ACTUALITÉS

Non classé

Offres aux salariés d’Orange Une arnaque sur toute la ligne

Les négociations « Offres aux salarié-e-s » sont très mal engagées ! Pourtant les attentes des salarié-e-s étaient grandes, avec l’intégration de l’ensemble du catalogue Orange à la remise à 60%, notamment l’offre OPEN, offre détenue par 35 000 salariés. Mais aussi sur les nouvelles offres et services proposés par Orange à ses clients, comme par exemple Orange Bank. Force est de constater que la direction n’est pas venue avec les mêmes intentions, son objectif étant une nouvelle fois de faire des économies sur le dos du personnel en rognant sur leurs avantages.

Une arnaque sur toute la ligne !

À l’origine, l’accord relatif aux conditions d’accès des salarié-e-s d’Orange SA, aux offres téléphoniques et internet fixes, négocié en 2014, n’avait qu’un seul but : supprimer les Lignes de Services à Forfait. L’entreprise a donc proposé une remise de 60 % sur certaines offres et 120 € de VOD annuels pour ceux qui abandonneraient la LSF. Aujourd’hui, la direction arrive à ses fins, puisque les salarié-e-s ayant opté pour la remise à 60 % sont plus nombreux que ceux ayant gardé la LSF.

Maintenant, elle s’attaque aux avantages salariés pour faire des économies.

Des économies sur le dos du personnel

En supprimant la subvention des terminaux mobile et la VOD, l’entreprise veut réaliser des économies. En effet, la VOD oblige Orange à reverser les 2/3 du crédit VOD aux auteurs alors qu’offrir OCS ne lui coûterait rien.
Elle refuse d’étendre la remise à 60% pour OPEN, au prétexte que cela coûterait 26 millions d’€ à l’entreprise. Dans le même temps, cela ne dérange pas la direction d’augmenter le dividende de 0.5 cts, ce qui coûtera à l’entreprise 133 millions d’€ soit 5 fois le coût supposé de la remise OPEN.

Alors que les salariés sont « les ambassadeurs » d’Orange, voilà comment la direction les traite.

Une démarche unitaire à l’initiative de la CGT

Face à cette situation intolérable, la CGT a proposé un courrier commun à l’attention du PDG d’Orange afin que cette négociation permette aux salariés de maintenir leurs avantages existants et bien évidemment de les étoffer. En effet l’entreprise veut supprimer le crédit VOD de 120 € pour le remplacer par OCS, arrêter la subvention de 30% des terminaux mobiles pour les offres mini et Zen.
Suite à ce courrier commun la direction propose de maintenir 30 € (soit 5 films) de crédit VOD en plus de la gratuité d’OCS, ce qui est largement insuffisant.
Une prochaine séance négociation est prévue le 12 avril 2018.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres 781 : Pour nos droits le 19 avril

Le grand Couac
Décidément la négociation salariale à Orange pour 2018, partie sur de mauvaises bases, en ne pre-nant pas en compte les bons résultats de l’entre-prise et l’inflation prévue, s’est terminée sur un couac retentissant !
Aucune organisation syndicale n’a signé l’accord proposé, une quasi première !
Quelle gifle pour une direction qui vante à longueur de temps son modèle social et qui prétend mettre l’humain au centre de ses préoccupations.
Pour la majorité des cadres il n’était prévu que 450 € bruts annuels en minimum garanti : merci Pa-tron !
Force est de constater que notre entreprise préfère choyer grassement les actionnaires plutôt que de remercier ses salariés.
C’est donc une décision unilatérale qui va s’appli-quer, sans savoir à quel niveau pour les salariés.

Mobilisés !
Les résultats d’Orange sont bons, le gouverne-ment Macron croit au ruissellement, mais il sem-blerait que ce soit inondation pour les actionnaires et sècheresse pour les salariés.
Orange a de nouveau décidé de remercier ses actionnaires en augmentant les dividendes de 16% (sur 2 ans) alors que les salariés doivent se contenter d’augmentations ne suffisant pas pour compenser l’inflation.
La CGT invite donc, à l’occasion de l’AG des ac-tionnaires le 4 mai, à un déploiement dans les ser-vices pour échanger avec les salariés sur la ques-tion de la redistribution des richesses.
Cette action doit cibler tous les salariés et vient en complément des mobilisations déjà prévues pour dire non à la politique patronale de Macron, qui va dans un seul sens : tout pour la finance.

En complément…

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociations salariales à Orange : Un véritable camouflet pour la direction

L’unité syndicale maintenue, pas de signataire pour l’accord salarial 2018

Aucune Organisation Syndicale n’a signé l’accord proposé par la direction. Il ne répond pas aux besoins exprimés par les salariés. De par son attitude, la direction confirme que le personnel n’est qu’une variable d’ajustement et que la course aux profits et les actionnaires sont ses seules priorités!!!

Vers une décision unilatérale

Face à ce véritable camouflet, la direction s’entête et veut déjà mettre en application les ordonnances Macron en optant pour une décision unilatérale. Pour la CGT les négociations doivent reprendre sur de nouvelles bases. La mobilisation des salariés est impérative pour peser sur la négociation.

Un nouveau RDV manqué

Cette négociation montre une nouvelle fois le manque de considération de la direction envers ses salariés. Alors que le personnel d’Orange voulait récupérer le fruit de leur seul travail, la direction leur tourne le dos : baisse de la participation, suppression d’avantages/offres aux salariés, mesures d’augmentations salariales insuffisantes etc…

Une unité syndicale à l’initiative de la CGT

La CGT a construit et maintenu l’unité syndicale tout au long des négociations. Même au CCUES avec une déclaration commune des OS pour dénoncer des propositions en dessous des attentes du personnel. La direction a revue sa copie mais les propositions n’ont pas été à la hauteur des attentes.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres 780 : Les Cadres au 18 ème congrès de l’Ugict-CGT

Du 20 au 23 mars derniers, cinq cent cin-quante délégués CGT ingénieurs, cadres ou techniciens étaient réunis à Perpignan pour le 18ème congrès de l’Ugict-CGT. 550 délégués issus de toute la diversité des professions et des territoires pour débattre de l’activité spécifique et décider des priorités pour les 3 pro-chaines années.
Si ce congrès n’est pas une initiative inscrite, prioritairement, dans l’actualité économique et so-ciale, ses travaux ne s’en sont pas exonérés mais au contraire nourris assez largement.
Notre Union Fédérale des Cadres a choisi de partager, au travers de ce Flash-Cadres, plusieurs regards sur des moments forts vécus et écrits par des délégués cadres issus des activités pos-tales et de télécommunication.
L’ambition d’approfondir le dialogue avec les jeunes diplômés, la nécessité de porter clairement l’égalité Femmes-Hommes au sein du salariat en responsabilité, la volonté d’aborder un lieu de mémoire, Rivesaltes, comme un moment privilégié de réflexion collective et enfin rendre compte de plusieurs contributions prononcées en séance, en notre nom, constitue l’axe rédactionnel de ce numéro spécial.
En effet, un congrès est, traditionnellement, le rendez-vous d’une organisation avec ses militants. Mais pour nous, affirmer comme cela a été fait le 22 mars qu’avec la lutte, rien n’est écrit d’avance, c’est aussi rappeler que l’Ugict-CGT porte le message d’une CGT visible et ambitieuse parmi les cadres.

En complément…

Lire la suite

Non classé

Négociation Offres aux salariés : Une arnaque totale !

Après un peu plus de 3 ans de mise en application de l’accord relatif aux conditions d’accès des salariés d’Orange SA aux offres téléphoniques et internet fixes, la direction d’Orange SA a réouvert les négociations. L’entreprise confirme sa stratégie d’employeur « digital et radin ».

La fin du RTC étant programmé, par plaques géographiques, à partir de 2023, l’élimination  des Lignes de Services à Forfait (LSF) était bien à l’origine de cet accord. Et le meilleur moyen pour y arriver, c’est bien d’accorder une remise supplémentaire en cas d’abandon de la LSF. Et on peut constater que ce procédé fonctionne, le nombre de salariés ayant opté pour la remise de 60% dépasse maintenant celui ayant conservé la LSF.

Il est important de noter que la remise n’est pas vraiment de 60% (c’est un affichage), elle n’est en réalité que de 38% (après déductions fiscales).

Après 3 réunions, le constat est navrant, la négociation tourne à la mascarade. La Direction continue à vouloir faire des économies sur le dos du personnel et toutes les occasions sont bonnes pour en faire. C’est inadmissible !!!

Toutes les Organisations syndicales étaient venues dans une optique d’un élargissement des offres éligibles à la remise de 60 %, notamment pour l’offre « phare » d’Orange, alliant internet et mobiles, OPEN, détenue par 35 000 salarié-e-s. La Direction a décidé de faire uniquement le forcing pour une suppression du crédit VOD de 120 €, offre utilisée par environ 60 000 salariés en 2017, au profit de l’offre OCS.

Ce changement, que veut nous imposer la Direction, pourrait paraitre gagnant si l’on compare les 120 € de la VOD aux 156 € (13€/mois) de l’abonnement à OCS pour 1 an. Il n’en est rien, OCS étant souvent accessible aux salariés par l’entremise d’offres souscrites par ailleurs (option incluse dans certains forfaits), ce qui n’est pas le cas de la VOD ! Dans tous les cas, si la Direction arrivait à ses fins, elle réaliserait une bonne opération, actuellement elle reverse 84 €  (reversement aux éditeurs, producteurs, etc..) sur les 120 € de VOD, et 0 € pour OCS.

Faites le calcul, pas difficile de comprendre qui va gagner sur toute la ligne !

Et ce n’est pas fini ! La stratégie commerciale d’Orange sur le marché mobile grand public ayant évoluée,  les salariés vont en faire les frais. L’entreprise annonce ainsi  l’arrêt de la subvention sur les mobiles pour les offres entrée de gamme, MINI et ZEN, et donc la fin de la remise de 30 % sur l’achat de mobiles, ce qui va impacter 17 000 abonnements de salariés.

Elle rejette également la prise en charge à 30% pour le personnel retraité.

La CGT revendique pour tous les salariés d’Orange :

 

  • la gratuité pour une offre au choix
  • le maintien de la ligne de service à forfait pour tous ceux qui le désire
  • la reconduction du crédit VOD de 120 €
  • la prise en charge 60% des offres OPEN
  • une remise de 30% sur le catalogue pour les retraités
Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange