ACTUALITÉS

Cadre

Orange à la mode "Agile"

Face à une recherche accrue de performances économiques et aux problématiques qui peuvent être posées par la transformation numérique, l’organisation du travail en mode Agile semble désormais être l’alpha et l’oméga chez Orange comme dans de nombreuses entreprises.

 

Mais est-ce réellement un nouveau concept d’organisation du travail ?
Le terme « agilité » vient du combat aé-rien. Il désigne, à l’origine, la capacité à changer de manœuvre dans le temps. Il est utilisé pour la première fois, au début des années 1990, par « le monde des affaires », dans un rapport consacré à la stratégie des entreprises industrielles du 21ème siècle et à la demande du Congrès américain. Leurs auteurs suggèrent que l’amélioration des organisations ne permettra pas aux entreprises d’apporter des réponses satisfaisantes aux exigences d’un monde post-industriel. L’agilité organisationnelle est alors présentée comme la capacité d’une organisation à faire face à un environnement marqué par des changements continus et imprévisibles. Il s’agit donc, avant tout, d’une capacité qui permet à l’organisation de répondre à des changements fréquents et non prévisibles par la mise en œuvre d’ajustements rapides et efficaces.
C’est dans le monde du développement informatique que la notion d’agilité connait réellement son essor. Contrairement aux méthodes traditionnelles, dites « en V », les méthodes agiles sont itératives, incrémentales et adaptatives. Il s’agit de faire entrer le client dans la boucle de développement, de produire des incréments (des livrables intermédiaires, mais tangibles et exploitables), de les lui soumettre, d’intégrer son feedback (retour) en acceptant qu’il change d’avis en cours de route et, par itérations successives, de lui livrer des productions à valeur ajoutée croissante.
En 2001, aux Etats Unis, 17 figures éminentes du développement logiciel se réunissent pour débattre d’un thème unificateur de leurs méthodes respectives, de cette réunion émerge l’Agile Manifesto, considéré comme la définition canonique de valeurs de l’agilité et de ses principes sous-jacents.

Rentrer dans Agile
L’Agile Manifesto est basé sur 4 valeurs et 12 principes. Ces 4 valeurs sont :

  •  Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils ;
  •  Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive ;
  •  La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle ;
  •  L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan.

La méthode Agile est caractérisée par la recherche conjointe de la mise en valeur du salarié et l’obtention d’un produit de qualité, dans le but de satisfaire l’utilisateur ou client final. La qualité du travail y est valorisée. La méthode Agile se situe au niveau de l’organisation du travail autour du collectif de travail. Le processus et les outils ne sont pas ciblés dans la méthode. La méthode pourrait se caractériser par un état d’esprit ou chaque personne de l’équipe est contributive à la réalisation du produit ou du service de qualité. Le collectif est important à l’image d’une mêlée de rugby. La communication, l’échange dans l’équipe sont essentiels dans la démarche Agile. Les compétences de chacun en sont valorisées.

Initialement cantonnées dans le domaine informatique, aujourd’hui les méthodes Agile s’invitent dans d’autres secteurs comme celui des Ressources Humaines, du Marketing, etc. poussées en cela par nombre de cabinets conseils qui, face aux besoins de commercialisation des entreprises, produisent des prototypes Agile avec un discours identique et récurrent : si le projet a échoué ce n’est pas la méthode qui doit être remise en cause mais la mauvaise application de la méthode…

 

Agile façon MEDEF
Le « contrat de travail Agile », c’était le nom donné, il y a environ deux ans, par le MEDEF, avec sept autres organisations patronales, à un projet de CDI remanié. L’idée était de « briser la peur de l’embauche » sans crainte des représailles aux prud’hommes… Pour éviter les contentieux, le MEDEF préconisait de le formaliser dans le code du travail. Les souhaits patronaux ont été exaucés, via les ordonnances Macron, avec le CDI de mission et le plafonnement des indemnités prud’homales !

Les questions posées par une organisation de travail Agile
Si la démarche Agile est, dans un sens, une remise en cause des méthodes de travail autour des objectifs individuels freins à toute innovation ou prise d’initiative, si le rôle de l’encadrement de proximité est majeur dans l’animation de l’équipe, car le management injonctif n’y a pas sa place, mais l’autogestion non plus, et si la démarche Agile peut porter des potentialités pour changer l’organisation du travail et le management, il n’en reste pas moins que ce n’est pas le système « bisounours », face à un objectif de performance économique accrue. D’abord parce que, et avec le recul actuel, souvent se côtoient dans les entreprises une organisation du travail en mode Agile et en mode traditionnel, tous les projets n’étant pas éligibles au travail en mode Agile. Ensuite parce qu’il existe une fracture entre salariés reconnus pour des compétences à travailler en mode Agile et les autres. Enfin parce que cela pose en grand la question du temps de travail non reconnu et des salaires.

En complément…

Lire la suite

Actions

Vacances, culture, aides sociales : nos Principes et nos Valeurs

Faire du droit aux vacances, un droit au même titre que le droit au travail, à la santé, au logement c’est ce que revendique la CGT.
La CGT considère que le CE doit être un acteur décisif pour le départ en vacances du plus grand nombre. Le CE porte l’exigence d’une prise en compte plus active des vacances dans la politique de la famille à travers l’aide à la personne et en tenant compte des revenus et de la composition du foyer. Il doit redonner aux Chèques-Vacances le rôle et la place qui leurs étaient assignés lors de leur création : construire son projet de vacances par un plan d’épargne abondé par le CE.
En outre le CE doit concilier en permanence le social et l’économique. Il doit développer les conditions d’un tourisme alternatif, pour poser, à travers la problématique des vacances en France comme à l’étranger, la question du développement humain et durable.

De nombreux CE se contentent d’utiliser les budgets des activités sociales et culturelles (ASC) en distribuant directement des chèques cadeaux ou Chèques-Vacances : c’est une solution de facilité !
Pour la CGT d’autres choix doivent être faits, tels que consacrer une partie du budget pour investir dans des structures de vacances associatives, afin de favoriser le développement d’un patrimoine social et mutualisé entre CE. En effet, ce type d’investissement permettrait de bénéficier de tarifs très attractifs, atout supplémentaire pour favoriser l’accès aux vacances pour tous, à une période où les salaires ne sont pas à la hauteur des profits et des bénéfices engrangés par Orange.

Enfin les Activités Sociales et Culturelles défendues par la CGT doivent :

  •  Favoriser le développement, le partage et l’accès de tous à la culture et aux activités sportives.
  •  Tenir leur rôle social à destination des salariés et de leur famille.

Ensemble décidons de nos Activités Sociales et Culturelles : votez CGT !

Mutualisation /proximité
Un équilibre nécessaire et efficace.
La CGT défend le collectif, la solidarité, la proximité ainsi que la pérennité des prestations en direction des salariés travaillant dans une même entreprise. C’est pourquoi, en plus de proposer des ASC émancipatrices, au plus proche des salariés, les CE d’Orange doivent aussi garantir une égalité de traitement entre ouvrants droit, et peu importe le CE d’appartenance.

Poussée par la CGT, la mutualisation de certaines prestations confiées au CCUES, au travers de l’accord de gestion signé par 4 Organisations Syndicales et de la mise en place du guichet unique, présente beaucoup d’avantages :

  • La proximité : une seule porte d’entrée, votre CE,
  • La solidarité : des prestations d’action sociales (PAS, ALSH), de vacances pour les enfants et des prestations pour les retraités
  • L’égalité : les mêmes règles pour la gestion des comptes des actifs et des retraités.

Avant 2013, les CE d’Orange signataires de l’accord de gestion rétrocédaient 45% de leur subvention ASC au CCUES qui, entre autre, avait en gestion mutualisé les Vacances Adultes et la billetterie, dont les coups de coeur.
Depuis 2013, les CE d’Orange signataires du nouvel accord de gestion rétrocèdent 18,5% de leur subvention au CCUES, pour une gestion mutualisée du domaine Enfance (PAS, ALSH, garde d’enfant, Vacances Enfants), du domaine Solidarité (PAS Handicap, Devoir de Mémoire) et pour les retraités (aides à l’autonomie, chèques vacances, guichet loisirs…).

L’interlocuteur unique qu’est le CCUES, dans le cadre de la mutualisation, permet d’avoir un pouvoir de négociation plus important en termes financiers face aux différents prestataires (Vacances Enfants, Bons Plans…).
Un personnel spécialement dédié à ces activités permet d’être efficient tant sur la connaissance des prestations que sur la gestion des dossiers.
Cette mutualisation CE/CCUES permet d’optimiser l’ensemble des moyens tant financiers qu’humains, ce qui se traduit de facto par de meilleures aides en direction des ouvrants droit et des délais de gestion rapides.

En votant CGT, vous voterez pour l’égalité et la pérennité de ces prestations mutualisées.

Pour voir nos propositions sur les vacances le sport, la culture téléchargez notre tract

Cet article est lié à l'action : « Élections professionnelles à Orange du 7 au 9 novembre 2017 »

En complément…

Lire la suite

Le statut fonctionnaire

Accord complémentaire santé pour les fonctionnaires : la cgt signe !

Tout au long de la négociation, la CGT a pesé pour gagner l’accord le plus avantageux, dans l’intérêt de la majorité des fonctionnaires et contractuels de droit public.
Déjà en 2015, la CGT a signé un accord pour une participation de l’employeur de 37,50€ par mois à la cotisation mutuelle. Notre revendication pour la prise en charge de la cotisation par l’employeur était globalement satisfaite.
En 2017, la CGT est favorable à ce nouvel accord qui améliore la couverture santé.

Un accord qui répond aux attentes des personnels

  • Une meilleure couverture : des prestations supérieures au niveau 3 LMG, identiques à celles des salariés de droit privé.
  • Une prise en charge par l’employeur à 60%au lieu de 50% et donc une baisse de cotisation pour la majorité des personnels
    concernés.
  • Une cotisation en fonction du salaire à la place d’une cotisation uniforme.
  • Une cotisation pour la famille.
  • Une gestion du contrat par une mutuelle.
  • Le maintien de la prime de 37,50€ pourles personnels qui partent en retraite en 2018, souhaitant conserver leur adhésion
    individuelle.

Une démarche unitaire et constructive de la CGT

Cette démarche permanente dans la négociation a contribué à progresser sur le texte de l’accord. Si La plupart de nos revendications ont été satisfaites, il demeure que la direction a refusé de s’engager sur une participation pour les retraités. Par ailleurs elle a instauré un plancher et un plafond (auquel la CGT était opposée). Les interventions unitaires des organisations syndicales ont toutefois permis de gagner le relèvement du plafond de 47 000 à 50 000€ par an.
La santé c’est vital  Avec la CGT, je la défends !

En complément…

Lire la suite

Actions

Élections CE/DP du 7 au 9 novembre 2017

Du 7 novembre au 9 novembre 2017, vous allez voter pour élire vos représentants au Comité d’Établissement (CE) et Délégués du Personnel (DP). C’est unn moment important d’expression démocratique, où vous allez choisir les élus au CE et les DP, c’est-à-dire ceux qui vont vous représenter auprès des directions locales et nationales.

Pourquoi faut-il que la CGT soit plus forte à Orange ?

  • Pour la défense des droits et garanties : la représentativité de la CGT, un enjeu majeur de ces élections,
  • Pour l’amélioration des conditions de travail,
  • Pour l’emploi,
  • Pour l’égalité professionnelle,
  • Pour garantir l’avenir d’Orange et de ses salariés.

Ensemble décidons de notre avenir !

Votez CGT !

Pour en savoir plus, téléchargez notre profession de foi ci-dessous.

 

Cet article est lié à l'action : « Élections professionnelles à Orange du 7 au 9 novembre 2017 »

En complément…

Lire la suite

Emploi

1 000 emplois en plus en 2016, 500 en 2017. L’action de la CGT paie.

Lors de la réunion du 3 octobre 2017 entre la CGT, les autres organisations syndicales et la Direction sur la situation de l’emploi au sein d’Orange, Stéphane Richard annonce le recrutement de 500 emplois supplémentaires.

C’est le résultat de l’action continue et déterminée de la CGT

Depuis 2015 la CGT bataille pour que les emplois soient alignés sur la fourchette haute des perspectives d’emplois et compétences annoncées par la direction. Cela tant dans les luttes qu’elle mène que dans les instances du CCUES, CE et autres réunions.

Comme en 2016 nous demandions 1 000 emplois pour 2017.
L’annonce de 500 emplois supplémentaires, portant ainsi le nombre de 6 000 à 7 500 recrutements pour les années 2016, 2017, 2018, ouvre une nouvelle perspective notamment aux nombreux alternants qui sont dans l’entreprise.
C’est aussi la reconnaissance par l’entreprise d’un malaise profond en termes d’emploi.

Ne pas s’arrêter en si bon chemin

Si la décision va dans le bon sens, (un remplacement pour deux départs au lieu de un pour trois) elle demeure insuffisante pour la CGT. En effet dans le même temps 16 000 emplois ont disparu. Et pourquoi pas un remplacement pour un départ  ?
La direction doit revoir fondamentalement sa stratégie d’externalisation des activités, notamment celles relatives au déploiement du FTTH, où près de 26 000 emplois sont sous-traités.
La CGT a exigé la ré internalisation de toutes les activités sous-traitées. Par ailleurs, la situation de l’emploi est compliquée dans tous les services notamment, sous l’effet de Compliance, de l’intensification du travail liée aux nouvelles organisations du travail.
La surcharge de travail et les pertes de repères des salariés Orange nécessitent des emplois et le recrutement des compétences pour l’avenir.Enfin la CGT prend appui sur l’accord du numérique pour exiger que les gains de productivité dégagés soient utilisés à l’emploi et la réduction du temps de travail.

Ensemble nous pouvons décider de notre avenir.

Nous avons obtenu 500 emplois, c’est une première étape.
Le 10 octobre 2017 est une nouvelle date à saisir dans le processus de mobilisation pour l’emploi, les salaires, les contrats de travail, un code du travail du 21 ème siècle.

La CGT a déposé un préavis pour le 10 octobre.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°29 juillet-août 2019

Editorial: Pour une démocratie sociale au cœur des décisions des entreprises

Le gouvernement et le patronat organisent une attaque globale contre le monde du travail. Tout doit devenir flexible et individualisé: l’emploi, la durée du travail, le salaire, la santé, l’éducation, la retraite, etc… Leur politique d’austérité se traduit par une sape de tous les secteurs d’activité et des milliers d’emplois sont menacés.
C’est le cas pour nos industries (General Electric, Ascoval, Ford,…) comme dans le commerce (Carrefour, Conforama, Auchan, Tati,…). Quant à nos Services Publics, ils sont bradés aux appétits de la finance (barrages hydrauliques, SNCF, aéroports, Française des Jeux…) et tout ce qui constitue le service public de proximité, le lien social et la solidarité est dégradé: fermeture de bureaux de Poste, d’accueils et de services de la CAF, de la CPAM, de maternités et d’hôpitaux, sans compter les atteintes portées au tissu associatif. Que nous soyons salariés du privé ou du public, retraités, jeunes ou sans emploi, ce sont aussi nos conditions de vie et de travail qui sont dégradées. A Orange, 10 ans après la crise sociale et sanitaire qui a bouleversé France Telecom, et à l’heure où se termine le procès des dirigeants de l’entreprise de l’époque, les conditions de travail et les méthodes de management ne se sont guère améliorées et le risque d’une nouvelle crise est à craindre. Chez Orange, comme ailleurs, les nouvelles organisations du travail fondées sur la flexibilité et l’auto-exploitation portent en elles les ferments de nouvelles souffrances. Pour s’en convaincre, il suffi t de consulter les rapports des Services de Santé de l’entreprise de 2017 et 2018 ainsi que la dernière enquête stress et conditions de travail 2019 qui confirment encore que la charge de travail s’alourdit et que les conditions de travail sont préoccupantes. Pourtant, l’argent existe pour répondre aux besoins des salariés / fonctionnaires et améliorer leurs conditions de travail. Suffisamment pour améliorer également les conditions de vie des retraités, des jeunes et des sans-emploi. En 2018, les grands patrons et les actionnaires ont touché 57 milliards d’euros de dividendes (+12,8 %), faisant de la France le recordman d’Europe des dividendes versés. Les profits des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 24 %, atteignant 94 milliards d’euros. A Orange, le chiffre d’affaires a progressé de 1,3% pour un bénéfice proche de 2,2 milliards d’€. Parallèlement à ces performances, ce sont 4000 emplois qui ont été supprimés l’an dernier. Tandis que les actionnaires et le PDG ont empoché + de 7% en dividendes ou en salaire brut annuel, l’augmentation brute annuelle de plus de 84 000 salariés du Groupe n’a progressé – en moyenne – que de seulement 1,75%. Pour la CGT, le progrès social passera forcément par l’introduction d’une véritable démocratie sociale dans chaque secteur d’activité permettant aux travailleurs et à leurs représentants d’imposer d’autres choix que ceux fomentés par la seule cupidité du patronat.

Autres publications 

VIDÉOS

Animation CGT FAPT Salaire

Pourquoi faut-il augmenter les salaires? Contrairement aux idées reçus, il est possible de reconnaitre le travail des salariés. La CGT FATP fait des propositions.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange