ACTUALITÉS

Vie au travail

Numérique à Orange : les gains de productivité, doivent être récupérés par les salariés !

En juillet 2016, la CGT signait l’accord sur l’accompagnement de la transformation numérique. Cet accord est un premier du genre dans une entreprise de notre taille. Il apporte aux salariés des droits nouveaux (comme le droit à la déconnexion) qui répondent aux nouvelles contraintes générées par le digital.
Dans un premier temps, la CGT avait dénoncé la signature de cet accord. La direction refusait d’aborder la question de fond posée par cette transformation, celle des gains de productivité.
Suite à cette dénonciation, un nouvel accord a été négocié et signé par la CGT.
Nous avons aussi obtenu une expertise qui permet d’établir la nature réelle des gains produits par le digital et des gains potentiels à venir.

Orange au cœur de la transformation numérique

Beaucoup de rapports existent sur le sujet ; certains prédisent que la moitié des métiers vont disparaître, d’autres parlent d’à peine 10% (OCDE). En réalité, tout comme ce fût le cas pour l’informatique, une part de fantasme naît avec l’arrivée de nouvelles technologies. La nature des chocs provoqués est très variable selon le type d’activité concerné…
À Orange, l’impact risque donc d’être élevé. Les salariés vivent déjà une transformation au quotidien avec l’arrivée de nouvelles formes d’organisation du travail, de nouveaux outils, le télétravail, l’automatisation grandissante.

L’expertise se met en place

La dématérialisation dans le domaine client, la virtualisation des réseaux, l’organisation du travail en mode AGILE, le digital labor (tâche réalisée par le client lui-même) sont autant de conséquences très diverses du digital et dont les gains de productivité ne peuvent pas se mesurer avec un modèle pré établi.
L’expertise définie par l’accord, a débuté le 9 octobre 2017. C’est le cabinet SOFRECOM qui réalise ces travaux.
Comme la CGT le demandait, cette expertise permettra une analyse activité par activité, au plus près du terrain, pour déterminer avec précision les gains réalisés par type d’activité. C’est probablement dans la relation client, là où il semble que les gains soient le plus faciles à quantifier et là où les salariés sont les plus nombreux, que les travaux commenceront.

Gains de productivité pour qui et pour quoi ?

Évidemment cette question des gains générés par le numérique est très politique, car elle entraine inévitablement une interrogation sur sa répartition. Vont-ils améliorer l’EBITDA (marge du Groupe)? Servent-ils à l’investissement ? Comment sont-ils redistribués vers le personnel et à quelle hauteur ?
La CGT milite pour que l’homme ne devienne pas esclave de la machine et qu’au contraire les outils numériques améliorent les conditions de travail. Nous estimons qu’il faut garder une place pour la relation humaine, que ce soit à l’intérieur de l’entreprise mais aussi vis-à-vis de nos clients. Si le numérique réorganise le travail et l’activité, soit en la réduisant, soit en en créant de nouvelles, il est surtout l’occasion d’envisager de nouvelles réduction du temps de travail permettant ainsi de travailler tous et dans de meilleurs conditions.
Depuis la 1ere révolution industrielle, les progrès techniques se sont toujours accompagnés de progrès sociaux, avec notamment avec la baisse de la durée légale du temps de travail.
Les gains du numérique doivent aussi permettre d’obtenirplus de temps de formation, indispensable pour appréhender ces évolutions. Une politique ambitieuse en matière de promotion et de reconnaissance des qualifications doit également être mise en œuvre.

Ensemble décidons le progrès social

La CGT a permis que cette expertise existe. C’est la 1ere fois qu’une entreprise de la taille d’Orange accepte une étude sur ce sujet. Dans cet accord nous n’avons gagné que la possibilité de réaliser un diagnostic.
Les résultats de cette étude devront faire l’objet d’un débat au sein de notre entreprise sur la répartition de ces gains. L’investissement de tout un chacun dans ce débat pour peser sur les décisions de l’entreprise, permettra que le progrès scientifique puisse être synonyme de progrès social.
Les enjeux économiques et sociaux du numérique sont liés. Plus ces gains seront distribués, en faveur des salariés, meilleurs seront les salaires avec l’attribution, en autre du 13e MOIS. Ces gains doivent permettre notamment le passage aux 32h, l’amélioration des conditions de travail et des politiques de l’emploi. C’est de manière constructive et efficace que la CGT a permis d’aborder la question des gains de productivité à Orange ; c’est le sens de notre démarche.

 

En complément…

Lire la suite

Égalité professionnelle

Accord égalité professionnelle : La Direction désavouée !

Aucune Organisation syndicale ne signe, la CGT exige la poursuite des négociations !

Depuis 2011, la CGT refuse de signer l’accord égalité professionnelle à Orange. Le motif est toujours le même, l’entreprise signe des accords qu’elle ne respecte pas ! Elle se sert uniquement des signatures des organisations syndicales pour remporter ses « précieux labels » ! Les organisations syndicales ne sont pas là pour aider la direction dans sa communication mais pour défendre les intérêts des femmes et des hommes de notre entreprise ! La CGT se félicite d’avoir été suivie dans sa démarche par toutes les autres organisations syndicales !

Un bilan de l’accord 2014-2017 aux chiffres révélateurs !

  • La différence de la rémunération moyenne brute entre les femmes et les hommes est de 7,9 % soit 3 864 euros annuel.
  • Le taux de recrutement féminin en CDI est passé de 32,8 % fin 2013 à 28,3 % fin 2016 alors que le taux de recrutement féminin en CDD est de 52,7 % !

Un accord 2017 – 2020 au rabais !

L’entreprise s’engage sur un taux de féminisation de l’entreprise à 37.5 % à l’horizon de 2020. Chiffre impossible à tenir au vu du nombre de départ des femmes dans les 3 prochaines années et du peu de recrutement !

  • Elle s’engage à passer au taux de 35% de recrutement féminin en CDI, mais ne propose aucune mesure supplémentaire pour y parvenir !
  • Pour ce qui est des promotions ou évolution de carrière, quasiment tout est renvoyé à l’application de l’accord reconnaissance des compétences ! Accord qui ne prévoit rien de chiffré sur l’égalité pro et ne propose rien d’autre que de la vigilance !
  • Elle intègre dans l’accord les « dons de jours de congés » pour enfants et conjoints gravement malade et l’élargie aux ascendants !Elle aurait même pu l’étendre davantage puisque les dons sont faits uniquement par les salariés et qu’elle refuse de les abonder !

A la demande de la CGT, l’entreprise a enfin retiré de l’accord, le préalable d’un dépôt de plainte, à toute intervention de l’entreprise pour secourir les femmes victimes de violences conjugales !

A l’heure où les femmes osent enfin dénoncer leur mal-être, et parfois même leur bourreau, comment accepter qu’une entreprise comme Orange qui se dit socialement responsable puisse proposer un accord inférieur au précédent ?

La CGT demande la réouverture immédiate des négociations et refuse la mise en place d’un plan d’action unilatéral de l’entreprise!

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash cadres n°770 : Unis pour sauver le Service Public !

Philippe Martinez militant CGT à Orange !

Quelle surprise le 10 octobre, pour les cadres et cadres supérieurs du site Orange C5 à Chatillon, de se voir accueillir par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, tracts sous le bras, les invitant à participer à une réunion débat sur leur site !
Débattre à bâtons rompus de l’avenir de l’entreprise, des propositions CGT pour un service public de la communication, échanger librement sur la loi travail XXL et ses conséquences pour les cadres d’Orange, c’est bien l’image de toute une organisation engagée dans les élections professionnelles qui a dominé cette matinée.
N’en déplaise, c’est l’inverse de toute forme de renoncement qui s’exprimait, avec la perspective du vote CGT comme outil de contestation et d’affirmation de propositions alternatives.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash cadres n°769 : La chienlit, c’est qui ?

Exigeons des recrutements !

Depuis la privatisation, les effectifs d’Orange ont été divisés par deux, et un quart ont été détruits dans les 5 dernières années.
L’entreprise s’appuie sur la pyramide des âges pour gérer la diminution de la force au travail, en fonction de l’appétit insatiable des actionnaires.
C’est le grand écart entre le discours d’un employeur qui s’autoproclame « digital, humain et responsable » et un bilan catastrophique en termes d’emploi, de mixité et d’égalité effective entre femmes et hommes.
Le 3 octobre, la CGT et les autres syndicats ont été reçus par la direction pour faire le point sur la situation de l’emploi à Orange. A cette occasion la CGT a obtenu l’embauche de 500 salariés supplémentaires.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash cadres n°768 : Citius, Altius, Fortius !

Non à un nouveau désengagement de l’État

La presse se fait écho d’une cession des participations de l’État au sein du capital d’Orange. Après Engie, ADP et la FDJ, l’État s’apprêterait de nouveau à privilégier les intérêts d’investisseurs privés. Le gouvernement céderait des parts d’une entreprise stratégique qui est au cœur de l’écosystème numérique et un acteur majeur sur le déploiement du Très Haut Débit mobile (4G) et fixe (fibre). Concernant les clients, les intérêts des investisseurs privés sont orientés vers la rentabilité immédiate plutôt qu’à l’accessibilité, la proximité, les prix et la qualité de service. Ils seraient forcément perdants. Concernant les salariés, ils seraient les premiers impactés avec l’amplification de la dégradation de leurs conditions de travail.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange