ÉTABLISSEMENT DTSI

Echo du CE DTSI - Juillet 2019

Edito : Poker Menteur !

Comment les salariés peuvent-ils encore accorder crédit à la parole de dirigeants qui est contredite au quotidien par leurs réalisations ?

À l’image d’Emmanuel Macron qui dénonçait devant l’Organisation Internationale du Travail les dérives d’un « capitalisme devenu fou » ou les « captations des richesses par quelques-uns » mais qui se refuse toujours à imposer les grandes fortunes …

Toujours dans cette mascarade de la parole de nos dirigeants, Stéphane Richard qui affirmait « qu’il faut lâcher du lest » mais maintient un versement de plus de 2 milliards d’euros de dividendes par an aux actionnaires. Pendant ce temps, elle verse unilatéralement seulement 108 Mau personnel avec les NAO.

Ou encore ce même Stéphane Richard qui plébiscite l’Ancrage territorial, pour être, je cite : « un acteur de proximité au plus près des clients, des territoires et des habitants et des équipes Orange qui y travaillent » alors que dans le même temps on nous annonce que l’on garde les emplois tant que les salariés sont présents sur un territoire mais sans assurance du maintien de l’activité et sans création d’activités tout cela pour concentrer l’emploi, ou ce qu’il en restera, sur les grands pôles .

Certains pour commenter la décision de justice concernant le PDG d’Orange, pensent que les salariés sont soulagés et que Orange peut affronter l’avenir avec sérénité avec Stéphane Richard pour construire ensemble le groupe de demain, à la CGT nous ne voyons pas en quoi cette décision de justice va amener du mieux pour les salariés d’Orange. Mais pour nous, salariés, le quotidien va continuer, avec de la reconnaissance au rabais, des salaires qui stagnent, une charge de travail qui augmente suite à l’absence de remplacement des départs etc. Et au vu de la teneur des messages, cette politique de déflation des effectifs a encore de beaux jours devant elle.

Pour la CGT, l’utilisation massive de prestataires externes est moralement contestable, socialement détestable, et la DTSI est exemplaire dans ce domaine en remplaçant les salariés d’Orange par des prestataires au lieu de recruter.

En complément…

Lire la suite

TENACES ET EFFICACES - Spécial ASC (Activités Sociales et Culturelles)

EDITORIAL : Vous allez choisir vos prestations

Cher-e-s collègues, en novembre, vous allez être appelés à voter pour la nouvelle instance CSE (Comité Social Economique) qui remplacera les trois instances actuelles que sont les CE, CHSCT, et DP. Il n’y aura qu’un seul vote pour ce CSE car les membres des CSSCT (Commission Santé Sécurité et Conditions de Travail), et les RP (Représentants de Proximité) seront désignés par le CSE, et par les organisations syndicales.

Ce vote sera très important car nous proposons de placer le droit aux vacances de qualité, l’accès à la culture, au sport et aux loisirs au même niveau que celui du droit au travail, à la santé, à l’éducation, à la formation et au logement.

Nous aurons une attention toute particulière pour celles et ceux qui aujourd’hui n’y ont pas (ou peu) accès et veiller à ce que personne ne se trouve exclu de ce droit.

Le budget dédié aux activités sociales et culturelles doit être suffisant pour permettre à l’ensemble des salariés, sans discrimination, de bénéficier de ce droit. Nous y veillerons.

Précisons que la dotation par l’employeur d’un budget des ASC n’est pas une obligation légale et donc que tous les CSE ne la reçoivent pas ou quand ils la reçoivent, il n’existe pas de montant minimum imposé par la loi. Il s’agit donc de maintenir, dans les années à venir, ce qui a été obtenu à Orange.

Comme pour les mandatures précédentes, nous sommes prêts à travailler avec les autres organisations syndicales qui défendent les mêmes valeurs que nous sur ces Activités Sociales et Culturelles. Nous souhaitons continuer d’offrir les mêmes niveaux de qualité des prestations offertes.

Avec votre confiance et votre vote, nous nous y engageons.

En complément…

Lire la suite

L'Echo du CE DTSI - Juin 2019

Edito : On ne joue pas avec vos ASC !

Les Activités Sociales et Culturelles ont été créées pour permettre aux salariés d’accéder aux Vacances, à la Culture, au Sport et aux Loisirs. C’est un projet social et non un complément de salaire! La CGT adhère complètement à ces principes et fait des propositions en ce sens.

C’est ainsi, qu’initiées par la CGT, les locations du CE rencontrent un succès croissant et permettent notamment aux familles de partir pendant les vacances scolaires. C’est un besoin réel : 56,6% du budget des Activités Sociales et Culturelles a été utilisé pour les vacances, dont les locations du CE.

La CGT est aussi à l’origine de la création d’une bibliothèque numérique, dont l’utilisation est entièrement gratuite pour les salariés, qui a trouvé son lectorat grâce à une communication régulière : les consultations des 6 premiers mois de 2019 atteignent celles de toute l’année 2018.

Bien que 4ème Organisation Syndicale au CE DTSI, la CGT refuse la transformation des ASC en simple site marchand, avec des réductions que l’on peut trouver ailleurs. La CGT refuse d’encourager ainsi un consumérisme irréfléchi. La CGT refuse la facilité en distribuant des chèques divers et variés et milite pour des prestations dans le respect de l’esprit originel des ASC.

En complément…

Lire la suite

L'Echo du CE DTSI -Mai 2019

Edito : Les aventures de Lyon 2020

Lors du point information-consultation sur Lacassagne, transformé en information simple, l’ombre du nouveau site Sky56 a plané fortement.

En effet, l’expérience de travail incomparable dans ce bâtiment annoncé par la direction n’a pas été au rendez-vous, loin de là. Il y a d’abord les défauts inhérents à tout bâtiment neuf. Ils seront certes corrigés mais il y en a tellement qu’on peut se poser la question si il y a eu une réception des locaux.

Mais surtout c’est la conception des espaces de travail qui pose problème. D’une part les espaces de travail Flex, où les salariés n’ont pas de bureau attribué et il y a 8 postes de travail pour 10 salariés. D’autre part dans certains « clusters » la concentration des postes de travail est telle qu’on se croirait dans un centre d’appel délocalisé.

Cette situation a abouti à une mobilisation des salariés du site le 30 avril lors de la venue du directeur de la DRH de DTSI.

Sachant que les principes ayant guidés les aménagements du bâtiment Sky56 sont les mêmes que ceux qui sont utilisés pour Lacassagne, nous avons toutes les raisons d’être inquiets pour les conditions de travail des salariés de la plaque lyonnaise.

Si la direction ne tire pas les enseignements de la dégradation des conditions de travail liée à ces nouveaux environnements de travail la CGT prendra ses responsabilités et appellera les salariés à se mobiliser.

En complément…

Lire la suite

Echo du CE DTSI - Avril 2019

Edito : Bilan pas très social

Comme tous les ans le bilan social de DTSI est présenté au CE d’avril. Et comme tous les ans il montre une baisse significative du nombre de salariés.

Le nombre de salariés baisse avec le non remplacement de tous les départs, résultat d’une politique purement financière. Cela a pour conséquence de dégrader les conditions de travail. Et les collègues qui partent en retraite sans être remplacés ou remplacés à la dernière minute emmènent leurs compétences, perdues pour l’entreprise.

Pour compenser la direction augmente la sous-traitance de 11%, ce qui n’est pas rien. C’est sans compter que de plus en plus de travail est envoyé à C2S (filiale de SOFRECOM) que la direction ne compte pas dans la sous-traitance. Ça fait beaucoup.

Un fait notable depuis plusieurs années, et devenu structurel, est la transformation de la structure de l’emploi à DTSI par l’augmentation du nombre de salariés en bandes E et F, et la baisse très significative en C, D et Dbis. Il y a une certaine logique : avec l’évolution des techniques le besoin en qualifications augmente. Comment connaître le niveau de compétence et de technicité dont les salariés auront besoin dans 10, 20 ans alors qu’on ne connait pas les techniques qui seront mises en œuvre ? Il faut donc des salariés capables de se former sur des techniques que nous ne connaissons pas aujourd’hui.

La CGT remarque que les salariés des PTT, puis des Télécoms, puis de France Télécom qui sont maintenant Orange ont montré leur capacité à se former, s’adapter et produire un travail de grande qualité dans un contexte de bouleversement technique. Il est donc nécessaire d’offrir aux salariés actuellement en bandes C, D et Dbis des possibilités d’évolution bien plus importantes que ce qui est fait aujourd’hui.

Les salariés ont montré leur courage pour s’adapter au changement, à la direction d’avoir le courage de leur faire confiance en mettant en place plus de parcours vers des métiers plus qualifiés.

La CGT est opposée cette politique de l’emploi et de compétence de la direction qui est motivée par la recherche de profits immédiats au détriment des conditions de travail des salariés.

 

En complément…

Lire la suite