sur la loi travail XXL et ses conséquences pour les cadres d’Orange, c’est bien l’image de toute une organisation engagée dans les élections professionnelles qui a dominé cette matinée.
N’en déplaise, c’est l’inverse de toute forme de renoncement qui s’exprimait, avec la perspective du vote CGT comme outil de contestation et d’affirmation de propositions alternatives.

En complément…

Lire la suite

Flash cadres n°769 : La chienlit, c’est qui ?

Exigeons des recrutements !

Depuis la privatisation, les effectifs d’Orange ont été divisés par deux, et un quart ont été détruits dans les 5 dernières années.
L’entreprise s’appuie sur la pyramide des âges pour gérer la diminution de la force au travail, en fonction de l’appétit insatiable des actionnaires.
C’est le grand écart entre le discours d’un employeur qui s’autoproclame « digital, humain et responsable » et un bilan catastrophique en termes d’emploi, de mixité et d’égalité effective entre femmes et hommes.
Le 3 octobre, la CGT et les autres syndicats ont été reçus par la direction pour faire le point sur la situation de l’emploi à Orange. A cette occasion la CGT a obtenu l’embauche de 500 salariés supplémentaires.

En complément…

Lire la suite

Flash cadres n°768 : Citius, Altius, Fortius !

Non à un nouveau désengagement de l’État

La presse se fait écho d’une cession des participations de l’État au sein du capital d’Orange. Après Engie, ADP et la FDJ, l’État s’apprêterait de nouveau à privilégier les intérêts d’investisseurs privés. Le gouvernement céderait des parts d’une entreprise stratégique qui est au cœur de l’écosystème numérique et un acteur majeur sur le déploiement du Très Haut Débit mobile (4G) et fixe (fibre). Concernant les clients, les intérêts des investisseurs privés sont orientés vers la rentabilité immédiate plutôt qu’à l’accessibilité, la proximité, les prix et la qualité de service. Ils seraient forcément perdants. Concernant les salariés, ils seraient les premiers impactés avec l’amplification de la dégradation de leurs conditions de travail.

En complément…

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

Défendre le statut cadre et l’améliorer au moyen de 4 leviers :

  • Temps de travail

Non seulement la CGT est mobilisée pour gagner un véritable droit à la déconnexion, mais ses militants cadres estiment que les forfaits jours ont souvent pour  conséquence une augmentation de la charge de travail, ce qui ne permet pas un travail de qualité.

  • Egalité Professionnelle

Elle ne peut se résumer au nombre de femmes au Conseil d’administration. La CGT ne se résigne pas  au plafond de verre qui cantonne les femmes cadres dans les premiers niveaux de classification. Nous proposons d’agir sur  2 volets : Des mesures  de rattrapage salarial, parts variables comprises, et le déroulement de carrière.

  • Management

Pourquoi considérer la méthode agile et le management collaboratif comme les nouveaux « totems » alors que la CGT et son Ugict portent une vision alternative du management ?

  • Reconnaissance des qualifications

Pour la CGT, il s’agit d’un point essentiel qui s’appuie sur des salaires de recrutement qui reconnaissent  les diplômes, ainsi que la valorisation tout au long de la carrière des qualifications acquises notamment grâce à la formation professionnelle.  Le statut cadre est essentiel dans la portabilité des droits acquis tout au long du parcours professionnel. C’est pour ces raisons que la CGT n’a de cesse de défendre, par exemple la garantie, par une retraite complémentaire par répartition et spécifique, de percevoir un revenu de remplacement préservant le pouvoir d’achat des cadres au moment de la retraite.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange