ACTUALITÉS

International

Halte au dumping social en République Démocratique du Congo

En 2012, Orange arrive en RDC suite au rachat de Congo Chine Télécom (CCT) pour 143 millions d’€. En 2016, elle rachète Tigo au Luxembourgeois Millicom, pour 120 millions d’€ et licencie dans la foulée 30% du personnel (132 salariés sur 520).

Cette fusion permet à Orange de faire du dumping social. En effet les salariés ex Tigo et ceux ex CCT n’ont pas les mêmes droits et garanties. Les ex Tigo bénéficient d’une convention collective plus favorable, négociée notamment avec la Confédération Démocratique du Travail (CDT), syndicat majoritaire. Quant aux ex salariés de CCT, ils travaillaient dans une entreprise qui était sous le contrôle d’une direction chinoise ne respectant pas ou peu les droits des travailleurs.

Aujourd’hui sur les 2000 salariés en RDC, seulement 600 travaillent en interne chez Orange, les 1400 autres chez les sous-traitants.

Cette mise en concurrence des salariés pour satisfaire l’appétit de la finance et les profits ne suffit pas, l’entreprise profite pour faire la même chose à l’intérieur de l’entreprise. Ainsi les Ex-Tigo et les Ex-CCT, qui exercent la même activité, sont traités différemment au niveau de la rémunération, des garanties en cas de rupture de contrat, de primes (scolarité, frais obsèques etc…). Pour exemple : Un salarié de Tigo qui se voit proposer des responsabilités supplémentaires (et donc une promotion) ne peut recevoir d’augmentation salariale au motif que les salariés ex CCT gagnent moins. C’est intolérable !

La direction d’Orange RDC dit qu’elle n’a pas les moyens financiers d’aligner tout les salariés au même niveau. La CGT travaille avec les représentants syndicaux de la CDT afin que cesse cette situation et que l’ensemble du personnel soit aligné sur les garanties les mieux disantes.

Orange, maison mère, doit donner les moyens financiers pour que les revendications des salariés soient entendues et stopper immédiatement ce dumping social.

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociations Salariales : Exigeons la réouverture !

L’accord salarial mis à signature par l’entreprise n’est pas à la hauteur des attentes du personnel d’Orange. Aucune Organisation Syndicale (OS) n’a signé cet accord. Une majorité des OS a demandé la réouverture
des négociations, ce à quoi la direction a répondu par un PV de désaccord et une décision unilatérale. C’est une curieuse façon de concevoir le dialogue social. La CGT a écrit un courrier au PDG d’Orange afin de réouvrir
les négociations salariales.

Nous vous invitons à signer notre pétition (en pièce jointe à l’article) pour que les négociations reprennent. Avec la CGT exigeons la réouverture des négociation .

Ensemble exigeons :

  • Des augmentations collectives d’un minimum de 5% pour tous,
  • La reconduction des mesures derattrapages et de reconnaissance (sous-positionnement/pas depromotion depuis 10 ans) avec unbudget minimum de 1%,
  • Un budget permettant la suppression des écarts salariaux,
  • Un 13e mois en plus des éléments de rémunération actuels.

En complément…

Lire la suite

Non classé

Offres aux salariés d’Orange Une arnaque sur toute la ligne

Les négociations « Offres aux salarié-e-s » sont très mal engagées ! Pourtant les attentes des salarié-e-s étaient grandes, avec l’intégration de l’ensemble du catalogue Orange à la remise à 60%, notamment l’offre OPEN, offre détenue par 35 000 salariés. Mais aussi sur les nouvelles offres et services proposés par Orange à ses clients, comme par exemple Orange Bank. Force est de constater que la direction n’est pas venue avec les mêmes intentions, son objectif étant une nouvelle fois de faire des économies sur le dos du personnel en rognant sur leurs avantages.

Une arnaque sur toute la ligne !

À l’origine, l’accord relatif aux conditions d’accès des salarié-e-s d’Orange SA, aux offres téléphoniques et internet fixes, négocié en 2014, n’avait qu’un seul but : supprimer les Lignes de Services à Forfait. L’entreprise a donc proposé une remise de 60 % sur certaines offres et 120 € de VOD annuels pour ceux qui abandonneraient la LSF. Aujourd’hui, la direction arrive à ses fins, puisque les salarié-e-s ayant opté pour la remise à 60 % sont plus nombreux que ceux ayant gardé la LSF.

Maintenant, elle s’attaque aux avantages salariés pour faire des économies.

Des économies sur le dos du personnel

En supprimant la subvention des terminaux mobile et la VOD, l’entreprise veut réaliser des économies. En effet, la VOD oblige Orange à reverser les 2/3 du crédit VOD aux auteurs alors qu’offrir OCS ne lui coûterait rien.
Elle refuse d’étendre la remise à 60% pour OPEN, au prétexte que cela coûterait 26 millions d’€ à l’entreprise. Dans le même temps, cela ne dérange pas la direction d’augmenter le dividende de 0.5 cts, ce qui coûtera à l’entreprise 133 millions d’€ soit 5 fois le coût supposé de la remise OPEN.

Alors que les salariés sont « les ambassadeurs » d’Orange, voilà comment la direction les traite.

Une démarche unitaire à l’initiative de la CGT

Face à cette situation intolérable, la CGT a proposé un courrier commun à l’attention du PDG d’Orange afin que cette négociation permette aux salariés de maintenir leurs avantages existants et bien évidemment de les étoffer. En effet l’entreprise veut supprimer le crédit VOD de 120 € pour le remplacer par OCS, arrêter la subvention de 30% des terminaux mobiles pour les offres mini et Zen.
Suite à ce courrier commun la direction propose de maintenir 30 € (soit 5 films) de crédit VOD en plus de la gratuité d’OCS, ce qui est largement insuffisant.
Une prochaine séance négociation est prévue le 12 avril 2018.

En complément…

Lire la suite

Cadre

Flash Cadres 781 : Pour nos droits le 19 avril

Le grand Couac
Décidément la négociation salariale à Orange pour 2018, partie sur de mauvaises bases, en ne pre-nant pas en compte les bons résultats de l’entre-prise et l’inflation prévue, s’est terminée sur un couac retentissant !
Aucune organisation syndicale n’a signé l’accord proposé, une quasi première !
Quelle gifle pour une direction qui vante à longueur de temps son modèle social et qui prétend mettre l’humain au centre de ses préoccupations.
Pour la majorité des cadres il n’était prévu que 450 € bruts annuels en minimum garanti : merci Pa-tron !
Force est de constater que notre entreprise préfère choyer grassement les actionnaires plutôt que de remercier ses salariés.
C’est donc une décision unilatérale qui va s’appli-quer, sans savoir à quel niveau pour les salariés.

Mobilisés !
Les résultats d’Orange sont bons, le gouverne-ment Macron croit au ruissellement, mais il sem-blerait que ce soit inondation pour les actionnaires et sècheresse pour les salariés.
Orange a de nouveau décidé de remercier ses actionnaires en augmentant les dividendes de 16% (sur 2 ans) alors que les salariés doivent se contenter d’augmentations ne suffisant pas pour compenser l’inflation.
La CGT invite donc, à l’occasion de l’AG des ac-tionnaires le 4 mai, à un déploiement dans les ser-vices pour échanger avec les salariés sur la ques-tion de la redistribution des richesses.
Cette action doit cibler tous les salariés et vient en complément des mobilisations déjà prévues pour dire non à la politique patronale de Macron, qui va dans un seul sens : tout pour la finance.

En complément…

Lire la suite

Rémunération / Carrière

Négociations salariales à Orange : Un véritable camouflet pour la direction

L’unité syndicale maintenue, pas de signataire pour l’accord salarial 2018

Aucune Organisation Syndicale n’a signé l’accord proposé par la direction. Il ne répond pas aux besoins exprimés par les salariés. De par son attitude, la direction confirme que le personnel n’est qu’une variable d’ajustement et que la course aux profits et les actionnaires sont ses seules priorités!!!

Vers une décision unilatérale

Face à ce véritable camouflet, la direction s’entête et veut déjà mettre en application les ordonnances Macron en optant pour une décision unilatérale. Pour la CGT les négociations doivent reprendre sur de nouvelles bases. La mobilisation des salariés est impérative pour peser sur la négociation.

Un nouveau RDV manqué

Cette négociation montre une nouvelle fois le manque de considération de la direction envers ses salariés. Alors que le personnel d’Orange voulait récupérer le fruit de leur seul travail, la direction leur tourne le dos : baisse de la participation, suppression d’avantages/offres aux salariés, mesures d’augmentations salariales insuffisantes etc…

Une unité syndicale à l’initiative de la CGT

La CGT a construit et maintenu l’unité syndicale tout au long des négociations. Même au CCUES avec une déclaration commune des OS pour dénoncer des propositions en dessous des attentes du personnel. La direction a revue sa copie mais les propositions n’ont pas été à la hauteur des attentes.

En complément…

Lire la suite

PUBLICATIONS

C'est @ nous

n°31 Janvier-Février 2020

Édito : pour nos retraites, augmentons les salaires !

À l’appui des mobilisations qui, depuis le 5 décembre 2019, ne faiblissent pas, les organisations syndicales CFE/CGC, CGT, FOCom et SUD PTT, ont appelé les salariés d’Orange à amplifier, dès le 9 janvier et les jours suivants, la mobilisation contre le projet de réforme des retraites. Que l’on soit fonctionnaire, salarié de droit privé, cadre, agent de maîtrise ou employé, nous sommes tous concernés par cette réforme. Le gouvernement veut modifier radicalement le fonctionnement des retraites et les changements proposés vont mécaniquement faire beaucoup de perdants. D’ailleurs, le Conseil d’État fait le constat que ce projet
de loi n’a rien de simple puisqu’il aura pour conséquence de « limiter la visibilité des assurés proches de la retraite sur les règles qui leur seront applicables » e t que « les prévisions financières transmises restent lacunaires ».

L’opinion publique n’est pas dupe puisque selon les derniers sondages, 61 % des français pensent que le président de la République
devrait retirer ce projet de loi. D’autres solutions existent. Notre système de retraite est considéré comme l’un des meilleurs au monde. Il a besoin d’être amélioré afin de prendre en compte notamment la pénibilité, les années d’études, la précarité, les périodes de formation pour un départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toute carrière complète avec un montant de pension garanti qui ne peut être en dessous du SMIC. Pour permettre ces améliorations, la CGT propose la suppression des aides et exonérations de cotisations (type CICE,CIR…) qui sont inefficaces (65 milliards d’€), la mise à contribution des revenus financiers des entreprises (celles du CAC40 ont versé 61 milliards de dividendes), la lutte contre la fraude aux cotisations sociales et l’évasion fiscale (70 milliards d’€), la création d’emplois stables et qualifiés, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes (5,5 milliards d’€) et l’augmentation de salaires.

La clé du financement de notre système de retraite solidaire par répartition passe entre autre par l’augmentation des salaires. La
CGT va s’engager dans la négociation salariale 2020 à Orange afin de gagner des augmentations, mais aussi la suppression des écarts salariaux femmes/hommes. Nous ne partons pas de rien. Les gains de productivité induits grâce au numérique à Orange sont de 6 % par an. L’entreprise a touché 79 millions d’€ de CICE en 2019, sans compter toutes les exonérations fiscales et sociales perçues et les dividendes distribués aux marchés financiers. Augmenter les salaires ne relève pas d’une utopie mais bien d’un choix politique de la part de l’entreprise. La bourse ou les salariés, il faut choisir. La CGT fait le choix des salariés afin que soient reconnus leurs qualifications et leur travail. Ensemble, mobilisons-nous pour gagner des augmentations de salaires !

Autres publications 

VIDÉOS

Notre santé avant les profits

Dans un contexte de crise sanitaire, la CGT FAPT se mobilise pour la santé du personnel d'Orange.

Voir notre chaîne YouTube

BULLETIN DE CONTACT ADHÉSION

Vous souhaitez nous contacter
pour adhérer
à la CGT Fapt Orange

Contacter la CGT
Fapt Orange