Vie au travail

Maintien du site de Pontarlier UAT grâce à la CGT !

Sur la DO Est, grâce à la ténacité de la CGT (élus CE, DS d’UAT et OWF, DS DO, syndicat départemental, militants, élus et mandatés locaux), les 4 salariés du site de Pontarlier sont maintenus sur leur site.

La direction voulait les envoyer travailler sur le site de Besançon qui est à 1H de route aller. C’est la récompense de plusieurs mois d’investissement, de luttes ( pétition, préavis locaux, interpellation d’élus et du ministre) qui ont permis le maintien de l’emploi sur le site de Pontarlier.

Lire notre tract

Lire la suite

Projet Bridge : ne soyons pas aveugles !

Malgré les 15 avis « contre » au Comité d’Entreprise de la DO IDF, la Direction Entreprise France (DEF) continue son projet de déménagement de 1300 salariés  à Issy les Moulineaux.

La CGT :

  • Refuse la mobilité forcée vers Issy-les-Moulineaux,
  • Exige le maintien des sites Parisiens intra-muros,
  • Propose une pétition conforme à vos réponses aux sondages.

Téléchargez notre tract et notre pétition ci-dessous

Lire la suite

CHSCT Agence Pro Ile de France : quelques mises au point.

Demande d’expertise concernant le déménagement de l’ADCP de Boissy

L’ordre du jour du CHSCT du 27 mars 2018 comprenait une « Information préalable à une consultation : projet de déménagement de l’équipe ADCP de Boissy sur les autres sites Ile de France. »

Suite à l’importance de ce projet, à la présentation par la direction, d’un document totalement inadapté à l’instance CHSCT et au manque d’éléments fournis aux élus du CHSCT, ceux-ci ont fait valoir leur droit, conformément aux dispositions de l’article L 4614-12 § 2 du code du travail, de recourir à une expertise extérieure et indépendante. Cette expertise leur permettra de s’appuyer sur l’étude et l’analyse des risques psychosociaux afin qu’ils puissent rendre un avis éclairé sur ce projet.

Les élus du CHSCT ont rédigé tous ensemble une délibération. Un vote s’en est suivi avec une majorité pour : 4 élus (2 CGT, 1 SUD, 1 CFDT) et 2 abstentions, les 2 élus FO s’étant rétractés au dernier moment.

Comme lui permet le code du travail, la direction conteste le bien-fondé de cette expertise et a assigné le CHSCT devant le Tribunal de Grande Instance de Paris. La comparution aura lieu le 19 juin à 9h30 devant un juge qui validera ou invalidera la demande d’expertise votée par le CHSCT.

Même si une majorité d’élus a voté pour l’expertise, il est  regrettable que les 2 élus FO se soient in fine abstenus au moment du vote, mais chaque organisation syndicale est libre de ses choix et nous les respectons.

Ce qui est beaucoup plus regrettable, c’est de ne pas assumer ses choix jusqu’au bout et de communiquer par un tract qui met en cause le choix des autres élus avec des motifs tout à fait contestables… voire faux !

Pour une information complète téléchargez notre tract ci-dessous.

Lire la suite

Tous en grève le 8 juin à l’UI Sud-Ouest

Stop à l’hémorragie :  Tous en grève le 8 juin

Souffrance au travail, process inconstants et irréalistes, stratégie de l’autisme

Exprimons notre désaccord face aux choix de notre direction qui nous portent atteinte ainsi qu’à nos clients !

Réclamons tous ensemble :

  • L’arrêt des projets liés à la géolocalisation du personnel
  • La reconnaissance des salariés
  • L’arrêt du travail du samedi obligatoire
  • L’équité avec l’Aquitaine pour les remboursements de repas (tous à 18€)
  • Retour du dialogue et de la bonne intelligence dans la prise de congés
  • Retour à un management de proximité avec plus de temps dégagé aux managers pour mener à bien leurs missions.

 

  • Le respect et la prise en compte de la charge de travail (Plan de charge, manque de personnel, etc…)
  • Le respect de bonnes conditions de travail (pôles nationaux, multicompétence, digitalisation, OPTIM,…)
  • Le respect et la prise en compte de l’être humain (vie privé/vie pro, respect de la pause méridienne…)

 

  • Des recrutements à la hauteur des départs (1 départ = 1 recrutement)
  • Un véritable plan de formation pour les salariés (management compris)
  • L’arrêt du projet « externalisation des magasins »
  • Une organisation du Back Office adaptée aux réalités quotidiennes

 

 

En complément…

Lire la suite

Un PDM (ex PDE) qui ne déplace que du vent !

Cette négociation avait pour objectif de permettre à tous les salariés d’Orange de bénéficier de mesures d’accompagnement visant à optimiser et augmenter « l’efficacité des déplacements » pour en diminuer les émissions polluantes et réduire le trafic routier. L’article 51 de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte impose aux entreprises de plus de 100 salariés d’élaborer un Plan De Mobilité (PDM) depuis le 1er janvier 2018.

Tout au long de la négociation, la CGT est intervenue afin que l’ensemble des dispositions présentes dans les différents PDE existants servent de base initiale de discussion (cf. la CGT met à disposition des salariés un tableau comparatif en pièce jointe). De plus, pour la CGT, cet accord devait également tenir compte des grands projets immobiliers et de la disparition des petits sites, de la politique des recrutements uniquement axée sur les grandes agglomérations (éloignant toujours plus les salariés de leur lieu de travail). Rappelons qu’en province, l’usage des véhicules est quasiment incontournable, (moins d’offres de transports collectifs et ce n’est pas la réforme ferroviaire qui arrangera la situation). Cette politique de l’entreprise ne favorise pas l’usage de transports alternatifs à la voiture individuelle en regard de l’essence même du PDM : Dans le cadre du projet immobilier Bridge (Hauts de Seine), la direction au CE DO IDF incite même les salariés à emprunter leur voiture afin de raccourcir leur temps de trajet domicile/travail.

Comme à son habitude, la direction motivée par l’obtention de labels et récompenses dans le cadre de sa Responsabilité Sociale d’Entreprise (RSE) a fait fi des propositions de la CGT. L’accord signé le 25 avril 2018 par certaines organisations syndicales est minimaliste, ne sortant pas du strict cadre législatif, ne s’intéressant qu’aux règles Urssaf et à la maîtrise des coûts, se cachant derrière les problématiques du SI paye et retirant, de nouveau, des activités aux personnels des CSRH.
Seule véritable nouveauté : l’Indemnité Kilométrique Vélo (IKV) imposée par la Loi qui permettra au personnel d’Orange de bénéficier de seulement 200 euros / an (barème URSSAF). Les anciens PDE n’avaient profité qu’à 2% du personnel, ce n’est certainement ce nouvel accord qui va inciter plus de salariés à en bénéficier. De plus, l’IKV et les offres pour l’acquisition de deux roues propres ne profiteront pas à tous, puisque la majorité des salariés est ou sera regroupée sur des mégapoles et donc plus éloignée de son lieu de travail. Pire encore, l’avarice de la direction aura pour conséquences de mettre encore les salariés à contribution au détriment de leur santé.

La CGT a demandé :

  • La prise en charge de l’IKV pour tous les kilomètres réellement parcourus (y compris les trajets professionnels) et pas seulement ceux entrant dans le barème URSSAF (800 km/an soit 200€/an).
  • La prise en charge à 100% des transports en commun afin d’encourager l’usage des transports publics.
  • L’accompagnement des salariés afin leur permettre d’habiter à proximité de leur lieu de travail.
  • L’aménagement des horaires de travail afin de pouvoir faciliter et différer l’accès aux transports publics.
  • Des déclinaisons locales du PDM national afin de tenir compte des spécificités dans les territoires.
  • L’arrêt de la concentration des activités sur les gros sites afin de permettre un aménagement du territoire cohérent et faciliter les déplacements.

La CGT ne souhaite pas cautionner cette politique d’affichage de l’entreprise. Les enjeux du PDM sont importants et les propositions de la direction sont très éloignées des attentes et des besoins des personnels.

Lire la suite

LA CGT FAPT PROPOSE

Préambule : Ces repères revendicatifs ne sont pas un recueil de propositions mais un outil permettant aux salariés d’élaborer eux-mêmes leurs revendications dans les services avec leurs représentants CGT.

La CGT se bat pour une vie au travail qui permette à chaque salarié d’Orange de vivre dignement avec la reconnaissance, le bien-être comme éléments essentiels qui doivent être pris en compte par la direction.

À partir des besoins exprimés par les salariés, la CGT FAPT utilise toutes ces instances pour une véritable prise en compte par la direction pour répondre aux besoins exprimés :

Pour cela, la CGT FAPT propose :

  • L’arrêt des restructurations/fermetures de site,
  • La diminution de la charge de travail par l’embauche de personnels,
  • La reconnaissance des qualifications,
  • La prise en compte de l’évolution des métiers dans les qualifications
  • Des mesures corrigeant véritablement les inégalités salariales entre les femmes et les hommes,
  • Les 32h avec le maintien de salaire, grâce aux gains de productivité créés par la digitalisation afin améliorer les conditions de travail,
  • La ré-internalisation des activités sous-traitées et les emplois qui y sont liés,
  • La dépose des boitiers de géolocalisation des voitures Orange,
  • Le droit à la déconnexion,
  • Reconnaissance, prévention et réparation de la pénibilité pour l’ensemble des métiers,
  • Une formation de qualité pour tous,
  • Fixation du contingent d’heures supplémentaires et de leur niveau de rémunération sans dérogation défavorable par accord collectif,
  • Le respect de l’équilibre vie privée / vie professionnelle,
  • Le respect des données et de la vie privée des salariés,
  • L’ouverture de véritables négociations sur l’organisation du travail.

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange