ACTUALITÉS

Emploi

Multilaterale emploi du 10 novembre

Acompte sur dividende 2021 : S.Richard considère que le constat de la CGT est  » malhonnête « .
Lors d’une réunion sur l’emploi le 10 Novembre 2020, les représentants CGT ont interrogés sur le choix de la Direction d’Orange d’annoncer une revalorisation de l’acompte sur le dividende pour 2021 de 0.10€ (budget de 250M d’euros) alors que dans le même temps elle demande aux salariés de se serrer la ceinture sur les augmentations annuelles. (Budget passant de 110M€ en 2019 à 60M€ en 2020).
Stéphane Richard rétorque que sa promesse d’un dividende de 0.70€ aux actionnaires en 2020 n’a pas été tenue (0.50€) et que les 0.10€ d’acompte 2021 ne combleront pas cette baisse. Au passage, il juge le parallèle fait par la CGT entre hausse du dividende et baisse des augmentations annuelles  » malhonnête « . Les salariés apprécieront les priorités données par leur PDG et la considération qu’il accorde à la CGT.

Une rentrée d’argent de plus de 2 Milliards d’euros en suspend…
Le rapporteur public a soutenu la position d’Orange dans un gros contentieux fiscal portant sur 1,9 milliard d’euros, en cours d’examen au Conseil d’État, a-t-on appris lundi 19 Octobre auprès de l’un des avocats de l’opérateur, François-Henri Briard. « Le rapporteur public a demandé de faire droit à la demande d’Orange », a déclaré Me Briard.
Si Orange obtient bien gain de cause dans la décision finale du Conseil d’état qui pourrait intervenir le 13 Novembre, il pourra alors récupérer la coquette somme de 1,952 milliard d’euros d’impôt qu’il avait été contraint de verser malgré sa contestation, majorés d’environ 600 millions d’euros d’intérêts moratoire, a ajouté l’avocat.
Interrogé à ce sujet lors d’une multilatérale avec les organisations syndicales, Stéphane Richard n’a pas souhaité s’avancer sur l’issue de cette affaire bien engagée et encore moins sur le réinvestissement qui pourrait être fait de ce magot. Nous ne manquerons pas le cas échéant de solliciter une utilisation de cet argent pour soutenir l’emploi et non pour satisfaire le gourmand actionnariat d’Orange.

Emplois départs et arrivées ! Malgré la bonne santé de l’entreprise ! On recrute à faible dose !
5127 départs en retraites, en 2019, seulement 4062 départs en 2020 dixit notre PDG. Il n’y a pas assez de départs, 5127+ 4062 = 9186 départs et seulement 1293 recrutements de CDI en 2020 (1/3 à Orange France, 278 en AE, 180 à l’intervention, 230 experts dont 37 dans la cybersécurité et la DATA). 4000 alternants sur 3 ans, ( main d’œuvre qui ne coute rien à Orange) et qui se retrouvent bien souvent à la fin de leur alternance sur le marché de l’emploi car Orange ne les embauche pas Les chiffres parlent d’eux même il y a beaucoup plus de départs que d’arrivées dans cette entreprise. Par contre la Direction regrette que les personnes en âge de partir à la retraite ne partent pas et ils vont pour cela renégocier un accord intergénérationnel, en 2021 comme cela était prévu de toute façon car l’accord tps se termine fin 2021 !!! La crise aurait ralenti les demandes de départs en TPS…

La direction après analyses se rend compte que ce sont les opérationnels qui portent, alors que les cadres supérieurs boudent le TPS…
Continuer à laisser partir les opérationnels risque de déstabiliser les équipes et ils devront embaucher, et c’est ce qu’ils veulent éviter !!!!
Si l’accord TPS qui se termine en Décembre 2021 est renouveler, il sera adapté de telle façon à faire adhérer les cadres supérieurs. On imagine déjà un accord discriminatoire pour les salariés non cadre.
Orange aurait des difficultés pour recruter durant la pandémie, les profils dont elle a besoin se font rares. Engage 2025 sera ajustée en fonction des résultats financiers, doit ‘on s’attendre à une coupe plus importante des emplois, que celle déjà annoncée? Enfin l’entreprise parle d’accompagnement pour la transformation, c’est-à-dire de former les salaries pour qu’ils bougent plus facilement là ou l’entreprise en aura besoin.
Orange a pourtant bien résistée à la pandémie, mais pense qu’elle se trouve dans un secteur mouvant.
L’entreprise souhaite pouvoir fluidifier l’emploi interne, va-t-on reprendre les mobilités forcées ?
Même si l’’entreprise dit qu’on ne reviendra pas au « TIME TO MOVE « des années 2000
Nous comprenons pourquoi ils mettent en place le rouleau compresseur des restructurations, dans toutes les unités, nous l’avons dit dans la déclaration préalable, ils veulent pallier aux départs ! Mais à quel prix pour celles et ceux qui vont rester. La Bataille de l’emploi dans notre entreprise est un enjeu majeur pour continuer à travailler dans de bonnes conditions et dans tous les départements. Ensemble nous devons exiger le remplacement de tous les départs !!!

PPCR:
Le nouveau DRH nous annonce fièrement que le conseil d’état a réglé le problème des fonctionnaires d’Orange et qu’ils vont partir avec des bonnes retraites. Il arrive c’est pour ça il n’a pas eu le temps de se pencher sur le sujet mais nous avons eu l’expérience de la première PPCR … une réunion se tiendra le 25 novembre et nous allons mettre en œuvre nous dit-il….
Depuis 2016 les fonctionnaires d’Orange attendent de bénéficier des quelques miettes contenues dans le PPCR. Le ministère de tutelle et la direction d’Orange font trainer le processus,.
Tous les motifs et aléas invoqués depuis plus d’un an, n’effacent pas le retard pris par Orange, Et n’oublions pas de rappeler que le gouvernement, en gelant immédiatement le point d’indice a conforté l’entreprise dans son choix de payer encore moins les fonctionnaires d’Orange.
La première phase du PPCR avec le système « prime à point » (6 points pour les non-cadres et 9 pour les cadres) n’a eu pour effet qu’une amélioration pour ceux qui partaient en retraite. La phase 2 sera du même acabit, puisque même revalorisé l’entreprise ne sortira pas plus d’argent lié à cette revalorisation des grilles indiciaires car elle utilisera encore le système « prime à point ». Ce système de vases communiquant entre le traitement indiciaire et le complément salarial
L’augmentation indiciaire est le socle de référence de la pension de la retraite des fonctionnaires, il est donc urgent que cette revalorisation soit une réalité, notamment pour le nombre important de fonctionnaires partant en retraite où s’inscrivant dans le processus TPS depuis 2016, il faudra exiger un effet rétroactif pour celles et ceux qui sont déjà partis.
Exigeons que le complément Orange soit intégré dans le calcul de notre retraite !!! Là Monsieur le DRH nous partirons avec des retraites plus élevées !

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

Fermeture et démantèlement du réseau cuivre Orange : l’affaire de tous !

La fermeture du réseau cuivre, encore utilisé par plus de 20 millions de Français, représente un chantier industriel majeur qui s’inscrit dans une démarche de modernisation des infrastructures numériques du pays. Il s’ancre dans le contexte du déploiement généralisé de la fibre optique sur l’ensemble du territoire initié dans le cadre du « Plan France Très Haut Débit ».

Une étape supplémentaire vient d’être franchie avec la publication par l’ARCEP des réponses à la consultation publique sur le plan de fermeture du cuivre d’Orange.

Les points clés présentées dans le plan d’Orange :
– 1er janvier 2026 : Arrêt définitif de la commercialisation des offres reposant sur le cuivre ;
– Fermeture technique et démantèlement progressif par lots de communes à partir de 2023 ;
– Disparition complète, fin du démantèlement à horizon 2030 ;
– Adaptation régulière du plan en fonction des retours ;

Pour la CGT FAPT, la communication doit faire partie des droits fondamentaux pour l’ensemble de la population et ne doit pas être une marchandise à la solde des intérêts purement économiques des différents opérateurs.
La fermeture du réseau cuivre ne doit pas accentuer la fracture numérique ni accroître les inégalités d’accès et de services rendus à la population, mais doit contribuer au développement et à l’aménagement des territoires, en particulier leur réindustrialisation !

La CGT FAPT réclame :
– L’accès au Très Haut Débit par Fibre Optique pour Tous, particuliers et entreprises, sur l’ensemble du territoire ;
– L’accompagnement sécurisé dans la transition pour l’ensemble de la population et des entreprises ;
– La sécurisation des services et systèmes reposant actuellement sur les réseaux cuivre : Accès aux Services d’Urgences (SAMU, Police, Pompier…), assistances médicales, ascenseurs, télésurveillance, terminaux de paiement… ;
– La création d’un Service Universel Très Haut Débit garantissant l’accès pour tous aux services, contenus et moyens de communications ;
-Le maintien de la qualité de service du réseau cuivre jusqu’à son extinction et son financement par l’ensemble des acteurs ;
-La mise en place d’un plan de reconversion professionnelle personnalisée pour tous les salariés impactés par ce projet.

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

La rentabilité d’Orange en progression

Les résultats financiers du 1er semestre sont solides. Ils confirment la très bonne santé financière de l’entreprise avec une progression de 3 % de l’Ebitda, une hausse de +605 Millions d’€uros du cash-flow organique à plus de 1,4 Milliard d’€uros, et un résultat net à plus de 1,5 Milliard d’€uros, lui aussi, en augmentation.

La progression de la rentabilité de 31 % s’explique notamment par une baisse des investissements d’Orange de -8,7% (eCapex). Le pic des investissements est derrière nous, comme pour le réseau fibre en fin de déploiement.
Ces bons résultats, notamment en France, sont le fruit du travail et des efforts de l’ensemble des salariés dans un environnement de crise sanitaire, d’incertitudes géopolitiques et sous les effets de l’inflation galopante, reconnait la nouvelle Directrice Générale.
Ce devrait être une bonne nouvelle pour les salariés d’Orange dans cette période de très forte inflation (+ de 6%). Malgré un cours de l’action toujours chahuté, la nouvelle Direction s’empresse de garantir cette année encore un versement de plus de 2 Milliards d’€uros de dividendes aux actionnaires. Sans surprise, la CGT s’y est opposée au Conseil d’Administration.
Les salariés de l’entreprise attendent plus que de simples remerciements de la part de la Directrice Générale d’Orange pour « leur engagement quotidien ainsi que leurs efforts ». Ils réclament eux aussi une garantie du maintien de leur pouvoir d’achat en perte de plus 4 % à ce jour et une réelle reconnaissance.
Dans un contexte de crise sociale, la CGT attend un signal fort de la nouvelle Direction à destination du personnel, notamment la réouverture immédiate de la négociation annuelle sur les salaires, et un plan de recrutements externes conséquents, permettant une maîtrise de bout en bout des activités, une qualité de service et une satisfaction client.
La Directrice Générale d’Orange présentera fin février 2023 de concert avec l’annonce des résultats financiers de 2022, le nouveau plan stratégique d’Orange, qui sera la feuille de route pour le Groupe pour les 10 ans à venir.
La force d’Orange c’est l’ensemble des femmes et des hommes qui la compose !

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

Nouvelle crise sociale chez Orange

Une délégation CGT en grève s’invite à la réunion du CSEC extraordinaire du 12 juillet consacrée à la souffrance au travail et aux suicides…
A la suite des derniers suicides et face à une dégradation généralisée des conditions de travail, la CGT a demandé et obtenu la tenue d’un CSEC exceptionnel relatif au climat social fortement dégradé.
Un piquet de grève a été organisé à l’appel de la CGT et SUD au coin de la rue Albert en préambule à l’ouverture de la séance.
Nous avons débuté la séance par des prises de parole d’une délégation CGT en grève, avec des représentants venant des UI, de l’USC, de DTSI et du syndicat CGT FAPT Télécoms Paris. Ils ont dénoncé au travers de témoignages de la réalité vécue par les salariés au quotidien :
• Retour du mal-être au travail au sein de l’entreprise et la triste réalité des suicides en UI ;
• Dégradation généralisée des conditions de travail et perte de sens au travail ;
• Forte inquiétude pour leurs métiers et leur avenir avec l’externalisation des activités, leur filialisation, la sous-traitance à outrance et le non-remplacement des départs ;
• Manque de reconnaissance de leur travail effectué et des efforts consentis.
Mise sous pression par la CGT, la direction reconnaît enfin que la situation est grave dans l’entreprise…
Orange ne peut plus nier la réalité que les différentes interventions de la délégation CGT et les membres CGT du CSEC ont rappelé avec force et émotions : nos vies valent plus que les profits de l’entreprise qui atterrissent sans effort dans les poches des actionnaires et des fonds de pensions.
Cette course folle aux profits est la cause du mal être qui se généralise chez Orange.

Orange poursuit ses projets de restructuration néfastes. C’est non !
En ces moments difficiles, nous attendions de la Direction transparence et honnêteté concernant notre demande d’informations détaillées sur la situation sociale.
Le document remis aux élus n’y répond en rien, la Direction se contentant de nous faire une revue des processus agrémentée de quelques statistiques.
Dès les premiers échanges, le dialogue a vite été rompu. Cela fait des mois que la CGT alerte sur la dégradation globale et continue des conditions de travail. Face à l’accumulation des accusations et témoignages de situations de salariés dénonçant les pratiques de l’entreprise, les premières réponses et remarques de la direction ont très vite créé un climat tendu et électrique au point d’écourter la séance.
Dans un contexte aussi pesant du procès France Télécom-Orange sur les suicides, et d’une nouvelle crise sociale, la Direction nous a profondément déçu. ET ce n’est pas la nouvelle Directrice Générale qui a soufflé sur les braises au cours de son « One Woman Show » qui va apaiser un dialogue social au plus bas !

Protéger la santé et la sécurité des salaries, c’est la priorité !
La direction doit tenir compte des alertes sur la souffrance au travail générée par les restructurations et réorganisations permanentes. Cela est mis en lumière avec gravité dans les derniers bilans sociaux et rapports de la médecine du travail et du Comité National de Prévention du Stress.
Orange doit prendre ses responsabilités maintenant. Elle doit cesser de nous expliquer que la fin justifierait les moyens pour atteindre ses objectifs du plan « Scale-up » de réduction des coûts drastiques d’un milliard net principalement sur le dos des salariés : importante saignée dans les effectifs ; rigueur salariale avec trois années consécutives de négociations salariales aux rabais se terminant par trois décisions unilatérales et contribuant à une perte importante de pouvoir d’achat des salariés ; réduction des mètres carrés par les projets immobiliers et la généralisation du flex-desk déshumanisant.

Fini les beaux discours ! La CGT réclame des actes concrets et forts… et quitte la séance en signe de protestation…
Rattrapée par une réalité dramatique, l’heure n’est plus aux belles intentions.
La CGT ne cautionnera pas la stratégie mortifère.

Pour la CGT, la direction doit :
• Arrêter d’être dans le déni et adopter une attitude responsable vis à vis des salariés ;
• Stopper TOUS les projets de restructuration néfastes et destructeurs pour les salariés ;
• Redéfinir une nouvelle stratégie en y mettant l’humain au centre ;
• Redonner la priorité à la protection de la santé et la sécurité des salariés avec un véritable plan de prévention et des préconisations en ce sens ;
• Restaurer un réel dialogue social de qualité ;
• Redonner des moyens aux représentants du personnel ; retour à des périmètres qui permettent de rapprocher les salariés et leurs représentants ; rétablissement des CHSCT ou à défaut que les CSSCT retrouvent la totalité des attributions des CHSCT ;
• Instaurer un nouveau pacte social avec tous les acteurs concernés (représentants du personnel, salariés, Service de Santé au Travail).

Le mal être se généralise à Orange. Les salariés attendent des engagements forts et immédiats. La situation actuelle ne doit pas perdurer, la direction doit se donner les moyens nécessaires pour mettre fin urgemment à cette crise sociale.

La sécurité et la santé des salariés ne doivent et ne peuvent faire l’objet d’économies !
Le renoncement fait mal aux salariés.
Leur mutisme est pire que la colère.

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

La CGT FAPT signe l’accord sur l’intéressement dans la branche des télécoms

La branche des télécommunications a négocié et signé, le 5 juillet 2007, un accord collectif portant mise en place d’un dispositif d’épargne salariale de branche constitué par :
– Un accord de branche de participation,
– Un PEI,
– Un PERCOI
L’accord sur l’intéressement, que la CGT FAPT a signé le 19 juillet 2022, doit permettre une amélioration consécutive du pouvoir d’achat des salariés travaillant dans des entreprises de moins de 50, sachant que ce sont celles et ceux qui travaillent qui contribuent aux bons résultats des entreprises.
Dans la période où la question du pouvoir d’achat et des salaires est la première des préoccupations des salariés, il semble important, dans la période actuelle, que la CGT, au travers un accord, puisse apporter un plus pour l’ensemble des salariés.
La CGT restera attentive à la mise en place de cet accord.
Dans le même temps, elle propose une augmentation générale des salaires, seule alternative pour les salariés pour vivre décemment, avoir accès à une nourriture saine, à l’éducation, aux loisirs et aux vacances. C’est aussi participer au financement de la protection sociale par les cotisations salariales et patronales.
D’ores et déjà, la CGT FAPT appelle l’ensemble des salariés à la rejoindre et à agir tous ensemble pour des augmentations salariales collectives, sur la base d’un SMIC à 2000 euros brut comme salaire de base minimum de première embauche, sans qualification et sans diplôme, ainsi que pour des déroulements de carrière et la reconnaissance des qualifications.

En complément…

Lire la suite

Non classé

CSEC du 05 07 2022: Une nouvelle crise sociale à Orange !

Pour la CGT, la situation est grave. Nous vivons une nouvelle crise sociale dans l’entreprise avec le retour des suicides, et une souffrance au travail en constante progression.
La machine à broyer est bel et bien de retour chez Orange, ex France Télécom, alors que le procès en appel de France Télécom vient de se terminer, avec un rendu attendu pour le 30 septembre 2022.
La parole des salariés se libère chaque jour un peu plus, ils expriment à nouveau leur mal-être et leur souffrance au travail.
Cette nouvelle crise sociale révèle que c’est bien la mise en œuvre de la stratégie d’Orange, axée essentiellement sur des plans successifs d’économies qui s’appuient majoritairement sur la réduction de la masse salariale.
Pour la CGT, l’heure n’est plus aux constats, il y a Urgence Sociale !
La Direction ne doit plus poursuivre voire accélérer à la demande de la nouvelle
Directrice Générale, sa stratégie comme si de rien n’était !
Pour la CGT, la Direction doit avoir pour priorité la protection de la santé et la sécurité des salariés.
La CGT a quitté la séance du Comité Central des 5 et 6 juillet, après une déclaration préalable expliquant que les projets présentés consistent à banaliser une situation maintenant dramatique, et ont comme objectif de poursuivre la mise en œuvre des réorganisations néfastes et destructrices pour les salariés.

La CGT réclame :
-L’arrêt de tous les projets de transformations en cours et futurs
-Des recrutements massifs pour pallier tous les départs et recréer des collectifs de travail en lien avec la charge de travail réelle
-Une réorientation de la stratégie globale de la Direction d’Orange

L’humain n’est ni une marchandise ni un coût ! Mobilisons-nous massivement le 12 juillet sur tous les sites d’Orange :
Nos vies valent plus que leurs profits !

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°33 Mars 2022

Edito : La CGT FAPT Présente au CA Orange SA

Magali Vallée (de l’Agence Distribution Ouest) a été élue au second tour des élections du Conseil d’Administration du Groupe Orange dans le collège « employés/agents de maîtrise » avec son suppléant Jean-Pierre Pilesi (de l’Unité Intervention Occitanie). La CGT FAPT confirme son siège au Conseil d’Administration d’Orange avec 30,72% des voix et remercie vivement encore les syndiqué·e·s, les salarié·e·s qui se sont mobilisé·e·s lors de cette élection.

Au Conseil d’Administration, comme au quotidien dans les services, nous allons continuer de défendre une politique orientée vers : l’investissement productif, la R&D, l’environnement, la création d’emploi, la hausse des salaires, l’amélioration des conditions de travail, mais également des droits et garanties de l’ensemble des salarié·e·s et la ré-internalisation des activités et des emplois.

Une « lettre de l’Administratrice CGT » va être remise en place afin de communiquer les informations importantes auprès des
salarié·e·s et des syndiqué·e·s.
Le changement de gouvernance, avec la nomination d’une Directrice Générale au 4 avril Christel Heydemann, ne sera pas synonyme de changement de cap pour la CGT. Nous nous battrons pour une rupture complète avec la stratégie actuelle de financiarisation, de dumping social et de suppression de personnels.

Notre syndicat revendique qu’Orange redevienne une entreprise de télécom modèle qui offre aux usagers des services de qualité, disponibles et accessibles partout sur le territoire. Remettre l’humain et le social au cœur des priorités de l’entreprise est indispensable.

Autres publications 

VIDÉOS

En direct du CSEC extraordinaire du 12 juillet 2022

Texte de la vidéo :
Dès le début de la séance CSEC extraordinaire consacrée à la souffrance au travail et aux suicides, la direction d'Orange a reçu une délégation CGT FAPT en grève venue témoigner de ce que vivent les salariés au quotidien (les différentes prises de parole sont disponibles en ligne).
Lire plus sur Youtube : https://youtu.be/6SrNAV9qeiI

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange