ACTUALITÉS

Rémunération / Carrière

Bandeau revendicatif "NAO Orange 2022: moi aussi, je réclame une véritable augmentation de salaire"

Bandeau revendicatif  « NAO 2022: moi aussi, je réclame une véritable augmentation de salaire » à téléverser, pour la signature de courriels.

Lire la suite

Inter-générationnel

Activités sociales et culturelles: On ne vous dit pas tout !

À l’heure où la plupart d’entre nous aspirent à une retraite bien méritée…
Ne comptez pas sur votre CSE pour continuer à bénéficier des prestations ASC offertes aux Retraités !

Les CSE des Établissements SCE et OFS font le choix de conserver l’intégralité de leur budget ASC à destination exclusive des Actifs.

Aujourd’hui, Les autres CSE d’Orange contribuent aux prestations des Retraités en reversant 5 % de leur budget ASC au CSEC ; Rappelons que le taux de contribution de l’entreprise pour les ASC (2,25 % de la masse salariale) a été calculé en amont de la mise en place des CE à France Télécom, et prenait en compte dans ses calculs le volume des prestations sociales qui étaient offertes aux retraités France Télécom.

Depuis que les élus CFE-CGC de SCE et OFS ont la majorité absolue, ils jouent les coucous… Ils font la publicité des prestations servies aux Retraités par le CSE Central mais refusent de les financer !

Cette situation ne pouvant perdurer, une résolution mettant fin à cette injustice va être proposée aux élus du CSEC ce mois-ci. Si elle est adoptée, à partir du 1er juillet 2022 les nouveaux retraités issus des CSE «non-contributeurs » au budget Retraités du CSEC en seront écartés !

Pour la Cgt, il est juste de pouvoir bénéficier d’activités sociales et culturelles tout au long de sa vie.

Les CSE ultra-marins Antilles-Guyane, Réunion-Mayotte et Corse ne contribuent pas au budget ASC Retraités du CSEC, mais on fait le choix de prendre en charge les Retraités Orange de leur Territoire.

Vous pouvez mettre fin à cette situation ubuesque! Votre CSE peut à tout moment signer une convention de mutualisation !
AIDEZ-NOUS A METTRE FIN A CETTE INJUSTICE ! INTERPELLEZ VOS REPRÉSENTANTS AU CSE !

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

Vers la fin des activités internes des Services Généraux à Orange

Orange transfère progressivement les activités
de Services Généraux vers la sous-traitance…
Ce projet d’évolution des activités de Services Généraux d’Orange France semble pavé de bonnes intentions. Mais, la réalité est tout autre. Il ne s’agit pas là d’une simple « évolution des activités » mais bien d’une réorganisation des Services Généraux dans la continuité du séisme vécu lors de l’ancrage territorial dans les DO et de la création des USC.
Pour avoir l’adhésion des salariés à la refonte des services, notamment de la Gestion Sécurité et Services aux Occupants, la Direction parle d’une harmonisation et d’une homogénéisation de la qualité des services rendus aux « clients internes » que nous sommes, nous tous, salariés d’Orange sans garantir la pérennité des activités et des emplois en interne.

Un accompagnement de la décroissance
d’un effectif proche du départ, sans remplacement…
Là où le bât blesse, c’est qu’Orange France fait fi pour construire ce nouveau modèle d’organisation de la GPEC et de la pyramide des âges des 845 salariés concernés, dont 56 % ont 55 ans et plus et 41 % ont 58 ans et plus. Elle a clairement annoncé qu’elle ne remplacera pas les départs de l’entreprise et que les remplacements en cas de changement de métiers seraient vus au cas par cas… autant dire à la marge !
Pour la CGT, il s’agit bien d’une nouvelle réorganisation qui se résume à « comment répartir au mieux les activités sur les salariés qui restent… et puis s’il n’y en a plus assez, on sous-traitera, on externalisera ». Cela se ferait bien sûr au détriment de la cohérence dans l’entreprise et des conditions de travail, mais aussi des droits et garanties des personnels sur cette activité.

Une qualité du dialogue social qui se dégrade partout…
Suite à la consultation du CSEC, ce sont les CSEE des 5 DO et d’OFS qui vont « reprendre la main » pour rendre opérationnelle la nouvelle structure de la Direction des Services Généraux en DO. Pour la CGT, le passage du projet dans les différents CSEE présente des risques. Un jeu de Ping-pong permanent entre le national et le local pourrait avoir lieu. « C’est du national, pas à notre main » ou, comme au CSEC, « cela sera vu en région ». Ceci afin de s’exonérer d’apporter des réponses concrètes aux salariés ainsi qu’à leurs représentants : changement de Direction, changement hiérarchique, changement d’activités, et pour certains, changement de CSE et par là-même d’offres ASC et de restauration

Là où la CGT a demandé des solutions collectives et harmonisées au mieux-disant, La Direction a répondu par de l’individualisme et du cas par cas… Inacceptable! La CGT ne se contentera pas de belles promesses.

La CGT s’oppose à un projet opaque et inquiétant…
La CGT a voté Contre le projet d’évolution des activités de Services Généraux d’Orange France.
La CGT exige de la direction des réponses claires aux interrogations et attentes des salariés et réclame :
• La mise en place d’une évaluation sur la répartition et la gestion de la charge de travail.
• Une politique de l’emploi ambitieuse avec des prévisions d’embauches pour remplacer notamment les départs en retraite, les TPS et les mobilités.
• Le maintien des emplois et des activités en interne.
• L’accompagnement renforcé et sécurisé des salariés avec un focus pour les nombreux séniors, les salariés en situation de handicap et les managers.
• Une homogénéisation par le haut de la reconnaissance des salariés pour mettre fin aux nombreuses disparités.
• Des droits et garanties de haut niveau pour l’ensemble des salariés, la fin de la logique de dumping social en interne et en externe.

La CGT propose de construire avec les salariés, un projet qui permette de répondre aux besoins de tous.
Sollicitez-nous

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

ORANGE : En avant, toute !

Une situation sanitaire opaque et préoccupante
à Orange, qui allège à tout va…

Comme à l’accoutumée, La Direction Orange emboîte le pas du gouvernement et revoit ses mesures sanitaires à la baisse malgré un variant Omicron très contagieux et des hôpitaux encore sous tension.
Bien que le bilan d’activités des médecins du travail et infirmiers soit en cours de finalisation, la CGT alerte d’une grande fatigue des médecins et infirmiers et d’une vaccination en Entreprise arrivée au bout de ses possibilités (3 568 vaccinés à date).
Le bilan 2021 de la pandémie montre que le virus circule rapidement à Orange. La CGT interpelle la Direction sur l’augmentation de +56 % en un mois des cas en interne entre décembre 2021 (5 250 cas en cumulé depuis 2 ans) et fin janvier 2022 (9 380 cas en cumulé dont 6 460 sur OF). Au prétexte de ne pas vouloir renforcer les effectifs, la direction joue l’opacité: « ce sont les seules informations à notre disposition ». De qui se moque-t-on ?
La CGT exige une ventilation plus précise des cas avérés à Orange, au plus près du terrain, afin de mieux appréhender l’impact sur les effectifs restants, afin d’éviter les conséquences sur la santé des salariés, les sous-effectifs et la surcharge de travail.

La prévention avant tout !
La CGT continue de réclamer un renforcement des mesures de protection des salariés :
• Des masques FFP2 pour tous les salariés qui le souhaitent en leur communiquant les préconisations à l’usage de ces maques et non comme le préconise la direction aux seuls salariés de catégorie A, en contact avec la clientèle, et ceux ayant une recommandation médicale.
• Des masques inclusifs pour tous ceux qui en ont besoin : la direction confirme avoir un stock suffisant pour répondre aux demandes qui seront faites. 24 000 masques APF commandés par la Direction des achats.
• Tests CO² : la mise en place de capteurs de CO² même si la direction estime qu’à la suite de tests aucune remontée ne le justifie.
• Renforcement du nettoyage sur site : Selon la direction les nettoyages appuyés sont quotidiens. Etonnant pour la CGT vu les remontées terrain montrant que ces opérations sont faites au coup par coup, notamment aux Antilles-Guyane.

Concernant le télétravail à Orange….

Le 28 février sonne la fin du télétravail sanitaire. La CGT exige qu’Orange, en tant qu’entreprise « Responsable », permette la poursuite du télétravail sanitaire jusqu’à 5 jours pour tous les salariés qui le souhaitent. Pour la Direction, cette possibilité de 5 jours de télétravail est réservée aux salariés en situation de vulnérabilité pouvant télétravailler. Pour les personnes vulnérables ne pouvant pas être en télétravail, la Direction dit avoir la possibilité de les isoler sur les sites avec des mesures renforcées.
La direction continue à faire la sourde oreille et préfère faire prendre des risques à tout le monde en se cachant derrière les mesures gouvernementales plutôt que de suivre les propositions de la CGT qui permettent aux salariés d’éviter les brassages dans les transports et sur les open-spaces.
A date, 46 673 salariés sont en télétravail. Il est à noter que la Direction pousse au télétravail régulier : 36 500 salariés avec avenant à décembre 2021 dont3 223 soit 10,37 % ont 1 jour, 16 343 soit 52,57 % ont 2 jours et 11 333 soit 36,45 % ont 3 jours.
La CGT a demandé une négociation immédiate notamment sur les charges liées au travail à domicile au vu de la flambée du coût de la vie. La Direction s’entête à se limiter à la somme de 15 € réservée aux frais des salariés en télétravail, versée à mois+2. La CGT refuse que la direction d’Orange continue à faire des économies sur le dos des salariés et réclame une compensation juste de tous les frais induits à domicile ainsi que des aménagements des postes conformes et similaires à ceux installés sur les sites. Ni les 15€ et ni les clopinettes des NAO ne pourront combler cette importante perte de pouvoir d’achat.
La CGT demande aussi que les situations personnelles et familiales soient prises en compte.

En Boutiques… des problématiques, mais une Direction DGP absente en séance !
Alors que les boutiques sont en tension, personne en séance pour répondre à nos questions, notamment sur la gestion des cas avérés, des clusters et de l’impact sur la charge de travail et les sous effectifs, qu’en est-il des incivilités et agressions ? C’est irrespectueux et intolérable pour la CGT !!!

Pour la CGT, la Direction doit assumer ses responsabilités, la santé des salariés avant tout …

Que fait Orange pour renforcer les effectifs, notamment en boutiques ?
En effet, pour éviter de remplacer les absences, la direction profite de l’alibi Covid 19 pour réduire leurs plages horaires d’ouvertures et/ou fermetures des boutiques faute de salariés, sans cas Covid ni cas contacts. De plus, quelle est la directive concernant les récupérations d’heures ?

La langue de bois et la maltraitance sociale ont assez duré !
La CGT exige une visibilité de l’impact des nombreuses absences, notamment la charge de travail et les conditions de travail des salariés restants en boutiques comme dans les autres services.
La santé des salariés est la priorité et non une variable d’ajustement pour l’atteinte des objectifs financiers, quel qu’en soit le prix.

Autre élément manquant du bilan covid 2021 ….
• Absences Covid :
Concernant les ASA Covid 19, garde d’enfant Covid, et maintien à domicile, les chiffres donnés ne sont pas suffisants. Certains cas ne sont pas mis en exergue dans ce bilan comme ceux à qui la Direction demande de télétravailler et qui ne peuvent pas exercer leur activité dans de bonnes conditions parce qu’ils doivent aussi s’occuper de leurs enfants.
La CGT réclame une analyse d’impact sur toutes les situations rencontrées par les salariés en télétravail à domicile afin de garantir l’équilibre vie privée – vie professionnelle. Les salariés ne doivent pas subir une situation qui est la conséquence des mesures hasardeuses du Ministère de l’Education Nationale.

Dans nos territoires outre-Atlantique, on allège sans état d’âme…
Les préfets des territoires allègent les mesures sanitaires et Orange fait de même en réduisant les jours de télétravail : le télétravail de 2 jours par semaine devient la norme jusqu’au 25 février 2022. La CGT fait remonter une problématique de déclaration de cas contact et cas avérés dans les chiffres de la DO Antilles Guyane (DOAG). La Direction Nationale prend le point (encore, et encore) et prendra attache avec le référent Covid de la DOAG pour plus de détails. Pendant ce temps, le risque de propagation du virus est plus que réel.
La CGT exige que la Direction prenne ses responsabilités et mette en place un protocole permettant la protection renforcée des salariés.

La CGT exige :
• La possibilité de télétravailler jusqu’à 5 jours pour les salariés qui le souhaitent,
• Le renforcement des effectifs dans tous les services en tension.
• Le renforcement des EPI : fournir des masques FFP2 pour tous les salariés qui le demandent sur tous les sites Orange,
• La possibilité d’avoir son matériel professionnel à domicile (écrans, fauteuil, autres) pour de meilleures conditions nécessaires à l’activité du salarié.
• Une vigilance accrue concernant la « santé physique et mentale » de la population salariée après ces 2 années de situation sanitaire en faisant un point complet avec chaque salarié en télétravail (moyens, condition de travail, équilibre vie privée / vie professionnelle,…).
• L’ouverture immédiate d’une négociation exceptionnelle relative à cette période de télétravail sanitaire pour prendre en compte notamment l’explosion du coût de vie et des frais à la charge des salariés, y compris les frais liés aux repas, des moyens nécessaires et des conditions de travail à domicile.
• La prise en compte des situations personnelles et familiales.

En complément…

Lire la suite

Égalité professionnelle

Stop aux inégalités Femmes-Hommes à Orange

Le 8 mars est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Dans le monde entier, les femmes se mobilisent pour leurs droits à l’éducation, à disposer de leurs corps et pour l’égalité au travail comme dans la vie. C’est indispensable, car nous sommes encore très loin de l’équilibre, particulièrement dans le domaine professionnel : les femmes gagnent en moyenne 28,5 % de salaire en moins.

Et chez Orange, que cachent l’indice égalité pro (totalement opaque), les bons sentiments de la RSE, les jolis labels et les belles actions de communication ? Encore et toujours des inégalités Femmes/Hommes contre lesquelles la CGT se bat sans relâche (tout dernièrement par exemple avec les avancées obtenues dans l’accord égalité professionnelle).
Inégalités de salaires et de carrière
Les recrutements à Orange sont encore majoritairement masculins : seuls 30% de femmes parmi les recrutements de 2021 et encore moins dans les métiers techniques!
Pour certaines bandes, il subsiste des différences de rémunération : entre 2 et 4 % d’écart de salaire au détriment des femmes pour les bandes E, F et G.
Si on regarde plus en détail, on peut voir que certaines populations de salariées Orange sont largement défavorisées par rapport à leurs homologues masculins. Ainsi dans les bandes E, les femmes de plus de 45 ans (qui représentent tout de même 64% des salariées) l’écart de rémunération est de 4% avec les hommes ! On retrouve ces inégalités criantes pour les bandes D, mais cette fois chez les femmes de + de 55 ans, les plus jeunes ayant été épargnées. Dans une entreprise où les augmentations annuelles sont indigentes, 4% d’écarts de salaire au détriment des femmes, c’est beaucoup ! Rarement ou faiblement corrigés (et jamais de façon rétroactive), ils se creusent d’année et année et finissent par peser très lourd en fin de carrière, lors du décompte de la retraite. Et c’est sans compter les parts variables managériales, calculées en pourcentages du salaire, qui se trouvent ainsi mécaniquement inférieures à celles des hommes. On observe également des écarts importants, de 500€, 1000€, jusqu’à 2000€, dans les parts variables commerciales des salariées des Agences de Distribution et des réseaux AGPME AGPRO et conseillères clients par téléphone par rapport à leurs collègues hommes.
Les inégalités ne s’arrêtent pas là, mais se nichent également dans ce qui est moins visible en termes statistiques, notamment dans les déroulements de carrière. La CGT a réalisé une enquête par entretien auprès de femmes ingénieures d’Orange : les témoignages révèlent des phénomènes d’invisibilisation des femmes, des remises en cause de leurs compétences tout au long de leur parcours professionnel ainsi que des entraves dans leurs carrières et promotions. De même les chiffres comparatifs femmes/hommes pour les différents niveaux de qualifications attribués aux salarié·e·s en 2020 et 2021 (cf. accord ARCQ) obtenus par la CGT dans certaines directions (à Orange Innovation notamment) font soupçonner des discriminations envers les femmes, qui ont été majoritairement positionnées sur les niveaux de qualification les moins élevés. Ainsi, certaines directions n’ont décerné le titre de « référent » qu’à des salariés masculins, avec une augmentation de salaire conséquente ! Au quotidien, la CGT agit pour que ces discriminations cessent et que des mesures correctives financières soient mises en œuvre.

Partout dans le monde, les femmes se mobi¬lisent et de plus en plus d’hommes refusent d’être enfermés dans des rôles stéréotypés.

Cela passe par :
• le partage des responsabilités tant dans la vie professionnelle que privée ;
• l’égalité salariale pour un travail de valeur égale.

N’hésite pas à demander le soutien d’un·e représentant·e CGT du personnel pour vérifier ton positionnement salarial !

Sexisme et violences
L’enquête de Secafi parue en 2022 sur les conditions de travail et le stress à Orange donne un bon aperçu de la situation des femmes dans l’entreprise. Tout comme les hommes, les salariées d’Orange sont exposées aux incivilités de la part des clients : 65% des salariées des Agences de Distribution ont subi des violences verbales de la part de clients au cours des 12 derniers mois ! Cependant, certains types de violences touchent plus fréquemment les femmes :
• Elles sont davantage exposées que les hommes à des comportements relevant du harcèlement moral : 9% des salariées d’Orange, ce qui représenterait près de 2300 femmes, seraient actuellement victimes de comportements relevant du harcèlement moral au sein d’Orange !
• Elles sont également plus exposées au harcèlement sexuel et aux agissements sexistes. Ainsi selon une autre étude récente (Gender Scan, 2022) un tiers des salariées femmes d’Orange ont été victimes de comportements sexistes au travail !
L’enquête révèle des taux plus importants encore dans certaines directions, par exemple chez Orange Innovation où la direction elle-même reconnait que les signalements de ces situations sont très insuffisants.

Tu es victime ou témoin d’un mot ou d’un geste déplacé, d’un agissement sexiste ou d’une situation de harcèlement, ne reste pas seul·e avec ça.

N’hésite pas à contacter un·e représentant·e CGT !
Faisons ensemble l’égalité avec les revendications CGT !
– La CGT revendique l’atteinte de l’égalité salariale et demande d’établir un seuil plancher de 0,5% du budget de rattrapage salarial au moment des NAO (unilatéralement fixé par l’entreprise à 0,2%)
– Des recrutements de femmes en CDI à hauteur de 50% (pour compenser la baisse du taux de féminisation, résultant de l’accord intergénérationnel ciblant principalement les fonctions support)
– La mise en place d’indicateurs de suivi de carrière pour rendre visibles les discriminations
– Des augmentations générales de salaires et des critères d’évaluation et de rémunération transparents et objectifs
– Mettre fin au présentéisme, et ne plus être obligé·e·s de choisir entre carrière et vie de famille
– La réduction du temps de travail et la semaine de 4 jours
– Le droit à la déconnexion réel et effectif (trêves de messageries, absence de réunions tardives)
– La même durée pour le congé paternité / maternité post naissance pour aider à un meilleur partage des tâches

– La fin des violences et agissements sexistes et sexuels

La CGT appelle les salarié·e·s à s’inscrire dans toutes les actions du 8 mars et à participer aux manifestations afin d’exiger l’égalité salariale et professionnelle Femmes-Hommes ainsi que la fin des violences et agissements sexistes et sexuels.

#8mars15h40 : Grève Féministe

Le 8 mars, syndicats et associations féministes appellent à une grève féministe pour exiger l’égalité, au travail comme dans la vie.

Les mobilisations peuvent prendre différentes formes proches de chez vous :
• une journée de grève ;
• un débrayage (ou une déconnexion) à 15h40 heure à laquelle chaque jour les femmes arrêtent d’être payées tous les jours ;
• l’interpellation de l’employeur sur les écarts de salaires, les violences au travail ;
• la participation aux manifestations organisées dans toute la France ;
• l’affichage d’un fond d’écran pour celles et ceux qui télétravaillent ;
une action symbolique sur le lieu de travail (port d’un foulard CGT violet).

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°33 Mars 2022

Edito : La CGT FAPT Présente au CA Orange SA

Magali Vallée (de l’Agence Distribution Ouest) a été élue au second tour des élections du Conseil d’Administration du Groupe Orange dans le collège « employés/agents de maîtrise » avec son suppléant Jean-Pierre Pilesi (de l’Unité Intervention Occitanie). La CGT FAPT confirme son siège au Conseil d’Administration d’Orange avec 30,72% des voix et remercie vivement encore les syndiqué·e·s, les salarié·e·s qui se sont mobilisé·e·s lors de cette élection.

Au Conseil d’Administration, comme au quotidien dans les services, nous allons continuer de défendre une politique orientée vers : l’investissement productif, la R&D, l’environnement, la création d’emploi, la hausse des salaires, l’amélioration des conditions de travail, mais également des droits et garanties de l’ensemble des salarié·e·s et la ré-internalisation des activités et des emplois.

Une « lettre de l’Administratrice CGT » va être remise en place afin de communiquer les informations importantes auprès des
salarié·e·s et des syndiqué·e·s.
Le changement de gouvernance, avec la nomination d’une Directrice Générale au 4 avril Christel Heydemann, ne sera pas synonyme de changement de cap pour la CGT. Nous nous battrons pour une rupture complète avec la stratégie actuelle de financiarisation, de dumping social et de suppression de personnels.

Notre syndicat revendique qu’Orange redevienne une entreprise de télécom modèle qui offre aux usagers des services de qualité, disponibles et accessibles partout sur le territoire. Remettre l’humain et le social au cœur des priorités de l’entreprise est indispensable.

Autres publications 

VIDÉOS

En direct du CSEC extraordinaire du 12 juillet 2022

Texte de la vidéo :
Dès le début de la séance CSEC extraordinaire consacrée à la souffrance au travail et aux suicides, la direction d'Orange a reçu une délégation CGT FAPT en grève venue témoigner de ce que vivent les salariés au quotidien (les différentes prises de parole sont disponibles en ligne).
Lire plus sur Youtube : https://youtu.be/6SrNAV9qeiI

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange