ACTUALITÉS

Vie au travail

Delivery

Delivery à Orange: Insatisfaction grandissante

La direction a mis en place à marche forcée son programme DELIVERY. La CGT demandait l’application de l’accord expérimentation. La direction a refusé. Aujourd’hui, la situation se dégrade dans les UI, les CSE, les AE et aussi à SCE.

Organisation du travail : tout fout le camp !

Quelque soit le service concerné par delivery, l’organisation du travail pose problème.

  • Elle se heurte à une formation souvent insuffisante et à la baisse constante des effectifs.

Comment faire face à l’augmentation de l’activité, quand les hypothèses de dimensionnement des équipes étaient basées sur un niveau constant ? De nombreux collègues s’inquiètent du volume et de la qualité de l’activité en sous-traitance.

Contact entre la vente et les UI en baisse : les UI se plaignent de ne plus pouvoir joindre les vendeurs ou les RAI ; pour cause, tout passe par le RAC, lui-même débordé. Idem les RAC ne peuvent plus contacter les techniciens.
De l’activité est transférée des RAC1 vers les équipes ARC des AE ou
CSE.

Au final, la sous-traitance remporte le jackpot, ce que la CGT a toujours dénoncé. Le plafond de 25% de sous-traitance est largement dépassé dans certaines Agences. Nous arrivons jusqu’à 60% sur les RAC1.

De l’aveu de la direction, l’état d’esprit est tel que la proportion de salariés inquiets augmente de 24%, 15% chez les soutiens et managers.
Le stress est également grandissant.

Un SI : à la traîne

Les salariés attendent toujours l’arrivée du nouveau poste de travail, baptisé « NEW DELI », EPAT ou SAMARAI et de nombreuses évolutions d’applications annoncées, mais qui tardent !

EMPLOI : Le Compte n’y est pas.

Comme nous l’avions dénoncé, Delivery est bien un plan de suppression d’emplois. La direction vise toujours l’objectif de 30% de gain de productivité malgré sa promesse d’un taux de renouvellement des effectifs de 50%.
En 2016 : 154 départs pour 30 recrutements externes. Pour arriver au taux de 50%, la direction prend en compte les mobilités internes, qui créent des trous dans les services cédants. On ne fait que déplacer « le trou dans la raquette »
En 2017 : Même constat et même entourloupe.

Pour la CGT, La direction doit revoir la copie.

Il devient urgent de répondre aux revendications posées par les salariés dans les différents services :

  • 1 recrutement externe pour 1 départ (CDI),
  • Recrutement d’apprentis pour préparer les départs futurs, dans le respect des engagements pris par l’entreprise,
  • D niveau minimum pour RAC 1, Dbis minimum pour les RAC2 et SAME, E pour les RAC 3
  • Amélioration des conditions de travail et la réduction du temps de travail. Les gains de productivité doivent aussi servir à cela.

La CGT vous appelle à faire remonter vos revendications. Contactez la CGT

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociation Salariale 2017 : Suspension de la négociation !

La séance de négociation salariale de ce jour a tourné court. L’ensemble des organisations syndicales a demandé à la direction de revoir ses propositions à la hausse, compte tenu du très faible niveau des mesures. Face au maintien de la position de l’entreprise, les syndicats ont quitté la séance.

Vers une épreuve de force ?

La direction persiste dans ses choix de privilégier les actionnaires au détriment des salariés. Aujourd’hui, elle est isolée, tant ses propositions sont faibles.

Le budget est à peine équivalent à celui de l’année dernière.
Au vu des résultats de l’entreprise, 3,4 milliards d’€ de bénéfices, fruit du seul travail des salariés, une autre répartition des richesses est possible et nécessaire.

L’attitude de la direction est inacceptable !

La mobilisation des salariés est urgente !

Pour peser sur l’issue de la négociation, l’initiative de ce jour doit rapidement trouver des prolongements dans les services. Rien ne pourra se gagner sans la mobilisation des salariés. La CGT va tout mettre en œuvre pour y parvenir. D’ores et déjà, elle vous invite à répondre à la consultation.

Ensemble exigeons :

  • Des augmentations collectives,
  • Des mesures corrigeant réellement les inégalités salariales entre les femmes et les hommes,
  • La revalorisation de toutes les grilles indiciaires et salariales sur la base d’un smic à
    1 800 € et pour les cadre sur la base du plafond de la sécu (3 269 € brut mensuel),
  • La mise en place d’un 13ème mois,
  • La reconnaissance des qualifications,
  • La revalorisation du complément Orange pour les fonctionnaires.

La CGT FAPT lance une consultation sur la reconnaissance et les salaires :

Les résultats de l’enquête CNPS montrent que 61% des salariés expriment un manque de reconnaissance. Les richesses créées par le travail sont de plus en plus accaparées par la finance au détriment des salaires, de l’emploi, de l’investissement et du service rendu.
Les négociations salariales ont débuté à Orange, la CGT vous propose de vous exprimer et de peser dans ces négociations.

Répondre à la consultation

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

UAT/ SCO, quel avenir pour les salariés ?

Alors que la Direction ne cesse de justifier les pertes d’emplois dans les SCO et UAT par une décroissance des flux d’appels plus importante que celle des conseillers, les chiffres annoncés au CCUES nous interrogent : entre 2015 et 2016, baisse de 12% des Forces Au travail et baisse des appels de 2,78%. Et pour compléter le tableau la direction annonce une prévision de la baisse des appels de 18% en 2017.

La digitalisation ne va pas aussi vite que le souhaiterait l’entreprise

L’externalisation du 118712, l’externalisation du « tchat », la mise en place du numéro unique, l’accroissement de la polycompétence pour les conseillers, l’appel aux heures supplémentaires démontrent bien que les activités existent, mais la stratégie d’Orange privilégie la sous-traitance plutôt que le traitement en interne.

La Prise En Charge Exemplaire du client, mise en place pour pallier au manque d’effectifs, se traduit dans les faits par des délais d’attente et de traitement plus longs qui détériorent la qualité de service et génèrent de l’ insatisfaction chez nos clients.

Pendant ce temps les conditions de travail se dégradent

Pour les salariés, cela dégrade encore plus les conditions de travail, avec une charge de travail et une polycompétence qui ne cessent de croître. Les tests pullulent, sans tenir compte de l’accord sur les expérimentations, les métiers se complexifient et les Risques Psycho Sociaux sont permanents. Les doubles écoutes, les challenges et les pressions managériales infantilisent les conseillers.  L’utilisation intensive et permanente des contrats de professionnalisation permet à nos directions d’intensifier la précarité sans réelles perspectives pour l’avenir de nos métiers et de nos sites. L’avenir pour les conseillers est-il de travailler sur des plateaux de plus en plus désertiques, avec des compétences qui ne cessent de s’élargir, une charge de travail en constante augmentation et sans aucunes reconnaissances pour les salariés ?

La CGT FAPT a demandé une audience à la Direction de la Relation Client Grand Public, et sera reçu très rapidement pour évoquer :

  • La stratégie de la relation client grand public et ses activités
  • L’emploi
  • La reconnaissance

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

Conférence de presse : Dangerosité des poteaux

Le but de cette conférence de presse, est d’alerter l’opinion publique pour qu’une véritable prise en compte de la dangerosité des poteaux bois devienne une réalité de la part de la Direction.

Tout d’abord, la dangerosité des poteaux bois concerne nous concerne tous :

  • Les intervenants d’Orange dont les sous-traitants,
  • Les intervenants des autres opérateurs de télécommunications (Opérateurs tiers) qui ont l’autorisation d’utiliser les appuis bois pour leur réseau et ce par le partage du réseau en aérien imposé par l’Autorité de Régulation des Courriers
  • Electroniques et Postaux (ARCEP).
  • Les salariés intervenant à proximité des poteaux bois et les tiers évoluant proximité.
  • La population où se trouve un réseau aérien de télécommunication avec des poteaux bois
    (Nouvelle chute d’un poteau bois au Castelet dans le Var le 19/12/2016).

Malgré les multiples interventions de la CGT dans le cadre du CNSHSCT (CHSCT National d’ORANGE), par des audiences au plus haut niveau de l’entreprise (Direction du Domaine de l’Intervention, PDG, DRH GROUPE, Direction Santé et Sécurité et Qualité de Vie au Travail), la Direction est toujours dans une situation de déni concernant la mauvaise qualité avéré des poteaux bois neufs qui continue pourtant à être planté sur le parc sans contrôle préalable. Il en est de même pour les contrôles actuels réalisés sur les poteaux bois qui sont actuellement inefficace. Seulement 1 poteau dangereux sur 3 est détecté.

En ce qui concerne le réseau aérien, la CGT dénonce la décision du  gouvernement de mettre en œuvre le plan Très Haut Débit dans des zones déjà couvertes par les collectivités, avec l’argent des contribuables, le partage du réseau aérien devient la règle avec les risques que nous venons de citer.

En effet, avec le modèle économique des RIP (Réseau d’Initiative Public), la CGT s’interroge sur la capacité financière des collectivités  à se constituer comme opérateur de Télécommunications. Orange, en tant qu’opérateur historique a donc une responsabilité particulière sur les questions d’aménagement du territoire. La CGT porte depuis plus de 20 ans la nécessité d’un réseau Fibre Optique qui couvrirait l’ensemble du territoire.

Avec un résultat net en 2016, de 3,2 Milliards d’Euros de bénéfices, en hausse de 10%, Orange peut et doit sécuriser son réseau aérien avec une contribution des opérateurs qui l’utilise.

Cette conférence de presse a pour but d’alerter la population et les intervenants réseaux de cette situation dangereuse d’où l’importance de celle-ci.

Pour en savoir + lire l’intervention complète ci-dessous.

Lire la suite

Vie au travail

Géolocalisation des véhicules, Orange est hors la loi !

La direction d’Orange en infraction depuis le 9 février 2017 !

L’arrêt du 29 septembre 2016 de la cour d’appel, confirmant le jugement rendu du 15 juillet 2015 du TGI de Paris et signifié par voie d’huissier de justice à Paris le 08 novembre 2016 au siège social d’Orange stipule : « L’annulation de la mise en place du dispositif de boîtier électronique des véhicules fleet performance et ce, sous astreinte provisoire de 250 € par jour de retard et par infraction constatée une fois expiré le délai de trois mois à compter de la signification du jugement… ». C’est à dire le 8 Février 2017. Mais la Direction d’Orange persiste et signe, et ne retire pas les boîtiers.

Plus qu’une transaction juridique, c’est la véritable dépose des boîtiers qu’il faut pour le bien-être des salariés!

Alors qu’une négociation se réalise avec les syndicats représentatifs, la direction a fait le choix de discuter de l’application de la décision de justice avec une seule organisation syndicale. Une « transaction » juridique a été signée le 16 mars entre ce Syndicat et la direction, qui fait soi-disant force de loi sans limite de temps. Elle interdit à l’employeur de croiser les données « d’info véhicule » et les autres systèmes d’information. Mais les boîtiers sont toujours sur les véhicules. Les données kilométriques et de consommation journalières relevées sur les boîtiers électroniques sont toujours effectives à ce jour et peuvent être utilisées à tout moment contre un conducteur. Que peut-on attendre d’une telle transaction juridique ? On peut craindre que la direction tente de contourner ou de ne pas appliquer les contraintes qui lui sont imposées.

Le personnel avec la CGT doit imposer la dépose des boîtiers de géolocalisation

Dans un 1er temps, la CGT FAPT a écrit au DRH Groupe d’Orange pour demander l’application du jugement. les boîtiers de géolocalisation. La plupart des salariés sont concernés concernant l’utilisation des 20500 véhicules d’Orange France.

La CGT FAPT saisi un huissier de justice

Faute de réponse, la CGT FAPT a saisi un huissier de justice. Une « sommation de faire » a été envoyée à la Direction Générale, le 20 mars 2017 pour le périmètre d’Orange France, pour faire appliquer la décision de justice de dépose des boîtiers de géolocalisation. 20 500 véhicules d’Orange France sont concernés ainsi que plusieurs métiers.

ORANGE est prête à respecter la loi pour dénoncer le salarié conducteur d’un véhicule ayant fait l’objet d’une contravention avec retrait de point au permis de conduire, mais pas de retirer les boîtiers de géolocalisation. C’est inadmissible !

Tous et toutes ensemble, exigeons le retrait des boîtiers des véhicules ORANGE ! La CGT combattra tous les outils de contrôle des salariés, quelle que soit leur activité !

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°26 Août 2018

Autres publications 

VIDÉOS

Négociation salariale 2018 - Épisode 3

Voici le troisième et avant dernier épisode de la saga des négociations salariales 2018 à Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange