ÉTABLISSEMENT DTSI

Supervision à Orange : Revalorisation de la prime mensuelle CPEP90

Dès le mois de novembre 2017, la CGT a sollicité la DRH de la DTSI pour organiser une réunion concernant la revalorisation de la prime CPEP90, dite « indemnité centre principaux d’exploitation qui concerne les techniciens de la supervision centralisée du réseau 24/7 (décision n°18 du 08/04/1991), conformément à l’article 14 du protocole d’accord de fin de grève supervision du 19 mars 2010.

Une attente de 8 mois pour que la DRH DTSI ait la délégation de la DRH Groupe pour procéder à cette réunion. Elle s’est déroulée le 3 juillet 2018 !

Les Organisations Syndicales (OS) CGT, SUD, FO et CFE-CGC étaient présentes. La CFDT première OS à Orange était absente…

La direction est arrivée avec une proposition d’augmentation indexée sur l’inflation des 3 dernières années comprise entre 5 € et 8 € !

La CGT rappelle que la dernière indexation en 2015 avait été calculée sur la base des NAO !

La proposition de la CGT est de 292 € arrondi à 300€. Rejointe par les autres OS.

Les OS ont rappelé que pendant 20ans cette prime n’avait pas été augmentée.

Suite à une longue interruption de séance la direction accepte la proposition de la CGT d’appliquer le taux directeur de la NAO, mais en neutralisation pour 2017 et 2018 la part liée à la reconnaissance des compétences et des qualifications.

Ce qui ramène à un taux directeur de 1,6 % par an soit 287€ par mois avec effet rétroactif au 1er janvier 2018.

En complément…

Lire la suite

Tenaces & Efficaces Mai-juin 2018

EDITORIAL : Orange new – Le retour des années LOMBARD

Aucune organisation syndicale n’a signé l’accord salarial 2018 à cause de la faiblesse des propositions. C’est la première fois ! Pire la direction est revenue en deçà de ses propres propositions pour les cadres ! Tout cela pour privilégier une rétribution aux actionnaires de +8% au détriment des salariés, bien qu’ils aient produit 5% de richesses supplémentaires. Ne sont-ils pas en droit de réclamer des augmentations alors qu’ils sont 87% à ne pas être satisfaits de leur rémunération ?

La loi oblige la direction à présenter les orientations stratégiques du groupe et la GPEC correspondante. Or la discussion est quasiment impossible puisque les informations, lorsqu’elles sont données, nous arrivent au compte goutte. Comment dès lors peut-on mesurer les impacts des projets sur les salariés par bassin d’emploi et avoir une vision claire de l’avenir?

Les négociations sur l’accord senior

(anciennement intergénérationnel car il comportait un volet embauches) doivent se tenir en mai or la direction temporise dans l’attente de décisions gouvernementales sur les nouvelles règles de départ à la retraite. Comment vont-être gérés les transferts des savoirs et des compétences et quelle suite sera donnée aux 7500 recrutements déjà prévus dans l’accord précédent ?

Pour couronner le tout la direction brouille les pistes dans des ateliers collaboratifs sur les nouvelles organisations du travail (NEO). En fait n’est ce pas pour masquer un accroissement de la productivité et une aggravation des conditions de travail dans des bureaux design ?

Toutes ces questions de salaire, d’emploi, de carrière, de manque de perspectives, de productivité aboutissent à une détresse et une injustice sociales décrites dans tous les rapports des cabinets d’experts commandés au sujet de l’ère Lombard.

 

En complément…

Lire la suite

Echo CE DTSI Juin 2018

Edito : L’humain? OK mais après le business !
A la lecture du rapport annuel d’activité des médecins du travail, on se rend bien compte, mais nous le savions déjà, que nous ne sommes vraiment pas dans une entreprise humaine avec une soit disant, qualité de vie au travail.
Celle-ci, si chère à nos dirigeants n’est-elle pas la petite fougère qui cache une immense forêt gangrénée par
l’anxiété et la souffrance.
Après la dramatique crise sociale de 2009, la direction a eu l’audace de confier à certains managers de proximité d’être des dépisteurs de « risque suicidaire » !
Alors qui sera le dépisteur de ces responsables dont certains sont aussi en souffrance ?
Belle perspective de carrière pour les actuels et futurs managers-psychologues !
Les conclusions écrites par le médecin rapporteur ne font que confirmer les alertes émises par la CGT dans les différentes instances de représentation du personnel.
La transformation du travail, les restructurations, l’automatisation, les SDIT, la sous-traitance etc… prennent le dessus sur le facteur humain et les conséquences peuvent être graves en terme de santé mentale chez les salariés et les managers avec un risque élevé dans le domaine RH.
Enfin les médecins du travail émettent le vœu que notre entreprise devienne vraiment une entreprise humaine et digitale. Le chemin est encore long !

En complément…

Lire la suite

Echo CE DTSI Mars 2018

Edito : Les miettes pour les salariés

La négociation salariale 2018 s’est terminée en queue de poisson le 20 mars avec la suppression d’une dernière séance pourtant prévue. Orange propose donc à ses salariés, couverts d’éloges dans leur participation aux bons résultats, 1,4% en augmentation collective, ceci représentant peu ou prou entre 25 et 30 € nets par mois. Le taux directeur total, incluant ces mesures collectives, les mesures de reconnaissance et les mesures spécifiques, est de 2,5%, soit 0,2 points au-dessus de celui de 2017.

Etant donné l’inflation prévisible en 2018, supérieure de 0,5 point à celle de 2017, les salariés d’Orange n’auront même pas obtenu le maintien de leur pouvoir d’achat !

Pour rappel, les mesures de reconnaissance concernent seulement 20% d’entre eux. C’est-à-dire que 80% des salariés devront se contenter de ces miettes comme remerciement !

Enfin, concernant l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, et après la signature unanime d’un accord, Orange propose de doubler le budget et le ramène au même niveau qu’en 2016 ! Et le budget consacré à la promotion des femmes n’est qu’un trompe-l’œil car il ne concernera de fait que 1100 salariées soit 3,75% des femmes à Orange. L’égalité professionnelle à Orange est une grande priorité, mais seulement dans la communication pas en espèces sonnantes et trébuchantes.

Ces propositions ne sont pas à la hauteur des enjeux. 5% d’augmentation de la productivité des salariés en 2017, des résultats financiers salués par la presse spécialisée, tout çà pour quoi ? Des remerciements, de notre Président ? De qui se moque-t-on ?

 

En complément…

Lire la suite

L'écho du CE DTSI Février 2018

Edito : Les prestations ASC pour 2018

 

Le CE DTSI a voté le programme des ASC 2018 et le budget correspondant de façon majoritaire par les élus CFDT, CFTC, CGT et FO.

Sud a présenté un programme ASC sans budget correspondant ce qui rendait difficile l’évaluation des prestations.

La CGC n’a rien proposé et n’a pas pris part au vote.

La CGT a voté pour ce projet car il reprend en grande partie ce qui existait les années précédentes et qui satisfont les salariés.

Les modalités d’application devraient être mises en ligne dans les semaines qui viennent.

De plus les offres de séjours vont perdurer, au bénéfice des familles qui pourront partir en vacances à des coûts défiant toute concurrence.

La bibliothèque numérique est maintenue et son budget est augmenté de façon à pouvoir offrir gratuitement à la lecture des salariés de plus en plus de titres.

Il y a quelques nouveautés par rapport à l’an passé.

Tout d’abord le minimum de participation du salarié sur les prestations du Pack Liberté passe de 20% à 10%.

Ensuite les prestations de rentrée scolaire sont élargies aux enfants de maternelle, sous réserve d’un justificatif de scolarité.

Enfin une possibilité sera donnée, sous conditions, de bénéficier de chèques vacances sans épargne préalable.

 

 

Lire la suite