ACTUALITÉS

Cadre

Flash cadres n°773 : Réforme des retraites : un choix de société !

Branche Télécoms

Une CGT pour les cadres Les résultats des élections professionnelles qui se sont tenues à Orange en novembre, placent la CGT au 3ème rang. Les destructions d’emploi depuis les élections précédentes, dans le collège employés, où l’érosion de notre électorat est la plus forte, n’ont pas été sans répercussion sur ces résultats. Les trop rares recrutements dans l’entreprise, se faisant à bac +3 ou bac +5, contribuent à ce que la part des cadres ne cesse d’augmenter dans le salariat d’Orange. Pour autant, et ce malgré les moyens démagogiques plus que contestables déployés par une certaine organisation catégorielle de cadres, la CGT a plutôt tendance à se maintenir, voire à progresser sur les collèges agents de maîtrise et cadres, alors même qu’elle n’a pu être en mesure de présenter des candidats cadres sur tous les périmètres. Cela témoigne de la vitalité de notre syndicalisme et des attentes des salarié•e•s, pour qui la CGT apparaît –à juste titre !– comme la seule force à même de contrer les attaques du patronat et des derniers gouvernements à l’encontre de tout le salariat, et tout particulièrement des cadres, trop souvent cobayes en matière de dégradation, pardon, de « modernisation », des conditions de travail. Les enseignements à tirer globalement de ce scrutin sont plutôt simples : les élu•e•s cadres de la CGT doivent être à la hauteur des enjeux mais, surtout, nous devons permettre à toutes et tous à Orange de voter pour la CGT des cadres. Pour ce faire, encore faut-il que des candidat•e•s cadres portent les couleurs de la CGT partout à Orange… alors, aux prochaines élections, qui arriveront dès novembre 2019, n’hésitez plus, devenez candidat-•e•-s CGT !

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash cadres n°772 : Pour les cadres, pas de renoncement !

Lorsque les frimas de l’Automne s’installent, ils ne dessinent pas seulement des limbes autour des cortèges de manifestants dits « traditionnels », ils marquent surtout la réalité d’une continuité dans les attentes sociales insatisfaites. Nos collègues en charge de la responsabilité d‘un service le rappellent à l’envi : c’est le moment où l’on est comptable d’une communauté de travail ou d’une sphère d’autonomie au bord de la rupture. Il n’y a rien dans ce constat qui ne laisse de place aux variations saisonnières ! En effet, alors que le processus de luttes contre les ordonnances Macron vient de mar-quer une nouvelle étape ce 16 novembre, la conflictualité dans les entreprises de notre secteur reste non seulement visible mais réin-terroge les cadres sur leur perception de cet affrontement social.
Les exemples de grèves à La Poste à la distribution sont signifiants car ils placent l’encadrement de proximité dans une nécessité de dialogue sans réels moyens d’appor-ter du contenu. Pour les directions territoriales ou de métiers, laisser les cadres livrés à eux-mêmes devient la règle ! Et que dire des plans dits de « continuité de service » érigés en plans de communica-tion et d’une logique économique désastreuse ? Les cadres « désignés volontaires » se retrouvent alors dans ces circonstances aux marges de la légalité et des règles les plus élémentaires de sécurité.
La débauche de moyens utilisés dans ces exemples par La Poste ne peut qu’interroger lorsque l’on rappelle que les origines de ces conflits sont souvent liées à la difficulté des salariés à accomplir leurs missions au regard d’organisations qu’ils jugent déficientes.
Faire entendre une parole alternative, exiger la prise en compte de la part contributive des cadres, cela reste pour l’Union Fédérale des Cadres la première exigence si l’on ne veut pas se résigner à l’étau social dans lequel nous enferment nos directions.
Des élections Orangées:
Les élections professionnelles à Orange se sont tenues du 7 au 9 novembre dernier, il s’agissait d’élire à la fois les représentants des salariés du groupe Orange au Conseil d’Administration et les représentants des salariés dans les CE et en DP. Avec 8708 voix sur 47718 inscrits et 30263 exprimés dans le collège non cadre, la CGT est largement en tête et obtient un élu au Conseil d’Administration, le second siège est attribué à Sud.
Pour ce qui concerne le collège cadre un second tour est en cours.
Pour ce qui est des élections dans les CE, sur 88594 inscrits, tous collèges confondus, et 61011 exprimés, la participation s’élève à 72,30%, soit 1,31 point de moins qu’en 2014 mais avec aussi 9051 inscrits de moins.
Notons, tout de même que cette participation est différenciée d’un collège à l’autre car si les cadres se sont exprimés à 74,49%, et les agents de maîtrise à 74,25%, le collège employé n’a voté qu’à 62,76%.
Néanmoins cette participation, de bon niveau, fait mentir le patronat quant à la soit disant désaffection des salariés pour les organisations syndicales ! La CGT avec 10486 voix et 17,19% devient la 3ème organisation syndicale chez Orange, la CGT remercie les salariés qui ont voté pour ses listes. Ces résultats sont à examiner par périmètre car ils sont très nettement différenciés d’un établissement à l’autre, d’un collège à l’autre en tenant compte notamment des collèges cadres que nous n’avons pas pu monter pour les DP faute de candidats. Pour les Délégués du personnel un second tour aura lieu sur certains périmètres les 21 et 22 novembre, nous appelons les personnels à voter CGT !

 

Lire la suite

Cadre

Flash cadres n°771 : La CGT dit NON à la baisse des retraites !

Suite à l’accord du 30 octobre 2015, que la CGT a combattu, les régimes ARRCO et AGIRC vont disparaître le 1er janvier 2019 pour être remplacés par un régime unique complémentaire qui servira de référence au gouvernement pour élaborer sa réforme des régimes de base et spéciaux. En gelant définitivement les ressources financières de ce nouveau régime, le Medef veut imposer la baisse généralisée des retraites qui seraient ainsi de moins 9% dans les 15 ans. Aujourd’hui les cadres sousrémunérés ont une Garantie Minimale de 120 Points (GMP) de retraite/an. Cette disposition disparait au 01/01/2019. La CGT avait demandé le passage de la GMP à 150 points, ce qui permettait à la fois d’augmenter la pension des cadres et de renflouer les caisses. Pour liquider leur retraite avant 67 ans sans pénalité, les personnes nées après le 01/01/1957 devront travailler un an de plus, sinon 10% d’abattement seront appliqués pendant 3 ans. Toutes ces mesures sont faites pour contraindre les cadres à épargner pour leur retraite avec tous les aléas bancaires que cela comporte. La CGT a porté 2 mesures de financement qui suffiraient pour obtenir l’équilibre des comptes du futur régime unique : Créer une contribution patronale pour l’égalité salariale Femme/Homme, avec un taux initial de 1% modulé en fonction de l’amplitude des écarts et diminuant au fur et à mesure que les inégalités se réduisent. Soumettre, au taux de 10%, des éléments de rémunérations à cotisation patronale comme l’intéressement, la participation, l’épargne salariale, etc. Ces mesures permettraient d’empêcher la baisse des retraites et rétablirait un bon niveau de pension par rapport au salaire de fin de carrière.

Branche Télécoms

Orange, les salariés vont choisir leurs représentants : Du 7 au 9 novembre 2017, les salariés d’Orange vont voter pour élire leurs élus au Comité d’Établissement (CE) et leurs Délégués du Personnel (DP), qui vont les représenter auprès des directions locales et nationales. Pourquoi faut-il que la CGT soit plus forte à Orange ?

  •  Pour la défense des droits et garanties : la représentativité de la CGT est un enjeu majeur de ces élections.
  •  Pour l’amélioration des conditions de travail.
  •  Pour l’emploi Pour l’égalité professionnelle Femmes/Hommes.
  •  Pour garantir l’avenir d’Orange et de ses salariés. Ensemble décidons de notre avenir, et votons pour des candidat-e-s pleinement engagé-e-s !
Lire la suite

Communiqués de presse

Pour le progrès social : Toutes les raisons d'agir ensemble le 16 novembre

Dans le prolongement des journées d’actions des 12, 21, 28 septembre, 10 et 19 octobre, la CGT FAPT appelle l’ensemble l’ensemble des salariés des activités postales et de télécommunications à poursuivre la mobilisation en décidant dans chaque entreprise et service de leur engagement avec les salariés des autres professions, les retraités, les privés d’emploi, les jeunes, dans le cadre de l’action nationale unitaire du 16 novembre et de leur participation aux grèves et manifestations partout en France.

Les nombreuses luttes qui se développent dans notre secteur d’activités, décidées collectivement, sur les lieux de travail permettent d’obtenir des avancées en terme d’emplois, de conditions de travail, de revalorisation des salaires, de respect des IRP et droits et garanties, de service public…

C’est notamment le cas à Viapost Logistique Connectée des sites de Macon, Hénin Beaumont et Angers qui obtiennent le rétablissement de leur site DP de proximité en lieu et place de la Délégation Unique du Personnel, à La Poste et à Orange où les luttes imposent la transformation de nombreux d’intérimaires et CDD en CDI comme dernièrement à Calvi, les salariés du centre d’appel de Conduent ont obtenu l’engagement de revalorisation de leurs salaires, à SOGETREL suite à l’action collective un salarié menacé de licenciement a été réintégré dans ses droits…

Toutes ces luttes portent un véritable coup à la loi travail que souhaitent nous imposer le patronat et le gouvernement, au dumping social et au développement de la précarité que veulent nous imposer les entreprises.
C’est pourquoi la CGT FAPT invite ses organisations à poursuivre et amplifier la campagne pour l’emploi stable et qualifié afin d’éradiquer la précarité dans les entreprises de notre secteur.

Elle appelle à poursuivre les contacts unitaires à tous les niveaux et à multiplier les réunions de syndiqués, avec les salariés pour décider de leur engagement dans l’action le 16 novembre pour gagner sur les revendications qui s’expriment à partir du vécu dans toutes les entreprises du secteur pour la défense et la conquête de nouveaux droits.

La CGT FAPT appelle l’ensemble des salariés des activités postales et de télécommunications à la rejoindre en adhérant et en votant pour les candidat(e)s de la CGT lors des scrutins électoraux à Orange du 7 au 9 novembre et en décembre à Mediapost.

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Les 8 Métiers de technicien d'intervention fusionnés en UN SEUL !

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord Reconnaissance des Compétences et des Qualifications, le 25 septembre dernier s’est tenu le 2e Comité Technique d’Évolution des Métiers où la direction a présenté la méthodologie sur l’étude du métier de Technicien d’Intervention tant au niveau de la simplification du référentiel Métier qu’au niveau des éléments de compétences et des différents paliers qui les composent ainsi qu’une visibilité sur les évolutions professionnelles possibles. Les nouvelles définitions de compétences permettront les attributions des Mesures Emploi Compétences (MEC) et Promotions (contenu enrichi).

Et le moins que l’on puisse dire c’est que la filière métier de l’Intervention ne fait pas dans le détail en terme de simplification du référentiel métier puisqu’elle propose de passer de 8 métiers de Technicien d’Intervention (TNE42A à TNE42D, TNE52A, TNE52C, TNE52G, TNE71B) à un seul métier Technicien d’Intervention bande C et D. Quel que soit le domaine : Grand Public, BL, Entreprise, RS, réseau mobile, etc. tout est mélangé. La direction considérant que le socle commun est le domaine de l’intervention et donc qu’un seul métier est suffisant.

Pour la CGT, le message est clair : l’accord Reconnaissance est une opportunité pour l’entreprise de revoir l’ensemble des compétences des différents métiers en serrant la vis sur la polyvalence et poly compétences. En fusionnant l’ensemble des métiers de technicien, non seulement il y a risque de perdre les compétences clés puisqu’elles ne seront plus mises en exergue dans un référentiel métier mais le niveau d’exigence sur les compétences techniques sera accru puisqu’elles seront regroupées derrière un seul métier : la montée en compétences risque alors d’être permanente.
Ce que la CGT revendique :

  • l’ouverture d’une négociation nationale et locale sur l’étude du métier de Technicien d’Intervention,
  • le positionnement du métier de Technicien a minima en D vu l’importante évolution et complexification du métier ces 10 dernières années et l’évolution à venir,
  • le positionnement du métier d’expert en D-Bis,
  • de réelles perspectives d’évolution de carrière dans les métiers techniques,
  • une reconnaissance collective pour tous compte tenu des efforts passés et demandés,
  • l’application de l’article 1.3 de l’accord avec passage à un niveau supérieur pour tous les Techniciens d’Intervention qui n’ont pas bénéficié d’une promotion depuis plus de 10 ans,
  • la reconnaissance des formations qualifiantes,
  • une reconnaissance collective systématique à chaque évolution du métier,
  • le doublement du salaire garanti sur une carrière et la reconnaissance de l’ancienneté.

Pour la CGT, le compte n’y est pas et les premières propositions de l’entreprise sont loin de répondre à l’attente des salariés en terme de reconnaissance, de salaire et d’évolution de carrière sur le métier de Technicien d’Intervention.

La CGT vous invite à signer la pétition « Pour une autre reconnaissance de mon métier » et vous inscrire à la journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle du 16 novembre 2017 !

Lire la suite

PUBLICATIONS

Livrets

Septembre 2019

Édito: Cadres à Orange, rien n’est écrit d’avance !

Le 19 novembre, vont débuter les élections professionnelles à Orange. Ces élections revêtent un caractère particulier, car c’est la première mise en place du Comité Social d’Entreprise.

Il n’y aura plus qu’un seul vote : le CSE. Les membres élus désigneront ensuite les Représentants de Proximité (RP) sur les différents sites en tenant compte de la représentativité. Ils désigneront également les participants aux différentes commissions, dont la Santé et les Conditions de Travail.Si ces Instances Représentatives du Personnel changent tant sur la forme que sur le fond, la CGT, reste fidèle à ses valeurs et continuera de se battre avec vous, au quotidien, pour que vos revendications soient prises en compte auprès des directions.

Ainsi notre campagne revendicative sur les PPCR et la revalorisation des grilles indiciaires, s’inscrit dans les attentes de nos collègues fonctionnaires en termes de parcours professionnel et de revalorisation de leur rémunération. Notre campagne sur la reconnaissance, en lien avec ce que nous avons obtenu dans le cadre de l’accord salarial de 2019. Une grande majorité des salariés sont très mécontents de l’accord ARCQ. En cela nous nous démarquons des autres organisations syndicales qui ont signé cet accord. Pour autant nous avons gagné le doublement du budget permettant de régulariser la situation des salariés qui n’ont pas eu de promotion depuis plus de 10 ans, nous avons gagné 900 promotions supplémentaires dans le cadre du budget spécifique égalité Pro et enfin un complément au budget ARCQ (1 000 promotions en plus).

Au niveau du Groupe, nous avons une initiative mondiale sur l’emploi, la rémunération, la reconnaissance, les conditions de travail et l’arrêt des projets de restructuration/externalisation. Ce sont autant de sujets qui sont dans les préoccupations des salariés d’Orange et des entreprises sous-traitantes, dans les services en France comme à l’étranger. Dans l’accord mondial égalité professionnelle, nous avons gagné la suppression des écarts salariaux au plus tard en 2025, ainsi que la prise en compte des violences au quotidien et au travail.

Vous le constatez, dans chaque négociation, chaque instance IRP, la CGT est force de propositions. Que ce soit sur l’emploi et l’insertion des jeunes dans le cadre de l’accord intergénérationnel, le droit à la déconnexion ou encore sur la vision des gains de productivité dans l’accord numérique… Nous militons pour construire le numérique autrement afin qu’il soit synonyme de réels progrès sur le plan humain, économique, social, et environnemental, et ne détériore pas les conditions de vie et de travail.

Nous revendiquons la reconnaissance de notre professionnalisme afin d’exercer pleinement nos métiers et nos responsabilités, en prenant toute notre place dans la construction des orientations et des décisions, y compris dans la conception de projets alternatifs. Nous revendiquons, enfin, de manière interprofessionnelle un statut de l’encadrement qui reconnaisse l’expertise et la technicité, qui légitime son rôle au sein du collectif de travail et qui permette de tirer les grilles de salaires vers le haut.

Nous sommes actuellement en pleine bataille contre la réforme des retraites. Ce que nous portons permet de faire la différence avec les autres organisations : les citoyens et les salariés sont au coeur de nos préoccupations.

Voter CGT, c’est aussi avoir la volonté d’une autre répartition des richesses pour le progrès social !

 

Autres publications 

VIDÉOS

Animation CGT FAPT Salaire

Pourquoi faut-il augmenter les salaires? Contrairement aux idées reçus, il est possible de reconnaitre le travail des salariés. La CGT FATP fait des propositions.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange