ACTUALITÉS

Communiqués de presse

Achat d’un câblier neuf : Pour une poignée d’euros !

Orange a annoncé, début décembre, son choix de construire un navire câblier neuf en remplacement du Raymond Croze qui arrive en fin de vie. La CGT avait écrit au PDG d’Orange pour soutenir ce choix dès le début d’année 2020 au moment où le comité d’investissement devait arbitrer entre un navire neuf et l’achat d’un navire d’occasion.

La CGT portait le choix d’un navire neuf, aux dernières normes environnementales, afin de pérenniser l’activité et le savoir-faire ô combien stratégique de la pose et de l’entretien des câbles sous-marins. La CGT avait également demandé un navire « polyvalent » capable d’intervenir sur les réseaux électriques des éoliennes marines, marché en croissance et source de diversification. Cette activité participe également à la nécessaire transition énergétique. Le choix du navire neuf est un choix porteur d’avenir.

La construction de ce type de navire est donc un enjeu industriel et stratégique, c’est pourquoi la CGT s’étonne du choix d’Orange de confier sa construction à un chantier Sri-Lankais. Les occasions de développer les savoirs faire sur la construction de ce type de bateau ne sont pas courantes, et nos chantiers ont toutes les compétences pour les réaliser. Une nouvelle fois, pour des raisons d’économie, la direction d’Orange fait le choix du moins-disant. De quelles économies parlons-nous d’ailleurs, puisque par voie de presse un patron de chantier affirme avoir perdu l’appel d’offre pour un delta prix de 5%, soit 2 millions d’euros …. Il n’est pas inutile de rappeler qu’Orange vient de recevoir 2,2 milliards d’euros de la part de l’état à la suite du litige fiscal qui les opposait.

Orange communique à grand train sur la construction de ce navire dans le cadre de sa politique RSE. Sans doute la direction a-t-elle oublié que le « S » signifie politique « sociale ». Ce sont plusieurs centaines de milliers d’heure de travail en intégrant toutes la chaine de production qui s’envolent au Sri-Lanka.

Au-delà des questions sociales, ce choix dénote une fois de plus l’absence totale de toute vision industrielle et de logique de filière sur une activité pourtant stratégique.la CGT s’interroge également sur la parole de l’état, principal actionnaire d’Orange, qui prétend avoir retenu les leçons de la crise que nous traversons et œuvrer à la ré internalisation des activités indispensables à la souveraineté de notre pays.

La CGT demande que la construction de ce navire soit confiée à un chantier sur notre territoire, respectueux des normes sociales. Cette filière, très éprouvée, en a besoin, et alors peut être qu’Orange pourra réellement faire vivre et communiquer sur sa RSE….

En complément…

Lire la suite

Rémunération / Carrière

PPCR à Orange : la montagne a accouché d’une souris !

La revalorisation des grilles indiciaires à compter du 1er décembre 2020 a douché bon nombre de fonctionnaires en attente d’une reconnaissance salariale.
La CGT avait demandé qu’une rétroactivité soit appliquée au 31 janvier 2017 et que le complément salarial ne soit pas diminué par la réévaluation indiciaire afin qu’il y ait, mécaniquement, une vraie augmentation du pouvoir d’achat des fonctionnaires. Il convient à ce titre de rappeler que le point d’indice est gelé depuis février 2017.
Bien que le chiffre d’affaire du troisième trimestre 2020 soit en progression et qu’Orange va percevoir un pactole de 2,2 Milliards d’euros totalement défiscalisé, la direction est restée sourde à notre demande alors qu’elle en ait largement les moyens financiers pour répondre aux attentes des agents d’Orange.
Les fonctionnaires apprécieront la considération que leur porte la Direction au bout de tant d’années de bons et loyaux services au profit de l’entreprise.
Les fonctionnaires d’Orange participent comme tous salariés à la création de richesse et attendent en retour une juste rétribution. Pour les fonctionnaires c’est le salaire indiciaire qui sert de base pour le calcul de la future pension. Les augmentations salariales annuelles sont effectuées sur le complément salarial qui n’est que partiellement pris en compte lors de ce calcul.
Chez Orange les fonctionnaires sont les laissés-pour-compte en terme de pouvoir d’achat : le gouvernement a fermé la porte à un éventuel dégel du point d’indice qui détermine le salaire des fonctionnaires.
Selon l’Insee, ces derniers subissent une baisse de leur pouvoir d’achat qui s’explique par un regain de l’inflation en 2018 mais aussi par l’absence de revalorisation du point d’indice depuis 2017. Le gouvernement fait patienter les fonctionnaires avec la reconduite de la garantie individuelle de pouvoir d’achat (GIPA).

La CGT pousse à ce qu’Orange, dont l’état est le premier actionnaire, pèse de tout son poids pour le dégel du point d’indice afin que les fonctionnaires d’Orange bénéficient d’une réelle augmentation de leur pouvoir d’achat et qu’ils puissent partir avec une retraite à la hauteur de leur aspiration.

(Cf Tableaux sur le tract)

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

La CGT FAPT confirme son siège au conseil de surveillance d’Orange

Montreuil, le 7 décembre 2020

La CGT-FAPT remercie les salariés et retraités porteurs de part Orange Actions pour leur vote en faveur de la liste CGT et avoir ainsi contribué à élire un représentant CGT au Conseil de Surveillance Orange Actions.
La stratégie d’Orange est de plus en plus axée sur la financiarisation de nos activités : cession de nos actifs réseaux, plan d’économie accentué (Scale-up), augmentation du dividende, baisse des effectifs … A l’inverse de ces orientations, votre représentant portera la voix des actionnaires salariés et retraités et proposera des résolutions à l’assemblée générale des actionnaires sur les questions stratégiques, sur la rémunération des dirigeants et sur le dividende.
Le contexte social et sanitaire prouve, s’il en était besoin, que les revendications de la CGT axées sur une meilleure répartition de la valeur en faveur de l’emploi, de l’augmentation des salaires, de l’égalité homme-femme, de la Recherche et Développement, de l’investissement et de la maitrise publique de nos réseaux sont pleinement d’actualité.

En complément…

Lire la suite

Communiqués de presse

Les héros, ces oubliés

A l’issue du conseil d’administration du 2 Décembre, Orange a dévoilé ses intentions sur l’attribution des 2,2 milliards d’euros perçus à la suite du litige fiscal qui l’opposait à l’état.
Orange affirme donc vouloir utiliser un quart de cette somme à « l’accompagnement de la transformation (…)pour gagner en agilité et performance ». Ces 500 millions d’euros serviront donc à accélérer les départs du groupe, et viendront amplifier les destructions d’emplois que le groupe subit depuis 3 décennies. La CGT rappelle que près de 30000 emplois ont été supprimés ces 10 dernières années. Orange utilisera donc ces fonds, perçus par l’état, pour supprimer plusieurs milliers d’emploi dans un pays qui va compter 1 millions de chômeurs supplémentaires … pourtant les besoins existent, notamment dans le domaine réseau, sous tension depuis plusieurs années et dans les agences distributions..
Les salariés sont les grands oubliés de la direction. En effet, la seule mesure les concernant et représentant une enveloppe d’une centaine de millions (soit seulement 5% du budget) est une offre réservée au personnel pour la souscription d’actions, et ne concernera qu’une minorité des salariés qui auront les moyens d’y souscrire. Pas de prime exceptionnelle pour compenser l’accroissement de l’activité lié à la crise sanitaire, pas d’intéressement ni de révision d’un ajustement du budget de la NAO (négociation salaire) qu’aucune organisation syndicale n’a signé. Les salariés, qualifiés de « héros », à grand renforts de communication sur l’intranet, apprécieront.
Dans le même temps, la direction prévoit de verser un dividende exceptionnel de plus de 500 millions d’euros après avoir déjà accordé une rallonge de 250 millions d’euros le mois dernier … On peut donc affirmer qu’Orange « propose une attribution juste et équilibrée au bénéfice des actionnaires, des actionnaires et des actionnaires… ».
Orange annonce son intention de racheter les minoritaires de sa filiale Orange Belgium à travers une OPA, pour un montant de plusieurs centaines millions d’euros, et annonce qu’une partie de ces sommes sera également allouée au développement de projets déjà en cours, notamment sur l’investissement dans les réseaux. Enfin, la direction utilisera quelques petites dizaines de millions d’euros pour la RSE, petit saupoudrage cosmétique afin d’essayer de ne pas ternir son image.
La direction a balayé d’un revers de main les propositions de la CGT. Plutôt que répondre au besoin d’emploi qui s’exprime, notamment dans le domaine réseau dans les territoires, Orange va utiliser cette manne pour accélérer les suppressions d’effectif. Le reste de l’enveloppe sera quasiment uniquement consacré à la rémunération des actionnaires.
Les salariés d’Orange sont les grands sacrifiés, cela devient coutumier. La CGT propose une prime exceptionnelle pour l’engagement des personnels, et une augmentation des mesures salariales à la hauteur des bons résultats financiers et de l’accroissement de la charge de travail, ainsi que l’obtention d’un 13ème mois.
Sur les questions de développement de l’entreprise, Orange propose donc une accélération des départs, et le rachat des minoritaires d’Orange Belgium, en voilà un projet fédérateur… Ces annonces sont à l’image du nouveau plan stratégique, qui prépare la vente des actifs de l’entreprise à la découpe, et une stratégie exclusivement axée sur la rémunération et la satisfaction des actionnaires.
Ces orientations mettent en danger l’avenir de l’opérateur historique, qui sous l’effet des plans d’économie perd la maîtrise de ses réseaux, tout en s’enfermant dans un modèle de commodité (pas de développement sur les services).
Dans de nombreux services, l’épuisement est réel et la colère est palpable. La CGT appelle le personnel à se mobiliser pour leurs emplois, leurs salaires, mais aussi pour éviter la catastrophe industrielle qui se profile, en signant massivement la pétition.

En complément…

Lire la suite

Emploi

Multilaterale emploi du 10 novembre

Acompte sur dividende 2021 : S.Richard considère que le constat de la CGT est  » malhonnête « .
Lors d’une réunion sur l’emploi le 10 Novembre 2020, les représentants CGT ont interrogés sur le choix de la Direction d’Orange d’annoncer une revalorisation de l’acompte sur le dividende pour 2021 de 0.10€ (budget de 250M d’euros) alors que dans le même temps elle demande aux salariés de se serrer la ceinture sur les augmentations annuelles. (Budget passant de 110M€ en 2019 à 60M€ en 2020).
Stéphane Richard rétorque que sa promesse d’un dividende de 0.70€ aux actionnaires en 2020 n’a pas été tenue (0.50€) et que les 0.10€ d’acompte 2021 ne combleront pas cette baisse. Au passage, il juge le parallèle fait par la CGT entre hausse du dividende et baisse des augmentations annuelles  » malhonnête « . Les salariés apprécieront les priorités données par leur PDG et la considération qu’il accorde à la CGT.

Une rentrée d’argent de plus de 2 Milliards d’euros en suspend…
Le rapporteur public a soutenu la position d’Orange dans un gros contentieux fiscal portant sur 1,9 milliard d’euros, en cours d’examen au Conseil d’État, a-t-on appris lundi 19 Octobre auprès de l’un des avocats de l’opérateur, François-Henri Briard. « Le rapporteur public a demandé de faire droit à la demande d’Orange », a déclaré Me Briard.
Si Orange obtient bien gain de cause dans la décision finale du Conseil d’état qui pourrait intervenir le 13 Novembre, il pourra alors récupérer la coquette somme de 1,952 milliard d’euros d’impôt qu’il avait été contraint de verser malgré sa contestation, majorés d’environ 600 millions d’euros d’intérêts moratoire, a ajouté l’avocat.
Interrogé à ce sujet lors d’une multilatérale avec les organisations syndicales, Stéphane Richard n’a pas souhaité s’avancer sur l’issue de cette affaire bien engagée et encore moins sur le réinvestissement qui pourrait être fait de ce magot. Nous ne manquerons pas le cas échéant de solliciter une utilisation de cet argent pour soutenir l’emploi et non pour satisfaire le gourmand actionnariat d’Orange.

Emplois départs et arrivées ! Malgré la bonne santé de l’entreprise ! On recrute à faible dose !
5127 départs en retraites, en 2019, seulement 4062 départs en 2020 dixit notre PDG. Il n’y a pas assez de départs, 5127+ 4062 = 9186 départs et seulement 1293 recrutements de CDI en 2020 (1/3 à Orange France, 278 en AE, 180 à l’intervention, 230 experts dont 37 dans la cybersécurité et la DATA). 4000 alternants sur 3 ans, ( main d’œuvre qui ne coute rien à Orange) et qui se retrouvent bien souvent à la fin de leur alternance sur le marché de l’emploi car Orange ne les embauche pas Les chiffres parlent d’eux même il y a beaucoup plus de départs que d’arrivées dans cette entreprise. Par contre la Direction regrette que les personnes en âge de partir à la retraite ne partent pas et ils vont pour cela renégocier un accord intergénérationnel, en 2021 comme cela était prévu de toute façon car l’accord tps se termine fin 2021 !!! La crise aurait ralenti les demandes de départs en TPS…

La direction après analyses se rend compte que ce sont les opérationnels qui portent, alors que les cadres supérieurs boudent le TPS…
Continuer à laisser partir les opérationnels risque de déstabiliser les équipes et ils devront embaucher, et c’est ce qu’ils veulent éviter !!!!
Si l’accord TPS qui se termine en Décembre 2021 est renouveler, il sera adapté de telle façon à faire adhérer les cadres supérieurs. On imagine déjà un accord discriminatoire pour les salariés non cadre.
Orange aurait des difficultés pour recruter durant la pandémie, les profils dont elle a besoin se font rares. Engage 2025 sera ajustée en fonction des résultats financiers, doit ‘on s’attendre à une coupe plus importante des emplois, que celle déjà annoncée? Enfin l’entreprise parle d’accompagnement pour la transformation, c’est-à-dire de former les salaries pour qu’ils bougent plus facilement là ou l’entreprise en aura besoin.
Orange a pourtant bien résistée à la pandémie, mais pense qu’elle se trouve dans un secteur mouvant.
L’entreprise souhaite pouvoir fluidifier l’emploi interne, va-t-on reprendre les mobilités forcées ?
Même si l’’entreprise dit qu’on ne reviendra pas au « TIME TO MOVE « des années 2000
Nous comprenons pourquoi ils mettent en place le rouleau compresseur des restructurations, dans toutes les unités, nous l’avons dit dans la déclaration préalable, ils veulent pallier aux départs ! Mais à quel prix pour celles et ceux qui vont rester. La Bataille de l’emploi dans notre entreprise est un enjeu majeur pour continuer à travailler dans de bonnes conditions et dans tous les départements. Ensemble nous devons exiger le remplacement de tous les départs !!!

PPCR:
Le nouveau DRH nous annonce fièrement que le conseil d’état a réglé le problème des fonctionnaires d’Orange et qu’ils vont partir avec des bonnes retraites. Il arrive c’est pour ça il n’a pas eu le temps de se pencher sur le sujet mais nous avons eu l’expérience de la première PPCR … une réunion se tiendra le 25 novembre et nous allons mettre en œuvre nous dit-il….
Depuis 2016 les fonctionnaires d’Orange attendent de bénéficier des quelques miettes contenues dans le PPCR. Le ministère de tutelle et la direction d’Orange font trainer le processus,.
Tous les motifs et aléas invoqués depuis plus d’un an, n’effacent pas le retard pris par Orange, Et n’oublions pas de rappeler que le gouvernement, en gelant immédiatement le point d’indice a conforté l’entreprise dans son choix de payer encore moins les fonctionnaires d’Orange.
La première phase du PPCR avec le système « prime à point » (6 points pour les non-cadres et 9 pour les cadres) n’a eu pour effet qu’une amélioration pour ceux qui partaient en retraite. La phase 2 sera du même acabit, puisque même revalorisé l’entreprise ne sortira pas plus d’argent lié à cette revalorisation des grilles indiciaires car elle utilisera encore le système « prime à point ». Ce système de vases communiquant entre le traitement indiciaire et le complément salarial
L’augmentation indiciaire est le socle de référence de la pension de la retraite des fonctionnaires, il est donc urgent que cette revalorisation soit une réalité, notamment pour le nombre important de fonctionnaires partant en retraite où s’inscrivant dans le processus TPS depuis 2016, il faudra exiger un effet rétroactif pour celles et ceux qui sont déjà partis.
Exigeons que le complément Orange soit intégré dans le calcul de notre retraite !!! Là Monsieur le DRH nous partirons avec des retraites plus élevées !

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Vidéo CGT FAPT : 3 Questions sur l'égalité professionnelle

Dans le cadre de la préparation de la journée du 8 mars, la CGT FAPT revient dans cette vidéo sur les principaux enjeux de l'égalité professionnelle.
#8mars15h40 #CGT #CgtFaptOrange

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange