ACTUALITÉS

Vie au travail

UAT demain : Quel Bilan ?

Depuis début 2018 Orange ré-internalise les flux RD3 (37me appel du client dans les 7 jours) dans ses Unités d’Assistance Technique. La Direction Client Grand Public nous a expliqué qu’il était important pour le client, après 2 appels infructueux, d’avoir comme interlocuteur un conseiller en interne qui le suivra ensuite de « bout en bout ». Le but étant de réduire l’insatisfaction des clients. La DCGP nous a aussi expliqué que pour le conseiller en UAT, traiter ce flux ne poserait pas de problème particulier si ce n’est un « changement de posture » (empathie et discours client modifié).

Qu’en est-il vraiment ?
Ce n’est pas l’insatisfaction des clients qui a baissé mais plutôt la réitération des appels. En effet le client appelant pour la 3éme fois (ou plus) est rarement satisfait et très souvent « remonté ». Par contre le client étant pris en charge par le conseiller UAT ne rappelle quasiment plus puisque c’est le conseiller qui le fait (c’est bon pour les stats moins pour le client).
Pour le conseiller,
le flux RD3 est stressant et fatiguant.
Les clients sont, la plus part du temps, très mécontents, voir énervés, et le conseiller n’a pas de réponse précise à lui donner. L’organisation des Unités d’Intervention avec un recours à la sous-traitance de plus en plus important ne permet pas aux conseillers de donner au client la date précise de son rétablissement. Les appels sont plus difficiles à traiter et il n’est pas rare de voir des conseillers « péter les plombs » sur les plateaux.

…/…

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°798 : L’hiver est fini !

Faire l’éventail des mauvais coups sur le terrain social, c’est comme dans l’entreprise lorsque l’on regarde les propositions salariales lors des négociations annuelles obligatoires (NAO), chacun convient de l’absence de réelles réponses aux attentes collectives tout en cherchant comment s’y résoudre individuellement. Et l’exercice est le plus souvent cruel pour tous !
Mesurons, par exemple, les annonces telles que l’exonération de la taxe d’habitation, la négociation sur l’assurance chômage et celle sur le statut de l’encadrement, le déploiement des méthodes de management par le ratio économique, les retraites, les NAO…
Depuis plusieurs mois, gouvernement et patronat mènent, de concert, ce qui s’apparente à une véritable campagne de dénigrement médiatique à l’égard des cadres.
Est-ce que ce « cadre bashing » apporte de réelles réponses en termes d’amélioration des conditions de travail, de hausse des salaires, d’accès à des services publics de qualité et de proximité, de lutte contre le chômage ?
Pour notre Union Fédérale des Cadres CGT-Fapt c’est clairement NON, et les raisons de se mobiliser le 19 mars 2019, prochaine journée nationale unitaire et interprofessionnelle de grèves et de manifestations, ne manquent pas.
Gagnons une définition interprofessionnelle du statut de l’encadrement et une protection sociale (chômage et retraites) réellement solidaire, faisons entendre nos propositions alternatives sur la fonction publique et les services publics et enfin…faisons un peu de place au printemps !

Besoin de reconnaissance
Les managers d’Orange sont envoyés ‘au front’ pour mettre en oeuvre l’Accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications, sans en avoir le budget ni les marges de manœuvre nécessaires. Seulement 30 % des objectifs de l’accord (signé par CFDT, CFE/CGC et FO) ont ainsi été réalisés en plus de 2 ans… La CGT n’a pas signé cet accord axé sur la compétition entre les salariés, l’évaluation subjective de pseudo-compétences comme le « savoir être » et qui occulte les qualifications, les diplômes, le statut et l’expérience des salariés : une source de désaccords et de conflits entre salariés et managers devenus cautions d’un accord galvaudé. La CGT demande à la direction d’arrêter cela et de favoriser l’emploi et l’augmentation des salaires.

Augmentations au rabais
La négociation salariale doit porter sur le partage de la valeur ajoutée et sur la reconnaissance de « l’investissement et la ténacité des salariés qui se sont surpassé » encensés par F. Dulac. L’entreprise se porte si bien qu’elle peut augmenter les dividendes et verser 1,9 Mds € aux actionnaires empruntant et aggravant la dette, ce qui correspond à 20 000 € par salariés pris sur la part des salaires. S. Richard annonçait « qu’on lâche du lest. » Dans ce contexte favorable à la négociation, la CGT demandait le rattrapage de nos salaires cadres sous le plafond de la sécurité sociale, d’en faire notre minima à l’embauche et de satisfaire nos besoins d’augmentation de 6 %, suite à nos réponses à la consultation CGT, aux gains de productivité et aux efforts reconnus. Mais la Direction ne propose que des miettes avec 1,6 %. Pour peser sur les négociations, la mobilisation s’impose !

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres N°797 : L’égalité, toute une histoire !

Alexandra Kollontaï*, un nom aujourd’hui un peu oublié. Cette femme politique russe puis soviétique a pourtant beaucoup contribué aux nombreux dé-bats sur le féminisme engagés depuis le début du XXème siècle. Dans les années soixante-dix, au moment où le féminisme en France est au plus fort, ses textes sont publiés en français, presque introuvables à présent. Au hasard d’internet, mais aussi des bouquinistes, il est encore possible d’apprécier les multiples facettes de cette femme au destin exceptionnel. Décriée et adulée en son temps, c’est avant tout l’élégance de sa plume que retrouvera le lecteur.
Elle a participé à la première conférence de l’Internationale socialiste des femmes, le 17 août 1907, à Stuttgart (Allemagne). En 1910, son exil l’amène à accompagner la femme politique allemande Clara Zetkin (qu’elle aide à créer la Journée internationale pour les droits des femmes, le 8 mars) à la deuxième conférence qui se tient à Copenhague et se rend ensuite dans toute l’Europe occidentale, faisant connaissance avec les plus importantes figures du socialisme international, comme Karl Kautsky, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.
Proposer aujourd’hui de redécouvrir une « pionnière » du combat pour l’égalité, c’est se dire que le sens d’un cadeau pour toutes et tous, est de remettre en perspective les nombreuses initiatives organisées à l’occasion du 8 mars comme symboles d’un chemin encore long pour qu’une moitié de l’humanité incarne réellement son avenir.
* La Révolution, le féminisme, l’amour et la liberté d’Alexandra kollontaied. Le Temps des Cerises

La grande illusion de la reconnaissance
Le bilan de la mise en oeuvre de la décision unilatérale d’Orange en 2018, suite à l’absence d’accord salarial, a été fait. Le moins que l’on puisse en dire, c’est que si des cadres pouvaient croire dans la reconnaissance de l’entreprise, c’est la grande désillusion.
En effet 35% des cadres n’ont eu que 325 € d’augmentation individuelle, et 5% rien …
Concernant la reconnaissance, il y a eu 19,4% des cadres qui ont eu une mesure de reconnaissance (MEC, promos, mesures ARCQ), soit le même pourcentage que les années précédentes. Une reconnaissance meilleure avec l’ARCQ ? C’est tout vu !
Et Orange rémunère toujours 25% de ses cadres à moins de 40 k€ annuels bruts, soit environ 2 500 € nets mensuels pour des qualifications toujours plus fortes !
Battle Royale
Le projet de réorganisation des Directions Orange use d’une belle logorrhée visant à cacher l’absence d’arguments et les buts recherchés. « Pas d’impact sur les effectifs ».
Pourtant le rapport Syndex en dit long. On passe de 199 à 139 managers, la Direction en nomme 60 « experts » sans définir le terme, leur accompagne-ment ou ce qu’il adviendra de leurs équipes : 20 à 25 salariés par direction d’état-major devront se « recaser ». Le dossier stipule que la définition des DO et Direction Client « n’est pas définitive et reste à affiner ». Beaucoup d’incertitudes sur l’avenir des cadres concernés. Une seule certitude, ce n’est qu’une première étape !
La Direction cherche par tous les moyens à réduire la masse salariale, créant des situations dont les impacts psychologiques seront lourds de conséquences !

 

En complément…

Lire la suite

Emploi

Orange : Salariés-es de l'AG PRO PME RELEVONS LA TÊTE !!!

Édito
La France est championne d’Europe des dividendes versés aux actionnaires avec un record de 57,4 milliards d’€. Et nous sommes devenus vice-champions d’Europe du nombre de millionnaires. Ces millionnaires, rappelons-le, ont bénéficié de la suppression de l’ISF.
Sur l’année 2017-2018, c’est plus de 40 Milliards d’€ de cadeaux faits aux entreprises en guise de CICE. Le capital n’a jamais coûté aussi cher à la société, jamais les plus riches n’ont atteint de tels niveaux de richesses. Et Orange compte au nombre de ces entreprises privilégiées.
Comment accepter, en France que les 500 plus riches gagnent 1 600 fois plus que la moyenne de ce que perçoivent les plus pauvres ?
Comment accepter qu’à Orange tous les salariés n’aient pas bénéficié de la prime exceptionnelle de fin d’année (dite Macron) !!!
Les négociations salariales vont s’ouvrir, la CGT vous invite à répondre à la consultation sur les salaires, afin que nos négociateurs portent l’ensemble de vos revendications en matière de salaires, de promotion, d’égalité salariale etc …

http://consultationsalaires.cgtfapt-orange.fr/

La fusion des Agences PRO et PME aggravent considérablement les conditions de travail. Comme dans toute fusion, les cadres ont été les premières victimes des réductions drastiques d’emplois maintenant c’est au tour des salariés des services transverses, RH, formation, marketing, process.
Les salariés-es ont besoin de tous ces services pour pouvoir bien travailler. Ce qu’il manque ce sont des emplois.

…/…

En complément…

Lire la suite

Cadre

Pour la CGT, il faut revaloriser le rôle des Cadres à Orange

L’Union Fédérale des Cadres CGT dénonce la situation difficile des cadres à Orange, et tout particulièrement des managers de proximité

La négation de notre rôle contributif !
Le rapport des médecins du travail confirme les nombreuses alertes CGT sur le mal-être et la souffrance des salariés. Le forfait jour et le mythe du cadre qui n’aurait pas d’horaire accroît d’autant plus les problèmes de dégradation de nos conditions de travail, de l’intensification de l’activité et de notre charge de travail, le tout menant à une augmentation des situations de surmenage, conséquences directes du plan de maîtrise des dépenses « explore 2020 » et de la gestion de l’emploi qui fait fondre la masse salariale d’Orange d’année en année.

Le burn out, en explosion, est le 1er facteur de l’augmentation des arrêts de travail en 2018.
Alors même que l’enjeu est aujourd’hui de réussir une mobilisation des capacités humaines, par des relations de travail qui donnent du sens et favorisent la coopération, la créativité, l’ouverture, la transparence et le partage des connaissances pour gagner l’engagement, les nouvelles méthodes de travail, mise en place par la Direction sont jugées déshumanisantes et contre- productives par toutes les récentes études. Elles privent les managers d’autonomie, de responsabilités et du sens même de leur travail en leur refusant tout rôle contributif dans la bonne marche de l’entreprise.

Nos perspectives d’avenir passent par le renforcement de notre statut cadre
Pour la CGT, d’autres choix sont possibles. Le statut cadre doit être renforcé afin de permettre aux cadres et aux managers en particulier de prendre toute leur place dans leurs rôles et leurs activités.
Il s’agit de revoir les pratiques managériales imposées par la Direction afin de valoriser le « bien travailler », et concevoir des solutions organisationnelles partagées.
Nous sommes de plus en plus soumis à des décisions politiques de plus en plus autoritaires au service d’objectifs financiers de court terme en contradiction avec les besoins sociaux, environnementaux et économiques.
C’est en nous donnant les moyens et des marges de manœuvres que nous deviendrons les acteurs clés impliqués au cœur des décisions et garants de l’équilibre entre :
● les relations sociales et humaines garantes du bien-être au travail et d’un modèle social de qualité ;
● la performance des salariés (formations, reconnaissance des compétences, autonomie) ;
● la performance économique (objectifs et business).

…/…

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Notre santé avant les profits

Dans un contexte de crise sanitaire, la CGT FAPT se mobilise pour la santé du personnel d'Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange