ACTUALITÉS

Les infos du CSEC Orange

La crise sanitaire s’aggrave, la Direction d’Orange continue ses projets au détriment de la protection et de la santé des salariés.

Après un an de covid-19, la une situation sanitaire est encore plus inquiétante…
Nous sommes douze mois après le début de la crise sanitaire et la situation épidémique en France Métropolitaine et dans les DROM reste plus que préoccupante. Le pari du président de la république est raté mais il aura réussi à mettre le moral des français au plus bas et avec la complaisance de la direction le moral des salariés d’Orange dans les chaussettes.
La Direction d’Orange reconnait que les indicateurs se dégradent dangereusement avec les différents variants. La CGT dénonce l’entêtement de la Direction à vouloir continuer « le business » coûte que coûte alors que les activités dites « essentielles » portent nos résultats. Bien qu’il y ait des masques, du gel hydro-alcoolique et une majorité de salariés travaillent à la maison, Orange a les moyens de renforcer le protocole sanitaire et d’accompagner un personnel qui en a bien besoin tant sur le plan mental et psychologique que financier (indemnités, primes, PVC,..).
Pourquoi ces choix d’accélération de la stratégie : réorganisations incessantes, plans d’économies, peu de recrutements ? La réponse est toute faite : satisfaire les marchés financiers et engraisser les actionnaires restent LA priorité pour la Direction. La CGT ne peut pas accepter une telle politique de financiarisation et un tel déni de l’humain de nos dirigeants.

La situation Covid-19 empire, Orange doit appliquer des mesures sanitaires mieux-disantes

Parce que la vaccination en entreprise est insignifiante…
Suite à l’autorisation de la vaccination avec le vaccin Astra Zeneca, une logistique est imposée à Orange. Chaque médecin du travail recevra un certain volume de flacons après inscription dans une pharmacie. A date, il s’agit d’un flacon (10 doses) par médecin. 68 médecins sont volontaires. La direction affirme que la vaccination est sur volontariat et se fait en toute confidentialité. A Orange, il a été réalisé 200 injections. Très peu…
Pour la CGT, le vaccin Astra Zeneca est loin de faire l’unanimité. Il est urgent que les nouveaux vaccins arrivent et soient mis à disposition de notre médecine du travail.

Parce que les cas Covid-19 sont en augmentation…
Au 15 Mars 2021, 2 300 cas de contaminations avérés ont été recensés dans l’UES Orange depuis le début de l’épidémie. +2% de cas chaque semaine en moyenne.

Parce que le travail à la maison est majoritaire…
La direction maintient la généralisation du travail à la maison. Les salariés gardent la possibilité d’un retour sur site à raison de 1 jour maximum en utilisant l’application « mon accès ». Cependant, la Direction a décidé d’un capacitaire de 10% par site.
Pour la CGT, même si le travail à la maison reste la réponse la plus adaptée à la situation, tous les salariés qui en éprouvent le besoin doivent pouvoir revenir travailler en présentiel.
Les demandes de télétravail avec avenants continuent de progresser. Au 01 mars 2021, la direction enregistre 17 700 demandes (8 300 demandes de primo-accédants et 9 400 demandes de renouvellement). 15 800 demandes ont été validées (7 200 de primo-accédants et 8 300 en renouvellement).
Des réflexions sur un retour sur site sont en cours. La direction envisage un mixte télétravail / présentiel. Alors que certains salariés rencontrent encore des difficultés pour obtenir le matériel nécessaire à leur activité en télétravail, la CGT demande à la direction d’anticiper sur la conservation du matériel à domicile et en parallèle le matériel sur leur poste de travail sur site.
La CGT réitère la demande d’information pour les IRP quant à l’expérimentation de l’outil de diffusion automatique des consignes sanitaires en cas de suspicions et cas contacts.
Enfin, il y a des échanges réguliers avec le Comité National Restauration sur les possibilités de réouverture des restaurants.

Parce que la direction dispose de moyens pour avoir les EPI :
30 millions de masques chirurgicaux, 600 000 masques FFP2, et des flacons de gel hydro-alcoolique avec remplissage sur sites constituent le stock répartit sur les sites de l’UES Orange.

Parce que les risques sont importants dans nos boutiques…
Les consignes dans les AD évoluent :
– Sur décision préfectorale, 136 boutiques ont été fermées ; soit 21 654 salariés impactés. La fermeture des boutiques a engendré une baisse de 31% des activités et une baisse de 29% des activités commerciales.
– Suite au passage du couvre-feu de 18h à 19h, le changement d’horaires interviendra progressivement.
L’Entraide a été mise en place depuis les premières fermetures de boutiques : un rythme en hausse de 4% ; 668 salariés concernés.
La CGT regrette et dénonce les délais à rallonge quant à la mise à jour des droits sur les badges des salariés en Entraide. Nous demandons un délai de 48h maximum.
La direction tente de nous rassurer en expliquant que la PVC des salariés se maintient. A voir ! Cependant, elle refuse toujours de maintenir la moyenne de PVC pour les salariés dont la boutique a fermée.
Sur le sujet de l’Entraide au 3900, la Direction confirme qu’il y a bien une entraide des salariés de la GDT mais il y a censure des dirigeants sur des infos complémentaires !!!

Les accidents de travail sont en baisse…
En attendant un bilan CSSCTC qui serait présenté en Juin 2021, le télétravail et la baisse des déplacements de trajets domicile-travail et professionnels ont entrainé la baisse d’accidents de travail : -33% des accidents de travail et -54% d’accidents de trajets.

La CGT dénonce une gestion minimaliste de la situation sanitaire pas à la hauteur …
Orange est tenue par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Force est de constater qu’on en est loin.
Pour les élus CGT, la gestion de la Covid-19 n’est pas à la mesure de la situation et des enjeux de santé au travail.
La posture de la Direction envers les salariés est inacceptable.
La CGT alerte la Direction au niveau de toutes les instances sur la situation d’extrême fragilité que vivent de plus en plus de salariés.

La CGT exige :
– Le renforcement de tous les processus pour assurer la santé des salariés,
– Un bilan urgent d’état des lieux de la situation des salariés sur l’année écoulée, L’arrêt de tous les projets de réorganisation tant que la situation et la reprise de la vie professionnelle de chaque salarié ne sont pas revenus à un niveau normal,
– Le bénéfice d’une prime Covid-19 exceptionnelle de 1 000 euros pour reconnaitre l’implication de tous.

LA SANTE DES HOMMES ET DES FEMMES D’ORANGE
N’EST PAS UNE OPTION : ELLE DOIT ETRE LA PRIORITE !

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°835 - Avril 2021

L’urgence d’un pôle de santé public !

La France, pays de naissance des vaccins, est normalement numéro un dans ce domaine. Enfin, était… Elle est maintenant réduite à un rôle de sous-traitant et n’est donc plus capable de protéger ses citoyens face à la pandémie. Comment en est-on arrivé là ? D’abord en cause, la loi recherche et développement qui a transféré les budgets de la recherche publique vers un « crédit impôt recherche » pour les entreprises privées. Ensuite, ce crédit est alloué sans contre partie. Enfin, les brevets sont la propriété exclusive de l’entreprise qui va donc vendre ses produits au plus offrant. Voici les conséquences de cette politique. L’industrie pharmaceutique a perdu, en moins de 40 ans, 240 sites de productions et 85 000 salariés. En moins de 15 ans, la recherche pharmaceutique a perdu 11 000 chercheurs et le nombre de ruptures de médicaments n’a cessé d’augmenter. Aujourd’hui, ce sont 2 400 médicaments indispensables qui ne sont plus produits parce que jugés pas assez rentables.
La santé doit être une fonction régalienne de l’Etat. Il en va de l’accès et du droit aux soins pour les citoyens. L’État intervient pour supprimer nos droits et libertés, il peut intervenir pour lever d’office les brevets, pour mettre un terme à tous les plans de suppressions d’emplois dans l’industrie pharmaceutique et conditionner toutes aides publiques à un réel développement de l’emploi, de l’activité de production et de la recherche.
Il faut organiser en urgence une table ronde des industries de santé pour dégager les pistes d’une véritable stratégie qui remettent notre industrie pharmaceutique en capacité de répondre aux besoins de santé des citoyens.

Les personnels consultés

Orange, qui freinait des quatre fers, a finalement décidé d’ouvrir les négociations salariales 2021, le 14 avril suite à la pression des syndicats et à la demande de la CGT afin de ne pas pénaliser les salariés. En 2020, Orange avait changé unilatéralement les règles des négociations en utilisant la crise sanitaire, comme excuse, pour réduire l’enveloppe dédiée aux mesures salariales de 40 %. En 2021, nous espérons légitimement tous un rattrapage ainsi que de nouvelles mesures à la hauteur de l’investissement collectif du personnel qui a redoublé d’efforts, depuis 1 an dans un contexte pourtant difficile.
Ainsi, la CGT nous invite à exprimer nos attentes en matière de salaires et de reconnaissances à l’aide d’un court sondage. Un grand nombre de réponses permettra aux négociateurs d’appuyer leurs arguments avec des témoignages de salariés.
Pour répondre au sondage :
https://msurvey.orange.com/NAO2021

Marchandisation des réseaux

La consultation sur la création de la filiale «TowerCo» d’Orange reprenant les points haut du groupe en France et en Espagne, dans un 1er temps (pylônes et terrasses hébergeant les antennes réseaux mobiles) a été ouverte lors du CSEC de Février. Chaque filiale, par pays, sera chapeautée par une holding TOTEM.
Au prétexte de mieux le valoriser auprès des marchés financiers par une filiale, Orange va brader son patrimoine réseau. Au lieu d’avoir une ambition de logique industrielle, Orange ne fait qu’apporter des garanties aux actionnaires en filialisant pour augmenter les dividendes.
La CGT est opposée à ce bradage du patrimoine au détriment de l’emploi et des investissements stratégiques. Deux expertises au CSEC et au CSEE DTSI ont été mandatés par les élus face à la séparation des réseaux et des services et le risque de vente à la découpe de l’entreprise !

En complément…

Lire la suite

Emploi

Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences En direct de la négo GPEC Séance du 30 mars 2021

La CGT revendique des créations d’emploi.

La négociation a repris le 30 mars après une pause de 4 mois, l’entreprise voulant se donner le recul nécessaire pour analyser l’impact de la covid sur l’année 2020. Il faut remonter à septembre 2014 pour trouver un accord GPEC signé avec l’accord des organisations syndicales, les deux dernières négociations se sont par un échec lié à des propositions insuffisantes de la direction. Pour la CGT, cela démontre la non volonté de l’entreprise pour prendre en compte les revendications des salariés.Pour la CGT cela démontre la nécessité que l’entreprise prenne en compte les revendications des salariés. Cette négo se déroule en parallèle de la négociation seniors et de celle de la mobilité, elles devraient toutes les 3 partager les mêmes objectif d’amélioration de nos conditions d’emploi et de travail.
Avec une augmentation de son résultat net à plus de 5 milliards d’euros (+56% vs 2019), la CGT n’a aucun doute sur la capacité financière de l’entreprise à maintenir ses effectifs et à stopper son recours à la sous-traitance. Orange ne connait pas la crise et surfe sur la pandémie pour développer son business autour du télétravail et de la 5G.
Pour redonner confiance aux salariés et améliorer leurs conditions de travail, l’entreprise doit impérativement revoir sa stratégie mortifère sur la gestion des emplois. Depuis plusieurs années, nous assistons à un délitement de l’entreprise au rythme d’environ 3500 à 4500 suppressions d’emploi en France en moyenne/an depuis 2013. Aucun service n’est épargné par les départs de collègues non remplacés. Quant aux recrutements, ils sont très largement insuffisants puisque la moyenne est d’un remplacement pour 4 départs.
Cette stratégie capitaliste qui consiste à faire plus avec moins a atteint un pic dangereux qu’il est temps de stopper. Tous les jours, clients et salariés subissent de plein fouet le dumping social développé par Orange, les activités étant bradées pour le moins disant social. En interne la charge de travail explose, la polyvalence à outrance provoque de l’usure professionnelle et des RPS. En externe, il suffit de lire la presse tous les jours pour constater les dégâts qu’engendrent une politique de sous-traitance à outrance : pannes monstres, retards énormes dans le déploiement de la Fibre, malfaçons constatés sur le réseau et chez les clients…la liste est longue. L’image d’Orange se dégrade auprès des clients proportionnellement à la dégradation des conditions de travail proposées. Un virage à 180° s’impose.

C’est pourquoi la CGT revendique des créations d’emploi par le remplacement de tous les départs en recrutements externes CDI mais également :

• La ré internalisation des activités et l’embauche des personnels sous-traitants
• Le développement de la R & D et l’arrêt de la cession des réseaux d’Orange
• Une négociation loyale et un accord de haut niveau garantissant des perspectives d’évolutions aux salariés autres que celle de l’ARCQ décrié par une large majorité.
• Le recrutement de tous les alternants qui le souhaitent dès l’obtention de leur diplôme
• Un plan de recrutement ambitieux en région garantissant la pérennité des sites et le développement des activités.
• la reconnaissance des qualifications et de l’expérience pro

C’EST QUOI UNE GPEC ?

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC) est obligatoire dans les entreprises de plus de 300 salariés. La négociation se déroule tous les 3 ans et porte sur la mise en place d’un dispositif GPEC et les mesures d’accompagnement à disposition des salariés.
Une GPEC est censée apporter des perspectives d’évolutions professionnelles aux salariés, de la visibilité sur les métiers en croissance ainsi que les dispositifs d’accompagnement permettant ces évolutions. Elle doit également identifier les savoir-faire et mettre en place des actions pour les conserver via le transfert de savoirs. L’embauche externe en est une.
En synthèse, la GPEC est un outil au service des salariés et de leurs aspirations. Mais à Orange, la réalité est tout autre.

Négo GPEC : les dés sont-ils jetés ?

Alors que la négociation n’avait pas repris, Orange communiquait dans la presse vouloir réaliser des économies « sur les charges de personnel et les frais généraux ». Dans les faits, le groupe, qui jusqu’à présent avait une certaine retenue, ne se cache plus et assume vouloir se séparer de 7500 emplois en 2 ans pour réaliser 1 Milliard d’économie (Plan Scale Up)
Si l’entreprise ne répond pas aux attentes des salariés, la GPEC 2021 se traduira par une Grave Perte d’Emplois et de Connaissances !

En complément…

Lire la suite

Vie au travail

Négociations Plan De Mobilité : La direction doit mieux faire et mettre des moyens financiers à la hauteur des enjeux environnementaux

Cette négociation sur le PDM – Plan De Mobilité s’opère dans un nouveau cadre législatif issu de la loi LOM-Loi d’Orientation des Mobilités avec l’introduction du forfait mobilité.
Pour la direction ça ne concerne que les transports entre le domicile et le lieu de travail. Elle a ouvert ces négociations en rappelant avoir été la première entreprise du CAC 40 à avoir un accord dans le précédent cadre légal et espère être de nouveau la première entreprise du CAC 40 à avoir un accord dans ce nouveau cadre. Bref la direction veut surtout communiquer en lien avec ses objectifs de RSE (responsabilité Sociale d’Entreprise).

 

Bilan de l’accord précédent
Sur les 76 301 salariés d’Orange France,
• 21 442 ont eu une participation de 50% sur leurs abonnements de transport en commun (c’est une obligation légale).
• 3 874 ont bénéficié d’autres mesures (indemnités kilométriques vélo (IKV), participation acquisition vélo, covoiturage).
Au final, 28% des salariés ont bénéficié des 50% sur les transports en commun et seulement 5% des autres mesures, ce qui montre leur inadéquation

Forfait mobilité kesako ?
Le forfait mobilité durable se substitue aux indemnités kilométriques vélo et aux indemnités forfaitaires de covoiturage. C’est une prise en charge forfaitaire, totale ou partielle, par l’employeur des frais de trajet des salariés qui se rendent au travail par des moyens de transport considérés comme écologiques. Il a été mis en place par la loi d’orientation des mobilités (LOM) votée en décembre 2019. Le forfait mobilités durables prend en charge les frais liés aux moyens de transport suivant :
– le vélo, électrique ou mécanique
– le covoiturage, passager ou conducteur ;
– les transports publics de personnes (exception faite de la prise en charge obligatoire de 50% du coût de l’abonnement) ;
– la location de deux roues à assistance ou à moteur non thermique ;
– les services d’autopartage portant sur des véhicules à faible émission.
– à partir de 2022, les déplacements en « engins de déplacement personnel motorisé » (EDPM) (par exemple les trottinettes électriques, gyropodes, …)
Son montant ? Il n’y a pas de limite, la loi l’exonère d’impôts et de cotisations sociales jusqu’à un plafond de 500 € par an.
Le problème de ce forfait mobilité est que le remboursement à 50% des transports en commun sera pris dessus. Et donc dès qu’on utilisera les transports en commun ça va rogner ce qui sera disponible pour les autres modes de transport.
La CGT a bien sûr demandé à la direction d’aller au-delà des 500 €.

La direction mise sur le covoiturage sans s’en donner les moyens
Dans ces négociations, la direction mise beaucoup sur le développement du covoiturage. Mais il manque une chose importante pour le développer : la possibilité pour les salariés qui désirent le faire de pouvoir adapter leurs horaires. Logique, si on veut être plusieurs dans une voiture pour aller et revenir du boulot, il faut avoir les mêmes horaires. C’est vrai que vu du côté de la direction, ce n’est pas facile d’avoir des souplesses d’horaires dans un contexte de sous-effectif chronique dans les services, conséquences de plans de suppressions massives d’emplois.

Orange est dans la posture !
La direction, est plus encline à se montrer écoresponsable en soignant sa communication et son apparence … mais au moindre coût.
Cela se vérifie notamment au travers de la poursuite des projets immobiliers qui éloignent les salariés de leurs lieux de travail.
Cela a pourtant un impact non négligeable tant sur l’équilibre vie privée vie professionnelle que sur le rallongement du trajet domicile travail.
La direction refuse carrément d’en parler dans l’accord.

Salariés et environnement : un même combat
La CGT fait des propositions concrètes à la hauteur des enjeux environnementaux et du « zéro carbone ».
A ce jour, il reste encore trois séances de négociations.
La CGT bataillera jusqu’au bout pour réclamer :
• Un montant du forfait mobilité où il resterait au moins 500€ une fois les remboursements obligatoires de transports en communs effectués, ce qui permettrait par exemple de cumuler un covoiturage jusqu’à une ligne de transport en commun.
• Une grande souplesse dans les horaires de travail pour ne pas être obligé d’utiliser sa voiture.
• Une incitation à rapprocher les lieux de travail du domicile au lieu de concentrer les salariés dans les grandes agglomérations loin de chez eux et de rallonger également les déplacements professionnels. C’est un double enjeu.
• Un remboursement à hauteur de 100% pour les transports en commun
La direction sait trouver des centaines de millions d’euros pour les actionnaires. Elle saura en trouver pour l’urgence environnementale et la baisse des « émissions de CO2 ».

En complément…

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociations salariales 2021 : Orange dispose de 5 milliards d’euros pour augmenter tous les salaires

Où vont les richesses créées par le travail des salariés ? Qui prend la plus grande part du gâteau ?

Pour la CGT, les employeurs ne rémunèrent pas les salariés à hauteur de la richesse qu’ils créent par leur travail. Ils préfèrent en redistribuer la quasi-totalité aux actionnaires battant chaque année des records de dividendes. Orange a versé aux actionnaires 2,1 milliards d’euros de dividendes en 2018, 1,57 milliards en 2019 et 2,62 milliards en 2020 soit une hausse de + 40% versus 2019. Dans le même temps, Orange a versé aux salariés en augmentation de salaires seulement 81 millions d’euros en 2018, 105 millions en 2019 et à peine 63 millions en 2020 soit une baisse de – 40% versus 2019.

Rétablissons une vérité ! Ce ne sont pas les salariés qui coûtent cher à l’entreprise mais bien les actionnaires…

Il est important de rappeler que ce qui coûte cher à l’entreprise, ce ne sont pas les faibles hausses de salaires mais bien les revenus records accordés au capital. En effet, depuis la création d’Orange SA, 97% des bénéfices ont été reversés aux actionnaires. La CGT réclame que ces bénéfices soient consacrés à l’investissement dans l’économie réelle, à l’amélioration de la qualité de nos réseaux sur l’ensemble du territoire, à la recherche et au développement, à la création d’emplois et aux augmentations de salaires pour toutes et tous.

Ensemble, mettons fin à l’accaparation des richesses par les actionnaires et réclamons notre part du gâteau !

Orange ne connait pas la crise et engrange de substantiels bénéfices en 2021…
Alors que nous sommes en pleine crise économique, sanitaire et sociale, Orange affiche une très bonne santé financière. Les salariés devraient s’en réjouir. Il y a 5 milliards d’euros à redistribuer ! La direction s’est empressée de rétribuer grassement les actionnaires en leur versant 750 millions d’euros de dividendes en décembre soit 12 fois le budget qu’elle a consacré dans le même temps aux augmentations de salaires 2020 du personnel.
Quel manque de reconnaissance pour des salariés à qui la direction demande, depuis plus d’un an, solidarité, efforts et sacrifices dans des conditions de travail particulièrement dégradées : travail à domicile imposé sans cadre légal et sans indemnisation digne de ce nom pour environ 70% du personnel ; avec une prime COVID distribuée a moins de 10% du personnel en 2020 laissant un goût très amer et la confiscation de congés annuels. Et maintenant, c’est le plan d’économie d’un milliard d’euros net (ScaleUp) dont la moitié se fera sur le dos des salariés d’Orange France (départs anticipés et modération salariale). C’est aussi l’offre réservé aux personnels consistant à acheter des actions qui va écarter tous les salariés aux bas revenus, pendant que les actionnaires perçoivent 500 millions d’euros gratis.
Pour la CGT, les salariés doivent avoir la part qu’ils méritent, c’est-à-dire à la hauteur des richesses qu’ils créent et des efforts qu’ils fournissent. Cela passe par des augmentations de salaires pour tous

Il y a urgence à augmenter les salaires afin d’augmenter le pouvoir d’achat pour permettre aux salariés de vivre correctement de leur travail.

Augmenter les salaires chez Orange, c’est possible !

La négociation salariale 2021 va bientôt démarrer. L’année dernière, ayant fait face à un front commun syndical déterminé, la direction a préféré imposer une décision unilatérale impopulaire. Elle a mise en avant l’incertitude liée à la crise sanitaire pour justifier une baisse conséquente de 40% comparé au budget 2019. Pour rappel, ces négociations doivent prendre en compte uniquement les résultats de l’année N-1,

De plus, les résultats financiers 2020 sont finalement bien meilleurs que les prévisions pessimistes, voire alarmistes, de la direction, alors que le secteur des télécommunications a été préservé comme la CGT l’avait prévu. Un résultat net record de 5 Milliards d’euros pour 3,2 milliards en 2019 et 2,16 milliards en 2018 soit +57% !!!

La CGT dénonce le choix de la direction de privilégier les actionnaires au détriment des salariés, dont l’investissement a pourtant été mis en avant par les communications du PDG. Il est temps de récompenser ceux qui créent la richesse d’Orange.

Les cotisations sociales ouvrent des droits à des prestations sociales aux salariés, les exonérations de cotisations les en privent…

C’est pour cela qu’il faut que les hausses de rémunérations soient des augmentations de salaires, non des éléments de rémunérations variables exonérées de cotisations sociales (primes, actionnariat, CS pour les fonctionnaires…), qui constituent donc des ressources en moins pour la solidarité et les niveaux des pensions et retraites.

Tous ensemble, faisons en sorte que la négociation salariale 2021 soit celle de la hausse des salaires et du pouvoir d’achat !

Votre avis compte pour la CGT :

La CGT met à votre disposition une consultation sur les salaires 2021 pour nous exprimer vos attentes et vos aspirations. Soyez acteur de vos augmentations de salaire en répondant massivement sur ce lien : https://msurvey.orange.com/NAO2021 (voir lien en dessous de l’article).

Avec la CGT, réclamez un partage des richesses plus équitable !

Cela doit passer par des augmentations de budgets qui permettent :

  • Des augmentations de salaire pour tous et un rattrapage du pouvoir d’achat afin d’en vivre décemment ;
  • Des mesures concrètes pour la suppression définitive des écarts salariaux femmes/hommes selon le principe « à travail de valeur égale, salaire égal » ; Obtenir au minimum le 13ème mois pour toutes et tous en plus des rémunérations actuelles ;
  • Des mesures concrètes pour les fonctionnaires dont le point d’indice est gelé depuis 2010, excepté l’aumône de 2016 ;
  • Des mesures concrètes de rattrapage salarial pour tous les cadres dont le salaire est inférieur au plafond de la Sécurité Sociale (3 428 € bruts/mois, 41 136€ bruts/annuel) ;
  • La reconnaissance des qualifications des métiers par des promotions largement méritées ;
  • Des mesures concrètes pour augmenter le nombre de promotions (fonctionnaires en fin de carrière, rattrapage des sous positionnements, régularisation des 22 000 salariés sans promotion depuis plus de 10 ans …) ;
  • Des salaires d’embauche qui reconnaissent les diplômes et l’expérience professionnelle ;
  • Le versement d’une prime exceptionnelle Covid-19 de 1 000 € pour tous ;

Orange possède un pactole de cinq milliards d’euros !

Tous ensemble, mobilisons-nous pour réclamer la fin de l’accaparation des richesses par les actionnaires et notre part d’augmentations de salaires !

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange