ACTUALITÉS

Le statut fonctionnaire

Pour une revalorisation immédiate des grilles indiciaires

Lors du conseil paritaire du 8 septembre 2016, la direction d’Orange, gestionnaire des carrières de ses agents fonctionnaires, proposait un planning d’application des mesures du PPCR (Parcours Professionnel, Carrières et Rémunération) à Orange. Après l’intégration des points, elle indiquait notamment l’application de la révision des grilles indiciaires pour le 1er janvier 2018. La décision du gouvernement de geler pour un an le PPCR permet à la direction de ne rien entreprendre.

En 2017, la CGT a demandé l’ouverture de négociations, ce que la direction a refusé.

Pourquoi faut-il négocier ?

● Parce que les fonctionnaires pour la plupart arrivent en fin de carrière et plafonnent au dernier indice depuis plusieurs années.
● Parce qu’à Orange la majorité des salariés qui prennent leur retraite sont des fonctionnaires. Pour qu’ils bénéficient de la revalorisation des grilles, et de quelques points supplémentaires pour la retraite c’est maintenant qu’elles doivent s’appliquer.
● Après plusieurs années de gel du point d’indice, débloqué insuffisamment par étape en 2016 puis 2017, la rémunération des fonctionnaires est de nouveau figée, alors que le coût de la vie augmente.
● Parce qu’il est nécessaire de procéder à un ajustement des grilles (indice et échelon)
● Parce que la situation de chaque catégorie doit être rapidement vue. Notamment pour la catégorie C, il faut une mesure pour la promotion de l’ensemble de ces salariés qui sont pour la plupart en fin de carrière. C’est plus que nécessaire.

Avec la CGT exigez l’ouverture de négociations pour l’application de la revalorisation des grilles indiciaires à Orange et l’arrêt du gel du point d’indice dans la fonction publique.

Faites-vous entendre dans l’action du 22 Mars prochain.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°778 : Un mois de mars qui promet !

Orange et la GPEC
La Négociation sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) est ouverte à Orange. Pour la CGT cette négociation ne doit pas être synonyme de gestion de la décroissance des effectifs. Transformation et nouveaux métiers, plan très haut débit, internalisation des activités, charge et qualité du travail, digitalisation et temps de travail, tous ces sujets ont pleinement leur place dans cette négociation au risque de devenir un simple accord de mise en oeuvre de la stratégie de la direction. Cette GPEC est aussi une opportunité, pour la direction, de tenir ses engagements en matière de recrutement des femmes sur l’ensemble des métiers. La CGT évalue les besoins immédiats à 5000 embauches réparties par bassin d’emploi afin de maintenir l’activité sur l’ensemble du territoire. La GPEC, une négociation signifiante pour chaque salarié·e !

Un pont trop loin
Un projet de regroupement pour fin 2020, sur le futur site d’Issy les Moulineaux (Bridge), des AE, du CSE de l’agence Pro et de l’agence PME, soit 1321 salariés répartis sur les sites parisiens : Anjou, Villette, Poncelet, Raspail, Ph. Auguste et Gutenberg, était, pour information, à l’ordre du jour du CE de la DO Ile de France le 25 janvier dernier. L’allongement du temps de transport pose question, car seul 26% des salariés verrait une diminution ou un temps inchangé. Pour les autres c’est en moyenne 17minutes supplémentaires et 40 minutes de plus pour 390 salariés. La direction se dit en réflexion pour les autres entités de Poncelet, Raspail et Danton. Quant aux salariés qui travaillent en IdF, hors Paris, la direction reste vague mais nous savons qu’un projet de déménagement est en cours pour plusieurs entités de Boissy. La CGT recueillera vos avis lors d’heures d’information.

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

Résultats financiers 2017

2 milliards de résultat net, la CGT revendique pour les salariés d’Orange une autre répartition des richesses, produites par le travail.

Le Conseil d’Administration d’Orange valide le renouvellement de Stéphane Richard et augmente les dividendes de 7,7%. 

Avec une hausse du chiffre d’affaires de 0,4% et un doublement de son résultat net opérationnel en 2017, Orange confirme au niveau du Groupe  la reprise de la croissance.  Ce sont particulièrement les investissements dans la fibre, revendiqués depuis des années par la CGT, qui permettent  d’asseoir cette croissance du Groupe en Europe.

Stéphane RICHARD a été reconduit dans sa fonction d’administrateur.  Malgré une présidence qui a partiellement rétabli une situation sociale apaisée, la  CGT s’est  abstenue par soucis d’indépendance.

Concernant les choix stratégiques du Groupe, la CGT a fait valoir ses désaccords et ses exigences sur la répartition de la valeur, notamment sur les questions de l’emploi avec 10 000 emplois supprimés ces 3 dernières années.

 

A peine son président reconduit par le Conseil d’Administration, la direction annonce en séance une augmentation du dividende de 65 à 70 centimes par action, décaissés dès 2018 (+7,7%). Ces 133 millions d’euros d’augmentation des dividendes permettraient de créer 2000 emplois. Ils s’ajoutent aux 2 milliards distribués annuellement aux actionnaires.

Pour la CGT, c’est un très mauvais signal envoyé aux salariés du Groupe au moment où l’emploi est sous tension, les besoins en investissements restent forts et la question de l’augmentation des salaires est clairement posée.

Pour la CGT, l’ouverture des négociations sur la gestion prévisionnelle de l’emploi et celle sur les salaires doivent être l’occasion pour le personnel d’exiger un juste retour du fruit de leur travail.

La CGT revendique 5% d’augmentation générale des salaires (130 millions d’Euros), l’arrêt des suppressions d’emploi et la ré-internalisation des activités et des emplois sous-traités.

En complément…

Lire la suite

Relation client

Flash AD - Février 2018

Régimes de travail

La direction les passe tous à la moulinette !

Les salariés des agences de distribution ne supportent plus de subir des contraintes telles que les fermetures de boutiques, les mobilités forcées, les nouvelles organisations du travail, les conditions de travail qui se dégradent,
la diminution de la part variable….

La coupe semblait pleine. Or, il n’en est rien. Guidée par la réduction des coûts, la direction poursuit sa stratégie de rentabilité sans se soucier des salariés et de leur bien-être.

Pour s’affranchir d’embaucher, l’entreprise passe outre l’accord sur l’équilibre vie privée-vie professionnelle par le biais de son projet « adhérence ». La direction modifie le régime de travail de tous les salariés en les passant sur des cycles de 4 semaines avec 3 samedis sur 4 travaillés.

La CGT réclame :

 l’arrêt immédiat de tous les changements des régimes de travail,
 le respect de l’accord portant sur l’équilibre vie privée-vie professionnelle,
 l’embauche immédiate de personnel afin de répondre aux besoins des boutiques.

Conseiller technique

Vers une disparition progressive du métier.

Depuis la création des espaces services, les clients et les salariés ont toujours été satisfaits par un service que seul Orange proposait.

Avec le développement des nouvelles technologies dans notre secteur, le service aux usagers (SAU) et le service après-vente (SAV) sont devenus un levier différenciant, et répondent aux besoins des usagers.

Alors, l’entreprise axe sa stratégie sur l’accompagnement client avec la promesse « d’une prise en charge exemplaire ». Force est de constater que de la parole à l’acte, il y a bien des écarts. En effet, la direction veut fermer progressivement l’ensemble des espaces services.

Pour la CGT, les espaces services ont un avenir !

Au lieu de transférer l’activité aux
conseillers clients, sans formation, nous exigeons que l’entreprise renforce les espaces services.

De plus, compte tenu des qualifications des personnels techniciens, la CGT réclame une réelle reconnaissance du métier de Conseiller Technique au travers d’un vrai plan d’accompagnement d’évolution de carrière qui doit notamment se traduite par des promotions ou augmentations.

En complément…

Lire la suite

Emploi

Accord GPEC à Orange :

Les négociations reprennent !

Pour la CGT, cette négociation GPEC doit permettre l’appropriation et le développement territorial des activités et des emplois nécessaires à Orange et non la gestion de la décroissance des effectifs comme le fait l’entreprise.
C’est localement que les besoins sont à définir, au plus près des Établissements secondaires avec des données et des prévisions d’emplois, site par site, service par service qui correspondent à la réalité.
En effet pour le moment l’entreprise ne donne que des chiffres trop globaux ne nous permettant pas de comprendre la GPEC par site et par service. Les prévisions sont toujours basées sur la baisse des effectifs quelles que soient les nécessités.

Nouveaux métiers, transformation des métiers, plan très haut débit, besoins d’internalisation des activités pour en maitriser la qualité, amélioration des conditions de travail, charge de travail y compris celle des cadres, numérisation qui permettrait de diminuer le temps de travail, tous ces sujets méritent d’être pris en compte dans la stratégie et donc la GPEC. On a aussi besoin d’un nouveau plan FTTH, pourquoi pas une école de la fibre pour que le déploiement devienne une réalité rapidement.

Cette négociation doit être aussi l’occasion pour la direction de tenir ses engagements en matière d’accessibilité des métiers aux femmes : en ouvrant notamment aux recrutements des
métiers où des femmes attendent des emplois sur le marché du travail (exemple: filière RH), où l’entreprise a des besoins au lieu de se limiter aux recrutements dans l’intervention et la prestation informatique, secteur d’activités où
peu de femmes sont candidates.

C’est pour ces raisons que la CGT demande que la direction s’engage dans un plan de recrutement ambitieux que nous évaluons à 5 000 embauches sans attendre, à répartir de manière équilibrée par bassin d’emploi pour maintenir les activités et l’emploi. Nous invitons l’entreprise à partir cette fois ci sur des estimations plus en phase avec les besoins dans les services.

La CGT demande des données GPEC détaillées SERVICE PAR SERVICE et SITE PAR SITE qui répondent aux besoins et non au pilotage de la baisse des coûts.

Les salariés d’Orange ne doivent pas être soumis aux dictats de la direction de l’entreprise sur leur évolution professionnelle par manque d’information anticipatrice sur les évolutions des métiers sur leur site. Les salariés sous-traitants ne doivent pas dépendre du bon vouloir des services de marché, plus attachés aux coûts qu’aux conditions de travail, du fait des contraintes imposées par la direction.

La CGT réclame que l’évaluation des emplois en sous-traitance se fasse sur la base d’un travail réalisé dans chaque unité. Les critères de choix de sous-traitance de telle ou telle activité doivent être explicités, voire négociés, unité par unité, territoire par territoire avant d’être décidés.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°27 Janvier 2019

Augmenter les salaires : la priorité

La préoccupation grandissante d’une majorité de la population est simplement de savoir comment boucler les fins de mois et de pouvoir se projeter dans l’avenir. C’est ce qu’expriment depuis plusieurs semaines les milliers de manifestants qui
demandent des réponses urgentes aux exigences sociales qui sont posées. Cette mobilisation populaire n’est que la conséquence de la politique d’un gouvernement qui, depuis le début de la mandature, consiste à précariser les salariés et à prendre l’argent dans les poches des plus fragiles (retraité-e-s, familles modestes, jeunes,…) pour le donner aux plus riches : suppression de l’exit tax, suppression de l’ISF (4 milliards)… Pour le patronat, les cadeaux fiscaux ne manquent pas non plus : le remboursement du CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi) prévue pour 2018 et la baisse des cotisations décidée pour 2019 pour les grandes entreprises s’élèvent à 40 milliards d’euros, sans aucune contrepartie attendue. Autant en moins pour les caisses de solidarité et les finances publiques !
En 2018, La France a atteint le 2e r ang m ondial e n t ermes d e niveau de dividendes versés aux actionnaires. Chez Orange, 2 milliards d’euros de dividendes leur sont versés chaque année, au détriment de l’augmentation des salaires, de la réduction du temps de travail, de l’emploi, de la ré-internalisation des activités et de leurs emplois attachés, des investissements dans la Recherche et le Développement (dont le déploiement de la fibre). En 2018, les actionnaires ont vu leur niveau des dividendes croitre de 7% et les salaires des hauts dirigeants ont progressé de plus de 2,5%. Quand les choix de la direction d’Orange s’alimentent de la pingrerie patronale et de l’accaparation des richesses par les actionnaires, il est difficile d’envisager autre chose que des concertations stériles, qu’un accord ARCQ sans reconnaissance ni qualification, qu’une négociation sur les salaires sans argent ni négociation réelle, qu’une GPEC sans emploi !…
Pour la CGT, la question du pouvoir d’achat est beaucoup plus large que la baisse des taxes sur les carburants. Les salaires, les désengagements de l’État avec ses conséquences sur le service public et une meilleure répartition des richesses, voilà le fond du sujet ! C’est d’ailleurs pour porter ces revendications que la CGT s’est mobilisée ces derniers mois avec les salariés, retraités et privés d’emploi. Cher-e-s collègues d’Orange, si vous souhaitez vraiment une amélioration de votre pouvoir d’achat et de vos conditions de travail, ne laissez pas la direction choisir pour vous ! La CGT vient de lancer une campagne de consultation sur les salaires. Exprimez vos attentes et vos besoins à travers cette consultation afin que la CGT  porte vos revendications et exige l’ouverture immédiate de négociations sur les salaires pour gagner des avancées pour toute- s les salariés.

Autres publications 

VIDÉOS

Salaire Merci Patron

Alors que les négociations salariales vont bientôt s'ouvrir, Orange nous offre des tee-shirts en guise de reconnaissance mais nous ce que l'on veut ce sont des augmentations de salaire ! #NAO2019OrangeCGT

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange