ACTUALITÉS

Les infos du CA

La lettre CGT du Conseil d'Administration N°176

Les Télécoms, un secteur essentiel

La crise du covid-19 aura révélé le poids et l’emprise du numérique sur nos vies, que ce soit dans le domaine privé, comme dans le champ du travail. Elle a également remis sur le devant de la scène la fracture numérique entre les populations. En 2020, plus de 6 millions de français n’ont pas accès à internet notamment dans les zones rurales.

Durant la période du confinement, près d’un quart de la population active a été en situation de télétravail, soit plus de 6 millions de salariés. Ce chiffre a été multiplié par 7 depuis le début de la crise. 80% des français ont depuis le début de la crise utilisé un outil digital qu’ils ne connaissaient pas (téléconférence, visioconférence), et le nombre de mails a augmenté de 60%. Une partie non-négligeable de la vie économique, surtout des grandes entreprises, a pu se réorganiser très rapidement, grâce au digital et aux services des opérateurs. La mise à disposition de ces outils et services a permis d’amortir le choc de cette crise et de maintenir une activité a minima. Les opérateurs ont également joué un rôle important dans la gestion même de la crise sanitaire : les capacités de réception d’appels du SAMU ont été multipliées par 8 en quelques jours, et celles de l’AP-HP par 6 en 48 heures.
Les opérateurs de télécommunication jouent également un rôle essentiel dans le maintien de la vie sociale. Citons par exemple le maintien de la vie scolaire et les cours à distance. Beaucoup de services de messagerie ont aussi vu leurs usages exploser (l’usage de What’s app a été multiplié par 5). Comme dit précédemment, les usages de téléphonie ont bondi de 50%. Les réseaux de télécommunication ont permis à la population de maintenir le contact avec leurs proches, parfois de reprendre contact avec des personnes qu’on n’avait pas vues depuis longtemps, en résumé, de supporter les contraintes du confinement. Ces moyens de communication ont favorisé le respect du confinement tout en évitant une désocialisation. Enfin, il faut ajouter le développement exponentiel de la télémédecine (consultations en Visio), qui a permis aux médecins de continuer leur activité en évitant d’être trop exposés.
Ce tableau ne doit pas nous faire oublier que la fracture numérique a été durement ressentie. On le sait, elle est d’ordre sociale, territoriale et générationnelle. Là où les débits sont les moins importants, il est impossible, pour un foyer, de télétravailler, d’assurer l’éducation des enfants tout en regardant Netflix. Les 27% de la population (Source Défenseur des droits) qui sont en situation d’illettrisme numérique n’ont pas pu bénéficier de ces services. Et c’est souvent constaté dans les catégories sociales les moins favorisées.
Les salariés d’Orange ont pu démontrer pendant cette période tout leur savoir faire et leur investissement. Si les réseaux ont tenu bon, si le capacitaire a été au rendez-vous, c’est parce que cette entreprise, avec son histoire et ses valeurs, a su être présente et mobilisée. Mais si nos réseaux ont su être résilients, c’est parce que nous en avons encore la maîtrise et la propriété. La CGT estime que cette crise doit nous interroger, d’une part sur le sens de nos activités, mais aussi sur les orientations pour le futur, notamment celles inscrites dans le plan stratégique 2025. D’ores et déjà, les premiers signaux qui sont envoyés n’inspirent pas confiance : contraction des budgets dans les unités, accélération des plans de transformation, maintien des guidances financières qui n’ont pourtant aujourd’hui plus beaucoup de sens.
Si tout le monde s’accorde à dire qu’Orange est un acteur essentiel, voire vital au bon fonctionnement du pays, alors il est urgent de stopper cette spirale infernale destructrice d’emplois et de savoir-faire avant que l’entreprise ne perde le contrôle de ses activités. Le poids croissant de la sous-traitance, les transferts d’activité vers les équipementiers, la volonté d’externaliser les actifs réseaux nous font courir un risque industriel majeur à moyen terme.

Dividende : la Direction générale battue

C’est pour donner suite à une intervention de la CGT que le débat sur la baisse du dividende s’est ouvert au sein du conseil d’administration. Il s’agissait de neutraliser le versement du reliquat : 40 centimes (sur les 70 centimes) prévus en ce mois de juin. La demande de la CGT dans cette période de crise et d’incertitude était d’annuler ce versement pour soutenir l’emploi et les salaires dans le secteur, et préserver les marges de manœuvre et donc la pérennité de l’entreprise. Malgré la volonté de la direction de maintenir le coupon, une baisse de 20 centimes sera décidée sous la pression de l’état. C’est donc une baisse de 30% du dividende qui sera entériné pour l’exercice 2019, et 500 millions d’euros d’économisés pour Orange. La CGT demande l’annulation du dividende pour l’exercice 2020, mais l’assemblée générale qui vient de se tenir en mai, l’objectif de 70 centimes a été réaffirmé pour cette année.
Lors d’une interview sur France Inter, le PDG d’Orange, qui manifestement avait encore du mal à accepter la baisse du dividende, a eu cette phrase malheureuse pour justifier un coupon élevé : « je pense aux 600000 petits porteurs comme vous et moi ». Chacun appréciera…les « petits porteurs » possèdent 6,7% du capital, soit en moyenne 180 actions chacun, une baisse du dividende de 20 centimes les ampute donc de 36 euros…Il n’est pas certain qu’avec un salaire de près de 2 millions d’euros et plus de 30000 actions en portefeuille les « petits porteurs » jouent dans la même cour que le PDG d’Orange.
Mais ce que ne dit pas le PDG d’Orange, c’est qu’en effet les actionnaires institutionnels sont très demandeurs de dividendes ; Orange est en effet considérée comme une « action de rendement », et les investisseurs sont en attente de dividendes, notamment les fonds de pension anglo-saxons, Blackrock et Vanguard en tête. C’est un problème de fond, car la stratégie d’Orange repose exclusivement sur la satisfaction de ces acteurs (qui ont un poids non-négligeable dans le choix de la gouvernance du groupe), ce qui explique la politique de la direction générale sur le dividende.

Engage 2025 doit être abandonné

Comme ses prédécesseurs, le nouveau plan stratégique est principalement axé sur des programmes d’économies. Les deux précédents plans étaient accompagnés de deux plans d’économies brutes (« Explore 2020 » : plus de 3 milliards ; « Chrysalid » en 2015 avec également 3 milliards). En réalité, ces plans avaient surtout vocation à maintenir une base de coûts stables dans le cadre d’un chiffre d’affaires qui lui aussi restait relativement stable. Ils étaient également nourris par des promesses d’un dividende à 0,6 cts d’euros par action quel que soit les résultats du Groupe soit environ 2 Mds de dividendes par an. Cette fois-ci, ce plan a vocation à réaliser 1 milliard d’économies nettes sur les coûts indirects. Cela revient en réalité à réaliser 1 milliard de plus que les plans précédents. Bien loin de desserrer l’étau, on peut craindre une accentuation de ces objectifs pour compenser les pertes de CA liées à la crise Covid-19. Le risque de désindustrialisation de nos activités et de perte de savoir faire est un risque majeur.
Mais la rupture et le changement qu’introduit Engage 2025 est l’externalisation de nos réseaux, notamment avec la création de Tower Co et de fiber-co. Si ces politiques devaient être menées à terme, l’impact social serait très violent. Privés de leurs réseaux, d’une partie de leurs revenus et incapables de concurrencer les grandes plateformes de services, l’avenir des opérateurs pourrait être remis en question. Ce n’est pas un scénario pour demain, ce sera un processus lent sur 10 à 15 ans. Il est urgent de le stopper et de dénoncer ce qui est à l’origine de ce processus. En particulier se rappeler que les analystes financiers et le fameux marché étaient contre la hausse des investissements. La cession de ces Tower-Co permet de transformer les investissements (CAPEX) en charges d’exploitation (OPEX). Le changement est majeur : un investissement prépare l’avenir et pérennise l’entreprise. Une charge doit se réduire. On laisse chacun imaginer ce que notre réseau, que tout le monde loue aujourd’hui, aurait été si ce type de raisonnement était à l’œuvre il y a quelques années.
Si chacun convient de l’importance vitale et stratégique de l’opérateur historique dans la période, il est urgent de changer de paradigme. Les capacités d’Orange à maîtriser son réseau doivent être maintenues et décrétées comme un enjeu de souveraineté. À ce titre, la propriété des réseaux et le maintien et développement des savoir-faire, au regard de la période qui vient de s’écouler, doivent être au cœur de la stratégie d’Orange. Cela doit se traduire par l’arrêt des destructions massives d’emploi : depuis 2013, Orange supprime en France entre 3000 et 4000 emplois par an.
La crise que nous connaissons est aussi un accélérateur des usages numériques, et donc d’opportunités et de besoins nouveaux. On peut donc s’interroger sur l’abandon de la e-santé ou de la smart-city dans les axes stratégiques du plan. Au-delà d’une vision financière qui vise à ajuster les coûts à l’exigence de dividende, la CGT demande une vraie ambition pour Orange. Cela demande évidemment une volonté et une vision industrielle.

Lire la suite

Égalité professionnelle

Intervention CGT FAPT sur l’index égalité Commission de suivi Egalité Orange du 9 juillet 2021

La CGT, mais elle n’est pas la seule organisation syndicale, émet, pour le moins, quelques réserves sur cet Index Egalité.

Si nous émettons des réserves c’est que la CGT s’est beaucoup investie dans les rencontres interprofessionnelles nationales avec le ministère sur ce projet d’index. Mais malheureusement entre le consensus qui avait été trouvé et la parution des décrets, les dispositions ont pour le moins bougé dans le sens d’un moins disant.
En effet, une note sur 100 est attribuée à partir de 5 critères : L’écart de rémunération entre femmes et hommes (pour 40 points), l’écart des augmentations annuelles (pour 20 points), l’écart dans les promotions (pour 15 points), les augmentations au retour de congé maternité (pour 15 points) et le nombre de femmes parmi les plus gros salaires (pour 10 points). Les entreprises, qui ont moins de 75 sur 100, ont 3 ans pour mener des actions de rattrapage. Les premières notes confirment les inquiétudes de la CGT : elles sont excellentes ! Alors que la situation des femmes dans les entreprises l’est beaucoup moins et c’est aussi le cas chez Orange !

L’index présente 5 défauts majeurs :
-Au lieu de faire la transparence sur les écarts de rémunération, le gouvernement a imposé la publication d’une note globale, sans les détails. La note globale dissimule des écarts de salaire et occulte les inégalités.
-Pour le calcul des écarts de rémunération, il existe des seuils de pertinence de 5 points. En clair, si l’écart de rémunération est de 15 % entre les femmes et les hommes, on retire 5 points pour n’en retenir que 10 % ! Ceci revient à admettre, par principe, une partie des inégalités de rémunération !
-Le barème sur les écarts de rémunération est très progressif. Une entreprise qui a 10 % d’écart de rémunération en moyenne (donc 15% avant l’application du « seuil de pertinence ») aura 30/40 points et pourra donc se prévaloir d’une note de 90/100 !
-Au lieu de comparer le montant d’augmentation annuelle des femmes et des hommes, on regarde seulement le pourcentage de femmes et d’hommes augmentés (critère 2). Les femmes peuvent donc, par exemple, avoir des augmentations a minima! Pour le retour du congé maternité (critère 4), au lieu de s’assurer que les femmes ont bénéficié du même montant d’augmentation que les autres salarié.e.s, on se contente de regarder si elles ont toutes été augmentées.
-Une partie des facteurs structurels des écarts de rémunération ne rentre pas dans le champ de l’index : les écarts de temps de travail, les écarts cumulés sur la carrière et la dévalorisation des métiers à prédominance féminine sont pour l’essentiel évacués.

C’est pourquoi la CGT considère que cet index est non fiable et entache toute analyse sérieuse.

Lire la suite

Rémunération / Carrière

NAO Salaires 2021 : Encore une décision unilatérale !

UN DIALOGUE SOCIAL DE SOURD !

L’unité syndicale fragilisée pour un gain de 3 € par mois supplémentaire …
Le 22 juin, le PDG implore les organisations syndicales de revenir à la table des négociations le 24 juin. FO et CFE-CGC y répondent.
Ils permettent à Orange d’entériner une nouvelle Décision Unilatérale (seulement signée par la CFE-CGC) à 1,8 % au lieu de 1,6 % pour un budget autour de 50 millions d’euros, soit un gain supplémentaire de 3 euros net par mois. Cela permet surtout à la direction de faire des économies sur les mesures d’augmentations collectives (environ 0,9% inférieur à l’inflation de 1,4 %), sur les mesures pour les bas salaires (en baissant les paliers non cadre de 30 000 € à 27 000€ et cadre de 41 000€ à 38 000€). Pire, alors que la proposition d’accord initial différenciait le budget promotion du budget mobilité dans la DU, ils ont désormais fusionné.
Avec toutes les fermetures de sites et les mobilités subies par les salariés, que restera-t-il comme budget pour les promotions ?

Les 20 000 salariés non promus depuis plus de 10 ans apprécieront !

Une bataille se termine mais le combat se poursuit …
Le front commun arrive au bout d’un processus de négociation. Bien que la direction ait reculé. Nous sommes loin du compte. Le temps de la négociation est terminé ! Il est temps d’agir !
Maintenant, seule votre mobilisation et votre participation massives aux propositions d’action pourront obliger la direction à faire revenir les organisations syndicales à la table des négociations. Ensemble battons-nous pour un réel partage des richesses !
Le front syndical se poursuit sans la CFE-CGC et s’inscrit dans l’organisation d’une grande journée de grève pour la rentrée

2 500 salariés ont déjà répondus à la consultation CGT sur le salaire. La CGT vous invite à continuer à vous exprimer massivement ici https://msurvey.orange.com/NAO2021.
La CGT a porté et continuera à porter vos revendications :
• Un 13ème mois en supplément des éléments de rémunérations actuels ;
• Une augmentation collective immédiate à hauteur 8% des salaires ;
• Une réelle reconnaissance des qualifications, des compétences et de l’expérience par des promotions à minima tous les 7 ans ;
• Une suppression immédiate de toutes inégalités salariales femmes/hommes ;
• Un SMIC à 1800€ et aucun salaire de cadre en dessous du plafond de la sécurité sociale (3 428€ brut mensuel) ;
• Une prime Covid-19 exceptionnelle de 1 000€ pour tous ;
• Une prise en charge de l’ensemble des frais induits lors du travail à domicile en confinement sans cadre légal ;
• L’arrêt immédiat de tous les projets néfastes pour l’avenir des salariés comme de l’entreprise.

LES AUGMENTATIONS ET LES PROMOTIONS SONT L’AFFFAIRE DE TOUS,
AGISSONS ET CONSTRUISONS TOUS ENSEMBLE
UNE GRANDE JOURNÉE DE MOBILISATION POUR LA RENTREE

 

Orange s’inscrit dans une parodie de dialogue social …

Le dialogue social : Orange franchit la ligne rouge …
La CGT privilégiera toujours un dialogue social vrai et loyal qui permet de défendre les intérêts et les droits des salariés, de porter leurs revendications. Elle refusera toute parodie consistant à être la caution morale d’une stratégie de financiarisation dont les salariés sont les principales victimes.…

Les négociations GPEC, intergénérationnelle et salariales suspendues?

Dès la 1ère séance, la proposition de 1% est indécente et provoque l’interruption de la séance.

La 2ème séance est, là encore, une véritable provocation. La direction vient sans mandat pour négocier.

Immédiatement, l’unité syndicale décide du gel des négociations GPEC, intergénérationnelle et salariales, d’une demande d’audience au DRHG et de faire s’exprimer les salariés par le biais d’une pétition qui comptabilise rapidement 14 600 signataires soit presque 20 % de l’effectif global.

Dans un déni total, la direction veut passer en force ! Elle fait une réunion sans les OS (situation inédite) et nous envoie nous par mail un projet d’accord.

Face à notre mécontentement, le DRHG daigne nous recevoir pour nous faire une proposition à 1,6 % à prendre ou à laisser.

L’unité syndicale décline l’invitation et demande une audience au PDG du groupe par le biais d’un courrier unitaire.

Il suffit d’un appel du PDG pour affaiblir le front commun et permettre à Orange de passer sa décision unilatérale moins scandaleuse à 1,8 % et pas pour tous ! Le PDG est plus enclin à satisfaire les intérêts des marchés financiers que ceux des salariés.

En complément…

Lire la suite

International

REFORME DE L’ASSURANCE CHOMAGE

Dès avant la crise sanitaire, le gouvernement souhaitait réaliser 3,4 milliard d’économie en deux ans sur le dos des plus précaires et des privés d’emploi. La ténacité de la CGT et de l’ensemble des organisations syndicales et, surtout, la résistance des salarié-e-s sur le terrain ont mis le gouvernement en échec.

Des décrets datant de l’été 2019 prévoyaient plusieurs mesures régressives :
• quasi disparition des droits rechargeables, dispositif qui permet aux allocataires arrivés en fin de droits de les renouveler en fonction de leur nouvelle période de travail ;
• passage de quatre à six mois des seuils d’ouverture des droits aux allocations chômage ;
• nouvelle formule de calcul des indemnités prenant en compte les jours non travaillés ;
• dégressivité des allocations pour les cadres, les salariés ayant gagné 4 500 euros bruts par mois verraient leurs allocations diminuer de 30 % à partir du septième mois de chômage.
1,3 million de demandeurs d’emploi auraient perdu des droits dans le cadre d’une telle réforme. La CGT, FO, la CFE-CGC et Solidaires ont donc effectué des recours devant le Conseil d’Etat à l’automne 2019.
L’audience s’est tenue le 4 novembre 2020 et le Conseil d’État déclare illégale la disposition centrale des décrets gouvernementaux : Le calcul des allocations mensuelles se base non plus sur le total des salaires divisé par les jours de travail mais sur ce total divisé par les jours correspondant aux périodes sur lesquelles les contrats ont eu lieu. Ce serait une rupture d’égalité entre allocataires. En effet, deux personnes ayant eu la même durée de travail et le même salaire pourraient avoir une allocation du simple au quadruple, selon si les contrats se sont étalés dans le temps ou, au contraire, s’il s’agit d’un seul emploi continu.
Le 31 mars 2021, en plein mouvement des intermittents du spectacle, le gouvernement sort un nouveau décret qui s’assoit sur le jugement du Conseil d’Etat du 4 novembre 2020. Au-delà de la réouverture des lieux culturels, de la prolongation de l’année blanche pour les intermittents du spectacle, des occupations de théâtres comme celui de l’Odéon, c’est bien la lutte contre la réforme de l’assurance chômage qui fédère tous les intermittents de l’emploi : spectacle, événementiel, secteur hôtelier, guides, conférenciers…
Le 21 mai, CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU et UNSA déposent alors un nouveau recours devant le Conseil d’Etat. L’audience devant le Juge des référés a montré un gouvernement incapable de justifier sa réforme, tant sur la forme que sur le fond. Le jugement retient le caractère urgent qui nécessite une suspension, avant une éventuelle annulation complète de la réforme.
La CGT se félicite de l’unité syndicale très large et de la convergence très grande avec de nombreuses associations et collectifs qui combattent cette réforme.
Après cette première victoire, la mobilisation doit continuer, non seulement pour empêcher définitivement l’application de cette contre-réforme, mais également pour imposer l’ouverture de droits pour tous les chômeurs et précaires et gagner, à terme, une autre protection sociale.
La CGT propose de construire une sécurité sociale professionnelle, pour ouvrir à toutes et tous des droits attachés à la personne, garantis collectivement dans un nouveau statut du travail salarié.

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Un accord intéressement loin des attentes

La CGT a fait le choix de ne pas signer l’accord sur l’intéressement qui va s’appliquer pour les trois prochaines années. Les critères retenus pour déterminer le montant sont antinomiques avec les intérêts des personnels. De plus, la formule retenue ne garantit en rien son montant pour les prochaines années.

Le principal élément retenu (60% du total) pour déterminer le niveau d’intéressement est financier : c’est le cash-flow généré par l’activité (EBITDAAL retranché des investissements), critère qui sert habituellement à la détermination des dividendes à verser. L’atteinte de cet objectif est conditionné soit à la baisse de la masse salariale, soit à la baisse des investissements (et les deux en réalité …). Cela se traduit par moins d’emplois, moins de rémunérations et moins d’investissements à l’avenir.

Le second indicateur est un critère de qualité de service sur l’ensemble des produits d’Orange. Or, la sous-traitance est de plus en plus massive, avec 80% de la relation client, 70% dans les interventions techniques. C’est donc en réalité un baromètre de la qualité de service délivrée par nos sous-traitants que l’on mesure, sur lequel les salariés d’Orange n’ont pas la main et subissent les choix stratégiques de la direction.

Enfin, la direction utilise un dernier indicateur de Responsabilité Sociale et Environnementale basé sur le taux de CO2 par client, très indécis et peu transparent sur son calcul. Ainsi, il n’intègre pas le taux de CO2 émis par l’ensemble de la chaine de production, notamment des sous-traitants et donne qu’une vision partielle du niveau d’émissions carbonées de nos activités.
La CGT a fait plusieurs propositions pour rendre plus juste la mesure et apporter plus de garanties au dispositif :
-Une répartition d’un montant égal à l’ensemble du personnel de l’enveloppe d’intéressement
-La prise en compte dans le calcul de l’intéressement des congés maladie, des absences pour fait de grève, du temps partiel …
-La suppression de tous les critères de calcul sur lesquels les salariés n’ont pas de prise
-L’augmentation du montant global de l’enveloppe sur l’intéressement, bien au-delà du plafond à 5% de la masse salariale.

Faisant peu de foi de nos propositions, la CGT a décidé de ne pas signer cet accord proposé par la direction qui restera en état un simple outil de management.

Lire la suite

Égalité professionnelle

Communiqué commun : Les femmes d’Orange, vont-elles devenir invisibles ?

Face à un bilan de l’accord précédent inquiétant et un projet proposé loin des attendus, les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, SUD ont demandé la prolongation de l’accord actuel, n’ayant pas les éléments concernant les données 2020. Nous avons obtenu la suspension de la négociation « Égalité Professionnelle et Équilibre Vie privée – Vie professionnelle » et élaboré un revendicatif commun afin d’être entendus par La
Direction.

LÀ OÙ LE MARKETING SOCIAL FAIT PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES
La Direction communique beaucoup, en interne et en externe : « Box diversité », microlearning de sensibilisation au sexisme, formation « HF Management », « Happy men share more », la « Semaine égalité professionnelle », « Index Egalité Professionnelle »…La Direction met en avant de nombreux « Labels » pour masquer la réalité de ses chiffres car ses résultats sont loin d’être aussi idylliques !

UN TAUX DE RECRUTEMENT DES FEMMES EN BERNE
Les premiers chiffres présentés poursuivent leurs déclins ! Même dans la filière « domaine client », le taux de féminisation des recrutements a chuté : il est passé de 43% en 2018 à 38,7% en 2019. La crise sanitaire n’explique pas tout et certainement pas les inégalités professionnelles !
Dans les « Unités d’Intervention », les classes de techniciennes et de chargées d’affaires rencontrent leur public et mettent à disposition d’Orange un vivier important. Ces classes constituent de véritables opportunités pour accroître le nombre de femmes dans les métiers techniques. Pourtant, le taux de féminisation des recrutements en CDI n’est que de 57% en 2020, contre 80% les années précédentes ; même si des efforts ont été fournis ces dernières années, nous notons aujourd’hui un fort relâchement. Ce n’est pas comme cela qu’on rattrapera le retard sur les métiers techniques, où on décompte seulement 22% de femmes. Nous demandons des CDI et non des CDI Intérims qui se multiplient dans ces unités. Si aucune dynamique d’inversion ne se fait, les femmes seront rapidement RARES dans toutes les unités.

QUAND LA MIXITÉ DES BUDGETS SALARIAUX MAINTIENT LES INÉGALITÉS
Les organisations syndicales ont obtenu ces moyens en 2011, malheureusement la mixité de ces budgets a souvent induit une dérive de la finalité de ces mesures. Nous revendiquons une application et un suivi au plus près de ces lignes budgétaires. Seules 26%** des promotions sont des promotions de femmes (hors budget égalité professionnelle et « Promotions Reconnaissances à l’Ancienneté* »), alors qu’elles représentent 37% des effectifs ; ces chiffres mettent à jour une véritable tentative de manipulation de la Direction pour masquer les inégalités de traitement
avec l’intégration des mesures Egalité Professionnelle et les PRAs*. Par cette action scandaleuse, la Direction fait monter artificiellement le taux de promotion des femmes à 39.7%.
Les organisations syndicales ne sont pas dupes et révèlent un défaut de loyauté flagrant de la part de la Direction.

Les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, SUD demandent à la Direction d’assurer les conditions d’une reprise de négociation loyale, en mettant à leur disposition les éléments nécessaires à la construction d’un accord « Égalité Professionnelle » à la hauteur des attendus des salarié.e.s.

Dans cet objectif, les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, SUD travaillent ensemble à des mesures efficaces pour toutes et tous.

 

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange