ACTUALITÉS

Handicap

Handicap et luttes contre les discriminations :

Lettre ouverte au Président Directeur Général d’Orange SA

Monsieur le Président,
dans votre vidéo du 4 novembre dernier, vous nous encouragiez à être plus solidaires et à prendre soin en particulier « des plus fragiles et des plus isolés d’entre nous ».
Alors que la crise sanitaire a accentué les inégalités et l’isolement des personnes en situation de handicap, nous constatons que malgré ces belles paroles, la réalité est toute autre. Le handicap n’est pas une priorité au sein d’Orange.
Nos cinq organisations syndicales représentatives dans l’entreprise (CFDT, CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD) ont été convoquées en ce début d’année pour négocier un nouveau projet d’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations. Une négociation commence toujours par l’analyse du bilan précédent et de la situation du moment. Le bilan qui nous a été présenté en janvier n’était que parcellaire et occultait de nombreuses informations importantes notamment sur l’exercice 2019. Il devait nous être représenté ultérieurement dans une version complétée. La crise sanitaire et les mesures de prévention mises en place ont repoussé la reprise de cette négociation à septembre.
D’emblée, il a fallu batailler pour obtenir des séances supplémentaires, plus espacées pour permettre d’aborder tous les sujets et pouvoir étudier sérieusement les documents entre chaque séance. Le bilan présenté alors, certes complété, restait partiel et masquait, entre autre, l’échec sur l’objectif des contrats de professionnalisation…
Nos cinq délégations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD) ont dû faire clarifier l’objet même de la négociation pour laquelle, nous étions convoqués par l’entreprise et mandatés par nos organisations syndicales respectives : un nouveau « projet d’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations » et non pas un « projet d’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap, pour la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations ».
Ensemble et d’une même voix, nous avons bien précisé que nous considérions tous que la diversité et l’inclusion étaient des vrais sujets et qu’ils devaient être traités avec tout le sérieux qui s’impose. Pourquoi pas dans une négociation spécifique ? En tout cas pas à la légère en se contentant seulement d’insérer par-ci, par-là « diversité », « inclusion » ou « inclusif ».
Nous avons aussi dû faire rétablir une contrevérité qui aurait voulu que le regroupement des thématiques du handicap et de la discrimination dans un même accord avait été réalisé avec l’assentiment des organisations syndicales alors que nous y étions tous opposés.
Autant dire que la négociation commençait mal… Le problème étant que mal engagée, elle s’est aussi mal poursuivie… à de rares exceptions de détails près… La méthode, si elle existe, reste incompréhensible… Peut-être est-ce un choix délibéré ? Ce serait regrettable et ce n’est pas ainsi, au pas de course et sans écoute, qu’un projet annoncé « ambitieux » se construit et se partage.
Depuis la reprise de la négociation, nos cinq délégations syndicales se concertent en une intersyndicale pour porter d’une seule et même voix ce que nous partageons ensemble et attendons de l’entreprise sans faire monter les enchères partisanes ni démagogie. La préoccupation commune de l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD reste le seul intérêt des personnes en situation de handicap ou confrontées à la discrimination.
Nous souhaitons pouvoir aboutir à un accord, encore faut-il pouvoir négocier correctement. De séance en séance, la confusion et l’incompréhension demeurent. L’intersyndicale a beau dire, expliquer et répéter, s’il peut sembler qu’elle soit écoutée, elle n’est visiblement pas entendue. Nous n’avons jamais vu, ni les uns ni les autres, pareille conduite de négociation. Par exemple, malgré des promesses de ne plus envoyer de document préparatoire tardivement, nous n’avons reçu que vendredi 6/11 dans l’après-midi celui concernant la séance de lundi 9/11 au matin… entravant largement toute préparation collective ne serait-ce qu’avec nos mandants respectifs…
Depuis septembre, l’intersyndicale déplore le manque de précision, d’objectifs chiffrés, l’absence d’engagement quantifiable et d’ambition. Le manque de plan d’action, de budget et de moyens, de pilotage ne correspond pas à notre conception d’un accord ambitieux.
Le lundi 9/11/2020, les représentants de l’entreprise déclarent nous annoncer dans la journée des objectifs, des engagements. Enfin ! A une semaine de la « Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées » (SEEPH), cela paraissait plutôt de bon augure…
Pêle-mêle, alors qu’aucun indicateur de suivi, les objectifs, le budget, les moyens ne sont pas définis il aurait fallu traiter des commissions de suivi… C’était inacceptable pour l’intersyndicale !
Après 9 séances de négo Orange nous annonce donc ses premiers engagements chiffrés :
 80 embauches en CDI sur 3 ans soit 53% de l’accord précédent et sans aucun engagement au sujet de l’alternance ;
 TPSH prolongé mais beaucoup trop loin d’un dispositif jusqu’à 5ans revendiqué pérenne et décorrélé du TPS de l’accord intergénérationnel pour ceux qui en ont le plus besoin et qui continueront à en avoir le plus besoin même après le TPS ;
 Des éléments de budget pour le maintien dans l’emploi, sans précision sur d’autres lignes budgétaires qui seraient « conditionnées à la définition des moyens nécessaires » (?…) ;
 Des fiches de postes pour les correspondants handicap mais seulement 0,7 ETP par Établissement Distinct inférieurs à 6000 effectifs et 0,2 ETP par Unité Opérationnelle ce qui reste encore dérisoire pour des UO aux géographies de plus en plus étendues, trop éloigné du réalisable et incontrôlable.
Les propositions actuelles demeurent très largement insuffisantes et trop en décalage avec les demandes portées unanimement par l’intersyndicale. Malgré les alertes, maintes fois répétées lors des séances précédentes, que jamais l’entreprise n’avait été aussi près d’un risque de « non signature unanime » de l’ensemble des organisations syndicales représentatives, les représentants de l’entreprise s’obstinent à ne pas répondre à nos demandes de façon claire. À une semaine de la « Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées », nous le regrettions amèrement.
Ainsi, les délégations CFDT, CFE-CGC, CGT, FOCom et SUD se sont vues contraintes de suspendre leur participation à la négociation. Nous espérons pourvoir la reprendre sur de nouvelles bases claires et budgétées, des conditions de négociation plus sereines et loyales, des propositions de l’entreprise qui répondent réellement au caractère prétendu ambitieux qu’elle affiche et qui prennent mieux en compte nos aspirations pour le personnel et l’entreprise.
Monsieur le Président Directeur Général d’Orange, nous vous demandons de donner à vos négociateurs un mandat plus conforme aux annonces d’Orange en matière de responsabilité sociale d’entreprise, plus respectueux des personnes en situation handicap et à la hauteur d’une entreprise du CAC 40 dont le chiffre d’affaires renoue avec la croissance et dont la performance reste solide malgré la crise sanitaire.

 

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

Contentieux fiscal : cet argent doit être réinjecté dans l’économie

Le 13 novembre 2020, le Conseil d’Etat a rendu un avis favorable à Orange concernant le contentieux fiscal qui l’opposait à l’Etat dans le dossier « Cogecom ». Orange percevra donc une manne de 2,2 milliards d’euros au titre de l’exercice 2020. Cette situation est particulièrement cocasse puisqu’elle opposait Orange à son principal actionnaire, l’état.
La CGT estime qu’Orange a la responsabilité morale de réinjecter cet argent dans l’économie.
Dans son communiqué Orange affirme que l’entreprise : « (…) proposera une attribution juste et équilibrée de ces fonds au bénéfice du développement de l’entreprise, de ses salariés et actionnaires, via notamment une Offre Réservée au Personnel et un engagement sociétal renforcé (…) »
En traduction, Orange proposera une nouvelle rémunération a ses actionnaires par le biais d’un dividende exceptionnel ou un programme de rachat d’actions, une offre d’achat d’actions au personnel et financera d’éventuels projets d’acquisition. Le tout sera soupoudré d’une dose de « social washing » autour de l’inclusion pour se donner bonne conscience.
La 1ère mesure pour lutter contre l’exclusion, quelle qu’elle soit, est de permettre l’emploi qualifié sur nos territoires. Orange a supprimé 30 000 emplois ces 10 dernières années en France et compte en supprimer encore plus de 10 000 les 3 prochaines années. En parallèle, la pression économique mise sur nos sous-traitants dans le domaine technique comme dans la relation clients a fait exploser la précarité dans notre secteur d’activité avec pour conséquence la paupérisation de nombreux métiers.
Une partie de cet argent pourrait donc permettre de stopper l’hémorragie des effectifs à Orange et de revaloriser la force du travail de l’ensemble du secteur. Maintenir les 10 000 emplois qu’Orange a prévu de détruire « coûterait » 360 millions d’euros par an.
Plutôt qu’une ORP (Offre Réservée au Personnel pour l’achat d’actions) à laquelle ne souscrivent généralement que 30 à 40% du personnel – souvent les plus aisés – la CGT demande l’ouverture d’une une négociation sur la revalorisation des salaires 2020, avec l’attribution d’un 13ème mois (soit 300 millions d’euros / an) et le versement d’un prime COVID-19 exceptionnelle en 2020.
Enfin, œuvrer pour l’inclusion c’est lutter contre la fracture numérique territoriale à laquelle Orange a fortement contribué en se désengageant des territoires ruraux. En effet les plans d’économies très orientés sur le domaine Réseaux ont eu pour impact de fortement dégrader la qualité des réseaux sur les zones rurales. La CGT demande des moyens et des recrutements de techniciens Orange sur l’ensemble de ces plaques géographiques.
Alors qu’une crise économique se profile avec 1 million de demandeurs d’emploi supplémentaires, que les confinements ont démontré que l’accessibilité au réseau est un besoin essentiel, la CGT exige que ces 2.2 milliards d’euros reçus de l’Etat soient réellement investis dans l’emploi pour lutter contre la précarité sociale et l’exclusion numérique. La CGT rappelle que les actionnaires ont déjà vu leurs dividendes augmenter de 250 millions d’euros le mois dernier. De même, ces 10 dernières années, Orange a versé 23 milliards d’euros de dividendes, soit la totalité de ses bénéficies alors que dans le même temps le cours de l’action a été divisé par deux.
La CGT revendique que ces 2,2 milliards d’euros reçus de l’Etat soient réinjectés dans l’économie réelle, c’est-à-dire dans l’emploi, dans les salaires et dans l’amélioration de la qualité de nos réseaux sur l’ensemble du territoire.
La CGT va interpeller le PDG d’Orange afin de porter ses propositions

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

En Direct du CSEC Orange Novembre 2020 - Situation sanitaire

Protéger les salariés la priorité sociale !

Protéger les salariés d’Orange, la seule urgence sanitaire …
La direction se cache derrière les consignes de l’exécutif pour ne pas respecter son obligation légale de protéger la santé physique et mentale des salariés. Pire, elle perçoit dans la crise sanitaire un formidable accélérateur pour justifier un passage en force et au pas de charge des projets importants de restructurations (fusion des Services Clients SCO et UAT, évolution de l’adressage commercial des clients du marché Entreprise, ouverture du capital Orange Concessions de nos réseux RIP, Orange Ventures pour investir dans les Starts-up,..). Rien ne justifie une telle précipitation.
Ces projets comptables, de réduction des coûts d’un milliard d’euros net, consistent tous à externaliser et digitaliser toujours plus d’activités afin de réduire la force au travail de -11% d’ici 2022, soit une baisse des effectifs de – 8 425 ETPCDI (dont 80% sur le seul périmètre d’Orange France) et rendre le personnel restant malléable et corvéable à volonté

Orange poursuit ses projets structurants en mode accéléré malgré la deuxième vague épidémique…
La situation sanitaire se dégrade dangereusement au point que le reconfinement sur tout le territoire vient d’être décrété pour une première période de 4 semaines.
Est-ce raisonnable qu’Orange, entreprise responsable, poursuive ses projets dans ce contexte de grande incertitude et de grave crise sanitaire ?
Est-ce raisonnable qu’Orange, entreprise responsable, nie l’inquiétude grandissante des salariés pour leur avenir et celui de leurs proches ?
Est-ce raisonnable qu’Orange, entreprise responsable, utilise les salariés comme des variables d’ajustement dans ce contexte sanitaire hyper tendu et d’alertes faisant état d’un retour de la souffrance au travail (récent rapport des médecins du travail, alertes CGT, Dangers Graves et Imminents, droits de retrait, bilatérales..) ?
La CGT a réclamé le gel immédiat de tous les projets structurants au vu de la dégradation du contexte sanitaire et de son impact RPS. La direction reste dans le déni et ne modifie aucun calendrier de déploiement

Un protocole sanitaire purement économique inefficace..

Lors du déconfinement d’Avril, le gouvernement s’était empressé d’alléger le protocole sanitaire malgré une forte probabilité d’une reprise de l’épidémie. Il a enchainé des protocoles sanitaires contraignants au point de priver de libertés les Français (couvre-feu) dans l’unique but de repousser l’inévitable reconfinement. Ces mesures sanitaires nous ont conduit à cette situation aux conséquences dramatiques.
Alors, tenter aujourd’hui de faire porter toute la responsabilité sur la population est purement malhonnête. C’est avant tout l’échec d’une politique gouvernementale qui a consisté à allouer des moyens colossaux pour relancer l’économie en injectant des centaines de milliards € d’argent public sans allouer les moyens nécessaires au secteur de la santé pour répondre à la crise sanitaire (défaillance des politiques de tests et des systèmes de soins à l’agonie) et à l’explosion de la pauvreté..
Force est de constater que les intentions du gouvernement n’ont pas changé : « l’économie, d’abord » puisque les nouvelles mesures sont encore plus restrictives (couvre-feu + reconfinement) et toujours aussi contradictoires. Elles privent la population de vivre et les poussent à aller travailler. Autant dire, que les Français vont devoir sacrifier entièrement leur vie sociale pour favoriser des intérêts économiques sans pour autant en bénéficier au bout du compte.
Les conséquences en seront que plus dramatiques pour les populations les plus pauvres et les plus fragiles (précaires, 1ers de corvée, jeunes,..) qui subissent déjà le plus durement les effets de cette crise sanitaire.
Pour la CGT, la santé n’a pas de prix !
Le nouveau protocole sanitaire doit prioriser la protection de la population sur les enjeux économiques.

60 000 salariés d’Orange France basculent en travail à domicile sans cadre légal..

La direction devrait basculé en télétravail occasionnel environ 60 000 salariés d’Orange France soit 73% de l’effectif. La CGT réclame son extension aux salariés des territoires des DOM qui en sont privés.
Les salariés auront la possibilité de récupérer le matériel nécessaire sur site, mais uniquement sur autorisation managériale pour le déplacement. Ils devront surtout se déclarer via l’application Tloc en travail occasionnel. L’entreprise va faire de substantielles économies sur le dos du personnel : pour 60 000 télétravailleurs avec un forfait journalier de 10€ (indemnité de restauration + frais induits), Orange économisera l’équivalent de 600 000 € par jour. Les cas des salariés ne souhaitant pas télétravailler et ceux n’étant pas équipés pour, mais ne voulant pas venir sur sit,e seront traités en local… Sollicitez les militants CGT en cas de problème !!

La direction est consciente des difficultés et des RPS d’un nouveau reconfinement. La CGT réclame en urgence l’ouverture d’une négociation sur le travail à domicile sans cadre légal ainsi qu’une enquête sanitaire sur la situation des salariés avec un focus sur le travail à domicile.

Orange, entreprise en très bonne santé financière, doit mettre en œuvre un protocole sanitaire mieux disant…
La direction active le plan de continuité d’activité V2. C’est un plan de continuité du business qui maintient les activités d’interventions, des vendeurs nomades de DEF et des boutiques, mais surtout toutes les activités de ventes et de production, notamment celles concernant les déploiements Fibre, 4G et 5G. Nous sommes loin des activités de service public indispensables à la population lors du premier confinement.
Dans un contexte de confinement de fin d’année, la CGT a réclamé le maintien de tous les congés (CA / JTL), et une grande souplesse dans la gestion des congés notamment en permettant l’annulation de congés déjà posés. En première réponse, les congés posés jusqu’à fin novembre ne pourront être annulés. Inacceptable. La direction se donne un temps de réflexion.

Pour ce qui concerne les personnes vulnérables, la direction nous confirme l’application immédiate dans l’entreprise de la décision du conseil d’état de suspendre les dispositions d’un décret restreignant la liste des travailleurs vulnérables face au Covid-19.
Les salariés en possession d’une attestation de déplacement devront présenter leur carte professionnelle en cas de contrôle. Si votre carte est périmée, vous avez la possibilité d’obtenir une attestation sur Anoo.

Les bénéfices aux actionnaires et les sacrifices aux salariés…
En pleine crise sanitaire, les actionnaires vont bénéficier des excellents résultats au 3ème trimestre 2020. La direction annonce l’augmentation de l’acompte du dividende de 30 à 40 centimes versés pour un budget de 250M€. Ce sera rigueur et économie pour les salariés. Quelle provocation ! La direction doit cesser ce jeu de dupe et satisfaire les demandes du personnel. Pour la CGT, l’entreprise doit prendre en charge l’ensemble des frais des salariés. C’est notamment tous les frais liés au travail à domicile, comme tous ceux liés à la restauration.

Le bussines d’abord.. les boutiques resteront ouvertes …
La CGT a réclamé une renforcement des mesures sanitaires sur la gestion du capacitaire et de la file d’attente, un renforcement des effectifs en souffrance avec l’arrêt immédiat des brigades mobiles, un renforcement de la sécurité avec l’augmentation des incivilités, des braquages et des risques terroristes, un gel des objectifs, un maintien de toutes les parts variables durant la crise sanitaire, la possiblilité de faire du teletravail occansionnel. Alors que les flux baissent de 40%, la direction refuse nos demandes pour se donner du temps.
Les vendeurs pourront refuser un client qui ne respecte pas les mesures sanitaires comme le port du masque. Des affichettes devront être apposées sur la porte des boutiques notifiant le nombre de personnes acceptées àl’intérieur de la boutique sur la base de 4m²/personnes. La CGT regrette que la direction ait refusé que des activités, comme la qualification des RDV, soit accessibles en télétravail. Celle-ci propose aux salariés des AD de demander un prêt de compétences sur un métier éligible (sic), ou de se positionner sur les offres de l’application « let me help ».

La Direction va permettre aux represantants du personnel l’utilisation des push-mails dans ce contexte sanitaire..
Pendant le reconfinement, la CGT a demandé que les représentants du personnels puissent continuer à excercer leurs activités. La direction accède enfin à notre demande et fera une proposition qui prendra en compte la RGPD et un meilleur encadrement des envois.
Toutes les commissions CAP et CPP de Novembre sont reportées.

La direction doit satisfaire les demandes des salariés. La CGT revendique :
• l’application d’un protocole sanitaire renforcé et mieux disant en étendant le télétravail occasionnel total aux salariés des territoires des DOM, en renforçant la sécurité et les effectifs dans les boutiques et en gelant tous les objectifs en maintenant toutes les parts variables pendant toute la durée de la crise sanitaire,
• l’ouverture immédiate d’une négociation exceptionnelle sur le travail à domicile en mode Covid-19,
• le versement d’une prime Covid-19 à l’ensemble des salariés,
• la suspension de tous les projets structurants pendant toute la durée de la crise sanitaire,
• aucune perte de congés et une grande souplesse dans leur gestion de fin d’année,
• l’ouverture immédiate d’une enquête sur un état des lieux sanitaire dans l’entreprise.
La CGT reste présente à vos côtés dans cette période si particulière.
Sollicitez le-la militant-e CGT que vous connaissez
si vous rencontrez des difficultés à faire respecter vos droits.
Votre santé et vos conditions de travail restent nos priorités

 

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°827 - Novembre 2020

Adresse de la CGT au monde du travail

La France et le monde du travail font face à un péril inédit: crise sanitaire, économique, environnementale, sociale et menace terroriste….
Depuis le début, le gouvernement refuse de mettre en place une véritable stratégie de crise élaborée collectivement avec toutes les forces politiques et syndicales de ce pays.
La CGT exige des mesures immédiates pour lutter contre ces crises : la santé doit primer ; un moratoire doit être mis en place sur toutes les mesures de restructuration, délocalisations et licenciements ; Les aides aux entreprises doivent être conditionnées ; Des mesures immédiates doivent être mises en place pour empêcher l’explosion de la pauvreté ; Les salaires des « premiers de corvée » doivent être immédiatement augmentés ; Des moyens immédiats doivent être débloqués pour notre système de santé ; Les libertés doivent être garanties, notamment les libertés syndicales ; La France doit ratifier la convention 190 de l’OIT sur « La violence et le harcèlement dans le monde du travail » ; Les projets de réformes de l’assurance chômage et des retraites doivent être définitivement enterrés ; des négociations doivent s’ouvrir pour l’amélioration et la pérennisation de nos systèmes.
Ce sont des propositions pour un véritable « plan de rupture » pour garantir le « plus jamais ça! » et gagner la transformation en profondeur de notre société.

Une indécente hausse des dividendes
Orange a publié, ce 28 octobre, les résultats financiers du 3ème trimestre 2020.
Avec une hausse du chiffre d’affaires de près de 1% et un Ebitda supérieur aux attentes, les résultats du groupe démontrent la résilience des activités Télécom.
Alors que le pays connait pour la 2ème fois un confinement et que les salariés du groupe sont de nouveau mobilisés, Orange fait le choix d’augmenter de 30 à 40 centimes l’acompte du dividende versé aux actionnaires en décembre, soit une hausse de 33% pour une rallonge budgétaire de 250M€ soit quatre fois le budget NAO 2020 ! Cette décision scandalise les salariés du groupe mis au régime sec en 2020 et au moment où 3000 emplois vont être détruits, au prétexte de contexte économique dégradé. La mise en œuvre du plan stratégique « engage 2025 » s’accélère car plus d’un 1 milliard net d’économies doit être réalisé au détriment de l’emploi, des salaires et des conditions de travail.

Recrutements, une urgence !
Depuis sa privatisation, France Télécom devenu Orange, connait un grand nombre de plans (NEXT, ESSENTIEL 2020 et engage 2025), de restructurations, de mutualisations, d’externalisations et a perdu, en 20 ans, plus de 80 000 emplois.
Ces chiffres inquiétants ainsi que le recours massif à la sous-traitance interpellent. En interne, il ne reste que les dossiers complexes qui demandent de l’expertise.
Localement, les managers sont en difficulté car ils ne peuvent répondre aux sollicitations des salariés. Le plan engage 2025 pour ne pas dire « dégage 2025 » poursuit ce désastre et la direc-tion utilise la crise sanitaire pour accélérer le processus en s’attaquant à la relation clients, aux horaires des boutiques, à la fusion des UI et à la bascule de certaines activités des UPR vers les UI, etc. De nombreux salariés se trouvent en difficulté! Avec la CGT réclamons des emplois !

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

En Direct du CSEC ORANGE novembre 2020 - Emplois

Exigeons des emplois, une urgence sociale !

Satisfaire les marchés financiers et verser des dividendes aux actionnaires, la raison d’être d’Orange..
La crise sanitaire a bouleversée toutes les prévisions stratégiques des entreprises hormis à Orange qui poursuit son plan stratégique « Engage 2025 » ou plutôt « Dégage 2025 »….. La CGT dénonce l’attitude de la direction qui utilise la crise sanitaire comme un accélérateur pour passer en force des projets importants de restructuration. Ils consistent tous à faire des économies en externalisant et digitalisant toujours plus d’activités afin de réduire massivement les effectifs et rendre plus flexible le personnel restant.

Faire un milliard d’euros net d’économies sur le dos des salariés par tous les moyens….
Depuis de nombreuses années, les perspectives emplois et compétences se résument à une baisse drastique de la masse salariale dans le cadre de programme de réduction des coûts.
L’avenir est incertain et il y aura un impact Covid-19 important. La direction le reconnait, mais maintient ses objectifs prévisionnels de décroissance des effectifs même s’ils sont erronés et qu’ils sont en deca des réels besoins.
Ce choix purement comptable est inquiétant. La diminution des effectifs sera de -11% d’ici à 2022 dont 80% sur le seul périmètre d’Orange France soit une baisse de la force au travail de – 8 425 ETPCDI. Pendant ce temps, Orange transfère des pans entiers d’activités vers la sous-traitance.

Une politique de l’emploi purement comptable qui met le personnel en grande souffrance…
La transformation numérique de l’entreprise s’opère en adaptant l’humain aux activités et non l’inverse. Les conséquences de ce choix sont un transfert de la charge de travail sur les effectifs restants, une dégradation de la qualité de service et de nouveaux modes d’organisations du travail plus agile et collaboratif (flex desk, open-space,..).
Des salariés malléables et flexibilités à volonté, telle est l’ambition de la direction lorsqu’elle explique poursuivre la montée en compétences et mettre à disposition des bonnes compétences au bon endroit et au bon moment.

Le numérique propose de nouveaux emplois d’avenir dans les domaines DATA, Intelligence Artificielle, Cloud et cyber sécurité, au détail près qu’ils sont pour l’essentiel externalisés dans des filiales. Cette réalité révèle les véritables enjeux de l’emploi et de l’accompagnement des salariés, particulièrement pour une jeunesse sacrifiée et des seniors, notamment ceux en fin de carrière.

Cette stratégie de suppression massive des emplois accélère la désertification des territoires à l’exemple du grand Nord Est, et va les concentrer dans les grandes agglomérations instaurant de fait plus de flexibilité et des mobilités forcées.
C’est dans ce sens que la direction bâtit les parcours professionnels, les plans de formations et les Plans Développements Individuels. Etonnement, il n’y a aucune transmission de compétences qui se perdent du fait des départs en retraite.

Pour la maitrise de nos activités…

La sous-traitance est omniprésente. Elle impacte l’ensemble des activités d’Orange, mais c’est dans les métiers de production en DO (centres d’appels, unités d’intervention) qu’elle est la plus massive. En UAT, près de ¾ des flux sont sous-traités, la construction du réseau FTTH et les installations clients sont sous-traitées à près de 100%, et la boucle locale est sous-traitée à plus de 70%.

Les politiques d’appels d’offres des opérateurs – dont Orange est l’acteur dominant – sont axées sur des logiques d’enchères qui tirent les prix vers le bas, ayant des conséquences sociales et industrielles désastreuses.
Dans le domaine réseau, l’organisation de la sous-traitance en cascade accentue le dumping social (plus de recours à des travailleurs détachés) et des zones de non droits dans certaines entreprises (atteintes à la dignité humaine, non-respect de la sécurité, des droits des salariés,..). Orange, donneur d’ordre, a sa part de responsabilités dans cette situation. Nous sommes loin des engagements RSE et de la raison d’être de l’entreprise, preuve, in fine, que le financier prend toujours le pas sur le social.
Ce recours à une main d’œuvre peu qualifiée impacte également notre capacité à construire et à exploiter les réseaux cuivres et FTTH. Aujourd’hui, des industriels s’inquiètent des malfaçons sur la construction du réseau FTTH, les retards de délais de raccordement, une augmentation des réclamations clients insatisfaits…
La CGT et nombreux élus locaux dénoncent l’abondant et le désengagent d’Orange dans de nombreux territoires où les situations deviennent de plus en plus critiques.
La CGT s’inquiète d’une politique de baisse de 15% des effectifs en unités d’intervention d’ici 2022, avec à peine 1 remplacement sur 5 qui va accroître la présence de la sous-traitance.
Elle exige lors de la négociation GPEC un changement d’orientation. La direction doit cesser d’aborder l’emploi sous le seul angle des plans d’économie.
La CGT réclame des moyens pour pouvoir faire face à des aléas climatiques toujours plus nombreux et violents.
Il est urgent de recruter des jeunes, et particulièrement des techniciens pour garder la maîtrise des réseaux. L’entreprise doit mesurer les conséquences du dumping social qu’elle opère sur les métiers du réseau, participant ainsi à sa paupérisation. La CGT réitère sa demande d’ouverture d’assises de la sous-traitance pour traiter de toutes les problématiques des salariés des sous-traitants.

(…)

Un climat social qui se dégrade dangereusement…
Les effectifs baissent massivement et les embauches sont en deca des réels besoins. Les nombreuses alertes (rapport des médecins, DGI, droit de retrait,..) attestent d’un retour de la souffrance au travail. Pourtant, les emplois garantissent aux salariés de bonnes conditions de travail. Orange doit embaucher pour répondre aux besoins exprimés dans les services.
La direction doit cesser d’utiliser les salariés comme des variables d’ajustement.

La CGT exige :
• Un plan d’embauches urgent et ambitieux en priorité pour les jeunes,
• 32 H Travailler toutes et tous, pour travailler mieux
• Le remplacement de tous les départs,
• La ré-internalisation de toutes les activités et des emplois sous-traités.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Notre santé avant les profits

Dans un contexte de crise sanitaire, la CGT FAPT se mobilise pour la santé du personnel d'Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange