ACTUALITÉS

Communiqués de presse

Les héros, ces oubliés

A l’issue du conseil d’administration du 2 Décembre, Orange a dévoilé ses intentions sur l’attribution des 2,2 milliards d’euros perçus à la suite du litige fiscal qui l’opposait à l’état.
Orange affirme donc vouloir utiliser un quart de cette somme à « l’accompagnement de la transformation (…)pour gagner en agilité et performance ». Ces 500 millions d’euros serviront donc à accélérer les départs du groupe, et viendront amplifier les destructions d’emplois que le groupe subit depuis 3 décennies. La CGT rappelle que près de 30000 emplois ont été supprimés ces 10 dernières années. Orange utilisera donc ces fonds, perçus par l’état, pour supprimer plusieurs milliers d’emploi dans un pays qui va compter 1 millions de chômeurs supplémentaires … pourtant les besoins existent, notamment dans le domaine réseau, sous tension depuis plusieurs années et dans les agences distributions..
Les salariés sont les grands oubliés de la direction. En effet, la seule mesure les concernant et représentant une enveloppe d’une centaine de millions (soit seulement 5% du budget) est une offre réservée au personnel pour la souscription d’actions, et ne concernera qu’une minorité des salariés qui auront les moyens d’y souscrire. Pas de prime exceptionnelle pour compenser l’accroissement de l’activité lié à la crise sanitaire, pas d’intéressement ni de révision d’un ajustement du budget de la NAO (négociation salaire) qu’aucune organisation syndicale n’a signé. Les salariés, qualifiés de « héros », à grand renforts de communication sur l’intranet, apprécieront.
Dans le même temps, la direction prévoit de verser un dividende exceptionnel de plus de 500 millions d’euros après avoir déjà accordé une rallonge de 250 millions d’euros le mois dernier … On peut donc affirmer qu’Orange « propose une attribution juste et équilibrée au bénéfice des actionnaires, des actionnaires et des actionnaires… ».
Orange annonce son intention de racheter les minoritaires de sa filiale Orange Belgium à travers une OPA, pour un montant de plusieurs centaines millions d’euros, et annonce qu’une partie de ces sommes sera également allouée au développement de projets déjà en cours, notamment sur l’investissement dans les réseaux. Enfin, la direction utilisera quelques petites dizaines de millions d’euros pour la RSE, petit saupoudrage cosmétique afin d’essayer de ne pas ternir son image.
La direction a balayé d’un revers de main les propositions de la CGT. Plutôt que répondre au besoin d’emploi qui s’exprime, notamment dans le domaine réseau dans les territoires, Orange va utiliser cette manne pour accélérer les suppressions d’effectif. Le reste de l’enveloppe sera quasiment uniquement consacré à la rémunération des actionnaires.
Les salariés d’Orange sont les grands sacrifiés, cela devient coutumier. La CGT propose une prime exceptionnelle pour l’engagement des personnels, et une augmentation des mesures salariales à la hauteur des bons résultats financiers et de l’accroissement de la charge de travail, ainsi que l’obtention d’un 13ème mois.
Sur les questions de développement de l’entreprise, Orange propose donc une accélération des départs, et le rachat des minoritaires d’Orange Belgium, en voilà un projet fédérateur… Ces annonces sont à l’image du nouveau plan stratégique, qui prépare la vente des actifs de l’entreprise à la découpe, et une stratégie exclusivement axée sur la rémunération et la satisfaction des actionnaires.
Ces orientations mettent en danger l’avenir de l’opérateur historique, qui sous l’effet des plans d’économie perd la maîtrise de ses réseaux, tout en s’enfermant dans un modèle de commodité (pas de développement sur les services).
Dans de nombreux services, l’épuisement est réel et la colère est palpable. La CGT appelle le personnel à se mobiliser pour leurs emplois, leurs salaires, mais aussi pour éviter la catastrophe industrielle qui se profile, en signant massivement la pétition.

En complément…

Lire la suite

Emploi

Multilaterale emploi du 10 novembre

Acompte sur dividende 2021 : S.Richard considère que le constat de la CGT est  » malhonnête « .
Lors d’une réunion sur l’emploi le 10 Novembre 2020, les représentants CGT ont interrogés sur le choix de la Direction d’Orange d’annoncer une revalorisation de l’acompte sur le dividende pour 2021 de 0.10€ (budget de 250M d’euros) alors que dans le même temps elle demande aux salariés de se serrer la ceinture sur les augmentations annuelles. (Budget passant de 110M€ en 2019 à 60M€ en 2020).
Stéphane Richard rétorque que sa promesse d’un dividende de 0.70€ aux actionnaires en 2020 n’a pas été tenue (0.50€) et que les 0.10€ d’acompte 2021 ne combleront pas cette baisse. Au passage, il juge le parallèle fait par la CGT entre hausse du dividende et baisse des augmentations annuelles  » malhonnête « . Les salariés apprécieront les priorités données par leur PDG et la considération qu’il accorde à la CGT.

Une rentrée d’argent de plus de 2 Milliards d’euros en suspend…
Le rapporteur public a soutenu la position d’Orange dans un gros contentieux fiscal portant sur 1,9 milliard d’euros, en cours d’examen au Conseil d’État, a-t-on appris lundi 19 Octobre auprès de l’un des avocats de l’opérateur, François-Henri Briard. « Le rapporteur public a demandé de faire droit à la demande d’Orange », a déclaré Me Briard.
Si Orange obtient bien gain de cause dans la décision finale du Conseil d’état qui pourrait intervenir le 13 Novembre, il pourra alors récupérer la coquette somme de 1,952 milliard d’euros d’impôt qu’il avait été contraint de verser malgré sa contestation, majorés d’environ 600 millions d’euros d’intérêts moratoire, a ajouté l’avocat.
Interrogé à ce sujet lors d’une multilatérale avec les organisations syndicales, Stéphane Richard n’a pas souhaité s’avancer sur l’issue de cette affaire bien engagée et encore moins sur le réinvestissement qui pourrait être fait de ce magot. Nous ne manquerons pas le cas échéant de solliciter une utilisation de cet argent pour soutenir l’emploi et non pour satisfaire le gourmand actionnariat d’Orange.

Emplois départs et arrivées ! Malgré la bonne santé de l’entreprise ! On recrute à faible dose !
5127 départs en retraites, en 2019, seulement 4062 départs en 2020 dixit notre PDG. Il n’y a pas assez de départs, 5127+ 4062 = 9186 départs et seulement 1293 recrutements de CDI en 2020 (1/3 à Orange France, 278 en AE, 180 à l’intervention, 230 experts dont 37 dans la cybersécurité et la DATA). 4000 alternants sur 3 ans, ( main d’œuvre qui ne coute rien à Orange) et qui se retrouvent bien souvent à la fin de leur alternance sur le marché de l’emploi car Orange ne les embauche pas Les chiffres parlent d’eux même il y a beaucoup plus de départs que d’arrivées dans cette entreprise. Par contre la Direction regrette que les personnes en âge de partir à la retraite ne partent pas et ils vont pour cela renégocier un accord intergénérationnel, en 2021 comme cela était prévu de toute façon car l’accord tps se termine fin 2021 !!! La crise aurait ralenti les demandes de départs en TPS…

La direction après analyses se rend compte que ce sont les opérationnels qui portent, alors que les cadres supérieurs boudent le TPS…
Continuer à laisser partir les opérationnels risque de déstabiliser les équipes et ils devront embaucher, et c’est ce qu’ils veulent éviter !!!!
Si l’accord TPS qui se termine en Décembre 2021 est renouveler, il sera adapté de telle façon à faire adhérer les cadres supérieurs. On imagine déjà un accord discriminatoire pour les salariés non cadre.
Orange aurait des difficultés pour recruter durant la pandémie, les profils dont elle a besoin se font rares. Engage 2025 sera ajustée en fonction des résultats financiers, doit ‘on s’attendre à une coupe plus importante des emplois, que celle déjà annoncée? Enfin l’entreprise parle d’accompagnement pour la transformation, c’est-à-dire de former les salaries pour qu’ils bougent plus facilement là ou l’entreprise en aura besoin.
Orange a pourtant bien résistée à la pandémie, mais pense qu’elle se trouve dans un secteur mouvant.
L’entreprise souhaite pouvoir fluidifier l’emploi interne, va-t-on reprendre les mobilités forcées ?
Même si l’’entreprise dit qu’on ne reviendra pas au « TIME TO MOVE « des années 2000
Nous comprenons pourquoi ils mettent en place le rouleau compresseur des restructurations, dans toutes les unités, nous l’avons dit dans la déclaration préalable, ils veulent pallier aux départs ! Mais à quel prix pour celles et ceux qui vont rester. La Bataille de l’emploi dans notre entreprise est un enjeu majeur pour continuer à travailler dans de bonnes conditions et dans tous les départements. Ensemble nous devons exiger le remplacement de tous les départs !!!

PPCR:
Le nouveau DRH nous annonce fièrement que le conseil d’état a réglé le problème des fonctionnaires d’Orange et qu’ils vont partir avec des bonnes retraites. Il arrive c’est pour ça il n’a pas eu le temps de se pencher sur le sujet mais nous avons eu l’expérience de la première PPCR … une réunion se tiendra le 25 novembre et nous allons mettre en œuvre nous dit-il….
Depuis 2016 les fonctionnaires d’Orange attendent de bénéficier des quelques miettes contenues dans le PPCR. Le ministère de tutelle et la direction d’Orange font trainer le processus,.
Tous les motifs et aléas invoqués depuis plus d’un an, n’effacent pas le retard pris par Orange, Et n’oublions pas de rappeler que le gouvernement, en gelant immédiatement le point d’indice a conforté l’entreprise dans son choix de payer encore moins les fonctionnaires d’Orange.
La première phase du PPCR avec le système « prime à point » (6 points pour les non-cadres et 9 pour les cadres) n’a eu pour effet qu’une amélioration pour ceux qui partaient en retraite. La phase 2 sera du même acabit, puisque même revalorisé l’entreprise ne sortira pas plus d’argent lié à cette revalorisation des grilles indiciaires car elle utilisera encore le système « prime à point ». Ce système de vases communiquant entre le traitement indiciaire et le complément salarial
L’augmentation indiciaire est le socle de référence de la pension de la retraite des fonctionnaires, il est donc urgent que cette revalorisation soit une réalité, notamment pour le nombre important de fonctionnaires partant en retraite où s’inscrivant dans le processus TPS depuis 2016, il faudra exiger un effet rétroactif pour celles et ceux qui sont déjà partis.
Exigeons que le complément Orange soit intégré dans le calcul de notre retraite !!! Là Monsieur le DRH nous partirons avec des retraites plus élevées !

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

En direct du CSEC du 19 novembre 2020: CORONAVIRUS Orange applique un protocole sanitaire à minima

La situation sanitaire reste très préoccupante…
En France métropolitaine, bien que le nombre de nouveaux cas ralentisse, le nombre d’hospitalisation (y compris en réanimation) et de décès est en augmentation. Le gouvernement confirme que le télétravail à temps plein doit être la NORME pour tous les salariés en capacité de le faire.
Concernant les DROM, la situation ne s’améliore pas. La Guadeloupe est toujours en alerte, la Guyane connait une hausse de ses indicateurs et à la Réunion, la situation reste très préoccupante au regard des services de santé limités.

Une Direction d’Orange à RÉACTION pour protéger les salariés…
Selon les chiffres donnés par la Direction, la CGT tire la sonnette d’alarme quant à l’augmentation du nombre de cas Covid à Orange.
Malgré un doublement des cas Covid, mois après mois, pour atteindre 1 600 cas à
mi-novembre 2020, la Direction d’Orange, suspendue aux lèvres des représentants des autorités gouvernementales, NE RENFORCE PAS le protocole sanitaire par des mesures supplémentaires.
La CGT a obtenu que la direction applique la mesure des 4 m²/individu en milieu clos et recevant du public. Cependant, la CGT dénonce des manquements sur certaines DO et demande à la direction d’y remédier urgemment.

La direction continue de faire des économies sur le dos des salariés…
La CGT le dénonce sans cesse comme pour le travail à domicile où 60 000 salariés réclament une indemnisation de leurs frais. C’est maintenant le cas des boutiques. Suite à l’analyse des 15 premiers jours d’activités et de flux en boutique, la Direction s’entête à maintenir des objectifs élevés irréalistes en plein confinement et refuse notre demande d’un maintien d’une PVC/PVM garantie. Elle préfère continuer à ATTENDRE pour RÉAGIR dans l’intention de garder les effectifs sous pression en cette fin d’année.

Les salariés dans les boutiques en grande souffrance…
Les conditions de travail sont particulièrement difficiles en boutiques. La CGT réclame le renforcement des effectifs particulièrement en souffrance dans les boutiques, le renforcement des mesures de sécurité avec plus de vigiles, face à l’augmentation des incivilités, les risques de braquages et autres attentats et la possibilité de lisser les horaires de départ et d’arrivée. La Direction ne RÉAGIT pas. Inacceptable pour la CGT, vu les impacts psychologiques de la crise Covid-19.

Un protocole de mesures sanitaires taille business à Orange…
Pour finir, la Direction a présenté des modes opératoires afin de RÉAGIR suivant la situation sanitaire dans les différentes régions. La CGT regrette que ces modes opératoires n’aient pas été élaborés avec les organisations syndicales, qu’ils aient été appliqués de façon unilatérale sur toute l’UES sans possibilité de marges de manœuvre dans le périmètre des CSE d’Établissements, que le contenu des modes opératoires soit en deçà de ce que nous pouvions attendre d’une grande entreprise, qui se veut responsable, que ces différentes mesures n’aient toujours répondu qu’aux injonctions gouvernementales ET NE TRANSPIRENT PAS L’ANTICIPATION.

Le télétravail n’est toujours pas possible à tous les salariés à Orange…
A l’heure où le télétravail permanent n’est pas une option à Orange (75 % de l’effectif), seuls les salariés DROM de la Martinique peuvent en bénéficier. La CGT exige que les salariés des autres DROM puissent bénéficier du télétravail occasionnel élargi 5 jours / 5 (sur volontariat).
La CGT réclame que la direction soit dans l’anticipation et non plus en RÉACTION pour anticiper la probable 2ème voire 3ème vagues.

Le cafouillage des masques inclusifs pénalise les salariés en situation de handicap…
La CGT dénonce la mauvaise qualité des masques inclusifs fournis aux salariés nécessitant ce type d’Equipement de Protection Individuel pour une meilleure communication. La Direction prétend revoir avec les prestataires le mode d’utilisation de ces masques. Drôle de RÉACTION de la Direction. Elle ne semble pas faire la différence entre qualité et utilisation !!!

Un protocole sanitaire loin de répondre aux enjeux de protection des salariés…
La CGT a exigé que la Direction, disposant déjà d’une situation financière solide, élabore un véritable protocole sanitaire mieux disant et fasse bénéficier à TOUS les salariés d’une prime COVID-19 exceptionnelle pour reconnaitre l’implication de tous, malgré la situation compliquée et le climat anxiogène de cette année.

Les projets non urgents doivent cesser…
La CGT a également exigé le gel durant la crise sanitaire de tous les projets structurants de transformations non urgents. Ce doit être l’une des actions responsables d’une Direction, qui, soi-disant clame que la sécurité et la Santé des salariés sont au cœur de ses préoccupations.

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

En directdu CSEC du 19 novembre: Orange, entreprise en très bonne situation économique et financière

Des résultats financiers en progression en pleine crise économique…
Les effets de la crise sanitaire seront très faibles pour Orange. Les très bons résultats financiers au 3ème trimestre, et la manne défiscalisée de 2,2 Milliards d’euros reversée par le trésor Public, devraient pousser l’Entreprise à revoir sa stratégie et accentuer son engagement sociétale, tant vanté sur les réseaux sociaux par la Directrice Orange France.
Mais le bilan semble implacable pour le COMEX d’Orange SA, la Fibre, la convergence des offres, la banque, Orange Business Services et la partie Afrique et Moyen-Orient concentrent aujourd’hui les relais de croissance du groupe, dans un contexte où les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) font office d’épouvantails. En Europe, le marché est plus que mature avec un taux de pénétration mobile très élevé à près de 140% et une forte propension au Low Cost.

Orange accélère le démantèlement progressif de l’entreprise…
Alors pour aller chercher toujours plus de cash, la direction organise la séparation des réseaux et des services en filialisant ses infrastructures réseaux par le biais de montages financiers avec des partenaires privés (TowersCo, FiberCo et Orange Concessions).
Et pour parvenir à maintenir un équilibre budgétaire, surtout quand les coûts directs progressent plus rapidement que le CA, la direction accélère les plans d’économies pour diminuer les frais opérationnels et fixes, et assurer la croissance du chiffre d’affaires.

Les salariés du groupe utilisés comme variable d’ajustement …
Comme pour la sous-traitance, les salariés du groupe vecteurs de la moitié des dépenses indirectes vont donc continuer à être la variable d’ajustement permettant à l‘entreprise de conserver sa bonne situation financière. Pour preuve, à travers les résultats présentés, on Orange se félicite du maintien de l’EBITDAal et ce au détriment d’une baisse continuelle des effectifs, essentiellement en France (2 354 ETP moyen) et un des meilleurs ratios européen « ENDETTEMENT NET / EBITDA » à 2,5.
En complément d’un résultat sociétal prégnant, ces départs entraînent pertes de compétences, restructurations, remises en cause et mal être des salariés. Décidément à la CGT nous n’avons pas la même conception d’une Entreprise socialement responsable.

Les réseaux et les boutiques sont des biens publics à préserver…
La crise sanitaire nous rappelle chaque jour leurs importances vitales pour la population. Alors oui, pour la CGT, Orange doit redéfinir sa stratégie notamment par une politique ambitieuse d’investissements dans ses réseaux, la Recherche & Développement, dans la réindustrialisation des territoires, l’environnement, l’emploi et les salaires.

En complément…

Lire la suite

Les infos du CSEC Orange

En direct du CSEC du 19 novembre 2020: Un Projet d’évolution de l’adressage commercial des clients du marché Entreprises au pas de charge

La direction de DEF veut aller vite…
La précipitation de l’entreprise engendrée par l’accélération de la mise en œuvre du plan Engage 2025 en pleine pandémie, pousse DEF à maintenir coûte que coûte son projet d’évolution de l’adressage de ses clients. Résultat, aucune organisation syndicale n’approuve ce projet. Pourtant en prenant en compte leurs recommandations issues des salariés des Agences Entreprise, la donne aurait certainement été différente.
Pour la CGT, afin d’aborder ce dossier sereinement, le minimum était de sortir en premier lieu du confinement, puis de cette situation sanitaire si compliquée. Le projet aurait pu, remporter l’adhésion de tous, en sortir grandi et plus abouti.

Mais nous présente un projet mal ficelé…
Aujourd’hui encore, beaucoup de paramètres posent questions. Le SI de DEF, l’historique ne plaidant pas en sa faveur, l’arrivée de nouveaux outils, One Deviseur, Customer Links, ASPROe, Express’O, non encore finalisés, pousse à la retenue. Une phase de validation est nécessaire. Une architecture commune des Agences, envisagée mais loin d’être en place aujourd’hui, sachant qu’à chaque présentation du projet, des métiers apparaissent « BM filiales » ou disparaissent « Ingénieur d’affaires territoriales ».La Direction de DEF ne semble pas encore maitriser l’organisation finale de son projet.
Le point d’achoppement le plus important dans ce dossier reste, la non prise en compte du risque routier. Pour faire la même activité, les ICS vont devoir couvrir un territoire deux fois plus important et rencontrer plus de clients pour avoir la même productivité.
La CGT redoute pertes de salaire et dégradation des conditions de vie et de travail. Quid des risques psychos sociaux et du danger de la route ?
Enfin, n’oublions pas qu’il ne sert à rien de vendre si la production via Delivery ne suit pas. De la chaine de commande jusqu’à la réalisation, tout doit être opérationnel pour réussir cet ambitieux projet de DEF.

Elle cède du terrain sous la pression de la CGT et repousse le projet de quatre mois…
Le vote d’une résolution de l’ensemble des OS pour un report au 1er juillet n’a pas été accepté par une Direction qui se dit « soucieuse » d’un dialogue social riche et constructif et faisant fi de la situation sanitaire.
Face à la détermination de la CGT, la direction a accepté de retarder la mise en œuvre de quatre mois au 1er avril. L’information du projet est faite aux salariés au mois de décembre, propositions de postes et attributions en janvier et février, formations en mars.
Cependant pour la CGT, ce n’est pas suffisant. Elle a donc votée CONTRE ce projet, non pas sur le Fond, mais sur la Forme. DEF confond vitesse et précipitation au détriment des salariés.
Si cette évolution semble cohérente,
– sur la nouvelle PVV mieux adaptée, mais qui ne remplacera jamais de réelles augmentations de salaire
– sur l’architecture commune des Agences, mais qui est loin d’être réalisée et finalisée.
– sur le SI, encore en construction, sensé simplifier le nombre d’offres et leurs mises en œuvre, mais pour le moment réservé à une petite partie des ingénieurs commerciaux.
Le projet d’évolution de l’adressage commercial mérite plus de temps pour être à la hauteur des attentes des salariés.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

n°39 Septembre-novembre 2023

Autres publications 

VIDÉOS

En direct des NAO

Depuis le 29 février, seule la mobilisation peut faire bouger les lignes.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange